Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Toute la gauche unie derrière Pierre Gosnat à Ivry

mardi 12 février 2008

de Christine Mateus

FIEF historique du Parti communiste français, qui gère la mairie depuis 1925, Ivry-sur-Seine renouvellera-t-elle sa confiance au député-maire PCF sortant, Pierre Gosnat, qui se présente pour la seconde fois ? Sa capacité à rassembler une très grande partie de la gauche derrière lui, de Lutte ouvrière jusqu’aux Radicaux de gauche, promet-elle à l’élu un mandat supplémentaire ?

Une liste de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) est tout de même en préparation. Après le cruel épisode de la désindustrialisation, la ville semble aujourd’hui avoir maîtrisé le défi de sa reconversion. Attractive pour les sociétés de renom (le siège de la Fnac s’installe d’ailleurs cette année sur les quais de la Seine), Ivry attire également de nouveaux habitants.

Depuis le recensement de 1999, la population a augmenté de plus de 8 %. De nouveaux habitants qui pourraient bien jouer les arbitres de ce scrutin que certains disent joué d’avance. « Nous parlons d’un scrutin local » Dans le centre commercial Grand-Ciel, les chariots s’entrechoquent... comme les discussions sur les élections municipales dans la ville. Il suffit de poser les questions et le débat s’engage. « On s’extasie sur le rassemblement à gauche constitué par le maire sortant, d’accord.

Mais lorsque j’entends les différentes composantes de cette union, il ne m’apparaît qu’une chose en guise de programme : faire de la résistance à l’Etat sarkozyste. C’est très louable pour l’électeur de gauche que je suis mais nous parlons d’un scrutin local. Que va devenir l’usine d’incinération des déchets ? C’est ça qui m’intéresse », explique Philippe, 54 ans (lire ci-dessous). « C’est courageux de la part des communistes d’avoir fait de la place aux autres partis de gauche, avance une autre habitante.

Dans une ville où plusieurs nationalités se côtoient, ainsi que différentes catégories socioprofessionnelles, une seule voix ne peut suffire pour faire marcher ensemble une population aussi diversifiée. » « Cela n’a rien de courageux, madame, c’est du calcul politique et rien d’autre, tempête un voisin. Cela fait quatre ans que je vis à Ivry, vous parlez d’unir une population alors que j’ai rarement vu un système aussi intolérant.

Les gens qui osent voter à droite et l’expriment sont considérés comme le diable incarné dans cette ville. » La réponse d’un client venu prendre un chariot ne se fait pas attendre. « Vous caricaturez ! Le PCF a su faire évoluer notre ville d’une façon pragmatique, humaine et sans renier son histoire. La rhétorique anticapitaliste, c’est fini, la preuve, les entreprises s’installent chez nous... ainsi que les bobos parisiens. »

Le Parisien du 12 février 2008

http://www.leparisien.fr