Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le rêve américain contre l’Europe commerciale
de : Philippe Corcuff
dimanche 22 mai 2005 - 19h02 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
GIF - 4.3 ko

de Philippe Corcuff maître de conférences de science politique à l’Institut d’études politiques de Lyon.

Dans le cadre du débat autour du traité constitutionnel européen, les partisans du oui ne sont pas apparus les moins manichéens, même s’ils ne sont pas les seuls. Ils ont ainsi bâti, dès le départ, une cartographie assez flatteuse pour eux des positions en présence : il y aurait d’un côté la "Raison" et, de l’autre, des "passions" , des "pulsions" , le "refus" , l’"enfermement" , la "régression" , le "mécontentement" , voire l’horrible spectre du "populisme" . Il n’est jamais de bon augure pour l’humble exercice de la raison de nommer tapageusement "Raison" la complaisance à l’égard de ses propres évidences. L’idéal du débat critique supposerait plutôt qu’on en profite pour secouer les évidences des différentes parties en présence. Ce n’est pas encore pour cette fois.

Dans le manichéisme ambiant du oui, on peut même enregistrer des effluves américanophobes. L’antiaméricanisme serait-il devenu l’européisme des imbéciles ? Des éditorialistes géopolitisent ainsi doctement dans les médias pour prendre la défense d’une "Europe puissance" face à l’Amérique de Bush. Le traité constitutionnel européen serait le point de départ de la nouvelle "civilisation européenne" , alternative au "modèle américain" . Bref, votez Europe contre les Américains ! Il faut dire que les platitudes sur "les rapports de force internationaux" sont devenues une sorte de vernis obligé, acquis dans la perspective des grands oraux de Sciences Po et de l’ENA, pour nombre de professionnels de la politique, de technocrates et de journalistes.

Le cœur culturel de cette "civilisation" serait-il le principe de la "concurrence libre et non faussée" (article I-3.2) ? Les outils de cette oeuvre grandiose se réduiraient-ils à des "prix stables, à [des] finances publiques et [des] conditions monétaires saines et à [une] balance des paiements stable" (article III-177), c’est-à-dire les politiques néolibérales qui déstabilisent l’Etat social et les services publics depuis une vingtaine d’années. Malgré l’enthousiasme qui saisit Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Daniel Cohn-Bendit devant une telle avancée civilisationnelle, on peut préférer, en "mauvais européen" et en américanophile, le rêve américain, un certain rêve américain.

Pas l’impérialisme américain, pas l’arrogance des élites américaines, pas la culture aseptisée vendue dans le monde entier ! Le rêve américain tel qu’il apparaît dans le cinoche qui a nourri nos imaginaires. James Stewart seul contre la corruption généralisée de la politique et des médias dans M. Smith au Sénat (Mr Smith goes to Washington, 1939), de Frank Capra. Le couple John Wayne-Claire Trevor, le hors-la-loi et la prostituée, ne pliant pas devant les préjugés sociaux dans La Chevauchée fantastique (Stagecoach, 1939), de John Ford, écho américain du Boule de suif de Maupassant. Marlon Brando, shérif défendant son intégrité face au pouvoir de l’argent et aux lâchetés conformistes de la majorité de la population de sa ville, dans La Poursuite impitoyable (The Chase, 1965), d’Arthur Penn. Spike Lee faisant entendre la voix afro-américaine dans Do the Right Thing (1989), non pas contre le rêve américain, mais pour y faire entrer ceux qui en sont pratiquement exclus. Le combat pour la vérité mené par Al Pacino sur les institutions américaines, avec un subtil dedans/dehors, dans Révélations (The Insider, 1999), de Michael Mann. Le rêve américain, c’est un idéal de dignité individuelle et d’égalité. C’est celui que transmet, par la mort même, en sobre geste d’amour, Clint Eastwood à Hilary Swank dans Million Dollar Baby (2004).

Bien sûr, il y a eu l’esclavage, le racisme, la puissance du business, les guerres impériales, etc. Mais le rêve américain se présente comme un défi à l’ordre établi. Il renvoie à un paradoxal individualisme communautaire dont la philosophe Sandra Laugier a retrouvé les traces chez Ralph Waldo Emerson (1803-1882), penseur de la "confiance en soi" (la self-reliance), et chez Henry Thoreau (1817-1862), théoricien de la "désobéissance civile" . Ce rêve américain ne se repose pas éternellement sur telle ou telle habitude sociale. La possibilité de la collectivité, nous dit Laugier, y est "toujours objet d’enquête et d’interrogation" contre les conformismes. La voix individuelle doit chercher sa place dans la voix collective, jusqu’à pouvoir s’en retirer (la désobéissance civile), au nom même de ses principes.

Certes, cette tradition a sa face conservatrice, qui s’incarne dans le caractère double d’un John Wayne ou d’un Clint Eastwood. L’insistance sur la responsabilité individuelle peut ainsi conduire à dévaloriser l’Etat social. C’est pourquoi la civilisation européenne ne peut être le simple décalque d’un tel rêve américain. Mais au moins peut-on attendre qu’elle soit au niveau de ce rêve américain. Le traité d’une Europe commerciale qu’on nous propose ne se préoccupe guère de l’invention d’un imaginaire européen. Tout au plus est-on capable de mettre quelques artistes et quelques paillettes sur scène pour battre le rappel du oui. Une simple caricature de la politique-spectacle américaine, sans prendre au sérieux ce que l’Amérique peut nous apprendre sur un rêve européen à venir.

Nous nous trouvons alors dans une situation similaire à celle du personnage joué par Henry Fonda à la fin de l’adaptation fordienne des Raisins de la colère (The Grapes of Wrath, 1940) de John Steinbeck. Tom Joad dit à sa mère : "Puisque je suis un hors-la-loi de toute façon, p’t’être que j’peux faire quelque chose, p’t’être que j’pourrais trouver une réponse. En furetant partout, p’t’être que j’trouverais c’qui n’va pas. Et puis voir s’il y a quelque chose à faire pour ça. J’ai pas tiré ça au clair, M’man, j’peux pas, j’sais pas assez..." Dire non, pour ouvrir l’interrogation, la possibilité d’autres chemins, sans certitudes, en Européens dignes du rêve américain.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Le rêve américain contre l’Europe commerciale
22 mai 2005 - 21h15

De New York, Salut !

Ce que dit le camarade me semble à moitié vrai, et c’est déjà pas mal. Les poncifs des ENArquistes français, bêtement calqués sur une Amérique de fantasme sont ridicules parce que leur application (et donc leur succès) n’ont rien à avoir avec la culture européenne.

Mais pour autant, il ne faut pas s’imaginer que les tendances anti-autoritaires des Yankees leur viennent du ciel bleu. Je vous rappelle que nous aussi, nous avons lutté, et nous continuons de lutter pour nos droits, contenus dans les dix premiers amendements à notre constitution. Ores, ce ne sont pas des droits donnés au gouvernement (comme dans certaines constitutions), mais des droits reservés aux citoyens pour les protéger de leur gouvernement : droit de pratiquer sa religion, de s’assembler, de parole, de la presse, droit de ne pas être envahi, ni chez soi, ni dans son corps, ni dans ses effets et correspondances personnelles, droit à un jury ; et peut-être le plus important de tous : droit à garder les droits que le gouvernement ne s’est pas octroyé dans la constitution.

C’est une autre facon de voir les choses, je crois...

Amitiés,

Junius






BEA TRISTAN : elle pourrait vous apprendre les mauvaises manières
jeudi 27 - 07h24
de : jean 1
Anthropologie multigenrée de la dignité et de l’égalité.
mercredi 26 - 21h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le ministère de l’Intérieur commande en masse des munitions pour fusils d’assaut et des grenades de désencerclement
mercredi 26 - 18h00
de : jean 1
1 commentaire
Participation des associations au Service national universel. L’éducation populaire complice du pire !
mercredi 26 - 14h37
de : jean 1
1 commentaire
Alfortville : La Poste opte pour l’évacuation de ses travailleurs intérimaires sans-papiers
mercredi 26 - 08h33
« J’ai vu des gens tomber à l’eau » : l’opération de police qui a dégénéré, un soir de Fête de la musique à Nantes
mardi 25 - 20h03
de : nazairien
9 commentaires
Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
1 commentaire
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
3 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
1 commentaire
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Dans la bataille de l'homme et du monde, ce n'est pas le monde qui a commencé. Gaston Bachelard
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite