Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Sarkozy et le gène de la pédophilie

samedi 7 avril 2007

de Gérald Briant

Dialogue entre Nicolas Sarkozy et Michel Onfray - CONFIDENCES ENTRE ENNEMIS (extrait de philosophie magazine, avril 2007). Ou l’on apprend de la bouche de l’ex ministre de l’intérieur qu’il y a un gêne de la pédophilie, du suicide. Grave le gars...

M. O. : Je ne suis pas rousseauiste et ne soutiendrais pas que l’homme est naturellement bon. À mon sens, on ne naît ni bon ni mauvais. On le devient, car ce sont les circonstances qui fabriquent l’homme.

N. S. : Mais que faites-vous de nos choix, de la liberté de chacun ?

M. O. : Je ne leur donnerais pas une importance exagérée. Il y a beaucoup de choses que nous ne choisissons pas. Vous n’avez pas choisi votre sexualité parmi plusieurs formules, par exemple. Un pédophile non plus. Il n’a pas décidé un beau matin, parmi toutes les orientations sexuelles possibles, d’être attiré par les enfants. Pour autant, on ne naît pas homosexuel, ni hétérosexuel, ni pédophile. Je pense que nous sommes façonnés, non pas par nos gènes, mais par notre environnement, par les conditions familiales et socio-historiques dans lesquelles nous évoluons.

N. S. : Je ne suis pas d’accord avec vous. J’inclinerais, pour ma part, à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions soigner cette pathologie. Il y a 1 200 ou 1 300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés ! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable. Prenez les fumeurs : certains développent un cancer, d’autres non. Les premiers ont une faiblesse physiologique héréditaire. Les circonstances ne font pas tout, la part de l’inné est immense.

http://briant.gauchepopulaire.fr

Messages

  • Evidemment, cette idéologie est plus qu’inquiétante, porte ouverte à l’eugénisme, au créationisme. Mais tout aussi inquiétant est l’absence de réaction des autres candidats, Ségo qui laisse les scientifiques lui répondre alors qu’elle a appliqué, ministre délégué à l’éducation, la présomption de culpabilité et non d’innoncence envers tous les enseignants dénoncés.

    Un sujet sur lequel, j’aurai aimé entendre les réactions de tous les candidats. Au lieu de cela, ils se sont tous débinés pour laisser Bayrou seul faire de l’humanisme et poser le problème de l’humanisme/eugénisme. Peut-être parce que sur ce sujet brûlant, il n’y a plus désormais qu’un seul discours autorisé : celui de Sarko et Ségo ?

    Entre l’eugénisme et la présomption de culpabilité, quel choix ?
    L’humanisme de Bayrou ?
    Qu’en disent les autres ?

  • j’ai écrit aux 12 candidats à l’élection présidentielle pour les questionner sur le bilan de la circulaire dite Royal de 1997, qui posait les conditions de gestion des accusations de pédophilie formulées contre les enseignants. Cette circulaire est toujours en vigueur.
    Un seul m’a répondu : Ségolène Royal.
    Sa réponse m’inquiète : elle ne semble avoir rien compris des dégats de sa politique de chasse aux pédophiles.
    Vous pourrez lire sa réponse sur ma page :

    http://perso.orange.fr/guillaume.seznec/crbst_107.html

  • Ceci est entièrement révélateur... C’est purement et simplement les mêmes principes qui ont fondé l’idéologie nazie. Il n’existe pas de nuance dans ces propos...

    Je suis le fils et petit-fils d’hommes qui se sont suicidés. Je suis donc génétiquement suicidaire et je mourrai de cette façon, inexorablement. Le hic, c’est qu’en prenant conscience de cette histoire familiale pesante et le drame psychologique que ça implique, j’ai compris, tout simplement, que je n’était, en aucun cas, un suicidaire... Mais sans doute Sarko dira que ce sont les gènes de ma mère qui ont pris le dessus sur ceux de mon père. Pauvre taré...

    • Je pense qu’on ne pouvait pas mieux résumer la gravité et la bêtise que revèlent les propos de personnalités qui, demain, sont pourtant susceptibles de prendre la tête d’un pays.

      Mais alors demain fichons les enfants de violeurs, les enfants de voleurs, d’assassins, isolons les, faisons d’une vie qui a déjà mal commencé un vrai calvère, désengageons nous, ne remettons plus en cause les environnements familiaux ou économiques qui sont les facteurs déclenchants du malaise ... !

      Moi ca me fait peur, mais je dois avoir un gène de trouillarde.

      Caroline

  • Au 20eme siècle on à connu un certain HITLER qui développait de telles affirmations,
    le racisme et la bêtise doivent être dans les gènes de SARKOSY ; cet homme est dangereux

    • C’est grave à beaucoup de niveau. Outre le fait que cela ramène aux théories les plus tordues qui ont servies à toutes les dictatures pour s’édifier, cela explique par ailleurs l’indifférence totale du ministre de l’Intérieur, et ceci depuis son intronisation, à l’égard de tous les problèmes de l’enfance, pédophilie et inceste bien sûr, mais aussi les enfants en danger (chiffre en constante augmentation depuis 2000, pulvérisant cette année la barre des 90 000), la pauvreté des enfants (2 millions d’enfants pauvres en France, soit 15,7 % de nos chères têtes blondes), sans parler bien sûr de ses lois sécuritaires et liberticides qu’il aime prendre contre les mineurs. A attribuant une cause génétique à des problèmes qui relève souvent plus de la psychologie sociale (voir les travaux ultra classique de Durkheim sur le sujet du suicide en 1920), il exonère la société capitaliste ultra-compétitive de ses défauts. Joli coup. Tant pis pour les victimes, et elles sont nombreuses. Une pensée spéciale au petit mot laissé par le "fils de suicidé et petit-fils de suicidé". Dans ce cas, de simples conneries médiatiques sont vraiment difficiles à digérer...

  • Pourquoi aller chercher Hitler c’ est Ron Hubbard son maitre a penser - le gouru scientologue - les theses de Sarkosy sont celles de l’eglise de scientologie
    ghalem

    • salut . la crainte est forte .malheuresement. les effluves de cette verite me monte au nez .
      ca pu !!! il serait fort bon de creuser en ce sens .
      mais qui pourrait en avoir le courage ?
      amicalement xavier 14
      CONTINUONS IL FAUT BARRER LA ROUTE A CE FOU . ATOUPRIE !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Alléluiaaaaaahhhhhrrrrrr !

    Et hop... je modère déjà votre enthousiasme : l’Alléluia d’un anarchiste est tout le contraire d’une exaltation d’allégresse.

    Oui. Imaginez-vous que le pays va tripler - au moins - sa population dans un proche avenir . Le hic, hormis les quelques trente millions de spécimen mâles, le reste sera exclusivement de gent féminine, ne voyez pas là une manifestation de misogynie de ma part : le problème est ailleurs.

    Ce bon Nicolas vient de faire la promesse publique de "donner la nationalité française à toute les femmes martyrisées". Ca part d’un bon sentiment, me direz-vous.

    Fichtre ! Dans la logique des choses, cela devrait nécessairement s’appliquer à des ressortissantes étrangères parce qu’il est impossible d’octroyer une double nationalité française/française aux femmes déjà malmenées dans l’hexagone.

    Parait-il que les geôles de la république hébergent déjà quelques apatrides de sexe féminin ; s’il commençait par là, le brave homme ? Sauf que dans l’imaginaire saorkozyien, la notion de "martyr" doit bien être ceinte de quelques limitations que je n’ose pas imaginer. Et quand j’évoque tripler "seulement" la population, je conçois pêcher par omission.

    Tout compte fait, pesant pour et contre, considérant que cela génèrerait une cascade de problématiques complexes et irréductibles, je range cette saillie au rayon "démagogie", sous-rayon, "cynisme". Encore qu’en l’occurrence, il se doit de considérer cela comme un item de programme électoral, par conséquent, un engagement.

    A contrario, ce qui n’est pas précisément annoncé et énoncé, n’engage en rien, c’est le contrôle de l’usage qui pourrait advenir d’internet. Pour autant, jaugé à la hauteur des propos tenus, il est dès à présent parfaitement possible de se faire une petite idée... Voui, si d’aucun propose à l’auguste candidat un débat contradictoire sur internet, celui-ci ne se laisse pas prendre au dépourvu, plein d’arguments, et rétorque tout de go : "Internet est hors la loi, je ne serai pas hors la loi".
    Oh les filles ! Le moment est venu de bien repérer les endroits où planquer bientôt votre PC, disques durs et autres modem - derrière le tablier de la baignoire, dans la conduite d’extraction d’air, voire sous le plancher ? Ceux-ci, avec tout ce qu’ils recèlent d’éléments compromettants, pourraient bien devenir demain des pièces à conviction accusatrices "hors la loi - celle de N. Sarkozy", nous conduire droit devant des juges qui à ce moment-là, auront à cœur bien évidemment une particulière mansuétude.

    Sur un autre registre, le docte prétendant se targue de ses hautes connaissances thérapeutiques en matière de "pathologie" pédophile et suicidaire : il y a de quoi rire jaune ! Collationnant ce qui précède avec sa remarquable contribution à la lutte contre le sida, je sens monter autour de moi une exhalaison pestilentielle. Bien que ne l’ayant pas vécu, Devoir de mémoire m’enseigne (pas plus tard qu’hier soir sur Arte), que peu naguère, les dégénérés de tout acabit avaient fait l’objet de lois assassines. C’étaient des lois et il convenait de les appliquer autant que de s’y soumettre. Plusieurs centaines de milliers d’entre eux ont été occis en toute légalit é.

    Ce n’est pas que je sois pointilleux, mais je cumule pas mal de tares au gré de certains, qui ne manquent pas de me le faire savoir parfois crument. Entre handicap et maladie invalidante congénitaux, homosexualité, choix politiques et religieux radicaux - j’en oubli surement - en toutes éventualités, je ne doute pas un instant figurer en tout début de liste. Là encore, nécessité n’ayant pas de loi, la mémoire me redit que l’histoire bégaie depuis toujours sous tous les cieux (y compris au moment même où j’écris ces lignes) : cette sinistre marche collective, consentante à bien des égards, vers la peste brune m’interdit de me taire.

    S’il advenait que Nicolas Sarkozy fût élu président de la république par les voix de la majorité d’un peuple, celui-ci tout entier - le moment venu à n’en pas douter - ne pourra pas prétendre et s’absoudre de ne pas avoir su quand tout l’en avait éclairé.

    A Pierre Seel, aujourd’hui disparu.

    Julien - Nice.

  • Tiens, enfin un article dans lequel Michel Onfray ne dit pas trop de co...ries !
    Une remarque seulement pour les deux protagonistes : Tant que l’on est dans un domaine où la science n’a pas de réponses, on peut se permettre, d’élaborer des réponses philosophiques qui servirons d’hypothèses à une éventuelle démarche scientifique.
    Dès que l’on a une réponse scientifiquement prouvée à une question, soit on délivre un contre argument objectivable à cette réponse et on réfute ou élargit la théorie, soit on révise ses hypothèses philosophiques de départ pour les rendre (temporairement, mais il n’y à pas d’autre solution si l’on veut éviter de construire une nouvelle religion) compatible avec l’état des connaissances scientifiques. Dans ce cas, Michel Onfray à raison sur le fond, non pas parce qu’il "pense que...", mais parce que la biologie démontre qu’il nexiste pas de gène de de la pédophilie (ni de beaucoup d’autres choses d’ailleurs...).

    Simplet.

  • P.S. de Simplet .

    1) Dans mon post précédent, il faut lire serviront (avec un T et non un S)

    2) Si je critique Michel Onfray c’est que je lui trouve certains côtés intéressant et vivifiants pour l’esprit, alors que son contradicteur est au niveau zéro de la pensée humaine.

    3) Pour en revenir à Michel Onfray et à la science, quand il déclare :

    "Je ne suis pas rousseauiste et ne soutiendrais pas que l’homme est naturellement bon. À mon sens, on ne naît ni bon ni mauvais. On le devient, car ce sont les circonstances qui fabriquent l’homme.",

    je lui ferais encore remarquer que cela ne relève plus de l’opinion, et que depuis Rousseau, les sciences anthropologiques, ethnologiques etc... ont progressé, et que l’on sait parfaitement que les homo sapiens s’ entretuent depuis le début de leur existance en tant qu’èspèce distincte depuis environ 200 000 ans ( lire "Les sentiers de la guerre :" J Guilaine / J. Zamit, éd du seuil, "Les guerres préhistoriques", (L. Keeley, éd du Rocher, etc ) et même bien avant, puisqu’il s’avère que nos plus proches cousins actuellement (encore) en vie, les chimpanzés, se livrent des guerres qui vont jusqu’à l’extermination de la partie adverse (lire "le propre de l’homme" (Pascal Picq et all), ainsi que les références associées à ce livre de synthèse remarquable.
    Donc l’homme n’est ni bon ni mauvais, il est ce que l’évolution darwinienne en à fait, il ne répond à aucune finalité transcendante, mais le hasard (voir la prose de Stéphen Jay Gould pour comprendre le contexte dans lequel il faut utiliser ce terme) l’a doté d’un néo-cortex qui lui permet d’avoir accès à des considération éthiques qui lui permettent de dominer sa nature animale profonde car sa raison lui permet de comprendre qu’un bon compromis social (oui, je sais, ce terme en choqueras certains, mais j’assume !) est plus bénéfique pour lui que des guerres perpétuelles, qu’elles soient armées ou économiques.

    A ce niveau je suggère une hypothèse philosophique plausible car non contradictoire avec les connaissances scientifiques actuelles et dans la logique de ce dont parle Michel Onfray :

    "Le respect de considérations éthiques par l’ homme, nécessite qu’il bénéficie d’une justice sociale, d’une nécessaire insertion des individus dans le collectif (emploi,ressources, sécurité...), d’une reconnaissance pour chacun d’une place dans la société etc... En l’absence de ce qui devrait être un droit fondamental, les dissonances cognitives provoquées par les contradictions entre ses cerveaux reptiliens, mammaliens et le contenu de son néocortex le poussent à la réalisation de ses besoins vitaux par sa violence animale refoulée, qui peut devenir révolutionnaire (si le contexte sociétal le permet), réactionnaire (Allemagne 1933, Le Pen, Pologne actuelle...) , ou délinquente (vols, arnaques...)"
    En ce qui concerne la prohibition de la pédophilie, il me semble que l’on est plutôt dans le domaine d’un très vieil héritage culturel. (thèse à valider par des historiens, des philosophes, des ethnologues...)

    Bon, j’ai bien conscience d’être un peu à côté du sujet, mais en suivant cette campagne présidentielle sur le net et ailleurs, je suis atterré par le décalage existant entre les connaissances scientifiques actuelles, quel qu’ en soit le domaine, et la perception qu’en ont les citoyens "de base". Dans un monde complexe, l’exercice de la démocratie nécessite un minimum d’éducation, littéraire et humaine certes, mais aussi scientifique. Quand on entend les conneries monumentales, en contradiction avec les lois élémentaires de la physique proférées par les écologistes (et josé Bové) on en demeure atterré ! C’est un peu parler de la théorie de la relativité à des gens qui en sont restés à l’astrologie !
    Il existe le mot "illettrisme" pour caractériser l’incapacité à maitriser la lecture d’un texte simple, je propose d’adopter aussi le terme "achiffrisme" (proposé par un physicien américain dans un livre dont j’ai oublié la référence.)

    Achiffrisme : incapacité à analyser un problème scientifique simple et à en déterminer la plausibilité à l’ aide d’estimations d’ordres de grandeur ne nécessitant mathématiquement que des règles de trois...

  • Moi aussi je suis inquiète. Par le manque de réaction. Surtout par les scientifiques, les médecins, les philosophes... Comment un philosophe digne de ce nom peut-il encore soutenir Sarko avec des idées pareilles ? Ou alors, on ne voit pas leur réaction. Il est vrai que je ne regarde plus la TV, surtout les informations. Mais il me semble que ces propos n’ont donné lieu qu’à des "entre-filets", quelques dépêches. Heureusement, internet est là !

    En clair, tu n’as les gênes qu’il faut, on vas te parquer, te surveiller, voir t’éliminer ? Voici l’avis d’un "expert".

    Le généticien André Langaney a vu dans les déclarations de M. Sarkozy une réminiscence de "ce que voulaient faire des gens pendant la deuxième guerre mondiale". "Il y a des scientifiques d’extrême droite qui pensent qu’on a tout à la naissance et qu’on ne peut plus rien changer. Si on suit ces gens-là, il faudrait presque faire des tests génétiques à la naissance ou faire un tri des embryons pour éliminer les pédophiles avant qu’ils naissent", a-t-il dit sur France Info.

    Il me semble que la France est endormie, ne réagit plus. Sarko sera notre prochain président. Voilà, c’est acquis. Il n’y a plus rien à faire. Merci les sondages : vous avez bien travaillé.

    Mais avec des idées pareilles, que va-t-il faire au pouvoir ? C’est un signe, un point de vue qui en dit long. Avec lui, nous serons mal barrés.

    Citoyens, réagissons !

  • Phil, pas sarkozyste .

    Et bien quel est le problene avec les gènes , tout ca pour a la fin dire le mot tabou eugenisme ,je trouve ca grotesque car peut etre et c’ est mon avis que la pedophilie soit peut etre l expression d une forme de depression .
    et on sais que la transmission de certain gene peut donner des troubles , apporter des carrences
    sur des hormones etc qui peuvent engendrer une facilité a etre depressif et apres dans un domaine
    qui devis et qui est propre a chacun.c’est pourquoi peut etre a t il hypothetiquement raison mais
    effectivement ce n est pas prouvé et loin de la pour l instant ...
    c est pourquoi je pense qu il extrapole grave peut etre .. mais qu il n est pas eugeniste pour autant
    Mais ceci dit c est vrai que je me demande pourquoi il parlait de ca precisement.

  • Je suis étudiante en psychologie et en psychologie sociale notamment, on nous apprend, souvent appuyé par de multiples études et expériences, que la majorité, si ce n’est la totalité de nos comportements, s’explique par une part d’inné et une part d’acquis. Certes, l’inné est présent, mais pas complètement, autrement les comportements sociaux ne seraient pas ce qu’ils sont. J’ai 20 ans et j’estime avoir la chance de savoir cela. Je trouve scandaleux les propos de Nicolas Sarkozy. Pour moi, ce n’est que repousser des problèmes qu’on a peur ou pas envie d’affronter. Il est plus facile de dire "c’est de leur faute" que de prendre en main un problème plus complexe.

  • http://lesoir.be/actualite/edito/article_522708.shtml

    Oui, Nicolas Sarkozy est dangereux
    MESKENS,JOELLE
    samedi 14 avril 2007, 09:34

    Joëlle Meskens

    Jusque-là, nous ne l’avions pas écrit. Parce qu’il demeure exceptionnel que Le Soir prenne position dans une élection, comme il l’avait fait pour soutenir John Kerry face à George Bush aux Etats-Unis.

    Cette fois pourtant, on ne peut plus rester sans le dire. Oui, Nicolas Sarkozy est dangereux. Parce que le candidat de l’UMP à l’Elysée a franchi la ligne rouge. Ses propos sur le caractère inné de la pédophilie ou de la tendance suicidaire bouleversent tous les principes de l’humanisme. La société ne servirait donc à rien ? A quoi bon alors l’éducation, la famille, l’amour, l’apprentissage de la tolérance, si le seul destin décide de faire d’un homme un héros ou un monstre ? Ses propos sur l’Allemagne, prédisposée à s’abandonner au nazisme, sont tout aussi écoeurants. Et que dire de cette phrase, entendue en meeting : « La France n’a pas à rougir de son Histoire. Elle n’a pas inventé la solution finale. » Aurait-il oublié que la France a collaboré ? Que Vichy a livré des Juifs aux nazis ? Jacques Chirac a beaucoup de torts. Mais il a eu ce courage, lui, de reconnaître la responsabilité de l’Etat français pour la collaboration.

    Ce virage complète chez Nicolas Sarkozy une posture résolument populiste. Combien de fois, lorsqu’il était à l’Intérieur, n’a-t-il pas accusé les juges de ne pas en faire assez, violant ouvertement la séparation des pouvoirs ? Sa mainmise sur les médias ne laisse pas d’inquiéter, elle aussi, obtenant ici le limogeage d’un directeur dérangeant, discutant là de l’embauche d’un journaliste chargé de couvrir l’UMP. Et que dire de ses déplacements de campagne ? Non seulement il ne peut plus se rendre en banlieue, là où Jean-Marie Le Pen se promène désormais, mais même dans des quartiers moins chauds comme la semaine dernière à la Croix-Rousse à Lyon, il doit reculer par crainte des manifestants.

    « Prendre des voix au Front national, est-ce mal ? », interroge Nicolas Sarkozy. Non, bien sûr, au contraire. Mais à condition de ne pas séduire ses électeurs avec les mêmes mots. Au soir du premier tour, le candidat de l’UMP se félicitera peut-être d’avoir asséché le terreau électoral de Jean-Marie Le Pen. Mais à quel prix ? Celui, affolant, d’une lepénisation des esprits.

  • Sarko avance, à propos des suicidés, que « génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable ».

    Soit, donc chez lui sa fragilité, sa douleur préalable, c’est sa taille. Paradoxalement lui, son gène de la petitesse le pousse inexorablement vers le sommet ; c’est contre la loi des gènes : un petit doit rester petit !

    Sarkozy ou l’art d’intoxiquer le débat en faisant de cas particuliers des généralités !