Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Scandale en Hollande - Castrés pour les punir de leur homosexualité !

de : Collusions
lundi 19 mars 2012 - 10h28 - Signaler aux modérateurs

Par Marco Bertolini (Amsterdam)

Des prêtres catholiques néerlandais ont ordonné la castration de jeunes hommes mineurs pour les punir de leur homosexualité. C’était dans les années 50, mais l’affaire éclate aujourd’hui aux Pays-Bas.

Les affaires de pédophilie au sein de l’église catholique ont suscité un énorme scandale dans divers pays d’Europe, et les Pays-Bas n’ont pas été en reste. Comme en Belgique, une "Commission d’enquête sur les abus sexuels de mineurs dans l’église catholique romaine" a été créée, la Commission Deetman, du nom de son président.

Mais, au-delà des récits d’attouchements et de viols répétés, c’est une révélation plus effarante encore qui vient d’être faite au quotidien néerlandais NRC Handelblad : un jeune homme mineur, Henk Heithuis, a été castré en raison de "son comportement homosexuel" après avoir déposé plainte contre les prêtres de l’orphelinat dans lequel il était placé.

Le sculpteur néerlandais Cornelius Rogge a raconté cette horrible histoire au journaliste Joep Dohmen du NRC Handelblad. Mais auparavant, il avait témoigné auprès de la Commission Deetman qui n’en fait aucune mention dans son rapport final.

Henk Heithuis est né en 1935. Ses parents se séparent alors qu’il n’est qu’un enfant et Henk vivra d’orphelinat en maison d’accueil : à Lochem, à Grave, à Kaatsheuvel, à Roermond, et, finalement, à l’asile Saint-Vincent de Harreveld, dirigé par la congrégation catholique des Frères d’Amsterdam.

Des orgies dans l’orphelinat

Alors qu’il est âgé de 17 ans, le 30 janvier 1956, Henk dépose plainte auprès de la police contre les prêtres de l’institution et en particulier, contre l’abbé Gregorius : ce dernier organise de véritables orgies, où l’alcool le dispute au sexe. La police enquête et le procès aura bien lieu. Sept autres enfants seront entendus lors des audiences. L’un d’entre, 69 ans aujourd’hui, raconte comment il a été violé à maintes reprises par le frère Henricus, boulanger de la congrégation.

Entretemps, l’abbé Gregorius s’enfuira au Canada et l’action contre lui s’éteindra "faute de preuves"…

Quant à Henk, il a vécu dans sa chair le verset biblique : "Malheur à celui par qui le scandale arrive !" (Lc 17, 1).

Après sa déposition, la police l’a remis à une institution psychiatrique, la Maison Padua de Boekel, dans le Brabant néerlandais, gérée par une autre congrégation catholique : les frères pénitents. Il y est décrit comme "un homosexuel, une personne indigne de confiance, fantasque et psychiquement déséquilibrée", autrement dit un "psychopathe".

Le chirurgien mutilait en musique

Ce que Henk décrit comme sa "mutilation" aura lieu à l’hôpital Saint-Joseph à Veghel. Dans ses lettres à Cornélius Rogge, il raconte comment le chirurgien mettait de la musique pour mettre à l’aise les jeunes hommes qui attendaient leur tour dans le couloir...

A cette époque, Henk a 20 ans et donc toujours mineur à l’époque. Alors que toutes les opérations chirurgicales devaient être enregistrées et déclarées à l’Etat, les castrations ne figurent dans aucun registre de l’institution. Pourtant, des témoins vivent encore, notamment des infirmiers qui confirment que ces interventions ont bien eu lieu.

En avril 1957, Henk s’engage dans la marine marchande. Il s’embarque sur un navire en partance pour l’Indonésie. En juillet 1957, il est au Japon. Il est si malade qu’il demande son rapatriement via les autorités néerlandaises. Le consul-général néerlandais dans la ville de Kobé, chargé de ce rapatriement en parle à son voisin, Ijsbrand Rogge. Avec son frère Cornélius, le sculpteur qui vient de tout raconter au NRC Handelblad, ils s’intéresseront à l’histoire de ce jeune homme. Ils deviendront ses confidents. Henk et sa mère leur écriront en tout plus de 35 lettres. Puis la malchance poursuit Henk jusqu’au bout : à 21 ans, il se tue dans un accident de voiture.

Le premier ministre de l’époque impliqué ?

Mais Henk ne serait pas un cas isolé. Neuf autres victimes mineures de castration forcée pour homosexualité ont été identifiées par les frères Rogge et d’autres investigateurs.

Pourtant, cette affaire ne refait surface qu’aujourd’hui. "Pendant 35 ans, j’ai tenté d’attirer l’attention sur cette histoire", explique Cornélius Rogge. Il a tenté d’en parler à la Commission Deetman qui n’a ni enquêté, ni même mentionné ces faits dans son rapport final.

Il est vrai que le président du conseil d’administration de l’internat - à l’époque où Henk et des dizaines d’autres enfants ont été abusés - n’était autre que Vic Marijnen. Homme politique catholique, ministre à partir de 1959 et premier ministre de 1963 à 1965. Pouvait-il ignorer ce qui se passait au sein de son institution ? Ses tentatives répétées pour obtenir la grâce des frères incriminés suggèrent plutôt le contraire…

Au parlement, l’opposition politique réclame à présent que toute la lumière soit faite sur l’implication des autorités néerlandaises dans ces abus sexuels à l’encontre de mineurs et des mutilations forcées comme punition des homosexuels. Elle exige l’ouverture d’une enquête parlementaire.

La castration eugénique, une pratique hier courante

Les Pays-Bas – tout comme l’Allemagne nazie, mais aussi la Suède ou les Etats-Unis – ont eu recours à la castration eugénique. C’est-à-dire à l’ablation des testicules afin d’éviter que des "éléments indésirables" de la société ne se reproduisent.

L’historien néerlandais Théo van der Meer estime ainsi qu’entre 1930 et 1969, au moins 400 hommes ont été envoyés dans une clinique par leur pasteur, leur médecin ou leur psychiatre afin d’y subir une "castration volontaire"… Mais "souvent, ils n’étaient pas conscients des conséquences de cette opération" précise l’historien.

Un psychiatre néerlandais des années cinquante, Aimé Wijffels, doit son surnom de "castreur des Pays-Bas" à sa propension à utiliser ces méthodes. Il est responsable de 70 castrations dont la moitié n’a pas été ordonnée par décision de justice. Des prêtres catholiques se sont également fait les champions de ces interventions punitives.

Mais jusqu’ici, à part les frères Rogge, personne ne savait que l’église catholique romaine avait aussi fait procéder à la castration de jeunes hommes mineurs, comme "punition pour leur comportement homosexuel"…

http://fr.myeurop.info/2012/03/18/c...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite