Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La véritable histoire de la Libération de Paris
de : PACO
jeudi 22 septembre 2011 - 18h54 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Longtemps, les manuels d’histoire ont prétendu que la Libération de Paris a commencé le 25 août 1944. Après avoir lu le livre de la journaliste Evelyn Mesquida paru au Cherche-Midi, ils vont devoir corriger leur « erreur ». C’est en effet le 24 août 1944 que la 9ème compagnie de la 2ème division blindée du général Leclerc est entrée dans Paris par la porte d’Italie. Le capitaine Raymond Dronne était à la tête de la « Nueve », un régiment composé de républicains espagnols, dont pas mal d’anarchistes, qui espéraient finir leur lutte antifasciste à Madrid. Un espoir déçu pour ne pas dire trahi.

JPEG - 247.4 ko

Impossible de parler de la Nueve sans remonter à la guerre d’Espagne, guerre civile et révolutionnaire où tout un peuple osa rêver d’un autre futur. A partir du 17 juillet 1936, date du soulèvement franquiste au Maroc, les Espagnols durent lutter pendant trente-trois mois contre le fascisme international (Hitler, Mussolini et Salazar prêtaient main au général Franco) et contre quelques faux-amis avant d’affronter l’insoutenable « Retirada », une retraite infernale qui les conduisait vers la mort (ce fut le cas notamment pour le poète Antonio Machado à Collioure) ou dans des camps de concentration français.

Après la victoire des troupes franquistes, fin janvier 1939, une effroyable fourmilière se rua vers la France. Une marée humaine qui échoua, sous la pluie ou la neige, sur des plages aujourd’hui recherchées par les estivants. Peu de vacanciers savent que les sites où ils lézardent furent d’ignobles lieux de souffrances et même les cimetières de milliers d’Espagnols victimes du froid, de la faim, de la gangrène, de la dysenterie, du désespoir. Désarmés, humiliés, parqués comme des bêtes, couverts de poux et de gale, maltraités par les tirailleurs sénégalais, les « rouges » échappaient aux balles fascistes pour connaître une nouvelle barbarie à la française dans une vingtaine de camps situés dans le sud-ouest (Argelès, Saint-Cyprien, Le Vernet, Gurs, Agde, Bram, Septfonds...). Dans son livre La Lie de la terre, Arthur Koestler écrit que le camp du Vernet où il a été emprisonné se situe « au plus haut degré de l’infamie ».

Parmi les vaincus, on comptait des nuées d’« extrémistes dangereux », c’est-à-dire des militants très politisés, des combattants aguerris et des dynamiteurs redoutables. Le camp du Vernet regroupait à lui seul 10 200 internés dont la quasi-totalité des anarchistes de la 26ème division qui a succédé à la célèbre colonne Durruti. Que faire de ce gibier de potence ? Les autorités françaises en envoyèrent bon nombre, plus de 30 000, dans une cinquantaine de camps de travail disciplinaires situés en Afrique du Nord (Relizane, Bou-Arfa, Camp Morand, Setat, Oued-Akrouch, Kenadsa, Tandara, Meridja, Djelfa...). Véritables esclaves, victimes de tortures et d’assassinats, les Espagnols construisirent des pistes d’aviation, coupèrent des forêts, participèrent à la construction de la voie ferrée transsaharienne qui devait relier l’Algérie au Niger. Les anarchistes espagnols avaient été convertis en « pionniers de cette grande œuvre humaine » comme l’annonça le journal Aujourd’hui.

L’engagement dans la Légion fut une curieuse alternative offerte aux combattants espagnols. Entre la Légion et la menace d’un retour en Espagne (où une mort certaine les attendait), le choix n’était pas simple, mais néanmoins rapide. Ceux incorporés dans le 11ème régiment se retrouvèrent ainsi sur la ligne Maginot... D’autres iront dans le 11ème bataillon de marche d’Outre-mer qui participa à la formation de la 13ème demi-brigade de la Légion étrangère qui combattit contre les Allemands dans les neiges norvégiennes avant de batailler en Libye, en Syrie, en Egypte, en Tunisie... Engagés parfois juste pour survivre ou recevoir des soins vitaux, ballottés entre les revers militaires de la France et les rivalités au sein des forces alliées, les Espagnols étaient comme des bouchons dans une mer déchaînée.

Si de nombreux Espagnols évadés des camps avaient rejoints la Résistance en France, c’est en Afrique que d’autres allaient contribuer à écrire un chapitre de l’histoire de la 2ème DB. Début 1943, après le débarquement allié en Afrique du Nord, des Espagnols libérés des camps de concentration du Sahara (majoritairement des anarcho-syndicalistes de la CNT) composèrent un bataillon de corps francs. Une autre compagnie commandée par Joseph Putz, officier français héros de 14-18 et de la guerre d’Espagne, intégra aussi d’anciens prisonniers espagnols. Ce genre d’unités de combat déplaisaient fortement à certains officiers français formatés par Vichy et fraîchement gaullistes. Après la reprise de Bizerte, où les Espagnols pénétrèrent les premiers, la presse d’Alger et les généraux américains saluaient cependant « l’habilité de ces guerriers primitifs »...

La 2ème DB vit le jour au Maroc dans la région de Skira-Temara, au sud de Rabat, le 24 août 1943. Un an après, jour pour jour, l’une ses compagnies, la Nueve, allait libérer Paris. Si Leclerc était el patron pour les Espagnols, Raymond Dronne en était el capitàn. La Nueve fut l’une des unités blindées du 3ème bataillon du régiment de marche du Tchad appelé aussi « le bataillon espagnol ». 146 hommes de la Nueve, sur 160, étaient espagnols ou d’origine hispanique. On y parlait le castillan. Les ordres étaient donnés en espagnol et même le clairon sonnait à la mode espagnole. Les anarchistes y étaient nombreux. Des hommes « difficiles et faciles » selon le capitaine Dronne. Difficiles parce qu’ils ne respectaient que les officiers respectables. Faciles parce leur engagement était total quand ils respectaient leurs officiers. Antimilitaristes, les anars étaient des guerriers expérimentés et courageux. Plus guérilleros que soldats, ils menaient une guerre très personnelle. « On avait tous l’expérience de notre guerre et on savait ce qu’il fallait faire, se souvient German Arrue, ancien des Jeunesses libertaires. On se commandait nous-mêmes. On était une compagnie de choc et on avait tous l’expérience d’une guerre dure. Les Allemands le savaient... »

Autre originalité, les Espagnols ont baptisé leurs half-tracks avec les noms de batailles de la guerre d’Espagne : Guadalajara, Brunete, Teruel, Ebro, Santander, Guernica. Pour éviter les querelles, les noms de personnalités avaient été interdits. Par dépit et dérision, des anarchistes qui souhaitaient honoré Buenaventura Durruti, grande figure de la CNT et de la FAI, avaient alors baptisé leur blindé Les Pingouins. D’autres encore s’appelaient Don Quichotte ou España Cani (Espagne Gitane). Raymond Dronne ne fut pas en reste quand il fit peindre sur sa jeep un joli Mort aux cons.

« A la playa ! A la playa ! » Avec un humour noir datant des camps de concentration de 1939, les Espagnols plaisantaient en mer avant de débarquer dans la nuit du 31 juillet au 1er août près de Sainte-Mère-Eglise. La division Leclerc était la première troupe française a mettre les pieds en France depuis quatre ans. Zigzaguant entre les positions nazies, la 2ème DB avala les kilomètres d’Avranches au Mans. Avançant cachée dans des chemins discrets et des sentiers touffus, la Nueve roulait vers Alençon en combattant et capturant de nombreux Allemands (qu’ils donnaient aux Américains contre de l’essence, des bottes, des mitrailleuses ou des motos selon le nombre et le grade des ennemis). La bataille de Normandie passa par Ecouché. Les Espagnols fonçaient « comme des diables » sur les soldats des 2ème et 9ème panzerdivisions. Plus drôle, le capitaine Dronne mentionne une anecdote amusante dans ses mémoires. Les anarchistes et autres anticléricaux se cotisèrent pour que le prêtre du coin puisse se racheter une statue du Sacré-Cœur. La sienne n’avait pas survécu aux combats. La statue achetée avec l’argent des bouffeurs de curés est restée en place jusqu’en 1985.

Contrariant les plans américains, Leclerc décida, le 21 août, de lancer ses troupes sur Paris. De Gaulle approuva immédiatement. Le 23 à l’aube, la division se mettait en route avec le régiment du Tchad en tête et la Nueve en première ligne. Le 24 au matin, sous la pluie, les défenses extérieures de Paris étaient atteintes. Les combats contre les canons allemands furent apocalyptiques. Parallèlement, Dronne mettait le cap sur le cœur de la capitale par la porte d’Italie. La Nueve arrivera place de l’Hôtel-de-Ville vers 20 heures. Le lieutenant Amado Granell, ex-capitaine de la Colonne de fer, fut le premier officier « français » reçu par le Conseil national de la résistance. Georges Bidault, président du conseil, posa avec lui pour la seule photo que l’on connaisse de ce moment historique. Le journal Libération la publia le 25 août.

« C’est les Français ! » criaient les Parisiens. Quand la rumeur annonça qu’il s’agissait en fait d’Espagnols, de nombreux compatriotes accoururent. Plus de 4 000 Espagnols engagés dans la résistance intérieure participèrent à l’insurrection parisienne. La nuit fut gaie. Dronne s’endormit bercé par les hymnes républicains. « Quelle joie pour ces Espagnols combattants de la liberté ! », écrivit-il plus tard.

Plus de 20 000 Allemands bien armés occupaient encore Paris. Leclerc et son état-major entrèrent par la porte d’Orléans où l’accueillit une délégation des Forces françaises de l’intérieur. Le général de Gaulle l’attendait gare Montparnasse. Le nettoyage n’était pas terminé. Une colonne de la Nueve fut chargée de déloger les Allemands d’un central téléphonique. Appuyée par la Résistance, la 2ème DB partit combattre autour de l’Opéra, de l’hôtel Meurice, des jardins du Luxembourg, de l’école militaire... Le 25 août au matin, un résistant espagnol, Julio Hernandez, déployait le drapeau républicain, rouge, jaune et violet sur le consulat d’Espagne. Il fut moins facile d’abattre les forces d’élite allemandes qui défendaient l’hôtel Meurice. Ce sont encore des Espagnols, Antonio Gutiérrez, Antonio Navarro et Francisco Sanchez, qui partirent à l’assaut des lieux avec grenades et mitraillettes. Il désarmèrent le général Dietrich von Choltitz, gouverneur militaire de Paris, et son état-major.

Le 26 août, la Nueve fut salué par de Gaulle et reçut les honneurs militaires. Au risque de déplaire à de nombreux soldats français, de Gaulle chargea la Nueve de le couvrir jusqu’à Notre-Dame. Précaution utile pour éliminer les miliciens qui tiraient lâchement sur la foule en liesse. De Gaulle et Leclerc furent également protégés par la Nueve dans la cathédrale même. Des tireurs isolés y sévissaient. Amado Granel ouvrait la marche dans une grosse cylindrée prise à un général allemand. Curieuse escorte que ces half-tracks nommés Guernica, Teruel, Résistance et Guadalajara qui arboraient côte à côte drapeaux français et drapeaux républicains espagnols... Un autre drapeau républicain, de plus de vingt mètres de long celui-là, fut déployé à leur passage par des Espagnols, hommes, femmes et enfants, survoltés.

Après un temps de repos dans le bois de Boulogne où les combattants reçurent la visite de Federica Montseny (militante CNT et ancienne ministre de la Santé du gouvernement républicain), de camarades anarcho-syndicalistes, mais aussi d’admiratrices..., le moment de repartir vint le 8 septembre. De nouveaux volontaires, dont des Espagnols de la Résistance, s’étaient engagés dans les troupes de Leclerc pour continuer le combat, mais une page se tournait. Les Espagnols reçurent l’ordre d’enlever leurs drapeaux des half-tracks désormais légendaires.

Avant d’arriver au QG d’Hitler, à Berchtesgaden, la Nueve traversa des batailles épiques dans des conditions souvent extrêmes à Andelot, Dompaire, Châtel, Xaffévillers, Vacqueville, Strasbourg, Chateauroux... Les Allemands subirent de gros revers, mais les pertes humaines étaient aussi importantes chez les Espagnols. « On a toujours été de la chair à canon, un bataillon de choc, soutient Rafael Gomez. On était toujours en première ligne de feu, tâchant de ne pas reculer, de nous cramponner au maximum. C’était une question d’honneur. » Question de revanche aussi contre les nazis qui ont martyrisé le peuple espagnol et déporté des milliers de républicains à Buchenwald et à Mauthausen.

Vainqueurs d’une course contre les Américains, les Français, dont des combattants de la Nueve, investirent les premiers le « nid d’aigle » d’Hitler le 5 mai. Après avoir mis hors d’état de nuire les derniers très jeunes nazis qui défendaient la place jusqu’à la mort, officiers et soldats burent du champagne dans des coupes gravées « A H ». Les soldats glanèrent quelques souvenirs (jeu d’échecs, livres anciens, cristallerie, argenterie...) qui améliorèrent ensuite un ordinaire parfois difficile. Les médailles pleuvaient pour les Espagnols rescapés, mais la victoire était amère. Les projets de ces révolutionnaires internationalistes ne se limitaient pas à la libération de la France. « La guerre s’est arrêtée malheureusement, regrettait encore, en 1998, Manuel Lozano, anciens des Jeunesses libertaires. Nous, on attendait de l’aide pour continuer le combat et libérer l’Espagne. »

Le livre d’Evelyn Mesquida, enfin traduit en français par le chanteur libertaire Serge Utge-Royo, est étayé par de nombreuses références historiques, mais aussi par les témoignages des derniers héros de la Nueve recueillis entre 1998 et 2006. Ce qui donne un relief et un souffle extraordinaires. Evadés des camps de concentration, déserteurs de la Légion, anciens des corps francs..., chacun avait un parcours singulier. Antifascistes viscéraux, tous étaient pressés d’aller régler son compte à Franco. « Il y a eu des Espagnols si désespérés de voir que l’aide ne venait pas qu’ils en ont perdu la tête et sont partis vers la frontière, sans vouloir en écouter davantage... Ils sont tous morts », explique Fermin Pujol, ancien de la colonne Durruti et de la 26ème division. Amado Granell, le premier soldat français reçu à Paris, retourna clandestinement en Espagne en 1952. Il mourut à 71 ans dans un accident de la route près de Valence. Dans son journal, le capitaine Dronne écrit qu’on aurait trouvé des traces de balles sur la voiture...

Les manuels scolaires ont gommé la présence des Espagnols dans la Résistance ou dans les forces alliées et de nombreuses personnes s’étonnent d’apprendre que des républicains espagnols, dont nombre d’anarchistes, ont joué un rôle important dans la lutte contre les nazis et la libération de Paris. Comment s’est opérée cette amnésie générale sur fond de patriotisme véreux ? Dans la préface de l’ouvrage, Jorge Semprun, ancien résistant communiste déporté et ancien ministre de la Culture espagnol, l’explique. « Dans les discours de la Libération, entre 1944 et 1945, des centaines de références furent publiées sur l’importance de la participation espagnole. Mais peu après, à la suite de la défaite allemande et la libération de la France, apparut tout de suite la volonté de franciser – ou nationaliser – le combat de ces hommes, de ceux qui luttèrent au sein des armées alliées comme au sein de la Résistance. Ce fut une opération politique consciente et volontaire de la part des autorités gaullistes et, dans le même temps, des dirigeants du Parti communiste français. Quand arriva le moment de réécrire l’histoire française de la guerre, l’alliance communistes-gaullistes fonctionna de façon impeccable. »

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Luis Royo est le seul membre de la Nueve a avoir reçu un hommage officiel de la mairie de Paris et du gouvernement espagnol en 2004 à l’occasion de la pause d’une plaque sur le quai Henri-IV près de l’Hôtel-de-Ville. En 2011, surveillés de près par la police, une poignée d’ami-e-s de la république espagnole, dont Evelyn Mesquida, s’est regroupée dans l’indifférence quasi-générale lors de la commémoration de la libération de Paris.

« Avec l’histoire de la Nueve, on possède un thème de grand film », affirme Jorge Semprun. Assurément. Le plus bel hommage que l’on pourrait rendre aux milliers d’Espagnols combattants de la liberté serait surtout de poursuivre leur lutte pour un autre futur.

Evelyn Mesquida, La Nueve – 24 août 1944, ces Républicains espagnols qui ont libéré Paris. Traduction de Serge Utge-Royo. 16 pages de photos. Collection Document, éditions du Cherche-Midi, 384 pages. 18€.

Une conférence d’Evelyn Mesquida à la librairie espagnole de Paris (2008).

Images de l’hommage rendu en août 2011 avec une version espagnole de La Marseillaise.

Pour aller plus loin :

 Les éditions du Cherche-Midi.

 Le site du chanteur libertaire Serge Utge-Royo, traducteur du livre d’Evelyn Mesquida.

 Les anarchistes français et espagnols dans la Résistance.

 Le réseau Ponzan, des anars dans la guerre secrète.

PACO sur Le Post.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
La véritable histoire de la Libération de Paris
22 septembre 2011 - 20h11

Les Communistes résistants de l’intérieur, ceux de la MOI, n’ont jamais existé à Paris et De Gaulle n’a jamais demandé à la DB pour des raisons politiques intérieures, de passer par Paris dont la population commençait à se libérer tout seul sous la direction entre autres des Communistes. cela n’enlève rien à la dette que nous avons auprès des Républicains espagnols dans la Résistance et à la Libération. Gardons notre calme.



La véritable histoire de la Libération de Paris
22 septembre 2011 - 20h33 - Posté par alors là !

Les Communistes résistants de l’intérieur, ceux de la MOI, n’ont jamais existé à Paris

..On peut paslaisser passer ça..

TU PLAISANTES ?

Ou tu ne connais RIEN de l’Histoire très controversée sur certains point,certes, de la LIbération, de la RESISTANCE armée.

Notamment des FTP .

Tu nies toute réalité historique quand tu écris

De Gaulle n’a jamais demandé à la DB pour des raisons politiques intérieures, de passer par Paris dont la population commençait à se libérer tout seul sous la direction entre autres des Communistes.

Si les Ricains ont finalemnt accepté que Leclerc monte surParis..c’estqu’entre le risque d’une insurrection-libération à dominante communiste.et la volonté de filer sur Berlin pour éviter que l’Armée Rouge seule en finisse avecle Reich ; l’impérialisme ET de GAULLE ont choisi...

Je trouve ton commentaire des plus curieux.. !

Pas de M.O.I à PARIS dans laRESISTANCE !?!!

C’est la" meilleure"..
Jusqu’ à présent je connaissais la version inverse et dégueulasse.

Celle faisant de mon ami ROLun salaud franchouillard confiant aux immigrés lesactions les plus dangereuses les "abandonnant" ..voire ...un PC les" balançan"t aux allemands !(version du film "des TERRORISTES à la retraite" )

Mais absents de la RESISTANCE parisienne, là tu m’épates...

Tu vas bous citer tes précieuses sources stp ?

A.C


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 08h29 - Posté par

Toi, le champion de l’humour tu sembles n’avoir pas saisi le sens général de cet article quelque peu "révisionniste" qui mène à ces conclusions fantaisistes.


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 08h40 - Posté par

"révisionniste" c’est un peu fort, je l’avoue, mais l’omission du contexte de cette intervention de la 2ième DB car Paris se libérait TOUT SEUL, donne un curieux éclairage à cet évènement.
Cet article traite avant tout de l’héroïsme des combattants républicains d’Espagne. pourtant Le titre à lui seul suggère que c’est Leclerc et ses troupes qui ont libéré Paris, comme d’ailleurs voulait le faire croire l’Histoire "officielle".


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 11h03 - Posté par Buenaventura

Si je lis bien, cet article est une note de lecture consacrée à un livre qui donne un bon coup de zoom sur une compagnie de la 2ème DB, la Nueve, depuis sa création au Maroc jusqu’à son arrivée dans le bunker d’Hitler. Cette impressionnante épopée passe par la libération de Paris. C’est un fait historique incontournable. Après des décennies de lessivages gaullistes et communistes, comme le souligne Jorge Semprun, il est temps de rendre à ces antifascistes espagnols la place qu’ils méritent. Il est insupportable de voir que le long travail d’enquête d’Evelyn Mesquida puisse être taxé de « révisionniste ». Les gaullistes et les communistes ont longtemps eu toute latitude pour donner leur version des faits en masquant les points qui leur faisaient de l’ombre. En 2011, serait-il toujours interdit de parler du rôle des combattants espagnols, et notamment des anarchistes, durant la seconde guerre mondiale ?


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 10h52 - Posté par alors là !

C’est à dire que les propos quej’ai relevés, les tiens, étaient une réponse au second degré à l’article (ou plutôt les divers articles que l’auteur avit mis en ligne ?

Si c’est cela, dont acte et mes excuses.
Mais tu avoueras que cela pouvait prêter à confusion.
T’aurais écrit" Paris a été libéré ? J’ignorais..Chouet, sans communistes, ni immigrés, lmais simplementparle Général Leclerc..Ouf.."là c’était de mon niveau..

DONC TOUTES MES EXCUSES.

mais..sauf si j’ai la berlue, hier l’article de PACO sur le post.fr..n’était pas en ligne, il était simplement mentionné en source , non ?

De toutes façons ce Paco déconne..

Son histoire du24 Aôut avec un DRONNEentrant dans Paris en libérateur "de pointe" c’est ridicule.

Que ma non compréhension de ton humour soi tpartiellemnt pardonnée, grâce à mon avocat, Maitre Wikipédia :: :

Le métro de Paris, la gendarmerie le 13 août, puis la police qui lui emboîte le pas le 15 août, suivis des postiers le jour suivant, se soulèvent. Ils sont rejoints par d’autres ouvriers de la ville quand la grève générale éclate le 18 août. Des barricades sont dressées, entravant les mouvements des véhicules allemands, et des escarmouches contre les forces allemandes d’occupation, épaulées par des membres de la Milice[6],[7] restés à Paris malgré le repli général des miliciens quelques jours plus tôt[8], commencent à devenir sérieuses les jours suivants, atteignant leur maximum le 22. De sérieux combats ont lieu à la préfecture de police.
Combat en milieu urbain lors de la bataille pour Paris. Char d’assault capturé tire sur une position de sniper.

Une trêve est conclue, trêve qui permet à chacun des camps soit d’évacuer la capitale pour les Allemands, soit de conforter ses positions, pour la Résistance.
Scène montrant deux Parisiens (possiblement FFI) désarmant un soldat allemand récemment tué près de Notre-Dame.

En marge des évènements de la capitale, des accrochages et embuscades sont organisés par des partisans et résistants en banlieue parisienne.

Les insurgés, faute de munitions, n’auraient pas pu tenir longtemps : la résistance intérieure envoie en mission le commandant Cocteau ("Gallois"), chef d’état-major du colonel Rol-Tanguy, auprès du général Patton pour signaler aux Américains que la moitié de la ville est libérée le 23 mais que la situation des résistants est critique. Mais, devant cette situation désespérée, ayant obtenu l’accord de De Gaulle (il rapelle à Eisenhower sa promesse faite à Alger en décembre 1943 que la libération de Paris serait confiée à une unité française), le général Leclerc force la main aux Américains en donnant l’ordre de marche sur Paris aux éléments de reconnaissance de sa 2e division blindée française. Le général américain Gerow, supérieur hiérarchique de Leclerc, est furieux, considérant cela comme une insubordination. Eisenhower doutant de pouvoir retenir les Français finit par accepter et envoie la 4e division d’infanterie américaine en renfort

Plus loin

>Les forces alliées progressent vers l’Est, les généraux américains Eisenhower et Bradley, engagés dans les combats de la poche de Falaise, prévoient de contourner Paris pour ne pas être ralentis dans leur progression, notamment au niveau logistique, la libération des 4 millions d’habitants parisiens nécessitant 4 000 tonnes de vivres par jour. Le général Bradley écrit dans ses mémoires[4] à propos de la capitale française : «  La ville n’avait plus aucune signification tactique. En dépit de sa gloire historique, Paris ne représentait qu’une tache d’encre sur nos cartes ; il fallait l’éviter dans notre marche vers le Rhin ». Les Overlord forecasts (prévisions Overlord) ont pour cible principale le bassin de la Ruhr où se concentre l’industrie lourde allemande, la libération de Paris étant prévue pour fin octobre[5].

A.C


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 19h15 - Posté par

Sans oublier que les Américains avaient engagé la course contre les soviétiques qui arrivaient à Berlin et auraient très bien pu atteindre l’Europe Occidentale. Du coup Paris devenait un objectif secondaire, d’autant plus secondaire que nos "alliés" de l’Ouest voulaient nommer un gouverneur US et nous aurions connu une autre occupation que les mêmes Kollabos d’Hitler appelaient de leur voeux face (encore !) à la menace bolchévique...


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 12h18

Merci Paco pour ce magnifique article...
Je sollicite votre autorisation pour le publier tel quel sur mon blog de Mediapart.

Dans l’attente de votre réponse...

Fraternellement

Jean-Pierre Anselme

Mon blog :
http://blogs.mediapart.fr/blog/Jean...



La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 19h37 - Posté par A.C

je pense que si, en plus, vous voulez rendre votre blog "pluriel.je vous autorise à publier mes réactions, M.Anselme....

A.C

 :)


La véritable histoire de la Libération de Paris
23 septembre 2011 - 19h37 - Posté par PACO

Pas de problème. Tu peux le mettre sur ton blog.


La véritable histoire de la Libération de Paris
24 septembre 2011 - 08h01

à ceux qui continuent de dénaturer le rôle des communistes dans la résistance et qui mentent en racontant que le PCF veut s’accaparer cette résistance en oubliant volontairement l’apport des étrangers dans la lutte contre l’occupant nazi je leur dit qu’il existe des preuves irréfutables que le PCF a au contraire associé ces combattants de l’ombre à l’action des communistes et même glorifié leur action dans de nombreux écrits , je citerais entre autre le remarquable ouvrage de ALAIN GUERIN "LA RESISTANCE " ,5 volumes édités par LE CLUB DIDEROT ex maison d’édition du PCF .



La véritable histoire de la Libération de Paris
25 septembre 2011 - 04h23 - Posté par charlie goodman

Je viens tout juste de terminer la lecture de ce superbe livre.

Deux choses me viennent à l’esprit à la lecture de certains commentaires carrément nauséabonds et que je ne pensais pas pouvoir lire ici :

- commencez donc par le lire (ce qui visiblement n’a pas été le cas de tous les commentateurs !) avant de réagir par des réflexes conditionnés à tel ou tel terme...

- qu’est-ce qui gêne donc tant certains dans ce simple et beau rappel d’une réalité historique indéniable ???...

Espagnols, ne nous laissez pas seuls avec les Frrrançais !!!



La véritable histoire de la Libération de Paris
25 septembre 2011 - 12h48 - Posté par A.C

là..on va s’expliquer, mon ami..

Deux choses me viennent à l’esprit à la lecture de certains commentaires carrément nauséabonds et que je ne pensais pas pouvoir lire ici

Précise stp

E tpuisque ton commentaire me choque-même s’il ne devait pas me viser, allons y !

Un certain nombre de communistes, de descendants de Résistants(y compris comme c’est mon cas quand on a eu grand Père espagnol déporté, dirigeant de la M.OI. , et un père, français FTP), nous ne supporterons pas, au nom de la VERITE-toujours révolutionnaire comme l’a ditGramsci-qu’on instrumentalise telle catégorie d’antifascistes afin de poursuivre un combat contre-ne nous mentons pas stp-le PCF !
.
Ce que je trouvé "nauséabond"-pour utiliser ton vocaulaire-, moi , c’est le fait de trouver toutes les vertus au républicain espagnol victime de la "retirada" qui est dans lun char 2°DB..pour venir pour la nième fois, nier -ce qui est différent que d’analyser tel ou tel zag ou zig de 39à47- que les miltants se réclamant des Partis communistes, quels que soient leur nationalité( (français, espagnol, tchèque etc) , athées ou croyants, etc , ont été la force principale de la Résistannce, l’élément déterminant de la mobilisation populaire, que sans eux, Pari seut été libéré peut être 6 mois plus tard, que nous aurions connu une administration de tutelle anglo saxonne, etc etc..

Pourquoi intituler ce papier " La véritable Histoire de la LIbération deParis" plutôt que "Pas de silence sur l’Espagne antifranquiste dans la 2° guerre mondiale" ?

Il ya dans ce pays , je pèse mes mots et ceux qui me lisent connaissent ma franchise de ton, une insupportable , lancinante, "écoeurante" campagne de révisionnisme(oui !!) concernant la RESISTANCE , le PCF..

Alors, sans oser l’avouer, on va chercher l’anarchiste espagnol courageux qui est chez Leclerc pour s’en" servir" afin..... d’expliquer (je force àpeine le trait) que "les cocos après voir tenté de"collaborer,"d’avoir attendu 5h dumatin du22 juin 41...pour sortir de leurs leurs cachettes tapissées de pactes germano-soviétiques, graisser les fusils de chasse et traquer ’occupant.."

Bien entendu, sans aucun repère de classe, et comme trois pov’ cons depseudo lambertistes le croient - ou feignent de le croire- en alliance de trahison de classe, Rol tanguy devenant celui qui aide à remplacer un impérialisme allemand par l’ennemi de classe gaullo-américano-britannique.

Puisque tel était l’ordre de Staline  !

je le redis : c’est une rafale de TROP sur les fusillés du Bois de Boulogne

et tant pis si ça fait chier trois nostalgiques delachasse aux stals : l’Histoire ce n’est pas la répétition des élucubrations antiPC !

la Résistance c’est un "tout" complexe, contradictoire

Il y a el les luttes intestines en son sein, la complexité de contradictions entre l’allégeancedes PC..à" l ’Internationale soviétique" -et ses diverse formes-et ,dans ce Pays un peu spécial..-.la matrice "nationale " du PCF ,héritier de Babeuf, de laCommune

Je suis de ceux qui ont cru à des thèses simplistes

Mais on est en 2011 !

RIEN n’autorise l ’insinuation grotesque d’un Leclerc envoyant DRONNE et une avant garde alliées sur Paris, composée pour partie d’antifranquistes , argument qui autoriserait à travestir "faits" , tétus comme l’a dit un révolutionnaire..
Pour continuer à "tacler"THOREZ..(mais si, avouez nom de Dieu, c’est votre droit de "nous" haîr !), ne faites pas passer ROL , les FFFIde la Région Parisienne, et la population parisienne pour des gens qui se"réveillent" quand DRONNR arrive aux portes deparis.

Mais si çavous arrange, ne vous génez pas !

"On" est vacciné !

 :)
Je sui un "stalinien" inguérissable n’est cepas ?

 :))
J’ai pas d’alibi pour le jour ou Staline fit assasiner Trotsky, et tous les communistes espagnols qui ont survécuaux tortures ou au garrot de Franco sans avoir pu en37
..flinguer du Poumiste barcelonais, sont morts avec les sentiment d’avoir manqué àleur devoir de classe

c’est bien connu de trois douzaines de nostalgiques de années 50, voyons !

Voilà mon sentiment de colère : si tu trouves que ce quece que je dis est écoeurant, alors précise que c’est ce type de commentaire qui te dérange.

Sinon, Camarade, par respect des uns et des autres, comme moi qui ai aidé à déterrer des ossements des victimes du franquisme , pour que l’ histoire n’oublie jamais les crimes impunis - -et il afalluà desjeunes espagnolss’opposer à un Gonzalez partisan de la loi du silence dite de"réconciliation- , ne te sers pas d’un livre ou de trois textes , voire d’un article de Bella Ciao au titre irritant et prétentieux, pour te joindre àceux qui, inconsciemmentou pas, font l’apologie des atermoiments des alliés, y compris de de Gaulle, Parodi et chaban..., en nous "opposant" le bon républicain antifranquite".. aux" usurpateurs de victoire "ayant avec le souci - parfois tardif- , de tout mesurer, afin qu’in fine, la jeunesse qu’on veut lobotomiser afin d’extirper tous drepères de classe, tente de comprendre pour agir.

Sans oublier le"fond"

Si en juillet 1936..des futurs "gaullistes" -je ne parle pas de Malraux et quelques individualités- aux socialistes , on n’avait pas eu davantage peur de la REVOLUTIOn d’Espagne..que de la menace hitlérienne.....jamais, certainement des espagnols vaincus n’auraient été, chez DRONNEou dans la MOI et lesFTP...des libérateurs de Paris.

Parce que c’est le fascisme , sesFranco, mussolini ethitler qui auraient été battus !

Mais insister serait rappeler qu’en tant que Parti, ce PCF que je "flingue aujourd’hui" pour largage de cklasse eut seul en tant queParti influent, le réflexe d’internationalisme.et refusa la lâche"non intervention"....

Bon dimanche.

Je ne reviendrai pas sur cet artcle, je crois avoir livré-trop longuement selon mon défaut- une opinion "définitive"..

A.C





CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire
Horreur et justice
jeudi 16 - 19h51
de : jean 1
Portraits Macron décrochés : Ne frise-t-on pas des emprisonnements politiques ?
jeudi 16 - 17h44
de : J0
2 commentaires
L’art de la compromission
jeudi 16 - 14h49
de : Jean-Marie Défossé
On avance, en Angleterre les gilets jaunes sont vus comme des héros. Ça fonctionne ! Ensemble !!! (vidéo)
jeudi 16 - 14h49
de : nazairien
3 commentaires
Mobilisation contre les lois Blanquer : la grève reconductible, c’est pas automatique
jeudi 16 - 12h20
Intervention sur RTL du camarade Mickael Wamen au sujet du jugement prud’hommes pour les 823 ex Goodyear (video)
jeudi 16 - 11h59
de : Mickael Wamen
Don quichotte dort à l’Elysée
mercredi 15 - 22h00
de : Irae
VGE ne meurt jamais.
mercredi 15 - 19h55
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
La Ditature en marche : GILETS JAUNES : EN GARDE À VUE POUR UNE PANCARTE (vidéo)
mercredi 15 - 07h09
de : nazairien
2 commentaires
Gilets Jaune "nous accusons" ; 10000 citoyens accusent le gouvernement (video)
mardi 14 - 23h00
de : le media
4 commentaires
Vaccynisme et réalité
mardi 14 - 22h53
de : Annee Gourvès pour AIMSIB
3 commentaires
Plus de 100 artistes français dénoncent l’Eurovision 2019 en Israël et en appellent à France Télévisions
mardi 14 - 17h32
de : JO
Suppression de postes d’enseignants spécialisés dans l’Hérault
mardi 14 - 17h06
de : AREN34
Tourisme de riches
mardi 14 - 13h20
de : Irae
1 commentaire
LE BOURREAU DES GOODYEAR ACCEUIL LA CGT ... !!!
mardi 14 - 08h39
de : Mickael Wamen
3 commentaires
Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin
lundi 13 - 16h46
de : jean 1
1 commentaire
I.B. Ou la Bourgeoise Ridicule.
lundi 13 - 16h44
de : L’iena rabbioso
Syndicalisme et féminisme : aller ensemble vers l’égalité.
lundi 13 - 09h18
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Italie : 12 mai 1977, l’assassinat de Giorgiana Masi (videos)
lundi 13 - 08h28
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Congrès de la CGT : pourquoi les débats s’annoncent vifs sur les questions internationales
lundi 13 - 08h16
de : Stéphane Ortega
3 commentaires
Menacée par les autorités, la juriste, Georgia Pouliquen, nous parle d’Angleterre, exfiltrée par des amis anglais (videos)
dimanche 12 - 17h56
de : nazairien
Agnes HELLER, un marxisme sans lutte de classe, ni perspective socialiste
dimanche 12 - 14h34
de : Christian DELARUE
Quelle ignominie ! (video)
dimanche 12 - 13h56
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre esprit humain exige sans délai la solidarité et l'union entre les peuples et les nations au-delà des différences qui pourraient les séparer. Augusto Roa Bastos
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite