Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Régionales : le PS peut dire merci à Besancenot

mercredi 11 novembre 2009

de Gérald Andrieu

Le Front de gauche élargi au NPA n’est pas encore mort, mais il a déjà un pied dans la tombe. L’intransigeance du parti anticapitaliste, une fois encore, est passée par là. Une intransigeance qui servira en tout premier lieu ceux contre lesquels ils s’opposent avec le plus de force : les socialistes !

Trois heures et quarante minutes de réunion, hier soir, au siège du Parti de gauche n’y auront rien changé : le désaccord reste entier entre le NPA et les autres formations constitutives du Front de gauche. Les représentants du parti anticapitaliste, fidèles à la position arrêtée par les instances du NPA ce dimanche, n’ont pas voulu transiger : oui, ils sont pour des listes unitaires au premier tour, mais non, ils ne veulent pas participer à des « exécutifs qui seraient dominés par le PS et/ou Europe écologie qui mènent des politiques d’adaptation au libéralisme ».

De quoi désespérer Francis Parny, chargé des relations extérieures du PC : « Olivier Besancenot l’a dit à deux reprises au cours de la réunion : pour eux, il n’est pas question de participer à des majorités de gestion avec le PS et Europe écologie car ils portent une politique libérale. Mais nous ne pouvons pas figurer ensemble sur des listes Front de gauche si certains acceptent de prendre part aux exécutifs et d’autres pas. »
Du côté de son homologue du Parti de gauche, Eric Coquerel, le discours est le même. Quasi un copier-coller : « C’est illusoire de croire que nous pouvons faire sans les Verts et le PS, être des majorités à nous seuls. Et comment pourrions-nous, sans participer aux exécutifs, faire passer des mesures de transformation qui nous sont chères. Il faut que l’on soit clair. Ça commence à ressembler à un feuilleton qui s’éternise. »

Besancenot, l’idiot utile de l’aubrysme ?

Le Front de gauche élargi au NPA n’est pas encore totalement mort, chacun attendant le vote des militants anticapitalistes sur la stratégie de leur direction à partir du 30 novembre. Mais il faut bien le reconnaître, ce Front de gauche-là a déjà un pied dans la tombe. Et s’il devait se transformer en un grand corps froid, le PS pourrait remercier Olivier Besancenot. On le connaissait déjà dans son rôle d’idiot utile du sarkozysme, il faudra peut-être désormais faire avec un Olivier Besancenot, idiot utile de l’aubrysme !

Il suffit pour s’en convaincre de se pencher sur un sondage OpinionWay-Fiducial réalisé à la fin du mois d’octobre. Certes, ce n’est qu’un sondage. Certes, une enquête d’opinion nationale pour un scrutin local, ça n’a que très peu de sens. Et certes, aussi, la politique n’est pas seulement affaire d’arithmétique. Mais que nous apprend-il ? Que le NPA pointe à 5%. Que le Front de gauche dans sa version originelle (PG et PCF) pointe, lui, à 6%. En somme, leur score aux européennes.

Une alliance aurait pu les faire tutoyer les 10%. Dans le cadre d’un scrutin comme les régionales, il n’est possible de fusionner qu’à partir de 5% et de se maintenir au second tour qu’à partir de 10%. En deçà de 5%, c’est « circulez, il n’y a rien à voir ». Une alliance NPA-PCF-PG aurait pu créer la surprise. Pas de quoi virer en tête, il faut être réaliste. Mais sans doute assez pour peser dans les négociations d’entre-deux tours avec le PS et peser aussi, à terme, sur les décisions de ces exécutifs qui rebutent tant le NPA ! Aubry pourra remercier Besancenot : elle n’aura peut-être même pas à s’embarrasser avec ce genre de considérations.

http://www.marianne2.fr/Regionales-le-PS-peut-dire-merci-a-Besancenot_a182743.html

Messages

  • IL FAUDRAIT SE METTRE D’ACCORD :

    Soit c’est l’idiot utile du sarkozisme soit celui du aubrysme ...

    Marrant de voir cette touchante unanimité entre la droite de droite, le centre de droite qui s’allie avec la gauche de droite et la gauche parait -il de gauche qui n’a jamais cessé de sucer du PS en restant alliés et disant vouloir continuer à gérer pour les patrons...

    C’est beau de voir tous ces braves gens au service de la bourgeoisie s’attaquer à un parti qui lutte contre la bourgeoisie, c’est touchant quand même.

    Sans que cela ne devienne un motif de chevilles qui explosent il faut reconnaitre que le NPA fait chier plein de monde.

    Marianne est une idiote utile à la bourgeoisie.

  • comme à Lille, où le PS s’est allié au PCF ... et au Modem ?

    Le NPA a tout à fait raison de refuser les alliances contre nature.

    Le PCF s’était allié dès le premier tour avec le PS et divers "gôches" aux municipales de Villeneuve d’Ascq (59), au lieu de faire une liste indépendante (ce qui était souhaité par de très nombreux militants PCF) qui lui aurait permis de se maintenir au second

    Résultat : plus un seul élu PC !

  • Merci au NPA de ne pas aller à la gamelle. Dans le cas contraire je l’aurai quitté ne portant pas dans mon coeur ceux qui se prétendent de "gauche" et qui nous ont maintes fois trahis...

    Besancenot ?, Marianne veut sans doute dire le NPA serait l’idiot utile d’Aubry ?
    Que dire de ceux du PC ou du PG qui vont s’allier avec elle et son PS et à leurs saloperies contre les travailleurs dans les exécutifs ?

    Pourquoi le NPA continue-t-il de discuter avec des gens qui n’ont que bave aux lèvres contre lui. La comédie a assez duré. Qu’il les envoie chier !

  • Gros problème:comment voter a gauche quand il y a union avec le ps au deuxième tour !!!!!Encore une victoire du parti des abstentionistes....momo11

  • Gauche radicale éclatée : boulevard géant pour la social-bourgeoisie pour gérer ses intérets avec le patronnat contre les travailleurs .

    La réalité de cet article est inplaccable,Sarko, Aubry,Bayrou ,Duflot et Parisot peuvent dormir tranquille !

    • Tu as raison , pourquoi le PC et le PdG continuent de sucer du PS ?

      Quelle honte !

    • deux côtés à la monnaie sociale démocrate

      côté face, rose ou verte : beaucoup d’envies mais tant de bonnes raisons de ne pas déranger le système...

      côté pile, Ultra flashie, qui gueule à époumoner sa pureté et sa rage, qui dit tout vouloir et tout de suite et qui place la barre tellement haute que bien entendu des années des décennies et il n’y parvient pas... quelques années plus tard les seconds assagits sont devenus les premiers...

      être révolutionnaires c’est être capables d’alliances, c’est envisager le point de vue de l’autre, comprendre ce qui nous sépare et ce qui nous unit, c’est en tous cas être actifs pour des changements immédiats et s’en donner les moyens ; ce n’est pas désespérer en exigeant tellement qu’on accepte du même coup de ne pas connaître de changement ni de son vivant, ni de celui de ses enfants, ni de celui de ses petits enfants, ni de celui de ses ...

      Pourtant au deuxième tour il ne manque jamais de voix de l’extrème gauche pour élire nos "potes" du PS.

      Alors nous voterons au deuxième tour pour des majorités de gauche et faisons en sorte que ce soient avec la couleur la moins fade, la moins pale.

      Avec des cocos ou des fronts de gauche situés plus haut que le PS au premier, ça changerait la donne.

      salut et fraternité

      Le Rouge-gorge

  • Marianne déchirée entre le soutien de son fondateur au Modem et aux débris du PS n’a pas de leçons à nous donner.
    Le NPA doit maintenir le cap. Pas de concession pour aller à la gamelle.
    Même les arguments de cuisine électorale non pas de sens.
    5, 10 % pour être représenté dans les exécutifs démontre ô combien les élections = piège à cons.
    Indépendance de class pas de concession au vautours du social libéralisme.

  • Tu parles d’intransigeance de O Besancenot et du NPA mais tu oublies de parler de fourberie de la part du PCF et du PG qui ne penses qu’à une chose : se sauver car sans un bon résultat à ces Régionales le PC et le PG n’éxiste plus ils savent trés bien qu’en promettant de s’allier au PS au second tour ils sauvent et leurs têtes et leur parti.

    De la part de quelqu’un se disant radicalement à gauche tu es bien naive et bien peu au courant de ce qui se trame derrière ce second tour.

    Le Front de Gauche est nécessairement lié au PS.

    Regarde en Allemagne, "die Linke" se disait à gauche, radicalement et aux élections ils sont allés manger dans la main des Socialistes (j’en aurais mis ma main au feu !)pour pouvoir continuer à exister(financiérement).

    La force du NPA c’est sa cohérence : il a un programme et des valeurs il ne les brocarde pas pour gagner qq voix, quel manque de savoir vivre et de respect.

    La politique ce n’est pas un jeu , c’est la vie , la mienne la tienne celle de tous ceux qui vont venir aprés nous et pour cela il faut une grande authenticité de comportement : pouvoir se regarder dans la glace en se disant je n’ai trahi personne je reste tel que je suis, fidéle à des idées pour un monde juste équitable ou personne n’exploitera l’autre , je ne m’adapte pas à mon ennemi pour le flatter et espérer qq chose en retour.

  • Ca emmerde apparemment les vendus de voir un parti qui ne suce pas du patron ....

    Tous les demi-sels se réveillent contre les partis qui empêchent de trahir en rond.

    Bon appétit ceux qui n’ont jamais cesser de gérer avec le PS en filant du fric public à aux grands groupes privés ...

    ce qui est très drôle c’est de voir des gens qui soutiennent des partis qui votent des subventions aux patrons se parer de pseudos ronflants, Spartacus, FTP, Che Guevarra, ...

    C’est reparti dans les injures des demi-sels de la gauche...Vous partez tôt ce coup ci ...

    Quelle touchante proximité de ces braves gens avec le journal Marianne proche de Bayrou...

    Le dernier coup ils nous avaient sorti des arguments puisés au front national, on est bien parti là...

  • On se dirige tout droit vers une guerre au 1er tour entre NPA/LO face au PCF/PG .

    Qui des 2 atteindra la barre des 5 % ?

    • Le Pc et le Pdg n’ont pas voulu cesser de s’allier avec le PS pour continuer de subventionner la bourgeoisie.

      Il ne faut pas faire semblant de ne pas voir et se la jouer neutre là dessus. La question n’est nullement du NPA qui s’est laissé piéger dans ce marigot en acceptant de perdre son temps avec ces partis qui ne veulent décidément pas être indépendants

      Tu le sais je le sais nous le savons .

      ne faisons pas comme si c’était une bataille balle au centre. Quoiqu’on puisse penser des erreurs du NPA, il n’en demeure pas moins que PC et PdG n’ont jamais cessé l’alliance soumise au PS.

      Il n’y a plus qu’à souhaiter que le fumet du MODEM fasse un peu plisser le nez des camarades du PC et du PdG.

  • Cet article du journal bayroutiste est très idiot et marrant.

    Ils veulent allier le PS et le Modem et tapent sur le NPA en disant que celui-ci aide le PS...

    Comme les réacs du PC qui disent la même chose et font la même chose, s’allier au PS pour baiser les travailleurs, comme le fait notre bon sarkosy.

    Ceux qui ne veulent pas filer des subventions aux patrons en s’alliant au PS sont les alliés objectifs du PS, à la difference de ceux qui pieutent dans le même lit que le PS pour filer du fric aux patrons.

    Cqfd...

    Le ridicule ne tue plus sinon ça décimerait plus que la bourgeoisie qui doit être tout à fait satisfaite de voir PdG et PCf s’allier pour soutenir le PS dans le réel des décisions et des actes.

    la politique comme elle est faite par ces directions de partis de gauche sent vraiment très mauvais !

    L’essentiel de la gauche ne semble pas avoir vraiment changé pour qu’on nous ressorte les alliances nauséabondes des dirigeants avec le PS au service de la bourgeoisie.

    Le NPA a failli se noyer dans ce marigot qui ne voulaient qu’un NPA idiot utile des nomenclaturistes PC et PdG.

    Bon appétit quand même ....

  • « Olivier Besancenot l’a dit à deux reprises au cours de la réunion : pour eux, il n’est pas question de participer à des majorités de gestion avec le PS et Europe écologie car ils portent une politique libérale. Mais nous ne pouvons pas figurer ensemble sur des listes Front de gauche si certains acceptent de prendre part aux exécutifs et d’autres pas. » Du côté de son homologue du Parti de gauche, Eric Coquerel, le discours est le même. Quasi un copier-coller : « C’est illusoire de croire que nous pouvons faire sans les Verts et le PS, être des majorités à nous seuls. Et comment pourrions-nous, sans participer aux exécutifs, faire passer des mesures de transformation qui nous sont chères. Il faut que l’on soit clair. Ça commence à ressembler à un feuilleton qui s’éternise. »

    Ces positions des deux composantes du Front de Gauche sont limpides.

    Disparues les fameuses "conditions" pour participer aux exécutifs.

    On est dans le préaccord de gestion sans conditions avec le bloc PS/EE/(Modem), bloc gérant à la social-libéral maintes institutions locales.

    On s’esclaffe en lisant qu’on "pourrait faire passer des mesures de transformation qui nous sont chères" dans les gouvernements nationaux ou régionaux de la gauche plurielle ?

    Coquerel est un plaisantin. Qui a mené la danse sous Jospin ?

    Il nous faut donc lui rappeler quelques menus inconvénients de la gestion commune avec le PS et les Verts depuis 1981 :
    - la première privatisation en France depuis 1945 d’un service public et par un gouvernement de "gauche" : France Télécom, Air France ;
    - la sortie de ce qui restait du parc industriel et financier nationalisé de Thomson CSF, d’Aerospatiale-Matra, du GAN, de la CNP, du CIC-BUE, du Crédit lyonnais, du Crédit foncier, de la banque Hervet (préparant la bulle financière et ses ravages sociaux).

    Pour compléter le tableau, indiquons qu’entre 1985 et 2000, avec deux gouvernements PS/PCF/(Verts), le poids des entreprises publiques dans la valeur ajoutée du pays est passé de 25 % à 11,5 %. Pour le seul secteur industriel, ce poids est passé de 21 % en 1985 à 2 % en 2000. Enfin, notons que la valeur agrégée des titres d’entreprises privatisées émis sur le marché par le gouvernement Jospin dépasse la valeur des titres mis sur le marché à l’occasion des deux vagues de privatisations de 1986-1988 et de 1993-1995.

    Pourtant, les antilibéraux (Buffet, Mélenchon) ne se sont jamais sentis en situation de démissionner devant l’évidence qu’ils ne pesaient de rien face à Jospin et que leur présence cautionnait une défaite sur tous les terrains du mouvement ouvrier et du socialisme.

    Et on voudrait nous faire croire, alors que le PS a voté officiellement son adhésion au système capitaliste, a introduit de force le traité de Lisbonne à Versailles, alimente en hommes de main (Strauss-Kahn et Lamy) les deux pires institutions du capitalisme financier mondial (FMI, OMC) qu’avec 10 % des voix les antilibéraux et anticapitalistes influeraient sur la mise en oeuvre des politiques libérales dans les régions.

    Foutage de gueule, naïveté, complaisance, calcul, cynisme… mais sûrement pas une direction pour mettre en chantier un vrai programme de gauche dans les régions et demain (2012 approche, Strauss-Kahn aussi…).

    C’est sans surprise mais avec conviction que nous supporterons les agressions de Marianne (porte-voix officieux de Bayrou), de Libé (Joffrin admire Mélenchon), et de tous ceux qui veulent laisser la lutte des classes au vestiaire.

    Quant aux Posts traditionnels sur les "gauchistes" qui font le jeu de… ce n’est sûrement pas une méthode qui va enrayer la dégénérescence de la direction du PCF et sa déchéance aux yeux des masses.

    Nous ne céderons pas sur une entrée sans condition et donc une présence de capitulation dans les exécutifs.

    • Cela fait du bien de replacer le débat dans le contexte.
      Merci quentin

    • "Besancenot, l’idiot utile de l’aubrysme ?"

      Eh oui ! C’est toute la rage de ceux qui risquent d’être privés de soupe qui transparaît là.

      Les mêmes qui au printemps dernier criaient déjà :"unité, unité !" pour aller ensemble à la soupe de la députation européenne.

      Et ce coup-ci, ils y ont presque crus. Ils s’imaginaient tous attablés autour de la soupe des exécutifs régionaux y compris avec des élus NPA, leur expliquant que non, ils n’ont rien trahis, allez, il faut reprendre une louche de soupe, elle fait oublier le reste...

      Non, le NPA n’ira pas à la soupe !

      "Ah non ! On comptait sur vos voix pour négocier le nombre d’assiettes de soupe !
      Que vont dire nos électeurs ? Vous allez nous faire passer pour des affamés de soupe , et uniquement pour des affamés de soupe !"

      Moins de voix au 1er tour pour le FdG sans le NPA, c’est sur que l’aubrysme servira moins d’assiettes à ses faire-valoir institutionalistes. C’est vrai, Besancenot va priver les amateurs de soupe du PCF et du PdG des rations qu’ils espéraient.

      Que c’est triste ! Voir ces strapontins de la gestion capitaliste être privés de la soupe qu’ils convoitaient depuis si longtemps pour quelques-uns. Trop triste...

      Cela dit, il faut quand même l’aimer cette soupe riche, lourde, indigeste et au final nauséabonde pour les prolos.

      Allez, bon appétit, et finissez bien vos assiettes parce qu’un jour, tous ensemble, nous en ferons une autre soupe pour nous tous.

      Jak

    • Il faut être dans l’eau du bain pour noyer le bébé, sortir de la baignoire c’est le laisser nager à son aise et en eau trouble. Ouvrir la bonde ne permet pas de l’évacuer.Alain 04

  • DANS cet article on y retrouve surtout de la strategie d’élus dèja au pouvoir, on n’y retrouve pas d’idées venant aux secours de salaries.......cet article est un torchon de politiciens élus, certainement du ps et de ces allieés.......

  • A lire tous les débats parfois suréalistes entre 2 mouvements qui sont quand même assez proche, une seule question reste valable :

    lequel des ces 2 mastodontes incontournables (parait il , puisque aucun ne veut s’effacer) de la politique atteindra la phénoménale barre des 5 % ?

    tous cela fait un peu pitié .

  • Pourquoi s’engueuler sur des élections que nous ne gagnerons jamais ?

    Il s’agit là simplement d’une lutte des places.

    La mission d’un parti d’extrême-gauche est de montrer en quoi ces élections relèvent de l’escroquerie et oeuvrent finalement à justifier les crapules qui nous exploitent.

    Le NPA en participant "sérieusement" à cette escroquerie trompe son monde.

    L’assemblée constituante dont les militants rêvent ne sortira jamais de ce genre de mascarade.

    Il n’y a aucune raison valable pour qu’un parti réellement communiste participe à ces jeux politiciens.