Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Pour "Le Figaro", Bellaciao est un media de "la mouvance terroriste anarcho-autonome" (!!??)

lundi 17 novembre 2008 - Contacter l'auteur - 48 coms

SNCF : le retour de l’ultra-gauche activiste

La Direction centrale est aussi allée chercher des informations sur certains sites internet connus pour recueillir les propos rageurs des autonomes tels que Bellaciao

de Dominique Rizet et Aziz Zemouri

Sept mois de surveillance, par la DCRI, des milieux « autonomes » français ont permis l’arrestation quasi immédiate d’une dizaine de présumés saboteurs de caténaires.

C’était une crainte, c’est maintenant une certitude. La Direction centrale des renseignements généraux - devenue depuis Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) - avait vu juste en remettant, courant mars, au ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie, un rapport alertant le gouvernement sur une menace sérieuse de résurgence de la violence "anarcho-autonome".

Selon ce document, près de 2 000 personnes sur l’ensemble du territoire national étaient susceptibles de faire partie de cette mouvance radicale.

Huit mois après, la pertinence de cette note des services de renseignements prend tout son sens avec l’arrestation, mardi à l’aube, des présumés auteurs de la série de sabotages commis contre les installations TGV de la SNCF samedi 8 novembre - dans l’Oise, la Seine-et-Marne et l’Yonne.

Placés en garde à vue selon une procédure judiciaire de lutte contre le terrorisme qui peut permettre aux enquêteurs - policiers et gendarmes saisis conjointement par le parquet antiterroriste de Paris - de les entendre pendant un délai pouvant aller jusqu’à 96 heures, ces six femmes et quatre hommes sont âgés de 23 à 33 ans. Celui que le ministère de l’Intérieur présente comme le leader du groupe, Julien C., 33 ans, a été interpellé dans une communauté libertaire de Tarnac, en Corrèze, pendant que son amie était arrêtée à Rouen dans une maison du centre-ville.

De source officielle, la DCRI surveillait ce groupe depuis le mois d’avril dernier, après que le ministre de l’Intérieur eut demandé un renforcement de la surveillance de la mouvance ultra-gauche. Les premiers attentats commis contre des installations de la SNCF, au mois d’octobre 2007, avaient provoqué la constitution d’une cellule de travail regroupant les gendarmes de la sous-direction de la police judiciaire (SDPJ) chargés de l’enquête, les policiers de la DCRI et ceux de la sous-direction antiterroriste (SDAT).

Des anars en possession de bombes artisanales

C’est l’accumulation de plusieurs « signes » qui a alerté les enquêteurs, dès mars 2006, sur la possible résurgence en France d’une mouvance anarcho-autonome. A cette époque, la Sorbonne, le Collège de France et l’Ecole des hautes études en sciences sociales de Paris sont occupés par des individus se réclamant des « Totos », surnom que se donnent eux-mêmes les sympathisants des « milieux autonomes ». Plusieurs personnes sont placées en garde à vue.

En novembre 2007, à Toulouse, la police interpelle trois jeunes - deux hommes et une femme - circulant dans une voiture à bord de laquelle on retrouve tous les éléments entrant dans la fabrication d’une bombe artisanale. Parmi eux, Daphnée C., 22 ans, est déjà connue pour avoir organisé, avec une vingtaine de camarades, un coup de main contre le consulat du Danemark à Nantes, en soutien à des militants danois expulsés d’un squat à Copenhague. Randal V., 21 ans, est l’un des meneurs des manifestations anti-CPE à Saint-Nazaire. Quant à Grégoire M., 23 ans, une « petite frappe » de Rennes, il est plus connu pour des délits de droit commun que pour son engagement politique. Selon la police, ces trois personnes revendiquent leur appartenance à un groupe anarchiste.

Le 24 janvier 2008, les douaniers intervenant sur l’autoroute à hauteur de Vierzon, dans le Cher, découvrent dans le coffre d’une voiture deux sachets de un kilo de chlorate de soude. Les occupants du véhicule, un homme de 26 ans et une femme de 24 ans, soupçonnés d’appartenir à la mouvance de l’ultra-gauche, sont mis en examen quelques jours plus tard pour « détention et transport d’un produit incendiaire ou explosif destiné à entrer dans la composition d’un engin explosif » et « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ». Soumise au Fichier national automatisé des empreintes génétiques (FNAEG), l’ADN de la jeune femme « matche ». C’est celui d’une empreinte relevée à Paris, le 2 mai 2007, sur un engin explosif artisanal trouvé sous une voiture de police aux abords du commissariat central du XVIIIe arrondissement de Paris, à quelques jours du second tour de l’élection présidentielle.

Plus récemment, au mois de juin 2008, la section antiterroriste du parquet de Paris est saisie d’une enquête sur des appels téléphoniques anonymes revendiquant la pose de bombes dans des TGV et le long de lignes SNCF en Savoie. Aucune bombe n’est retrouvée, mais les enquêteurs découvrent, dans l’une des cabines d’où ont été passés les appels anonymes, une lettre de revendication rédigée en italien « en souvenir des Brigades rouges ».

Michèle Alliot-Marie évoquait justement ce mardi, quelques heures après les interpellations menées par la police et la gendarmerie dans les sabotages contre les installations des TGV, l’existence de « liens » entre ces autonomes français et les milieux de l’ultra-gauche allemande, belge, italienne et grecque. Selon le ministre de l’Intérieur, dans leur rapport du mois de mars, les policiers fixaient à 2 000 le nombre de sympathisants des milieux autonomes en France - dont 300 véritablement actifs.

Julien C., présenté comme l’un des théoriciens du groupe, est un intellectuel issu de la prestigieuse Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), boulevard Raspail à Paris. Il est l’un des fondateurs de la revue Tiqqun - aujourd’hui disparue - qui se prétendait l’« organe conscient du parti imaginaire » et constituait l’une des lectures de référence du milieu des squats et des communautés autogérées. « Métaphysicien », Julien C. défend une idéologie que l’on pourrait qualifier de « post-matérialiste », où le bien-être de l’individu lui-même prime sur les biens matériels. Tiqqun, qui vient de la tradition kabbaliste et messianique juive, signifie en même temps réparation, restitution et rédemption. Un « parti imaginaire » prêt, pourtant, au passage à l’acte pour parvenir à la réalisation de ses buts.

« Une belle idéologie qui ne justifie cependant rien », confiait mercredi un enquêteur de la DCRI, visiblement un peu déstabilisé par les premières déclarations des gardés à vue.

De la documentation sur la bande à Baader

Côté enquête, les perquisitions menées après les interpellations avaient déjà permis, mercredi matin, de mettre la main sur une importante documentation concernant notamment la « Rote Armee Fraktion-RAF » (Fraction armée rouge allemande), plus communément appelée « Bande à Baader », dont un film racontant la dérive terroriste sortait justement sur les écrans ce mercredi 12 novembre.

Les analyses des empreintes digitales et des ADN recueillis sur les lieux des sabotages et confiés aux gendarmes de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-sous-Bois devaient être connues mercredi en fin de journée. Elles pourraient aussi permettre de savoir si ces suspects ont un rapport avec un précédent sabotage, le 26 octobre 2008, en Moselle, sur la Ligne à grande vitesse Est, où 200 mètres de caténaires avaient été arrachés avec un dispositif identique - une tige de fer à béton fixée sur les caténaires - à ceux découverts le week-end dernier dans l’Oise, la Seine-et-Marne et l’Yonne.

Sept mois de surveillances, donc, qui n’ont pas vraiment permis aux enquêteurs d’avancer grâce aux écoutes puisque les suspects, méfiants, étaient très avares de conversations téléphoniques. Les vieilles méthodes fonctionnent toujours et c’est d’abord en infiltrant le milieu, comme l’avait fait le commissaire Jean-Pierre Pochon à la tête des RGPP (préfecture de police) il y a trente ans, lors de la première arrestation des militants d’Action directe, qu’ont procédé les hommes de la DCRI. La Direction centrale est aussi allée chercher des informations sur certains sites internet connus pour recueillir les propos rageurs des autonomes tels que Bellaciao, du nom de la chanson antifasciste qui dénonçait les conditions de travail des femmes trimant dans les rizières de l’Italie du Nord, ou Indymedia. Les policiers ont lu, aussi, le trimestriel Cette semaine publié en Lorraine depuis maintenant seize ans. Ce journal d’information politique circule dans le milieu des squats et s’enflammait dans son dernier numéro : « Que crève le meilleur des mondes »... Et avec lui ses trains, peut-être, puisque dans ce même numéro du printemps 2008, le journal recense les actes de sabotage commis contre la SNCF depuis novembre 2007... Ceux connus de tous et beaucoup d’autres passés totalement inaperçus, depuis des pierres glissées dans les systèmes d’aiguillages jusqu’à de l’huile déversée sur les rails.

http://www.google.fr/search?q=SNCF%3A+le+retour+de+l%27ultra-gauche+activiste

http://www.lefigaro.fr/lefigaromaga...

Mots clés : Archives articles de Bellaciao France - 2002-2021 / Dazibao / Mouvement / Presse écrite /

Messages

  • Cher ADN que de choses pourrait-on faire en ton nom a posteriori, de même pour qui lit les entrefilets de la presse régionale, dans SUD-OUEST, le ministère de l’intérieur prévoyait, dans un curieux communiqué il y a quelques semaines des attentats de ...l’"Ultra-Gauche" : c’était je crois à l’occasion d’une visite à Saint-Jean De Luz de la ministre de l’Intérieur (ville dont elle est maire) cet été. Habitué à la liaison autonomistes basques, corses ou bretons et attentats, dans le langage officiel, j’avais été frappé par l’introduction de ce nouveau terme : "ultra-gauche". Ne me demandez pas la date précise de ce communiqué, j’ai jeté le journal depuis longtemps car il me sert fréquemment, à proprement parler, de fond de poubelle. Communiste, autonome râleur,, peut-être anarchisant mais aussi écologiste. Bellaciao est une véritable bouffée d’oxygène pour le bien de la tête.JdesP

    • LES INSULTES DE LA PRESSE DE LYNCHAGE CA SUFFIT

      LES ATTAQUES CONTRE LES MEDIAS LIBRES BASTA

      Bellacio est en droit de demander et d’exiger un droit de réponse pour callomnies insultes et amalgames

      de plus ne nous génons pas non plus pour dénoncer publiquement l’étrange complaisance des modérateurs du site du figaro a des « commentaires » racistes ,quand ce ne sont pas des appels public au meurtre qu’on trouve sur leur site

    • ce qui est étonnant aussi c’est que nombre de commentaires posté sur le site du figaro

      montrent bien que memes chez nombres de lecteurs et lectrices du figaro beaucoup ne gobent pas la version officielle Aliot Mariesque

      mais bien sur les "journalistes" imbus d’eux mêmes qui écrivent dans ce torchon "le figaro" n’en tiennent même pas compte

      en tout cas cette attaque contre un site de médias libres comme bellacio est plus que claire, ces salopards des médias aux ordres montrent bien qu’ils ont surtout peur de perdre de ce qu’ils appellent leurs « parts de marché »

      - des médias mainstreams qui sont bien conscients finalement que la soupe gouvernementale qu’ils nous servent a longueurs de lignes et d’antenne ne marche plus et que si leurs ventes s’érodent d’années en années en est bien une preuve flagrante

    • Les posts du courrier des lecteurs du Figaro sont-ils vraiment pires que ceux de Libé ? Et si vous voulez avoir une idée de la profondeur de la bêtise humaine, je vous recommande les réactions sur le portail Orange : C’est radio mille collines !!!

    • Le Figaro, journal qui a lors de sa création flirté avec l’extrême droite, entretient bien évidemment les vieux réflexes de la droite réactionnaire et raciste.
      La preuve par les propos multiples de l’éditorialiste du Figaro Éric Zemmour sur la supériorités de la "race" blanche sur la "race" noire. Ci-joint, un très bon document d’ACRIMED sur un des nombreux dérapage de Zemmour (ICI).
      La généralisation de ce genre de propos me semble quand même largement inquiétant !

  • Mais au figaro, comme pour d’autre média, le gouvernement leur fait bien dire ce qu’il veut.

    Varenne

  • Amis terroristes bonjour !

     ;-)

    (attention humour, ceci n’est un appel à faire taire les caténaires)

    skalpa,
    http://kprodukt.blogspot.com

  • L’ULTRA CONNERIE de certains pseudo journalistes est confondante.

    "puisque les suspects, méfiants, étaient très avares de conversations téléphoniques"

    Logique, tu téléphone pas pour rien, t’es ultra gauche !
    C’est sur : pour la bataille de l’intelligence le figaro part de loin, très loin, trop loin !

    • Et l’Huma a relevé la somme de connerie donné par les médias bien pensants :

      "ils avaient racheté une épicerie tapie dans l’ombre" F2

      "pour mieux diffusé leur bréviaire anarchiste" Libération

      Dans "le point" on trouve une photo choc de la mouvance "anarcho-autonome"Des hommes foulards sur le nez en trai de lancer des projectiles.
      En fait ce sont des nazillons qui attaquaient la Sorbonne et le mouvement étudiant le 14 mars 2006 pour le CPE
      Voir le site http://reflexes.samizdat.net/

      Je ne sais pas qui parle du Pont dans cette discussion,mais ça serait le pire de tous apparement.

      Une chose est sure:on pardonne à la boue parce que c’est sa nature,il est difficile de pardonner à ceux qui se vautrent dedans au nom du capital !

  • sur certains sites internet connus pour recueillir les propos rageurs des autonomes tels que Bellaciao

    raaaa les enflures ! sur des sites d’extreme droite (je vais tt de meme pas donner les adresses ici !), il y a quantité de menaces, d’insultes, d’appels à la violence, de commentaires racistes... aucun problème, ces écrits restent en ligne et leurs auteurs ne sont pas inquiétés...

  • Comme on vient de rétablir le délit d’opinion, on embastille à tout va...

    Tous en cage !

    Puisque nous aussi, qui écrivons ou commentons sur Bellaciao ou sur d’autres sites, qui diffusons des tracts, nous formons collectivement une "Cellule Invisible" !

    En effet, nous militons, au delà de nos divergences, de l’appartenance ou non à un syndicat, un parti, une association officielle
    - avec les Sans Papiers, prolétaires parmi les prolétaires
    - avec nos collègues dans nos boites
    - avec nos voisins (même des "pas tout blanc", c’est dire !) dans nos quartiers
    - avec tant d’autres pour saboter nos chaines , et abattre ce Capitalisme qui nous oppresse

    Avec eux, nous manifestons aussi
    - contre le CPE,
    - contre la casse généralisée de nos droits
    - contre la politique xénophobe de Sarkozy/Hortefeux
    - contre les expulsions des sans pap’
    - contre les expulsions de locataires
    - contre ce gouvernement à la solde du patronat
    - contre les fermetures d’usines
    - contre les embastillements
    - contre la prison à vie
    - contre les OGM
    - contre le nucléaire

    etc...
    - contre l’avènement revendiqué par certains d’une société pré-fasciste, ou post-fasciste :

    Préface du livre de Sarko, par Fini

    Puisque l’on manifeste, beaucoup d’entre nous ont lu
    - le manuel du parfait terroriste Kit Keuf
    - le brulot des dangereux gauchistes du SM Vos papiers ! Que faire face à la police ? Un livre du Syndicat de la magistrature publié à L’Esprit frappeur

    et mieux encore, on a lu
    - Marx, Lénine, Trosky, Staline, etc... la liste est longue
    - Emile Pouget
    - Paul Lafargue

    et grâce à la presse, on a (re)découvert
    - L’insurrection qui vient bible des "terroristes", publié par une bonne maison d’édition fort bien nommée "La Fabrique", et disponible dans toutes les bonnes librairies


    Z’ont du boulot, les plumitifs du Figaro !

    relire "Je suis un terroriste"...

    il rappelle judicieusement que voila revenu le temps des Corbeaux

    Article 422-1

    Toute personne qui a tenté de commettre un acte de terrorisme est exempte de peine si, ayant averti l’autorité administrative ou judiciaire, elle a permis d’éviter la réalisation de l’infraction et d’identifier, le cas échéant, les autres coupables.

    Déjà depuis quelques jours, on voyait passer des commentaires et articles plutôt "reloux", certainement sortis tout droit du forum du Fig.... heureusement "censurés"

    Les "collaborateurs" et autres "corbeaux" auront bientôt un "outil moderne" à disposition, parce que la Poste, hein.... ce n’est plus ce que c’était, depuis qu’on la privatise à tout va !

    Les internautes vont bientôt pouvoir collaborer avec le ministère de l’Intérieur

    La plate-forme de signalement des infractions, crimes et délits devrait être inaugurée avant la mi-décembre par Michèle Alliot-Marie.

    Pour l’heure, son nom de code est Pharos (pour « plate-forme d’harmonisation, d’analyse, de recoupement et d’orientation des signalements »). Avant la fin de l’année, cet outil de signalement ouvert au grand public prendra ses quartiers à l’adresse suivante : www.internet-signalement.gouv.fr.

    Pour les pouvoirs publics il s’agit d’élargir à l’ensemble des infractions, crimes et délits (escroqueries, incitation à la haine raciale, propagande du terrorisme) commis sur Internet, ce qui n’est aujourd’hui qu’un site de signalement des sites à caractère pédopornographique, dépendant de l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication).
    http://www.01net.com/editorial/396405/les-internautes-vont-bientot-pouvoir-collaborer-avec-le-ministere-de-l-interieur/

    et lire aussi ça : Cahier des clauses particulières
    CCP n° 2008 / 57 du 15 octobre 2008

  • Je vais y aller de mon propos rageur ! Je suis pourtant un ardent défenseur de la liberté d’expression mais lorsque l’on lit un salmigondis d’informations déformées, tronquées, ressemblant à la façon de faire de la presse vichysoise, il est urgent de demander le retour de la censure pour interdire le genre de baveux comme le figaro. Je persisterai et signerai ce genre de propos tant que les lecteurs de tels immondices n’auront pas conscience de se faire manipuler !

    A écouter le bruit des bottes sur : http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com

  • Bonjour.
    Avez-vous signalé cela à Acrimed ?
    Une action en diffamation est-elle envisageable ?
    Bonne journée.

  • LES JOURNALISTES POLICIERS MARCHANDS DE CALOMNIES......TOUT CA N’EMPECHE PAS NICOLAS..................

    • Bon et bien sérieuse gueule de bois dialectique ces derniers jours... je me définissait d’extrême gauche (si l’on part du présupposé selon lequel les socialistes sont encore à gauche) et je me réveille pour me découvrir "d’ultra-gauche" (et tutti quanti).

      Selon la nouvelle hiérarchie politique que ce terme suppose, j’en déduis que :

      Gauche = UMP
      Extrême gauche = socialistes et centre
      Ultra-gauche = PCF, LCR, NPA, Utopia, etc.
      L’Anarchie ? sur Bételgueuse probablement tellement elle est à gauche de la gauche !

      Comme le font si bien remarquer certains de vos commentaires, c’est devenu un délit d’opinion que de nourrir une vrai pensée de gauche.

      Alors, vu que de toute manière nos propos sont surveillés, je vais marteler une fois de plus ce mot qui met en alerte rouge les logiciels espions de nos bons amis de l’ombre : gauche, gauche, gauche, gauche.

      Attention on pourrait m’inculper de terrorisme verbal !

    • D’accord avec Brunz !

      C’est l’hommage du vice à la vertu.

      C’est une médaille en or que nous délivre le torche-cul "Le Figaro", sponsorisé par le marchand d’armes, Dassault.

      Nous à Bellaciao, on ne vend pas d’armes et ne mettons personne en prison avec nos mots.

      On défend des idées, des opinions, dans la grande tradition des Jules Vallès, des John Reed, des Georges Orwell...

      Chez eux, ils n’ont que les rebut de l’esprit, les prostitués de la plume, les fabricants de "Novlangue", les journalistes de meute, qui vont prendre leurs ordres et consignes au ministère de La Propagande.

      L’affaire des jeunes de Tarnac, abominablement lynché par "Le Figaro", illustre bien leurs méthodes.

      Sans risquer de procès, ils les ont diffamé, calomnié, sali.

      Ils ont accompagné des flics cagoulés, au petit matin, un peu partout en France, arrêter de jeunes résistants. Ils ont presque assisté aux interrogatoires musclés.

      Ils ont torturé les parents et les amis, en présentant les jeunes libertaires comme des terroristes, passibles de vingt ans de prison.

      Ils ont instauré un climat de haine et de suspicion autour des "accusés" afin de les couper définitivement de leur famille, de leur milieu.

      Mais cela n’a pas marché. Le village tout entier a crié non aux miliciens de l’ordre.

      L’Ultra-Police ne passera pas.

  • J’ ai vu également un appel au président de la république, qui demande à destituer de leur mandat ceux qui sont à l’initiative du Comité de Soutien aux interpellés de Tarnac

  • En tout cas bravo pour Bellaciao qui est l’un des rares sites à assurer une couverture sérieuse et à peu près complète de cette affaire...

  • On a déjà vu apparaitre furtivement sur Bellaciao des bribes d’articles nauséabonds venant de la réaction, mais ça sent l’attaque en règle car la même chose se produit sur d’autres sites. Je me suis d’ailleurs fait insulter par un facho qui a eu le culot d’utiliser en partie l’Allemand pour s’exprimer. Ceci vient du fait qu’en "sarkozie" ils pensent que tout est permis pour divulguer et faire propager des idées que l’on pensait ne plus lire ou entendre. Que voulez-vous quand un représentant de l’Etat prend Vichy comme ville symbole pour parler de l’immigration en comprend que les frustrés de cette période boivent du p’tit lait, et en profitent pour donner libre cours à leurs penchants naturels, comme la délation, l’autoritarisme, la dictature...

    Comme il s’agit aussi de provocation, je sais qu’il ne faut pas tomber dans leur jeu ; en attendant ça me fait hurler de dégout !

    D’un autre côté, si les hyènes sont à l’aboi c’est qu’elles ont aussi la trouille de la contestation qui monte.

    http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com

  • "C’est l’accumulation de plusieurs « signes » qui a alerté les enquêteurs, dès mars 2006, sur la possible résurgence en France d’une mouvance anarcho-autonome."

    Encore que le Sarkocirque n’ait pas étouffé la pluralité des pensées et des expressions de celles-ci.

    Ils ont trouvé, suivant les journalistes accomodants du Figaro, du chlorate de soude. Chlorate de soude qui sert notamment d’herbicide. En voilà un beau brin de terroriste...jardinier.

    Bref, le dossier est vide. Alliot-Marie surfe sur les paranoias de la droite et sur celles de pas mal de membres du PSM - Parti Socialiste de Marché -.

    Toujours la même tactique d’un pouvoir en échec sur tous les plans, malgré les sondages bidons et la com universelle. On cherche un bouc émissaire pour la ménagère de 50 ans lectrice des storytelling industriels sur papier people, abonné à la bouillie politico-affariste taguée des plus beaux corps politiques de la caste des privilégiés.

    Sarko est plus que jamais refusé par la majorité, sa politique du désastre encore plus.

  • Désormais s’inquiéter du sort de la planète, de la répartition des richesses, des libertés de chacun est désormais mal considéré. Remettre en cause le système actuel, imaginer des alternatives et les partager est devenu suspect. En bref, à travers cette sinistre comédie : "Le retour de la vermine communiste" organisée par le gouvernement, chaque citoyen est prié de respecter le tabou des méfaits du capitalisme. Le mythe de la croissance éternel, des matières première inépuisables est vigoureusement défendue par notre bonne vielle élite. Or aujourd’hui le capitalisme penne à tenir sa promesse de l’amélioration du sort de chacun par la consommation, garantie de son existence, par la relative paix sociale, et l’ apathie politique qu’elle lui procure. Afin de défendre ses privilèges, la bourgeoisie utilise plus que jamais l’information, la peur de l’autre, la crainte du changement pour maintenir l’ordre établi. A nous, communistes et sympathisant, d’encourager au mieux les mesures qui répondent aux nouveaux défis. C’est à nous de convaincre qu’un changement progressif, concerté est préférable au chaos et la répression. Car au lieu d’anticiper les problèmes, le gouvernement agit au contraire sur le court terme pour se maintenir sans véritable remise en question. Or il n’y a actuellement, sous le régime actuel, aucune raison d’espérer une véritable inversion de l’évolution de la précarité. C’est à nous de donner un sens constructif aux inéluctables révoltes engendrée par cette dernière, car nos gouvernements n’ont rien d’autre que la répression pour réponse.
    Je sais je dis rien de nouveau mais ça fait tout de même du bien. Cordialement.

  • Les journalistes terroristes à grande vitesse de la servitude

    Les journalistes sont devenus dans cette affaire de Tarnac la courroie de transmission de l’interrogatoire policier : affirmation fausse, ou simplement supposée vraie affirmée comme vrai (le ridicule des dites preuves adn) histoire de laisser entendre qu’on connait toute l’histoire, déclinaison des identités avec liste de nom publié devant tout les lecteurs(histoire de coupable ou non les enliser dans le rôle de terroriste), divers fantasmes sans preuve présenté comme fait .

    A croire que à coup d’affirmation glanée à l’aveugle, ils participent activement à l’interrogatoire. Un vrai travail de flic(vieil technique que de faire croire que on en sait plus que on en sait) !

    Pauvres lecteurs, se faire ainsi piétiner par des chiens qui ne vous restitue même pas l’information dans l’état dans laquelle on leur donne.

    A ce niveau là que le "crime" ait été commis ou pas, la destruction par l’image à lieu. Qu’ils aient commis ces actes ou non les désigne avant tout, aux yeux de tous comme terroristes potentiels. Et par là ils deviennent coupable pour le seul fait de leur mode de vie et de leurs idées...

    Les journaux et informations deviennent dans leur frénésie a lécher le cul du pouvoir, un puissant vomitif que plus personne ne peut ignorer car plus personne n’est épargné.

    Merci figaro libé 20 minutes et tout les medias de merde

  • Comment reconnaître un terroriste du rail ?

    1. Un terroriste du rail se reconnaît au fait qu’il est contre la guerre, mais avec une « rare véhémence ».

    A tout seigneur, tout honneur, précisons que nos fins limiers ont été mis sur la piste des « terroristes de Tarnac » (Tarnac, 350 habitants, une église du XIème siècle, un château du XVIIème et 40 km de chemins de randonnée) par les américains qui ont signalé leur « chef » à la police française, comme le note le Figaro :

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/12/01016-20081112ARTFIG00071-sabotages-de-la-sncf-la-piste-de-l-ultragauche-.php

    « repérés à la fin de janvier pour des troubles à l’ordre public provoqués en marge d’une réunion anarchiste se tenant à Times Square à New York. Avec une rare véhémence, ils protestaient alors devant un centre de recrutement de l’armée américaine qui, d’ailleurs, a été frappé par un attentat le mois suivant. »

    2. Un terroriste du rail se fait passer pour un individu « normal » : il trompe son monde en se dissimulant sous les traits de fermiers ou d’épiciers.

    Le journal La Montagne avait rencontré les six jeunes femmes et quatre jeunes hommes devenus les « terroristes de Tarnac »... et n’y avait vu que du feu !

    http://www.lamontagne.fr/editions_locales/tulle/exclusif_nous_avions_rencontre_les_epiciers_de_tarnac_@CARGNjFdJSsEEh8NBho-.html

    Le journal « La Montagne » nous les décrit comme habitants d’un bâtiment appelé « La ferme » qu’ils avaient achetés. Le maire de la commune, Jean Plazanet a déclaré à l’AFP que les jeunes qui l’occupaient l’avaient acheté en 2003. Ils y élevaient des moutons et entretenaient un potager. Cette communauté recevait des visiteurs venant de Grèce ou d’Italie. Ils étaient très bien intégrés dans la commune où l’un gère une épicerie qui fait également office de station-service. Les habitants interrogés ont été unanimes : ils sont très sympa.

    « Il y a trois ans, en posant leurs valises sur le plateau, dans un hameau non loin de Tarnac, Gaëtan, 25 ans, et Benjamin, 30 ans, ne pensaient pas devenir commerçants. Lorsqu’ils ont débarqué avec une vingtaine de potes pour retaper une vieille ferme, les rumeurs ont d’ailleurs été bon train. "Tout est parti de notre volonté de travailler là où on vit. Car on n’est pas venu ici pour faire du fric", explique Gaëtan. Pour preuve, il est également devenu président du comité des fêtes", observe la Montagne.

    3. Un terroriste du rail écrit

    Autre élément à charge : il semble qu’ils écrivaient ! Selon Sud-Ouest,

    http://www.sudouest.com/accueil/actualite/dossiers/article/413045/p/1/mil/3558596.html?L=0%3Dcc3bb58788%3Df80db0d9ca&cHash=422cf03c81

    ce groupe aurait participé à la rédaction d’un ouvrage intitulé « L’insurrection qui vient »,

    http://www.lafabrique.fr/article_livres.php3?id_article=215

    signé d’un énigmatique « Comité invisible » et paru aux éditions de La Fabrique. En voici quelques extraits.

    http://www.lafabrique.fr/IMG/pdf_Insurrection.pdf

    4. Un terroriste du rail est étroitement surveillé par la police, mais parvient toujours a déjouer sa vigilance pour commettre ses forfaits sans jamais laissé ni indice, ni trace.

    Voilà qui est accablant pour nos dix de Tarnac, c’est même signé : il n’y a pas de preuves contre eux comme le note le point. journal pourtant eminement pas connu comme ayant des penchants libertaires et anarchistes

    http://www.lepoint.fr/actualites-societe/sabotages-a-la-sncf-pas-de-preuve-contre-les-militants-de-l-ultra/920/0/290982

    Seul des terroristes peuvent détruire les preuves avec autant d’adresse alors qu’ils sont étroitement surveillé par la police !

    5. Les terroristes "Anarcho autonomes" sont super balaise il ont un super don de téléportation et commettent des attentats même pendant leur garde à vue

    C’est ainsi qu’un train percute une plaque de béton posée sur les rails par malveillance près d’Alençon, le 11/11 à 17h30, alors que les 10 jeunes gens étaient en garde à vue.

    http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Le-train-percute-une-plaque-de-beton-pres-d-Alencon_3636-744950_actu.Htm

  • Avis éclairé d’un editeur alternatif, sur le "syndrôme" des"anarcho-autonomes"

    Les habits neufs de l’ennemi intérieur

    En France aujourd’hui, le nombre augmente sans cesse de ceux pour qui "ça ne peut pas durer", de ceux pour qui "ça va mal finir". Quand les banques perdent des fortunes, quand on tire au fusil sur la police dans les banlieues, quand on trouve alternativement dans la rue des magistrats, des lycéens, des chauffeurs de taxi et des sans-papiers, il y a bien de quoi s’inquiéter. Et, comme souvent en pareil cas, le réflexe de l’oligarchie est de créer un ennemi intérieur, pour recueillir l’assentiment général dans le resserrage de son dispositif militaro-policier.

    C’est dans Le Figaro (8 juin 2007) que paraît le premier article sur les "anarcho-autonomes", reprenant sans état d’âme un communiqué des Renseignements Généraux. Notons en passant que le doublet est un procédé policier habituel pour désigner des groupes à la fois dangereux et repoussants, judéo-bolcheviques, hitléro-trotskistes, islamo-fascistes. Dans ce numéro, on apprend que "les autorités s’inquiètent de la résurgence de groupes extrémistes [...] qualifiés d’anarcho-autonomes par les services de police". Il s’agit de former le profil de la menace, de forger un sujet responsable des actions qui ont entouré l’élection du Président - attaques de locaux de partis politiques, confrontations avec la police, émeutes organisées. Il s’agit de répandre l’idée d’un partage séparant la population, incarnée par son gouvernement, de quelques individus dangereux qu’il faut neutraliser dans l’intérêt de tous.

    L’article date donc de juin 2007. Puis vient le "mouvement" contre la loi Pécresse dans les universités. Une vague d’occupations incontrôlées se répand, sur la simple base de la haine politique contre le nouveau régime. Les organisations militantes ne sont pas seulement débordées, elles sont souvent exclues, inadéquates qu’elles sont pour lutter contre un monde qui leur ressemble tant, un monde de gestion et de manipulation. Et comme il faut bien donner un nom à ce qui vous échappe, les organisations commencent à voir partout se propager le péril autonome. Hallucinées, elles imaginent des "totos" partout. A voir le président de Science-Po Grenoble frapper à la barre de fer un malheureux partisan du blocage, on en vient à redouter qu’il ait été lui aussi, homme si doux par ailleurs, atteint du terrible virus.

    Le dispositif est en place, il ne reste plus qu’à le nourrir. On arrête donc à Toulouse, dans les derniers jours de novembre 2007, trois jeunes gens transportant en voiture un engin explosif. Deux sont déjà fichés comme "anarcho-autonomes". On trouve chez eux un exemplaire de L’Insurrection qui vient, livre publié chez La Fabrique, et un exemplaire du second numéro de la revue Tiqqun. En janvier 2008, c’est le tour de deux jeunes parisiens, fichés eux aussi : ils sont arrêtés alors qu’ils se rendent à une manifestation contre le centre de rétention de Vincennes. Dans leur voiture, des fumigènes artisanaux. Enfin, quelques jours plus tard, deux automobilistes, dont l’un connu des services comme "anarcho-autonome", sont fouillés et trouvés en possession de chlorate de soude, d’un livre en italien détaillant la fabrication de bombes, et d’un plan de l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville.

    Le 2 février 2008, c’est au tour du Monde de se prêter à l’opération médiatico-policière : l’article est intitulé "Les RG s’inquiètent d’une résurgence de la mouvance autonome". La veille, dans Le Figaro, la ministre de l’Intérieur récitait d’ailleurs, avec sa maladresse de vieille fille, la leçon apprise : "Depuis plusieurs mois, j’ai souligné les risques d’une résurgence violente de l’extrême gauche radicale."

    La vérité de l’opération policière en cours, c’est ce versant médiatique. Un système qui ne se maintient plus que par l’inflation de ses forces de police doit donner des rebelles une image haïssable : ce sont évidemment "des terroristes" - terme qui désignait, je m’en souviens parfaitement, les combattants de la Résistance à la radio de Vichy. Mais si nul n’a jamais réussi à produire une définition incontestée du "terrorisme" - tant il est vrai que le terroriste de l’un est toujours le résistant de l’autre -, on sait bien ce qu’est l’antiterrorisme, au nom duquel sont poursuivis les huit individus mentionnés plus haut. D’après les lois antiterroristes françaises, ce qui qualifie une infraction de "terroriste" n’est pas intrinsèque à l’infraction. Ici, c’est l’intention qui compte, dès lors que l’on est "en relation avec une entreprise individuelle ou collective ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur". Ainsi, les détenteurs de fumigènes dont j’ai parlé ne seraient pas incarcérés à l’heure actuelle s’ils n’avaient pas été préalablement fichés aux RG, s’ils n’étaient pas déjà tenus pour des individus dangereux. De même, c’est par pure construction policière que le chlorate de soude et le document italien sont devenus une bombe "en puissance", destinée à faire sauter la prison pour mineurs de Porcheville.

    En réalité, l’antiterrorisme n’a rien à voir avec le "terrorisme". Il s’agit d’une technique de gouvernement visant à éliminer par la force les cellules rebelles de l’organisme social. C’est pourquoi nous devons soutenir les subversifs récemment arrêtés : au moment où l’on s’attend à des troubles graves, leur incarcération préventive est une pure manœuvre d’intimidation menée par la police politique. Ne la laissons pas sans réponse.

    Eric Hazan, éditeur, directeur de la maison d’édition La Fabrique.

    http://www.lafabrique.fr/

  • pour le figaro tous ceux qui contestent l’ordre capitaliste sont des terroristes . il est fidèle en cela a son passé , il a combattu la commune de paris , dans les années vingt son propriétaire était un fasciste faisait parti du parti fasciste français , certes il a publié le j’accuse de Zola mais cela a du être un accident de parcours . il a toujours été le porte parole de la droite et de l’extrême droite . aujourd’hui il ce fait le porte parole du néo fascisme , qui on le sait est historiquement une des roue de secours du capitalisme . pour cela il lui faut montrer (les terroristes potentiels comme on dit maintenant ) pour dévoyer le mécontentement social grandissant . apparemment il a constitué sa ou ses listes noires , a quand les rafles ? la bête immonde est plus que jamais là au grand jour tout a fait décomplexée , le figaro est une de ses mains qui est de plus en plus visible , pour ce torchon nous sommes tous des terroristes en puissance . pour ma part je l’emmerde et je soutiens sans réserve Belleciao . sam 82 .

  • Je ne suis plus jeune... et ne me tais toujours pas...

    La connerie n’a pas d’âge... il y a longtemps qu’on le sait... mais elle n’est pas toujours inoffensive,on le sait aussi... et il faut la combattre...

    • La vache ! Je viens de me taper la floppée de messages en réponse à l’article du FIGaro (que dans ma jeunesse on appelait génériquement la presse pourrie) et pas un mot contre les cocos ni contre L’Huma !
      La découverte au coin du bois de la sinistre gueule du bourgeois vous aurait-elle foutu un peu de plomb dans la cervelle ?
      Vous saviez pas qu’ils étaient comme ça ?
      Alors mes copains de Charonne vous pensiez qu’ils sont morts au cours d’une promenade sur la Seine ?
      Bonne nuit les petits !

    • Mais oui on savait, et on sait, à qui on a affaire.

      Et puis, pour Bellaciao, se faire "pourrir" par une presse de merde, c’est aussi l’hommage du vice à la Vertu, oui ou non ?

      Quand aux "mots" contre les cocos ou l’Huma, je vois pas pourquoi il y en aurait de la part des posteurs de Bellaciao sur ce coup.

      Par contre si il y en avait eu envers eux de la part des mêmes qui attaquent Bellaciao on se serait fait un devoir et un plaisir de les défendre.

      Comme certains d’entre nous les ont défendus par le passé, y compris le fusil à la main.

      Hélas, doivent pas être considérés actuellement comme un danger.

      D’ailleurs quand c’était le cas le Pouvoir ne se faisait pas de scrupule de les "attaquer" en les saisissant. Et les Fachos aussi en les "attaquant" dans leurs locaux et en attaquant leurs militants et diffuseurs comme ça a été le cas dans un passé pas si éloigné que ça.

      G.L.

  • "résurgence de la violence "anarcho-autonome""

    1 - L’Anarchie c’est l’ordre (le vrai ordre) sans le pouvoir.
    2 - Le capitalisme c’est le pouvoir dans le désordre (la vraie violence).

    De plus, il me semble connaître une des personnes citées dans le journal local de Rouen. Si tel se confirme le cas, les bras m’en tombent tellement c’est juste pas crédible les propos d’Alliot-Marie.

    Camarades et amis, planquez vos livres "Face à la police, face à la justice" c’est le livre porno du début du 21e siècle pour un pouvoir qui y découvre pages après page ses propres turpitudes...

  • Fier de publier ici.

    Une remarque : Est-il important de se focaliser sur le journal d’un élu de la nation lui même vivant des commandes de l’Etat et qui passe sont temps à donner des leçons de bonne gestion (http://slovar.blogspot.com/2008/06/est-il-normal-de-dtenir-un-mandat.html) ?

    @mitiés à tous

    Slovar les Nouvelles

    http://slovar.blogspot.com

Derniers articles sur Bellaciao :