Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Le passé trouble de François 1er.

jeudi 14 mars 2013

Le passé trouble de Jorge Mario Bergoglio durant la période de la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Le Guardian a rappelé qu’un livre, sorti en 2005 en Argentine, El silencio (Le silence), accuse le nouveau pape d’avoir retiré sa protection à deux prêtres et donné son feu vert en 1976 à l’armée pour l’enlèvement de ces deux jésuites qui travaillaient dans les bidonvilles, une activité mal vue par le pouvoir à l’époque. C’est l’un de ces deux prêtres, qui a survécu, qui tenait ces accusations.

« Bergoglio est un homme de pouvoir et il sait comment se positionner parmi les puissants. J’ai encore beaucoup de doutes sur son rôle concernant les jésuites qui ont disparu sous la dictature », a témoigné mercredi à une radio argentine Eduardo de la Serna, représentant d’un groupe de prêtres de gauche. L’agence de presse Reuters a rappelé des propos de Fortunato Mallimaci, l’ancien doyen des sciences sociales à l’Université de Buenos Aires, selon lequel « l’histoire le [Jorge Mario Bergoglio, ndlr] condamne ». « Il s’est opposé à toute innovation dans l’Eglise et, surtout, pendant la dictature, il s’est montré proche des militaires », a-t-il ajouté.

L’Eglise argentine, « l’une des plus contestées d’Amérique latine »
En France, Christian Terasse, le rédacteur en chef de la revue Golias, hebdomadaire catholique progressiste, est revenu longuement sur France info sur le rôle qu’aurait tenu le nouveau pape durant la dictature de Videla. « Cet homme n’a pas eu les paroles, les attitudes qui convenaient pour protéger certains de ses confrères engagés contre la dictature militaire de Videla. (…) J’ai un document qui montre que l’Eglise d’Argentine [dont le nouveau pape était l’un des responsables, ndlr] se réunissait avec la dictature pour consigner un certain nombre de dispositions par rapport à des opposants catholiques jugés marxistes parce que subversifs par rapport à l’ordre chrétien qui soutenait le général Videla ».

Pour ce spécialiste, cela ne fait aucun doute, « la soutane blanche de Bergoglio est entachée symboliquement : à la fois au niveau de son positionnement personnel qui n’a pas été très courageux parce qu’il n’a pas protégé certains de ses confrères mais aussi de ce qu’il représente du rôle politique qu’a joué l’église d’Argentine dans sa complicité avec la dictature ».

L’Eglise argentine, dont le nouveau pape était l’un des responsables, « est l’une des plus contestées d’Amérique latine pour sa passivité, voire sa complicité, à l’égard de la dernière dictature militaire de 1976-1983 », a expliqué à Sipa le spécialiste Paulo Paranagua.

« Le national-catholicisme était l’idéologie dominante des forces armées, qui comptaient avec la bénédiction de la hiérarchie de l’Église. Contrairement aux Églises du Brésil et du Chili, qui ont joué un rôle capital dans la défense des victimes de la répression et dans la lutte pour les libertés, le clergé argentin a montré une indifférence coupable face aux horreurs commises.

Les religieux et religieuses solidaires des Mères de la place de Mai n’étaient pas soutenus par leurs supérieurs, et ont payé parfois de leur vie leur fraternité », analyse-t-il. L’Eglise argentine a même fait un mea culpa en 2000 pour ne pas avoir protégé ses fidèles durant la dictature.

Messages

  • Bah ! Après un ancien des Jeunesses Hitlériennes, un pape qui a soutenu la dictature argentine, çà fait ton sur ton !

    • pas étonné ,après Mère Thérèsa qui a saluer les grands dictateurs

      (Albanie ,pour ne citer que celui là )

      en clair " fabriquer nous des pauvres ,c’est notre gagne pain "

    • Le Pape est mort

      Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner.
      Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?
      Vous n’avez pas bien compris, je recommence.

      Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner.
      Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ?
      Vous n’avez pas bien compris, je recommence.

    • C’est pour ça que j’ai voulu postuler !

      Tant que ce seront les"dealers" qui choisiront, entre eux leur Parrain,...leur Escobar à soutane, PDg de la filière "’Opium du peuple" ne risque pas se pointer à la Fenêtre pour saluer la foule urbi et hors-bite(pardon.) .., avec deux pages du " Capital"et "Internationale"en fondmusical !

      Cchez les papes, en rechercher un qui soit pas marqué par un passé "discutable", c’est comme prétendre qu’un vainqueur du tour de France ne se shoote qu’à l’eau bénite et à la prière , ou que t’as croisé un ministre socialiste qui va s’im-MOLLET..si Hollande-Ayraut continuent de nous enculer encore plus que Sarko-Fillon..!

      La Sainte Eglise c’est juste une p’tite PME avec au départ un cocu, une coquine, un âne et un boeuf (enfin qu’on nous dit, c’est peut^tre un cheval comme chez ST findus)..,bref une boite dynamique... ou ils ont "plié" de la concurrence en sectes..

      iAujourd’hui,c’ est côté en bourse(s).-on parle m^me de trafics de gamins-., de partouzes avec cardinaux en string-........en tant que multinationale qui dispute le leader "chips"..à la "Barbus’ Corporation", , "la Word Institution of Rabbins" ..

      Ils ont choisi un argentin pour argentés..

      Comme il arrive de Buenos Aires..je lui souhaite bon vent..

      Question promotion d’Argentins, moi je suis , et les croyants non footeux m’excuseront, vu le nom.. pour les produits genre" MESSI.".

      http://www.leo-messi.fr/

      Comme quoi, importé d’ Argentine ya Léo..et les bas !

      A.C

      Amen..ton verre on va trinquer !

      L.L. s’est marré en apprenant que l’archevêque de Bordeaux s’appelle Mgr RICARD.

      Bien sûr c’eut été encore plus drôle à Marseille

      "Nous" on avait déjà ST EMILION., un "ROUGE" de qualité...

      .

  • Ce parasite fraîchement élu est dans la lignée des précédents:il "pue"(dossier à lire sur le site du JURA LIBERTAIRE) en tant que soumis et complice de vidéla pendant sa dictature, de 1976 à 1983, caractérisée par un "anti- communisme virulent et un national-catholicisme... contre les rouges et les juifs"(wikipédia).Encore un soutien de dictateur aveuglé par le pouvoir fasciste.

  • L’église a toujours été du coté du manche, jamais au coté des victimes