Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Démission du chef d’état-major Pierre de Villiers, un fait sans précédent depuis 1958

de : Nathalie Guibert
mercredi 19 juillet 2017 - 12h00 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 107.1 ko

La crise avec le président de la République couvait depuis que le général Pierre de Villiers avait émis des réserves sur les économies réclamées aux armées.

La démission du général Pierre de Villiers, officialisée le 19 juillet, est un événement historique. « Aucun chef d’état-major des armées n’a été amené à démissionner » depuis que le poste a pris sa configuration actuelle de plus haut responsable militaire placé sous l’autorité du ministre de la défense, en juillet 1962, explique l’historien Philippe Vial, chercheur au service historique de la défense. « Seuls des chefs d’état-major d’armée ont démissionné sous la Ve République », précise l’universitaire.

Ils sont quatre à ce jour. Le premier est l’amiral André Patou le 28 mars 1970, qui refuse la baisse des moyens de la marine imposée par le ministre de la défense nationale, Michel Debré. Ensuite, ce sont trois chefs de l’armée de terre qui ont choisi de partir prématurément. « Le général Jean Lagarde quitte silencieusement ses fonctions le 30 septembre 1980 pour protester contre l’insuffisance des moyens octroyés », indique Philippe Vial.

Il est suivi par son successeur le général Jean Delaunay, le 9 mars 1983, pour les mêmes raisons. Lui s’est opposé au ministre socialiste Charles Hernu qui prévoyait de réduire de 10 % les effectifs, mais « il avait aussi, plus grave, mis en cause l’efficacité de la dissuasion nucléaire ».

Le troisième est Bruno Cuche, le 1er juillet 2008. Le général démissionne après un dramatique accident de tir à balles réelles lors d’une démonstration au 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Carcassonne, qui a blessé seize personnes dont quatre gravement. « Vous êtes des amateurs ! », s’était emporté le président Nicolas Sarkozy.

« Casser la modernisation de l’armée de terre »

Le 31 juillet 1961, le « chef d’état-major général de la défense nationale », Jean Olié, a adressé sa démission au président Charles de Gaulle. Mais, « s’il était la plus haute autorité miliaire, il dépendait du premier ministre, le poste de chef d’état-major des armées n’ayant été créé qu’un an plus tard », précise l’historien Philippe Vial. Le général Olié a officiellement quitté ses fonctions pour des raisons de santé. Elles sont réelles, mais le général, « adversaire résolu du putsch d’Alger, désapprouvait la manière dont était conduite la répression, en particulier les sanctions dont étaient l’objet des officiers qui n’étaient que de simples exécutants ».

En 1956, deux hauts responsables avaient également démissionné, en lien avec la politique algérienne du gouvernement. Le « chef d’état-major général des forces armées » Augustin Guillaume, d’abord, le 28 février. Mais il n’avait alors pas autorité sur les chefs d’armées, le ministre lui-même étant flanqué de trois secrétaires d’Etat à l’air, à la marine et à l’armée de terre. Son départ entraîne celui du chef de l’armée de terre, le général André Zeller.

« Alors que Guy Mollet a obtenu une majorité sur un programme de paix, l’heure est désormais au renforcement massif et immédiat des moyens en Algérie, raconte Philippe Vial. Les deux généraux sont d’accord avec le principe de cette politique, mais s’opposent au calendrier de mise en œuvre qui, selon eux, conduit à casser la modernisation de l’armée de terre, dont les unités doivent abandonner leurs blindés en Europe pour aller crapahuter à pied dans le djebel algérien. »

http://www.lemonde.fr/politique/art...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite