Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Yasser Arafat : un homme et son peuple


de : Uri Avnery
mardi 9 novembre 2004 - 13h20 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

de Uri Avnery

La stature d’un dirigeant ne se mesure pas seulement à l’importance de ses réalisations mais aussi à l’importance des obstacles qu’il a eu à surmonter.

Dans ce domaine, Arafat est sans équivalent dans le monde. Aucun autre dirigeant de notre génération n’a été confronté à des expériences aussi cruelles et à de telles adversités.

Où qu’il soit enterré quand il mourra, le jour viendra où sa dépouille mortelle sera inhumée dans les lieux saints de Jérusalem par un gouvernement palestinien libre.

Yasser Arafat est de la génération des grands leaders qui sont apparus après la Deuxième guerre mondiale.

La stature d’un dirigeant ne se mesure pas seulement à l’importance de ses réalisations mais aussi à l’importance des obstacles qu’il a eu à surmonter. Dans ce domaine, Arafat est sans équivalent dans le monde. Aucun autre dirigeant de notre génération n’a été confronté à des expériences aussi cruelles et à de telles adversités.

Quand il est arrivé sur la scène de l’Histoire, à la fin des années 50, son peuple était presque oublié. Le nom de Palestine avait été rayé de la carte. Israël, la Jordanie et l’Egypte s’étaient partagé le pays. Le monde avait décidé qu’il n’y avait pas d’entité nationale palestinienne, que le peuple palestinien avait cessé d’exister, comme les nations indiennes américaines - si tant est qu’il ait jamais existé.

A l’intérieur du monde arabe, la « cause palestinienne » était encore mentionnée, mais elle n’était qu’un ballon que les régimes arabes se renvoyaient entre eux. Chacun d’eux tentait de se l’approprier pour ses propres intérêts égoïstes, tout en rejetant brutalement toute initiative palestinienne indépendante. Presque tous les Palestiniens vivaient sous des dictatures, la plupart d’entre eux dans des situations humiliantes.

Quand Yasser Arafat, alors jeune ingénieur au Koweit, a fondé le « Mouvement de Libération palestinien » (dont les initiales inversées s’épellent Fatah), il entendait se libérer des différents dirigeants arabes pour permettre au peuple palestinien de parler et d’agir en tant que tel. C’était la première révolution d’un homme qui a réalisé trois grandes révolutions au cours de sa vie.

C’était une révolution dangereuse. Le Fatah n’avait aucune base indépendante. Il devait agir à partir des pays arabes, souvent soumis à des persécutions impitoyables. Un jour, par exemple, toute la direction du mouvement, y compris Arafat, a été jetée en prison par le dictateur syrien de l’époque, pour avoir désobéi à ses ordres. Seule, Umm Nidal, l’épouse d’Abou Nidal, est restée en liberté et elle a assumé le commandement des combattants.

Ces années-là ont forgé le style caractéristique d’Arafat. Il devait manœuvrer entre les dirigeants arabes, les jouer les uns contre les autres, utiliser la ruse, les demi-vérités et le double langage, échapper aux pièges et contourner les obstacles. Il est devenu un champion du monde de la manœuvre. C’est ainsi qu’il a sauvé le mouvement de libération de nombreux dangers à l’époque où il était faible jusqu’à ce qu’il devienne une force réelle.

Gamal Abdel Nasser, le chef d’Etat égyptien qui était le héros du monde arabe à l’époque, s’est inquiété de l’émergence d’une force palestinienne indépendante. Pour l’étouffer dans l’œuf, il a créé l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et mis à sa tête un mercenaire politique palestinien, Ahmed Choukeiry. Mais après l’humiliante défaite des armées arabes en 1967 et la victoire galvanisante des combattants du Fatah contre l’armée israélienne dans la bataille de Karameh (mars 1968), le Fatah a pris la tête de l’OLP et Arafat est devenu le leader incontesté de la lutte palestinienne dans son ensemble.

Au milieu des années 1960, Yasser Arafat a lancé sa deuxième révolution : la lutte armée contre Israël. La prétention était presque dérisoire : une poignée de guérilleros pauvrement armés, pas très efficaces, contre la puissance de l’armée israélienne, et cela non pas dans un pays de jungles infranchissables et de chaînes montagneuses, mais dans une petite bande de terre, plate, densément peuplée. Mais cette lutte a mis la cause palestinienne sur l’agenda mondial. Il faut le dire franchement : sans les attentats meurtriers, le monde n’aurait porté aucune attention à l’appel palestinien pour la liberté.

Résultat, l’OLP a été reconnu comme le « seul représentant du peuple palestinien », et il y a 30 ans, Yasser Arafat a été invité à prononcer son discours historique devant l’Assemblée générale de l’ONU : « Dans une main je tiens un fusil, dans l’autre un rameau d’olivier... »

Pour Arafat, la lutte armée n’était qu’un moyen, rien de plus. Pas une idéologie, pas une fin en soi. Il était clair pour lui que cet instrument renforcerait le peuple palestinien et lui permettrait d’être reconnu par le monde, mais pas de vaincre Israël.

La guerre du Kippour d’octobre 1973 a constitué un autre tournant dans sa façon de voir les choses. Il a vu comment les armées d’Egypte et de Syrie, après une brillante victoire initiale obtenue par surprise, ont été stoppées et finalement vaincues par l’armée israélienne. Cela l’a convaincu qu’Israël ne pouvait pas être vaincu par les armes.

Par conséquent, immédiatement après cette guerre, Arafat a commencé sa troisième révolution : il a décidé que l’OLP devait rechercher un accord avec Israël et se contenter d’un Etat palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Cela le mettait devant un défi historique : convaincre le peuple palestinien d’abandonner sa position historique qui niait la légitimité de l’Etat d’Israël et de se contenter de 22% seulement du territoire de la Palestine d’avant 1948. Bien que non explicite, il était clair que cela supposait également l’abandon du retour des réfugiés sans aucune limite sur le territoire d’Israël.

Il a commencé cette tâche à sa façon caractéristique, avec persévérance, patience et ruse, deux pas en avant, un pas en arrière. On peut mesurer l’ampleur de cette révolution dans un livre publié par l’OLP en 1970 à Beyrouth attaquant violemment la solution des deux Etats (qu’il appelait « le plan Avnery », parce que j’étais son plus ardent partisan à l’époque).

La vérité historique veut que l’on dise clairement que c’est Arafat qui a envisagé l’accord d’Oslo à une époque où tant Yitzhak Rabin que Shimon Pérès s’accrochaient désespérément à « l’option jordanienne », selon laquelle on pouvait occulter le peuple palestinien et rendre la Cisjordanie à la Jordanie. Des trois lauréats du Prix Nobel de la Paix, c’est Arafat qui le mérite le plus.

A partir de 1974, j’ai été témoin oculaire de l’immense effort fourni par Arafat pour obliger son peuple à accepter sa nouvelle approche. Petit à petit, elle a été adoptée par le Conseil national palestinien, le parlement en exil, d’abord par une résolution pour instaurer une autorité palestinienne « dans toute partie de la Palestine libérée », et, en 1988, d’instaurer un Etat palestinien à côté d’Israël.

La tragédie d’Arafat (et la nôtre) a été que, chaque fois qu’il s’approchait d’une solution de paix, les gouvernements israéliens se retiraient. Ses conditions minimales étaient claires et sont restées inchangées depuis 1974 : un Etat palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza ; la souveraineté palestinienne sur Jérusalem-Est (y compris le Mont du Temple mais non le Mur occidental et les quartiers juifs) ; la restauration de la frontière d’avant 1967 avec la possibilité d’échanges limités et à égalité de territoires ; l’évacuation de toutes les colonies israéliennes en territoire palestinien et la solution du problème des réfugiés en accord avec Israël. Pour les Palestiniens, cela est le strict minimum. Ils ne peuvent pas abandonner davantage.

Peut-être Yitzhak Rabin s’est-il approché de cette solution vers la fin de sa vie, quand il a déclaré « Arafat est mon partenaire ». Tous ses successeurs ont rejeté cette solution. Ils n’étaient pas prêts à rendre les colonies, mais au contraire, à les étendre sans cesse. Ils ont résisté à toute tentative de fixer une frontière définitive étant donné que leur conception du sionisme demande une extension perpétuelle. Donc ils voyaient en Arafat un dangereux ennemi et ont essayé de le détruire par tous les moyens, y compris par une campagne de diabolisation sans précédent. Ainsi Golda Meir (« Il n’existe rien qui pourrait s’appeler le peuple palestinien »). Ainsi Menahem Begin (« Un animal à deux pieds... l’homme au visage poilu... le Hitler palestinien »). Ainsi Benyanin Netanyahou, ainsi Ehoud Barak (« J’ai arraché le masque de son visage »), ainsi Ariel Sharon, qui a tenté de le tuer à Beyrouth et a continué à le faire depuis.

Aucun autre combattant de libération dans le dernier demi-siècle n’a dû affronter de tels obstacles. Il ne se confrontait pas à une puissance coloniale haïe, ni à une minorité raciste méprisée, mais à un Etat issu de l’Holocauste et soutenu par la sympathie et le complexe de culpabilité du monde. Dans tous les domaines, militaire, économique et technologique, la société israélienne est incommensurablement plus forte que la société palestinienne. Quand il a été appelé à former l’Autorité palestinienne, il n’a pas hérité d’un Etat existant, en état de marche, comme Nelson Mandela ou Fidel Castro, mais des parties de territoires séparées, appauvries, dont l’infrastructure avait été détruite par des décennies d’occupation. Il n’a pas hérité d’une population vivant sur sa terre, mais d’un peuple dont la moitié est composée de réfugiés dispersés dans de nombreux pays et l’autre moitié d’une société traversée de fractures politiques, économiques et religieuses. Tout ceci alors que la lutte de libération n’est pas terminée.

Avoir fait de tout ceci un ensemble uni et l’avoir conduit vers sa destination dans de telles conditions, pas à pas, est l’exploit historique de Yasser Arafat.

Les grands hommes ont de gros défauts. Un des gros défauts d’Arafat est sa tendance à prendre toutes les décisions seul, surtout depuis que tous ses proches collaborateurs ont été tués. Comme l’a dit un de ses critiques les plus incisifs : « Ce n’est pas de sa faute. C’est nous qui devons nous mettre en cause. Pendant des décennies nous avons pris l’habitude de fuir toutes les décisions difficiles qui demandaient du courage et de l’audace. Nous disions toujours : « Laissons Arafat décider ! »

Et décider, il le faisait. Comme un vrai dirigeant, il allait de l’avant et entraînait son peuple derrière lui. C’est ainsi qu’il a affronté les dirigeants arabes, c’est ainsi qu’il a débuté la lutte armée, c’est ainsi qu’il a tendu la main à Israël. Grâce à ce courage, il a gagné la confiance, l’admiration et l’amour de son peuple, malgré les critiques.

Si Arafat disparaît, Israël perdra un grand ennemi, qui aurait pu devenir un grand partenaire et allié.

Les années passant, sa stature grandira de plus en plus dans la mémoire historique.

Quant à moi : je le respectais comme patriote palestinien, je l’admirais pour son courage, je comprenais les contraintes auxquelles il était soumis, je voyais en lui le partenaire pour construire un nouvel avenir pour nos deux peuples. J’étais son ami.

Comme Hamlet le disait à propos de son père : « C’était un homme, tout bien considéré, je ne retrouverai pas son pareil »

http://www.france-palestine.org/art...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Yasser Arafat : un homme et son peuple
10 novembre 2004 - 01h53

un bel hommage, qu’Ury pourra peut-être répéter à son ami

Patrice



> Yasser Arafat : un homme et son peuple
11 novembre 2004 - 14h27

Merci Monsieur Avnery pour votre honnêteté intellectuelle. Que l’âme de Monsieur Yasser Arafat repose en paix. Les hommes justes et de bonne volonté ne l’oublieront pas. A.LECERF.



Uri Avnery pratique la guerre psychologique
12 novembre 2004 - 13h19

Uri Avnery nous dit de la vision d’Arafat qu’après 1973 elle "supposait également l’abandon du retour des réfugiés sans aucune limite sur le territoire d’Israël."

Ce qui est évidemment un mensonge de guerre psychologique, Arafat n’a jamais dit ni sous-entendu cela. Sinon, l’ensemble du peuple palestinien l’aurait pris pour un traitre.



> Yasser Arafat : un homme et son peuple
6 janvier 2005 - 20h36

Que dire de plus (ou de moins) ? Je ne connais pas l’histoire de Yasser Arafat aussi bien que Uri Avner. Mais je sens qu’il a totalement raison.
Et une autre chose aussi : l’amitié qui défie la haine est une des choses les plus émouvantes.
Odysséas Boudouris






Russie, coup de tonnerre : Poutine lève les restrictions COVID
mardi 26 - 17h40
de : joclaude
Covid-19 : Le vaccin inachevé...
mardi 26 - 12h53
de : Claude Janvier
Manif le 26/01 à 13h.- LUXEMBOURG
mardi 26 - 09h51
de : jean1
SôS Soutien ô Sans-papiers appelle à contacter et visiter les retenus et à se mobiliser jeudi à 14h
dimanche 24 - 21h05
de : sôs Soutien ô Sans papiers
Manif contre les licenciements : gueules cassées, poings levés !
dimanche 24 - 11h29
3 commentaires
Brésil : "Il n’y a que des morts du Covid", les habitants de Manaus face au chaos sanitaire(vidéos)
samedi 23 - 22h21
de : nazairien
8 commentaires
Après, la prise de fonction de Biden, la "chine communiste" permet de refaire de l’anticommunisme
samedi 23 - 18h21
de : nazairien
Manifs.ce 23 janv. pour l’interdiction des licenciements !
samedi 23 - 16h09
de : joclaude
McKinsey : il est temps de nettoyer les cabinets
vendredi 22 - 20h44
de : Jonathan Lefèvre (Solidaire)
1 commentaire
Souvenir de 1968
vendredi 22 - 17h05
de : Alain Collet
2 commentaires
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 - 14h18
de : Un ex du pneu
1 commentaire
question
jeudi 21 - 18h38
de : jean1
4 commentaires
Le chanteur Morice Benin nous a quittés (1947-2021)
jeudi 21 - 14h22
Chiens de garde
jeudi 21 - 14h13
de : azard
La Chine, qui croyait, avoir éradiqué le virus, face au "démoniaque coronavirus (vidéos)
jeudi 21 - 12h45
de : nazairien
9 commentaires
Syrie, Bolivie, Centrafrique... !Des exemples : La seule guerre que l’impérialisme ne peut pas gagner !
jeudi 21 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Américain Pfizer:12 400 Israéliens testés positifs après avoir reçu le vaccin
jeudi 21 - 11h05
de : joclaude
Les "Oubliés" du Ségur de la Santé : MANIFS. partout !
jeudi 21 - 10h55
de : joclaude
Immunisés ? C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 19h32
de : Hdm
Syndicats et organisations de jeunesse appellent les étudiants à se mobiliser contre la précarité
mercredi 20 - 15h10
de : joclaude
AED : construire la lutte des précaires de l’Éducation Nationale
mercredi 20 - 15h08
RASSEMBLEMENT PRÉVU À PARIS, LE DIMANCHE 24 JANVIER 2021, PLACE JEAN FERRAT (métro Ménilmontant - ligne 2), À 15H00.
mercredi 20 - 12h38
de : Jean Clément
Gabriel, gilet jaune mutilé : « Je n’avais jamais foutu les pieds dans une manifestation »
lundi 18 - 16h24
de : jean1
1 commentaire
Norvège : "nouvelles" du fumeux vaccin Pfizer-BioNtech.
lundi 18 - 15h30
de : joclaude
1 commentaire
Femmes de chambre : que sont devenues les promesses de Marlène Schiappa ?
lundi 18 - 09h29
2 commentaires
Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961
dimanche 17 - 17h44
de : CADTM Eric Toussaint
1 commentaire
Souveraineté et démocratie ou mondialisation et régime autoritaire ?
dimanche 17 - 10h03
de : Par Michèle Dessenne, Présidente du Parti de la démondialisation
2 commentaires
la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
4 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
1 commentaire
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
6 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite