Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Peine de mort : Michèle Alliot-Marie protège le Koweït et l’Arabie saoudite

jeudi 29 janvier 2015 - Contacter l'auteur - 4 coms
Michèle Alliot-Marie et l’émir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa al-Thani

L’eurodéputée UMP a demandé le retrait des noms des deux pays d’un passage du rapport annuel sur les droits de l’homme dénonçant la peine de mort.

La députée européenne Michèle Alliot-Marie (UMP) fait encore polémique. La présidente du groupe d’amitié avec la péninsule arabique entend bien défendre les pays qui la composent : comme le relève l’Express.fr, l’ancienne ministre des Affaires étrangères veut rayer les noms du Koweït et de l’Arabie saoudite d’un rapport européen dénonçant la peine de mort dans le monde.

Le Parlement "exprime son inquiétude concernant l’augmentation des exécutions dans le monde entre 2012 et 2013, malgré la réduction du nombre de pays appliquant la peine de mort", explique le texte d’origine. Le Parlement "appelle l’Union européenne à réagir à l’augmentation des exécutions en Chine et en Iran, au retour des exécutions en 2013 en Indonésie, au Koweït, au Nigeria et au Vietnam, et à l’augmentation des cas d’exécution rapportés en Irak et en Arabie saoudite", poursuivent les eurodéputés, dans la phrase visée par l’amendement de Michèle Alliot-Marie.

"La diplomatie européenne demande qu’on ne cite pas les pays mais les régions, justifie l’entourage de "MAM" auprès de l’Express.fr. Pourtant, l’amendement présenté ne mentionne aucunement les noms des régions, et laisse intacts les noms des autres pays : il supprime simplement le Koweït et l’Arabie saoudite du texte.

http://www.lepoint.fr/monde/peine-de-mort-michele-alliot-marie-protege-le-koweit-et-l-arabie-saoudite-27-01-2015-1900017_24.php


Les petites manoeuvres de MAM au profit de l’Arabie Saoudite et du Koweit

Par Marcelo Wesfreid

L’ancienne ministre UMP des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie a déposé un amendement pour retirer toute référence aux deux pays du Golfe dans un passage du "rapport annuel sur la situation des droits de l’homme" du Parlement européen, portant sur l’application de la peine de mort dans le monde.

L’eurodéputée UMP et ancienne ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, préside au Parlement européen "la délégation pour la relation avec les pays de la péninsule arabique". C’est le groupe d’amitié avec les pays du golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Koweit, Oman, Qatar, Yémen).

Or, "MAM" a déposé un amendement - examiné cette semaine en commission des Affaires étrangères - au "Rapport de 2014 sur la situation des droits de l’homme", recensant les faits enregistrés au cours de l’année précédente. Michèle Alliot-Marie propose de retirer l’Arabie Saoudite de la liste des pays où "une augmentation marquée des exécutions" a été constatée et de ne plus faire apparaître le Koweit dans les Etats montrés du doigt pour avoir procédé à "une reprise des exécutions".

Dans la colonne de gauche, le texte du rapport annuel sur les droits de l’homme du Parlement européen. A droite, la version modifiée défendue par MAM.

Selon les ONG, l’Arabie Saoudite a procédé à 79 exécutions (essentiellement par décapitation) en 2013 - contre 69 en 2009. Quant au Koweit, il a mis fin en 2013 à six années de non application de la peine de mort. "La diplomatie européenne veut que l’on ne cite pas nommément les pays, mais uniquement les régions et cela afin de préserver certaines de nos relations avec lesdits pays", s’est défendue Michèle Alliot-Marie sur son compte Facebook, le 27 janvier.

Une règle qui existe, certes, entre pays européens (éviter de "nommer et blâmer"), mais qui ne s’applique en aucun cas pour les pays extérieurs à l’Union, a fortiori en matière de droits de l’homme.

Autre argument avancé par MAM : "Dans cette région du monde (la péninsule arabique), d’autres pays que l’Arabie Saoudite ou le Koweït sont directement concernés lorsque l’on parle d’atteintes aux droits de l’homme. Ils n’étaient pas cités dans le texte initial, raison pour laquelle j’ai souhaité que l’on retire les mentions exclusives de seulement deux pays, pour se concentrer sur toute la région qui doit appeler notre totale vigilance et notre détermination en matière de respect des libertés et des vies humaines".

Etonnante défense, car dans l’amendement déposé par MAM au Parlement européen, aucune "région" n’est citée, en lieu et place de l’Arabie Saoudite et du Koweit. Ce texte sera examiné lundi prochain, en commission des Affaires étrangères.

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-petites-manoeuvres-de-mam-au-profit-de-l-arabie-saoudite-et-du-koweit_1644662.html

Mots clés : Gouvernements / Justice-Droit / Proche & Moyen Orient /

Portfolio

Messages

Derniers articles sur Bellaciao :