Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Nucléaire de gauche, y a bon !

jeudi 12 avril 2012 , par Collectif contre l’ordre atomique - Contacter l'auteur - 3 coms

Le risque nucléaire, ce n’est que quelques centaines de milliers d’irradiés, quelques dizaines de milliers de cancers, quelques milliers d’hectares de terres condamnées lors de la prochaine catastrophe (que la simple probabilité nous promet pour dans moins de dix ans).

Vingt-six ans après Tchernobyl, un an après Fukushima, dans le pays le plus nucléarisé au monde (58 réacteurs et de multiples « incidents » banalisés en « retours d’expérience ») et à l’occasion d’une échéance électorale présentée comme un moment essentiel de la vie « démocratique », aucun des candidats et des forces qui les soutiennent n’éprouve le besoin de dire : « Stop ! Arrêtons tout avant la catastrophe ! »

Pourquoi reconnaître en effet que, au nom du développement technique et économique et de la souveraineté nationale, on a avalisé pendant quarante ans un modèle énergétique (et social) monstrueux rentabilisant des options militaires ?

Pourquoi remettre en cause la perspective d’accords électoraux offrant des postes dans les instances « représentatives » – où l’on pourra éventuellement négocier une sortie du nucléaire dans vingt ou quarante ans, qui ne remette pas en cause les intérêts des grands industriels ?

Pourquoi demander aux citoyens une réflexion collective sur un autre modèle productif – nécessairement plus sobre – et une autre organisation sociale quand on peut se contenter de les inviter à mettre le bon bulletin dans l’urne ?

Et pourtant… si le choix d’arrêter le nucléaire n’est pas fait aujourd’hui de façon maîtrisée, il s’imposera dans l’urgence après la catastrophe, comme c’est le cas actuellement au Japon. Et alors aucune justification électorale ne dédouanera nos grands stratèges et leurs adeptes de leurs responsabilités.

Collectif contre l’ordre atomique

Rappel :
le 26 avril 2012, date anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, retrouvons-nous à 18 heures devant la caserne des pompiers du 26, rue de Chaligny à Paris (métro Reuilly-Diderot) pour un hommage aux 500 000 « liquidateurs » oubliés et aux futures premières victimes de la prochaine catastrophe. Voir

Mots clés : Nucléaire /

Messages

  • Aucun candidat ? Si : Philippe Poutou.
    Seul le NPA propose la sortie du nucléaire en 10 ans.

  • Pourquoi demander aux citoyens une réflexion collective sur un autre modèle productif – nécessairement plus sobre – et une autre organisation sociale quand on peut se contenter de les inviter à mettre le bon bulletin dans l’urne ?

    Ah, on dirait que tu n’as pas écouté Poutou sur France 2 hier (ni rien entendu de la campagne du NPA).

    Et ce courant n’a pas attendu Fukumachin, voir le texte ci-dessous qui date de pas mal d’années (chapeau de la résolution écologie d’un congrès de la quatrième internationale, il me semble) et qui pour moi est une boussole :

    Une réorganisation d’ensemble du mode de production et de consommation est nécessaire, fondée sur des critères extérieurs au marché capitaliste : les besoins réels de la population et la sauvegarde de l’environnement. En d’autres termes, une économie de transition au socialisme fondée sur le choix démocratique des priorités et des investissements par la population elle-même — et non par les « lois du marché » ou par un Politburo omniscient. Une économie planifiée, capable de surmonter durablement les tensions entre satisfaction des besoins sociaux et impératifs écologiques. Une transition conduisant à un mode de vie alternatif, à une civilisation nouvelle, au-delà du règne de l’argent, des habitudes de consommation artificiellement induites par la publicité, et de la production à l’infini de marchandises nuisibles à l’environnement.

    Chico

  • Le jour où certains comprendrons ENFIN que la gauche ne se réduit pas au PS et à son flanc gauche le FDG peut être pourrons nous espérer , mais il n’est pire aveugle que celui qui ne veut voir .

    Il est illustrant que parmi les anti nucléaires personne ne dénonce l’hypocrisie de Mélenchon sur la question :un référendum d’accord, mais appellera t il à voter pour ou contre ?

    Le résultat du référendum sera t il la position du FDG ?

    Si le OUI l’emporte le FDG sera t il officiellement pour le nucléaire ?

Derniers articles sur Bellaciao :