Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Un ancien policier argentin rattrapé par la justice à Paris

de : Laura Raim
dimanche 18 mars 2012 - 22h38 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Un juge argentin a délivré jeudi un mandat d’arrêt contre Mario Sandoval, soupçonné d’avoir été tortionnaire sous la dictature. Installé depuis plusieurs années en France, cet ancien officier de police a une intriguante carrière dans l’intelligence économique.

Il existe de nombreuses zones d’ombre dans la biographie de Mario Sandoval, contre qui un juge argentin a délivré un mandat d’arrêt international jeudi. Soupçonné d’avoir été tortionnaire sous la dictature argentine, cet ancien officier de police, installé en France il y a plusieurs années, a ensuite fait carrière dans l’intelligence économique.

Ce Franco-argentin a toujours nié avoir joué un rôle actif sous la dictature militaire (1976-1983). Il a même poursuivi pour diffamation plusieurs médias français qui évoquaient son passé présumé de tortionnaire. Plaidant l’homonymie, Sandoval a été débouté en février par le tribunal correctionnel d’Auxerre.

Mais les nouveaux éléments dans l’enquête menée par le magistrat Sergio Torres pourraient s’avérer compromettants pour cet homme de 58 ans qui se présente aujourd’hui comme professeur à l’université Paris III et expert en intelligence économique.

Sergio Torres enquête en effet sur les crimes commis à l’École supérieure de mécanique de la marine (Esma), centre de torture emblématique de la dictature où ont été torturés, avant de disparaître, quelque 5000 personnes. Environ 600 centres de détention clandestins ont été utilisés durant la dictature argentine, dans lesquels ont disparu la majorité des 30.000 victimes du régime militaire. Or le surnom « Churrasco » (« grillade », qui fait référence à la torture des victimes à l’électricité sur un sommier en métal) revient à plusieurs reprises dans les témoignages des rares survivants de l’Esma. Et l’enquête a permis de conclure qu’il s’agissait de Mario Sandoval, qui opérait à la fois dans le centre de torture de la Coordination fédérale, sorte de police politique de la dictature, et à l’Esma au service de la marine. Sandoval est ainsi accusé d’avoir été responsable de « tortures, détentions illégales et tortures ayant provoqué la mort ». D’après le quotidien argentin Pagina 12, il aurait notamment joué un rôle décisif dans la disparition, le 20 octobre 1976, d’un étudiant de 24 ans, Hernan Abriata.

Une carrière dans l’intelligence économique

Après la chute de la junte en 1983, la suite de sa carrière continue d’être obscure. Sandoval aurait fréquenté les paramilitaires d’extrême-droite en Colombie avant de s’installer à Paris, où il s’est fait un nom dans le milieu de l’intelligence économique. Selon un article du Monde diplomatique, il a enseigné à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (Iheal) et entretenu des liens avec les universités de la Sorbonne Nouvelle et de Marne-la-Vallée. C’est en participant à des colloques spécialisés qu’il a rencontré Alain Juillet, ex-directeur de la DGSE et ancien Haut Responsable pour l’Intelligence Economique en France.

À en croire Pagina 12, et certains journaux colombiens, Sandoval se serait même hissé jusqu’au cercle des conseillers de Nicolas Sarkozy. Une journaliste du quotidien l’aurait en effet aperçu en janvier 2008 dans le Conseil de défense et de sécurité national. Mais Sandoval a toujours démenti avoir joué un rôle, officiel ou officieux, auprès de l’Élysée.

Le mandat d’arrêt international, ayant pour but d’obtenir l’extradition en Argentine de Mario Sandoval, « a été envoyé à Interpol », a dit une source du tribunal, ajoutant que « l’adresse du suspect à Paris a été également envoyée à Interpol France ».

http://www.lefigaro.fr/internationa...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Un ancien policier argentin rattrapé par la justice à Paris
19 mars 2012 - 17h34 - Posté par monachicchio

Pessac journal sud ouest du jour
Torture à la française Par WILLY DALLAY
Il y avait du « made in France » et des anciens de l’OAS, dans les dictatures d’Amérique Latine .

Ce petit bout de femme est finalement plus efficace que les gros bras. Dans son documentaire « Escadrons de la mort, l’école française », Marie-Monique Robin a obtenu des aveux des tortionnaires des dictatures d’Amérique Latine des années 70 et 80, notamment en Argentine et de ceux qui les avaient formés, les Français anciens d’Indochine et d’Algérie, particulièrement de l’OAS.
Ce documentaire de 2003 a été projeté samedi au Jean-Eustache, dans le cadre des Rencontres du cinéma latino américain, lors d’une soirée consacrée à la réalisatrice. Elle a participé à un débat à l’issue d’une double projection, car un autre de ses films était aussi au programme : « Argentine, le soja de la faim » (lire ci-contre). Il est de la même veine que « Le Monde selon Monsanto », un film et un livre, traduits dans 15 langues et qui ont rendu célèbre leur auteure, menaces comprises…
A-t-elle triché pour faire parler les tortionnaires argentins ? « Je me suis présentée comme historienne », a-t-elle expliqué au public. Ce n’était pas tout à fait faux. Elle commence par un général qui lui donne le téléphone d’un autre, puis d’un autre et elle se retrouve en peu de temps avec un quarteron de « généraux à mettre en boîte ». Un vrai coup de filet dans lequel les militaires se font prendre bêtement. Sentiment de toute puissance encore présent, fierté sans regrets pour les horreurs commises, certitude de l’impunité… ont endormi leur méfiance. Sans plus s’informer sur celle qui les mettait à la question sur des sujets aussi sensibles, ils l’avaient cataloguée « historienne d’extrême droite ». Marie-Monique Robin s’en amuse : « Pour des spécialistes du renseignement… »
« Crevettes Bigeard »
Elle a aussi obtenu les révélations de Français qui les ont formés, ou ont encadré cette formation, jusqu’aux propos hallucinants de cynisme tranquille de Pierre Messmer, ministre sous de Gaulle, puis sous Giscard. Car lorsque les pays du cône sud de l’Amérique Latine devinrent des dictatures, la France continua à leur apporter le concours de ses anciens de l’OAS. Leur savoir-faire en matière de guerre antisubversive était basé en grande partie sur le renseignement par la torture, puis l’élimination des torturés. La France bénéficiait de l’expérience des « Crevettes Bigeard », du nom du colonel du même nom. Pendant la guerre d’Algérie, elle avait consisté à se débarrasser des opposants en les lâchant dans la mer depuis un hélicoptère, les pieds coulés dans du béton…
Marie-Monique Robin fait remonter la sinistre collaboration entre France et Argentine aux années 30 : « Des liens entre les mouvements d’extrême droite des deux pays se sont noués par les catholiques intégristes. On justifiait la torture (et la mort) avec les arguments de l’Inquisition. »
La réalisatrice n’a pas eu besoin de « raconter de bobards » au général Aussaresses. Il avait déjà fait son coming out dans un livre et il assume : « Je suis un voyou… de la République. » Puisque la République savait et organisait.
Le film de Marie-Monique Robin a entraîné l’arrestation de plusieurs généraux, en Argentine. Primé par le Sénat, il n’a pas en revanche, déclenché d’enquête parlementaire dans la Patrie des droits de l’homme.



Un ancien policier argentin proche de Sarkozy ?
19 mars 2012 - 19h06

"À en croire Pagina 12, et certains journaux colombiens, Sandoval se serait même hissé jusqu’au cercle des conseillers de Nicolas Sarkozy. Une journaliste du quotidien l’aurait en effet aperçu en janvier 2008 dans le Conseil de défense et de sécurité national. Mais Sandoval a toujours démenti avoir joué un rôle, officiel ou officieux, auprès de l’Élysée."







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite