Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

réflexion juridique

dimanche 23 décembre 2007 - 9 coms

A propos de l’euro symbolique en justice

Voici une modeste interprétation.

Il a le mérite d’exister.

Il porte bien son qualificatif de : « symbolique ».

Quand on ne parle plus que d’un euro entre des parties adverses qui s’opposent en justice, l’important, quelles que soient les autres circonstances, c’est que LES DEUX PARTIES admettent de dédramatiser sérieusement le conflit, celle qui aurait tort et celle qui aurait raison. Il ne reste plus qu’une question d’honneur. Celui qui réclame admet quelque part que l’intention de nuire venant de son adversaire était absente. Celui qui donne ne se reconnaît pas nécessairement coupable, mais raisonne comme ceci : « bien que je ne sois pas coupable, vous vous êtes senti blessé, aussi je vous accorde cette somme modique ».

Messages

  • Sauf qu’il y a quand même condamnation...

    • Peut-être mais faut revenir les pieds sur terre, et condamnation de quoi ?

      D’avoir dit ZUT à un grand machin capitaliste, franchement, faut savoir arrêter le délire.

    • J’ajoute que la pression d’une procédure qui s’étale sur des années pour rien, pas un bras cassé, pas de morts, c’est franchement une sociologie de notre temps tout-à-fait détestable.

      Ceux qui l’ont expérimentée savent de quoi il est question. MHalosR

    • J’ajoute encore, que si une procédure se poursuit pour des riens, c’est celui qui continue d’actionner qui est coupable d’insister. Je dis bien pour des riens, et non pour des choses importantes, comme un licenciement, par ex. Halose.

    • NON

      un accord de ce type n’existe pas et n’est pas envisageable !

      ca voudrait dire que RF est condamné, et qu’il devra payer tous les frais de la partie adverse, certainement des milliers d’euros...

    • Ce n’est pas UN ACCORD, c’est l’analyse des situations.

      C’est à R. et aux avocats d’examiner au mieux.

      Pour ma part, je termine là. MH

    • C’est peut-être une position qui peut se retourner contre les causes que nous défendons dans la durée, de considérer un euro comme si c’était une grosse somme.

      R. n’a rien fait de coupable, il n’est qu’un communiquant, le texte étant de la CGT. Et la CGT dans ses revendications n’est pas tenue d’utiliser le langage "des précieuses ridicules" du grand littérateur français Molière.

      L’autre suggestion étant de montrer en appel que les Chantiers ayant perdu en première instance, leur insistance devient abusive, et cela est condamnable.

      MR

  • Mais qu’est-ce que c’est que ce raisonnement a la mords-moi-l’noeud ? Tu vis chez les Bisounours ou quoi ?

    "Quand on ne parle plus que d’un euro entre des parties adverses qui s’opposent en justice, l’important, quelles que soient les autres circonstances, c’est que LES DEUX PARTIES admettent de dédramatiser sérieusement le conflit, " ---> il n’y a rien a dedramatiser, au contraire ! C’est l’histoire d’un gros buldozer capitaliste qui essaie de museler les reseaux d’information qui denoncent leurs exactions. C’est tres grave et primordial de ne pas laisser passer !

    "Il ne reste plus qu’une question d’honneur." ---> Absolument pas une question d’honneur, mais une question de principe, de defense du droit d’informer.

    "Celui qui donne ne se reconnaît pas nécessairement coupable, mais raisonne comme ceci : « bien que je ne sois pas coupable, vous vous êtes senti blessé, aussi je vous accorde cette somme modique »." ---> Il n’est pas coupable, il ne doit RIEN a personne, point. Surtout pas a des gens qui lui ont pourri la vie pendant 2 ans !

    Ca m’afflige ce genre de raisonnement. On ne peut pas a la fois pretendre vouloir faire la revolution, et dans les faits ceder a la moindre pression ou tentative d’intimidation !

    M.

    • Entierement d’accord avec toi.Au dela de la liberté d’informer,il y a les droits les plus élémentaires des etres humains.

      J’invite les partisans" d’arrangements entre ennemis de classe" à lire ou relire " LES TRUANDS DU PATRONNAT " et dans l’affaire des chantiers navals de St NAZAIRE,il s’agit de truands doublés d’esclavagistes.

      LES DROITS DE L’HOMME,vous en faites quoi ?

      LE REBOURSIER

Derniers articles sur Bellaciao :