Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Affaire Teresa Lewis : l’euthanasie d’une handicapée mentale, indigente et sans soutien littéraire
de : himalove
jeudi 30 septembre 2010 - 11h09 - Signaler aux modérateurs

Dans la confrontation macabre qui oppose l’Iran à l’Amérique, ces derniers ont perdu le match de l’Homme civilisé.

Tandis que les juges iraniens graciaient Sakhinet, vouée à une ignoble lapidation, leurs homologues américains exécutaient Teresa Lewis, une « déficiente mentale de 41 ans », le 23 septembre 2010, à 21 heures 13, au pénitentier de Jarrat.

C’est l’état de Virginie où il y a peine cinquante ans le Ku Klux Klan lynchait les Noirs publiquement qui a propulsé l’Amérique de Barack Obama sur le podium de la Barbarie.

Les États-Unis qui ne manquent jamais de donner des leçons de féminisme affirme ici le dédain de leurs propres valeurs.

Et on tuera toutes les affreuses...

Jusqu’à présent, il n’y avait que le régime nazi qui euthanasiait les débiles et les femmes laides.

« C’est le meurtre le plus prémédité qu’on puisse trouver sur cette Planète » déclare Claire Hogenauer, une juriste à la retraite, vivant à New York.

Une bande de sauvages, sortis droit d’un roman de Tennessee Williams ou de William Faulkner, semble avoir jugé et lynché un laideron de province ! 

Tel est le sentiment qu’éprouve l’honnête femme, en lisant les attendus du verdict et les procès-verbaux, fort mal écrits, relatifs au cas Teresa Lewis.

Une pauvre femme dont le seul acte criminel est de laisser ouverte, en octobre 2002, la porte de la caravane où elle végètait avec son mari alcoolique et son beau-fils, un militaire en permission.

Les assassins, des jeunes nourris de violences télévisuelles, profite de la négligence, peut-être, volontaire, pour s’y engouffrer et assassiner, de sang froid, deux personnes.

Dés le début des investigations, un parfum misogyne enveloppe l’affaire et le visage ingrat de Teresa, la survivante, attire injures et quolibets.

En dépit d’une altération certaine du discernement, cependant difficile à mettre en relief dans un pays complètement boursouflé par la bêtise, Teresa est présentée par l’attorney, responsable de l’instruction, comme « la tête de serpent d’un trio diabolique ».

« Une mauvaise mère qui livre sa fille de 16 ans à son amant ; une mauvaise épouse qui manigance la mort de son mari et beau-fils pour de l’argent. »

Le contexte politique de l’époque est, sans doute, pour quelque chose dans cette hystérie grandiose.

Le mobile du crime - s’emparer de l’assurance-vie d’un jeune soldat – paraît au moment où les États-Unis décrètent le « Patriot Act » et envahissent l’Irak comme insupportable à la plupart des mâles dégénérés de Greensville.

La procédure judiciaire engagée contre « le gang de l’affreuse » est dés lors on ne peut plus expéditive.

Le sort des trois « Born to kill » est scellé par une négociation dont la police et la justice américaines gardent le secret : un « plaidé coupable » qui distribue les rôles de chacun et fait l’économie d’un procès.

A peine un an séparent les faits du résultat judiciaire.

Perpétuité pour les deux jeunes tueurs, âgés respectivement, au moment des faits, de 19 et 22 ans, et peine de mort assurée, à une date à définir ultérieurement, pour l’épouse machiavélique.

Pourtant, peu après, un des assassins revient sur les aveux, obtenus à coups de ceinturon, et disculpe, avant de se suicider dans les dures prisons du comté, Teresa Lewis, confirmant le point de vue des médecins.

En substance, il écrit : « Teresa est une femme très influençable, incapable d’organiser quoi que ce soit hormis, peut-être, sa propre exécution car elle a signé un papier aberrant qui autorise l’État de l’exécuter, sans procès. »

Dans nos sociétés civilisées, « la faiblesse d’esprit » relativise les aveux et détermine les frontières de la responsabilité pénale.

L’article 64 du code de procédure, en France, stipule, par exemple, que l’inculpé doit être « considéré comme responsable de ses actes, sain d’esprit, au moment des faits » pour être jugé et pleinement condamné.

Des psychiatres sont dépêchés par le Parquet, auprès de l’inculpé, pour évaluer son état psychique et ses capacités de raisonnement.

Aux États-Unis, il semble que, pour les économiquement faibles, une simple mesure du Quotient intellectuel suffise (1).

Moins de 70 de quotient intellectuel, sur une échelle arbitraire dont beaucoup questionnent la validité, et vous évitez – quelque soit votre crime ou délit – la peine capitale.

Plus de 70 et on vous assassine comme Teresa Lewis, après de longues années de tortures, psychologique et physique, au bout d’un couloir...

« La procédure juridique dite du plaidé coupable (2), fondée sur la religion des aveux, qui élude tout débat contradictoire, est responsable de cette immense gâchis » conclurait un avocat qui accepterait de défendre une indigente – un comble à Wall Street.

Le libéralisme économique, avec sa logique budgétaire, laisse la place au pire en matière de justice : aveux extorqués, corruption généralisée, irréversibilité des décisions, procès bâclés et prisons, administrés par des entreprises privées.

Un système basé sur le meurtre des plus faibles et l’emprisonnement des classes dangereuses

En fait, le meilleur QI qui puisse vous sauver, aux États-Unis, d’un destin comme celui de Teresa Lewis, c’est l’appartenance à la classe dominante.

Jamais un délinquant financier ne signe un « plaidé coupable » s’il ne lui est pas favorable.

Le cas de l’escroc Madof est l’exception qui confirme une règle : il n’y a pas de banquiers ou pétroliers véreux qui peuplent les colonies pénitentiaires.

Les seuls qui y viennent sont les propriétaires des lieux ou ceux qui font travailler une main d’œuvre bon marché et servile.

L’archipel du goulag américain compte quelque 2 millions 500 milles âmes (3)...

Les peines qui dépassent l’espérance de vie des prisonniers autorisent des sociétés comme Colgate, Microsoft, etc. qui ont investi dans les pénitenciers privés, à planifier des profits infinis.

On peut trouver, aujourd’hui, des rescapés de la Kolyma mais des bagnes climatisés américains, aucun !

Pourquoi un tel silence sur un système qui, à bien des égards, ressemble aux prisons usines chinoises ?

Les écrivains, qui pourraient raconter, avec minutie et talent, la journée d’un bagnard américain, à la manière d’Alexandre Soljenitsine, purgent encore leur peine et travaillent pour Bil Gates.

HIMALOVE


1.La Cours suprême des États-Unis interdit, seulement depuis 2002, l’exécution de condamnés présentant un retard mental.

2. Concept juridique qui fleure bon l’asservissement volontaire du citoyen et la toute-puissance de l’autorité publique, la formule du « plaidé coupable » a fait récemment son apparition, dans les prétoires, commissariats, gendarmeries, en France.

3.La république populaire de Chine compte, à ce jour, 1 million 600 milles prisonniers pour une population de 1 milliard et demi d’habitants ; la Russie, 900 milles...



Imprimer cet article





24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 - 07h52
de : La France Insoumise
Là, on est passé, au delà de l’ignominie, il n’y a plus de mot, : ACCUSÉE DE VIOLENCES... EN FAUTEUIL ROULANT (vidéo)
vendredi 24 - 00h08
de : nazairien
1 commentaire
Marxisme-Léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 2)
jeudi 23 - 23h06
de : Lepotier
POST 52 : SYNDICALISME INTERNATIONAL POUR UN AUTRE MONDE
jeudi 23 - 22h55
de : Christian DELARUE
Au-delà du congrès de la CGT : le syndicalisme au défi du « libéralisme »
jeudi 23 - 20h43
de : Eve76
Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
1 commentaire
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons. Martin Luther King
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite