Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Délabrement du réseau SNCF et mépris des usagers : L’exemple du RER C

de : Gaston Lefranc
mardi 22 juillet 2014 - 09h44 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

La galère des usagers du RER C traités comme du bétail

La période des vacances commence bien mal pour les voyageurs du RER C. Depuis presque vingt ans, les « travaux Castor » entraînent une fermeture de la ligne entre Paris Austerlitz et Invalides (au plein cœur de Paris). Jusqu’ici, rien à redire : ces travaux sont nécessaires pour rénover les tunnels parisiens. Mais les trajets s’apparentent de plus en plus à une énorme galère pour les usagers de la ligne :

 la SNCF profite de l’été pour réduire considérablement le nombre de trains ; elle en profite également pour transformer les trains direct en omnibus, rallongeant le temps de transport des usagers.

 Mercredi 15 juillet, alors que les températures maximales étaient inférieures à 30 degrés, le trafic était considérablement perturbé, en raison des « fortes chaleurs ». De qui se moque-t-on ? La véritable raison réside dans le « délabrement » généralisé du réseau (selon les experts judiciaires qui ont rendu leur rapport suite à la catastrophe de Brétigny) qui fait qu’au moindre coup de chaud (tout à fait normal en juillet), les trains doivent ralentir pour éviter de nouveaux accidents.

 La priorité, pour la direction de la SNCF, semble être de faire circuler les trains grande ligne et même les trains de marchandises ! Les travailleurs peuvent griller au soleil, mais pas question de retarder la livraison de marchandises aux clients capitalistes !

 Très peu de trains sont réfrigérés. La dernière commande de trains réfrigérés (avec 4 sièges par rangée au lieu de 5, d’où un certain confort) remonte à 1998. Depuis, nada. Les vieux trains sont « rénovés », mais plus aucun achat de train réfrigéré. Et les rares trains réfrigérés sont si mal entretenus que le système de réfrigération est très souvent en panne...

Résultat inéluctable de cette politique désastreuse : des trains surchargés accumulent les retards, les voyageurs sont entassés, la température dans les wagons atteint des sommets, des voyageurs debout font des malaises, ce qui provoquent des retards supplémentaires. Un cercle vicieux auquel la direction de la SNCF n’apporte qu’un seul type de réponse : de la mauvaise communication et des employés déqualifiés envoyés sur les quais pour calmer des voyageurs à bout. On en est là. Alors qu’il faudrait plus de trains, plus de conducteurs, plus d’agents d’entretien du réseau, c’est-à-dire de véritables emplois pour satisfaire de véritables besoins.

Et la situation, malheureusement, ne fera que s’aggraver dans les années à venir si rien ne change. Le nombre d’habitants à proximité de la ligne C (par exemple à Brétigny) augmente fortement alors que les infrastructures se délabrent. Des arrêts supplémentaires sont sans cesse créés ce qui augmente le temps de transport quand tout fonctionne normalement (ce qui est de plus en plus rare). La SNCF est de moins en moins un service public, et la logique de rentabilité s’impose. Pour la SNCF, les travailleurs franciliens sont des clients « captifs » : ils n’ont pour la plupart pas le choix, et donc on peut les traiter comme de la merde, ils continueront à payer leur abonnement faute d’alternative.

Cheminots et usagers : mêmes intérêts, même combat contre le gouvernement et la direction de la SNCF !

La direction de la SNCF, et derrière elle l’Etat, sont répugnants. Non seulement ils saccagent le service public, mais en plus ils cherchent à opposer les cheminots aux usagers. Nous l’avons vu lors de la grève contre la réforme ferroviaire, qui découpe la SNCF pour préparer la libéralisation européenne du rail. Pendant cette grève, la direction s’est montrée hypocritement « solidaire » des usagers, a mobilisé ses cadres pour remplacer les conducteurs grévistes (au mépris de toutes les consignes de sécurité), a multiplié les plans com’ pour s’ériger en amis des usagers face aux méchants grévistes.

Pourtant, la véritable communauté d’intérêt est entre les cheminots et les usagers de la SNCF, pour l’immense majorité des travailleurs se rendant à leur travail. Des intérêts de classe identique, et un intérêt commun à avoir un service public du rail déconnecté de la logique du profit, qui transporte les usagers dans les meilleures conditions. Cet intérêt s’oppose à l’intérêt du patronat et du gouvernement qui veulent libéraliser le secteur, ouvrir les marchés les plus lucratifs aux capitalistes, et maintenir un service public résiduel totalement délabré parce que non rentable.

Il faut tirer toutes les leçons de l’échec de la récente grève des cheminots :

 poussées par la base, les directions syndicales de la CGT et de SUD cheminots ont appelé à la grève, mais elles n’ont pas revendiqué le retrait de la réforme ferroviaire. Elles n’ont rien fait pour permettre à la grève de gagner : constitution d’une caisse de grève, développement de l’auto-organisation pour que la grève vive et puisse s’étendre, actions de blocage des voies, etc.

 les directions syndicales confédérales n’ont pas cherché à étendre la grève des cheminots à d’autres secteurs et à favoriser la convergence avec les autres secteurs en lutte (intermittents, postiers du 92, etc.), ni même à constituer des comités d’usagers solidaires. Elles ont laissé les cheminots seuls face au gouvernement, à l’UMP, au patronat, et au torrent de boue médiatique

Les cheminots NPA ont fait leur maximum pour contrecarrer le sabotage des directions syndicales. Mais cela n’a pas été suffisant. Il faut aujourd’hui que des initiatives soient prises par le NPA pour se donner les moyens de faire mieux la prochaine fois, c’est-à-dire de faire plier le gouvernement et la direction de la SNCF. Le NPA doit se positionner en opposant des bureaucraties syndicales et lancer un appel à tous les syndicalistes de lutte pour discuter de la constitution d’un courant intersyndical antibureaucratique. Alors que les bureaucrates sont organisés, il faut que nous nous organisions face à eux, pour nous donner les moyens de faire gagner les grèves.

Les actions de protestation individuelle (refus de présenter son titre de transport aux contrôleurs, etc.) peuvent soulager et faire du bien. Mais elles ne permettront pas de changer le cours des choses. C’est par la solidarité concrète entre les travailleurs usagers et les cheminots, que la direction de la SNCF cherche à tout prix à éviter, que nous pourrons gagner. Pour y arriver, pas de méthode miracle ou de raccourci : il faut renforcer le NPA pour lui donner la force d’intervenir de façon audacieuse face à la passivité et à la collaboration des directions syndicales avec le gouvernement.

Gaston Lefranc, usager quotidien du RER C

Source : http://tendanceclaire.npa.free.fr/a...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Délabrement du réseau SNCF et mépris des usagers : L’exemple du RER C
22 juillet 2014 - 13h54 - Posté par Jeannot

Bien sûr Gaston qu’il faut renforcer le NPA à la SNCF et ailleurs, mais cela relève de l’incantation et ne peut suffire à rendre les luttes victorieuses. Dans les luttes d’entreprises, le NPA ne peut se substituer aux organisations syndicales. Ce qui est de sa responsabilité,c’est de participer au renforcement ou à la constitution des courants lutte de classe dans les syndicats.



Délabrement du réseau SNCF et mépris des usagers : L’exemple du RER C
23 juillet 2014 - 15h15 - Posté par albertsapin

Le RER d est bien pire !!!!!!!







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
TRICASTIN la catastrophe aujourd’hui ou demain
dimanche 19 septembre
de coordination sud est
pub marine nationale
dimanche 19 septembre
de publicis
Qui sont les animateurs de Reinfocovid ?
dimanche 19 septembre
de jean1
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite