Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Pourquoi il ne faut pas signer !

de : SNJ -CGT
mercredi 9 mars 2011 - 18h50 - Signaler aux modérateurs
PDF - 106.7 ko

La direction de Radio France, après ce qui a été présenté comme une « ultime séance de négociation » lundi 28 février, propose un nouvel accord qui sera soumis à signature le vendredi 18 mars après avis d’un nouveau CCE extraordinaire le 16 mars.

 L’accord n’est pas plus acceptable aujourd’hui que le 8 février dernier

Malgré les relèvements d’indices concédés par la direction, le système salarial proposé pour les journalistes reste moins avantageux pour tous ceux qui sont dans le premier tiers de leur carrière et pour les futurs journalistes. Il supprime toujours les automatismes d’ancienneté qui seuls peuvent garantir une progression égale pour tous en début de carrière.

 La commission proposée par la direction pour remplacer la commission paritaire reste une commission de rattrapage qui ne permet pas aux élus de défendre tous les ans les salarié-es. Elle n’acte pas une liste de propositions. Elle n’est plus compétente en matière de discipline.

 Il est toujours possible pour les journalistes de rester indéfiniment dans les deux premières fonctions de la grille (rédacteur reporteur, journaliste spécialisé). La direction a concédé un examen en commission de suivi à 6 et 11 ans d’ancienneté pour ces fonctions mais ça n’engage à rien.

Les quelques reculs de la direction ne changent rien à l’appréciation de la Cgt sur ce projet d’accord. Pas plus que la possibilité d’épargner 3 jours de plus sur le CET, ou la promesse d’une négociation sur les astreintes. Les journalistes signataires de la pétition pour la réouverture des négociations et la Cgt n’en étaient pas demandeurs.

Le nouveau texte proposé par la direction ne répond toujours pas à la demande des signataires de la pétition. Il est toujours en recul par rapport à l’avenant journalistes sur la question des salaires et du paritarisme.

Que se passe-t-il si aucun syndicat ne signe ?

On le sait désormais : s’il n’y a pas d’accord, la direction appliquera unilatéralement le texte refusé...

Sauf pour les salaires, où l’absence d’accord la contraint à maintenir le système actuel pour les journalistes, avec ses automatismes (si elle veut le faire tomber, la direction doit dénoncer l’accord d’entreprise de 2006, ce qui suppose un préavis de trois mois et un an de négociation).

Sauf les quelques améliorations que contient le projet d’accord (notamment le palier de 30 ans pour la prime d’ancienneté, la prime de petit matin pour toute matinale effectuée ou le mois supplémentaire d’indemnité retraite pour un départ au-delà de 40 ans d’ancienneté).

Mais la « perte » de ces quelques « carottes » ne peut être mise en balance avec les reculs que comporterait l’accord par rapport à l’avenant journalistes.

Les mesures unilatérales sont inacceptables mais l’accord ne vaut pas mieux !

 Ce n’est pas fini !

Contrairement à ce que voudrait faire croire la direction, la bataille n’est pas terminée car elle concerne l’ensemble des salariés de Radio France. Ce que la direction essaye d’imposer aux journalistes, unilatéralement ou dans un accord, elle veut l’imposer aussi aux autres salariés pour lesquels la négociation doit se poursuivre jusqu’en octobre 2012.

La fin des automatismes des systèmes salariaux, la fin des paritaires, cela nous concerne tous ! Si nous l’acceptons pour les journalistes, il sera beaucoup plus difficile de le refuser pour les autres salariés. Si nous le refusons tous ensemble, nous serons plus fort pour nous battre contre la direction.

Il est encore tout à fait possible de contraindre la direction à une véritable négociation sur les points de blocage. Tant qu’elle n’a pas promulgué ses mesures unilatérales, il lui est même encore tout à fait possible de proroger l’avenant journalistes, comme l’ont redemandé les élus du CCE et comme l’a fait France Télévisions.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite