Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

REPRÉSENTATION POLITIQUE

vendredi 5 janvier 2007

de Le Yéti

Il est connu que l’agressivité des individus est inversement proportionnelle à leur maîtrise du langage qui leur permet de s’exprimer et de communiquer. Moins vous possédez le langage, et plus vous êtes enclin à vous exprimer avec la seule chose qui vous reste : l’agressivité. Ou alors vous sombrez dans l’amertume et la dépression.

Il en va de même pour les groupes sociaux et politiques. Or il m’apparaît évident qu’une grande partie du corps social français d’aujourd’hui se trouve actuellement dépourvue de toute possibilité d’expression politique satisfaisante. Ce n’est pourtant pas l’envie qui leur en manque. On l’a vu avec l’ultime vague d’inscriptions massives sur les listes électorales.

Mais pour qui, pour quoi ?

Il est symptomatique qu’un intellectuel reconnu comme Michel Onfray reconnaisse ne plus avoir comme seules possibilités aux prochaines présidentielles que l’abstention ou le vote "utile". Comptez donc les personnalités qui se précipitent sur les listes de soutien des trois prétendants de gauche en lice. Or ni ces personnalités, ni la masse des anonymes ne pourront supporter très longtemps de se contenter d’une telle frustration.

Cette situation n’est pas le seul fait des individus engagés politiquement. Je suis frappé de voir qu’autour de moi, quel que soit le milieu des personnes rencontrées — chômeurs, salariés précaires, cadres moyens, petits commerçants et même, ce qui est plus frappant, personnes financièrement hors problèmes — aucunes ne se reconnaissent dans les professions de foi des futurs candidats et ne sachent en vérité pour qui voter. Il n’y a que les "échantillons représentatifs" des sondages qui semblent avoir une opinion tranchée.

Manque donc une réelle possibilité de représentation politique, tout particulièrement à gauche. Tel est le sens de ma proposition pour une Refondation sociale [1], nouveau mouvement destiné à fédérer une expression politique qui ne parvient pas à s’exprimer (cf. également Vœux 2007.

Est-ce rajouter à la division de la gauche ? Allons voyons, croyez-vous que les quelques 40 % d’abstentionnistes chroniques, en nombre grandissant, n’aient aucune opinion politique ? On a vu lors du référendum de 2005 qu’ils savaient parfaitement se mobiliser quand ils avaient une chance sérieuse d’être entrendus. C’est ceux-là que la Refondation sociale devrait se proposer d’attirer.

Les autres, ce sont ceux qui, en désespoir de cause, votent "utile" pour le Parti Socialiste ou crachent sans illusions leurs exaspérations via les appareils de gauche traditionnels. "En désespoir de cause", tout est dit. Il est temps d’essayer d’en finir avec tous les désespoirs.

Avant d’en terminer, je voudrais cependant que l’on ne se trompe de cible. Prenons acte qu’il n’y a pas eu de possibilités d’accord entre nous, marquons nos différences avec les autres sensibilités quant à la méthode à suivre, laissons à chacun le soin de s’exprimer dans la structure qui lui convient. Mais cessons de nous marquer les uns les autres à la culotte à coups d’invectives déplaisantes et malsaines, comme c’est trop souvent le cas actuellement, quel que soit le camp concerné.

Un site comme Bellaciao offre la possibilité très rare à plusieurs sensibilités différentes de s’exprimer en parallèle. Que chacun le fasse et que le meilleur gagne.

Mais n’oublions pas que le but principal est tout de même la mise en place d’une nouvelle organisation sociale, économique et politique dans notre pays. Sur ce, nous sommes tous d’accord, je crois ?


[1… ou du nom que les intéressés voudront bien donner à ce nouveau mouvement ; il ne s’agit pas de faire une fixette sur l’expression Refondation sociale, mais de veiller à ce que l’appellation retenue exprime un état d’esprit de conquête plutôt que d’éternelle opposition.

Messages

  • J’adhère à ton propos, Yéti. Mais tu risques de prendre une volée de bois vert comme Eric Coquerel.

    http://www.bellaciao.org/fr/article.php3?id_article=40455

    JMH

    • Une volée de bois vert ? Pas grave, j’ai le cuir épais. Salut à toi, JMH,

      Le Yéti

    • Tu as l’air plus robuste, a priori, que Danielle qui a fini par pété un cable mais il faut dire qu’elle a été sérieusement malmenée. Elle reviendra, j’en suis sûr, car elle n’est pas du genre à abandonner. La force de la conviction, ça veut dire quelque chose, n’en déplaise aux grincheux. Continue Yéti, tu es de ceux dont la plume me ravit.

      JMH

      NB : T’as pas aimé ma candidature ? Je m’étais pourtant appliqué...:o)

  • le yéti président (second degré)

    nous avons enfin trouvé notre candidat(LOL),notre étienne chouard 2007.l’homme qui nous fait retrouver l’espoir en ces premiers jours de janvier,l’homme qui avec talent , sensibilité ,sans agressivité a su trouver les mots pour nous rassembler.

    il faut remercier bellaciao qui a publié quelques beaux textes du yéti. si un mouvement de REFONDATION SOCIALE se crée en 2007 ,on le devra un peu à notre AMI.

    des mecs comme ça ,qui savent ce qu’est la souffrance ,on peut les remercier du fond du coeur.

    jc b

  • LE COMBAT PRINCIPAL...

    ... c’est bel et bien comme tu le dis Yéti la construction d’un monde différent où les humains ne sont plus mis systématiquement en concurrence les uns avec les autres et où chacun peut exister avec plus de chances de ne plus être malheureux.
    Pour y travailler côte à côte, même si ce n’est pas dans l’unité, je n’ai aucun problème et c’est bien aussi quelque chose que j’avais proposé, prenant en compte les actuelles divergeances et différences.
    Donc OK pour moi, Yéti.

    Et d’accord aussi pour qu’ici ou là on cesse de réciter l’incantation de catéchismes qui ne démontrent rien et ne réduisent pas les fractures existantes.
    Soyons ensemble pour tout ce sur quoi nous sommes d’accord.
    Sur le reste le débat se poursuit.

    Mais agissons en priorité pour changer la donne !

    NOSE DE CHAMPAGNE

    • la premiere éape de cette "refondation" consisterait à reconnaitre les contrevérités que beaucoup partagent sur le pcf. Que l’histoire du mouvement ouvrier ait forgé un outil adapté à une structure de classes qui a changé, c’est vrai. Mais le PCF a lui aussi énormément changé et ceux qui en doutent doivent, par honneteté intellectuelle, s’y inscrire pour le juger de l’intérieur. Son affaiblissement était la condition de la contre offensive capitaliste des années 70. Ceux qui parlent de refondation le font sur ce présupposé : ils refusent le pcf et donc la forme parti. Mais ils sont incapables d’aller au delà de ce moment négatif. Qu’il faille un parti de note temps est une évidence mais "autre chose", "autrement" sont des indices d’une impuissance à définir une alternative à la "forme parti". Là comme ailleurs on ne supprime que ce que l’on remplace. Enfin, si faire de la politique autrement consiste à laisser libre court à ses pulsions caractérielles comme bové ou à poignarder ses camarades comme salesses, il est préferable de continuer à en faire comme aujourd’hui.

    • Comme tu vois avec le commentaire qui suis le tien, tu n’as pas été très bien compris, Nose. Voilà notre Bové agité de "pulsions caractérielles" et que notre Salesse "poignarde ses camardes" !

      Je rappelle que le sujet en est de savoir comment proposer une alternative à tous ceux qui se sont réfugiés dans l’abstention ou le vote stérile de protestation toutes ces dernières années.

      Mon constat (pas seulement le mien) est qu’aucun parti existant à gauche (PCF compris) n’a été capables d’enrayer cette dérive. Et que rien ne peut laisser croire qu’ils ont pris les mesures pour pouvoir inverser cette tendance. Bien au contraire.

      D’où mon appel à la création d’un nouveau mouvement.

      Bien à toi,

      Le Yéti

  • Appeler à une refondation politique, c’est bien. Surtout quand c’est pour le respect de tous les citoyens oubliés, ce qui semble le cas.

    Mais le faire en signant d’un pseudo, c’est mal barré question transparence ! Quand dépasserons-nous les propos anonymes genre café du commerce ? Quand aurons-nous le courage de nos opinions ?

    Robert joumard