Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

RSF : face aux audits du GAO aux Etats-Unis, Ménard préfère s’éclipse

jeudi 9 octobre 2008 - Contacter l'auteur - 3 coms

de ALLARD Jean-Guy

Alors que son organisation, Reporters sans Frontières, se trouve sous la loupe du Government Accountability Office (GAO), à Washington, pour être un des principaux bénéficiaires du Center for a Free Cuba impliqué dans une fraude gigantesque, Robert Ménard annonce à Paris qu’il abandonne son poste de secrétaire général parce qu’il a "envie de faire autre chose".

"Je vais trouver une autre façon de continuer le combat que je mène pour les droits de l’Homme", déclare Ménard dans une dépêche complaisante de l’AFP.

Le collaborateur assidu du renseignement américain ajoute avoir préféré partir "une fois la campagne sur la Chine terminée" – une référence aux campagnes qu’il a menée au cours des derniers mois pour le compte du gouvernement de Taiwan.

Ménard laisse son poste quelques semaines à peine après que le Congrès nord-américain ait ordonné à l’Agence de développement international (USAID) de congeler les fonds du Center for a Free Cuba, une créature de Freedom House, gérée par l’agent CIA Frank Calzón. Cette situation sera maintenue jusqu’à la fin de l’audit des opérations de son Programme Cuba.

USAID dispose cette année d’un budget de 45 millions de dollars pour effectuer son travail de propagande et d’espionnage, par le biais d’un réseau de prétendues ONG, toutes liées d’une façon ou d’une autre au dispositif anti-cubain des services spéciaux étasuniens.

Depuis la publication en 2004 du Plan Bush d’annexion de Cuba, RSF (identifiée dans le document) n’a eu d’autre choix que de reconnaître sa collaboration avec le Département d’État, fortement rémunérée non seulement par l’intermédiaire de Calzón mais également par le National Endowment for Democracy (NED), et par un de ses subsidiaires, l’International Republican Institute (IRI).

Le lien économique considérable entre RSF et le gouvernement nord-américain a été l’objet d’un travail de recherche important de la journaliste californienne Diana Barahona qui a obtenu des autorités, grâce à la loi sur l’accès à l’information (FOIA), des preuves irréfutables de cette confabulation jusqu’à ce que les organismes fédéraux cités refusent illégalement leur collaboration.

Il est intéressant d’observer qu’au cours des dernières années, c’est le nouveau patron de RSF désigné par Ménard, Jean-François Julliard, qui s’est consacré au nom de l’organisation (avec des lettres ouvertes et des déclarations scandalisées) de nier catégoriquement de tels liens entre le groupe parisien et les fonds gouvernementaux nord-américains mis à la disposition d’opérations de la CIA.

DE CELA, LA PRESSE FRANÇAISE NE DIT PAS UN MOT

La fraude à la USAID a provoqué la démission du chef de cet organisme pour l’Amérique latine, le fonctionnaire mafieux Adolfo Franco, et de Felipe Sixto, le principal collaborateur du patron du Center for a Free Cuba, qui a confessé avoir détourné un demi million de dollar.

Curieusement, Ménard a aussi perdu il y a quelques mois son bras droit, Régis Bourgeat, qui a géré de façon très particulière les opérations de RSF contre Cuba, au point d’accompagner son maître à Miami durant une visite aux cabecillas de la mafia cubano-américaine. Un voyage dont n’a jamais parlé la presse française, très compromise avec les principaux parrains parisiens de Ménard, plusieurs d’entre eux impliqués dans le monde de l’édition et de la publicité.

Dans le cas de Calzón, l’audit non seulement du GAO mais aussi des inspecteurs assignés par la loi à la USAID pourrait provoquer un scandale majeur dans lequel RSF pourrait être tenu de révéler sa comptabilité secrète, pour laquelle Ménard dispose d’un cabinet comptable et d’un compte bancaire en Virginie, à quelques kilomètres du QG de la CIA.

Si Julliard et son chef ont finalement dû confesser en 2006 les revenus illégitimes qu’ils ont perçu des Etats-Unis par le biais du Center for a Free Cuba et de l’International Republican Institute, ils n’ont pas parlé jusqu’à maintenant de leur connexion avec Freedom House, un autre mécanisme secret d’aide économique pour les collabos de l’empire.

Freedom House ne se soumet pas à la loi FOIA pour être techniquement une organisation privée, bien qu’elle reçoive 75% de son budget du Département d’État et seulement 25% de contributions privées.

Cette organisation répète dans ses rapports qu’elle distribue ses fonds aux « journalistes, activistes des droits de l’homme, et autres associations ». RSF s’insère totalement dans ces prétentions.

Mais la USAID et la NED sont des organisations de l’état et ont, d’une façon ou d’une autre, l’obligation légale de rendre des comptes au sujet de l’argent du contribuable, bien qu’elles ne s’y conforment pas à moins d’y être contraintes.

L’HOMME À LA MERCEDES D’OR

Chose certaine, la dernière campagne de Ménard contre la Chine n’aura pas été déficitaire : il y a quelques mois, le gouvernement de Taiwan, férocement anticommuniste, annonçait qu’il lui faisait cadeau de 100 000 dollars. Le 28 janvier 2007, Ménard a voyagé jusqu’au pays de Tchiang Kai-shek pour recevoir son prix des mains du président taiwanais Chen Shui-bian.

Le 8 septembre dernier, les services d’information de Taiwan annonçaient cette fois que Ménard avait signé un appel à l’intention de l’ONU pour que l’on accrédite des journalistes taiwanais à l’organisation internationale.

Les dernières nouvelles au sujet de Ménard, qui prétend vouloir se consacrer désormais « à autre chose », révèlent qu’il a accepté un poste de chef du "Doha Centre for Media Freedom" dans les émirats arabes. Au début du mois, il a effectué une visite au Bahrain où il a eu des conversations cordiales avec le ministre de l’Information Jehad Bu Kamal.

Le modeste activiste des droits de l’homme, louangé par la presse de droite mondiale, n’a jamais dissimulé son faible pour l’argent.

Il y a quelques années, il a tenu un encan très couru dans la grande salle dorée de l’un des hôtels de Paris réservés aux privilégiés de la planète, où on a fait le tirage d’une Mercedes dernier modèle couverte de feuilles d’or.

On suppose que l’active collaboration de Ménard avec l’empire lui aura laissé, l’essentiel pour jouir d’un niveau de vie correspondant à son zèle, quelque soit le sort de l’organisation qu’il a géré, dont le véritable objectif, tôt ou tard, sera connu du public qu’il a trompé.

http://www.granma.cu/espanol/2008/octubre/jue2/41menard.html

Mots clés : Dazibao / Démocratie / Jean-Guy Allard / Médias-Presse-Sondages /

Messages

  • Est-ce que c’est pas trop d’honneur fait à ce type, qui n’a quand même pas la dimension d’un chef d’état ? Franchement, à lui tout seul il ne peut pas déranger l’activité politique internationale ou j’ai du mal à saisir. De Ménard, je m’en tape et de plus il est quelconque, sans intérêt aucun.

    • Je crois qu’effectivement tu as "du mal à saisir"

      Crois-tu que Menard et RSF auraient reçu autant de pognon rien que pour leurs beaux yeux ?

      Le sale boulot idéologique qu’il assurait complétait le blocus, les attentats à Cuba, l’arrosage des agences de presse et les journaux et journalistes(?) qui passaient leur tempsà baver.

      Absoudre ou minimiser le rôle très toxique de son activité relève pour le moins de la naïveté. Mais l’étude l’Histoire peut guérir cette affection, si on le désire.

  • Ce type roule pour la cia et le département d’état. Il a une mission très précise : dénigrer les pays où le parti communiste est au pouvoir. C’est naturellement le cas pour la chine et cuba. Les gesticulations de cet individu et de son association ne doivent tromper personne. Sous l’occupation allemande, de tels personnages faisaient les beaux jours de la milice et de la gestapo.
    Monsieur Ménard n’a pas des fins de mois difficiles. C’est une certitude. Le capitalisme sait récompenser celles et ceux qui le servent.

Derniers articles sur Bellaciao :