Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 avril
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Info’Com-CGT propose « Les Rencontres Info’Com ». Tout au long de l’année, notre syndicat et divers partenaires organiseront des débats, des échanges en présence d’auteurs, des militant-e-s autour de la sortie d’un livre, d’un documentaire etc. Le premier débat sera autour du dernier livre de Michèle Audin : « Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871 » (aux éditions Libertalia). L’écrivaine nous présentera cette grande figure de la Commune de (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Gauche radicale et question écologiste
de : Philippe Corcuff
vendredi 3 mars 2006 - 02h09 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires
JPEG - 21.6 ko

de Philippe Corcuff maître de conférences de science politique à l’IEP de Lyon, membre du Conseil Scientifique d’Attac

Je serais amené à passer en revue six dimensions distinctes et emboîtées.

Première dimension : je dois préciser à quel niveau d’analyse je me situe. Je suis sociologue et philosophe et, en tant que tel, je n’ai pas de compétences particulières dans le domaine programmatique des propositions concrètes. Je me situerai donc sur le plan plus général de la philosophie politique. Ce qui m’intéressera ici, c’est alors le cadre au sein duquel on pourrait réinsérer des propositions concrètes alternatives et des débats contradictoires entre forces radicales au 21ème siècle.

Bref il s’agit du cadre civilisationnel à partir duquel on pourrait réinventer une gauche au 21ème siècle ; cadre civilisationnel commun à partir duquel des courants différents, des propositions différentes pourraient s’opposer, mais à l’intérieur de ce cadre renouvelé, comme cela l’a été d’une certaine façon, pour la génération antérieure, dans le cadre du marxisme. Cadre commun qui n’élimine pas les différences, mais qui les situe par rapport à un horizon partagé. C’est ce cadre qui est privilégié par le livre collectif auquel j’ai contribué (dans un texte intitulé « Question écologiste et nouvelle politique d’émancipation ») : Écologie et socialisme, dirigé par Michael Löwy (Éditions Syllepse, 2005).

Deuxième dimension : l’orientation qui est la mienne dans le cadre de la philosophie politique. Mon hypothèse principale suppose ici que « la question écologiste » constitue, avec d’autres questions nouvelles ou renouvelées (comme « la question individualiste », c’est-à-dire la question du statut de l’individualité ; « la question féministe », c’est-à-dire la question du rapport entre les genres, etc.), un aiguillon pour l’élaboration d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle. Cette nouvelle politique d’émancipation serait à constituer à partir des politiques d’émancipation antérieures qu’a connues le monde moderne : la politique républicaine, qui est née au 18ème siècle avec les Lumières, et la politique socialiste au sens large, qui est née au 19ème siècle. Certains pensent qu’il faut simplement relooker la politique socialiste, en rompant avec les déviations autoritaires staliniennes et avec les accommodements sociaux-démocrates. Pour ma part, je pense qu’il faut, plus radicalement, faire émerger une politique post-républicaine et post-socialiste, une nouvelle politique d’émancipation, à partir certes de ressources républicaines et socialistes, mais en utilisant aussi d’autres ressources, pour inventer face à des problèmes renouvelés.

Troisième dimension : comment situer « la question écologiste » dans cette nouvelle politique émancipatrice ? La question écologiste apparaît comme une des questions principales qui poussent à l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation. Pourquoi ? Parce qu’elle interroge profondément une vision contestable du progrès avec un grand P qui a irrigué historiquement à la fois la gauche républicaine et la gauche socialiste. On a là une vision contestable d’une amélioration nécessaire, inéluctable, illimitée qui passe par le développement scientifique et technique et qui irrigue aussi bien la gauche républicaine que la gauche socialiste. La question écologiste nous oblige à nous confronter à la finitude de la planète, nous amène à prendre en compte l’ampleur des risques techno-scientifiques contemporains, nous amène à intégrer les effets de nos actes présents sur les générations futures. Toute une série de développements dans la philosophie politique contemporaine nous outillent dans cette perspective : je pense notamment au « principe responsabilité » de Hans Jonas, à la problématique de « la société du risque » d’Ulrich Beck, à la « politique de la nature » de Bruno Latour, en ce qu’ils nous invitent à déborder le cadre marxiste. Cela ne nous force pas à abandonner l’idée du progrès mais à repenser la question du progrès pour le 21ème siècle et à repenser les Lumières du 18ème siècle. Je renvoie sur ce plan aux jalons avancés dans mon livre La société de verre - Pour une éthique de la fragilité (Éditions Armand Colin, 2002, pp.146-166 et 177-186).

Quatrième dimension : quel rapport entre cette nouvelle politique d’émancipation et le cadre dominant de la société existante : le néolibéralisme et le capitalisme. Le néolibéralisme, c’est-à-dire la série de contre-réformes, qui se sont déployées dans le monde à partir de la fin des années 70 et du début des années 80, visant à une plus grande marchandisation de l’humanité et de la planète ne peut que s’opposer à la prise en compte sérieuse de la question écologiste, qui suppose que d’autres critères se substituent à la logique marchande de la concurrence. Au-delà même de son cours néolibéral, le capitalisme, avec sa logique du profit, ne peut que tronquer les revendications écologistes. La finitude de la planète, les générations futures, les risques techno-scientifiques ne peuvent être qu’oubliés dans l’hégémonie des critères de rentabilité. Toutefois, en même temps, l’antilibéralisme et l’anticapitalisme ne suffisent pas à intégrer la question écologiste, n’offrent pas de garantie suffisante pour intégrer la question écologiste. Comme l’a écrit de manière provocatrice le militant écolo-libertaire Stéphane Lavignotte : « Nos vies valent plus que la seule critique de leurs profits » ! (dans la revue ContreTemps, n°11, septembre 2004, dans un n° consacré à « Penser radicalement à gauche »).

Cinquième dimension : quelle relation entre la question écologiste et les forces politiques ? La question écologiste, et plus largement l’idée de l’invention d’une nouvelle politique d’émancipation au 21ème siècle, se pose à l’ensemble des forces politiques à gauche. Il s’agit d’inventer une nouvelle gauche et aucune force politique à gauche n’est a priori privilégiée. Aucune force de gauche ne peut échapper au questionnement de ses modes de pensée. Bien entendu, le Parti communiste, tard venu à l’écologie politique, n’a point ici de privilèges. Et il ne suffira pas de donner un nom ancien - « communisme » - à des problèmes nouveaux pour avoir vraiment avancé dans l’exploration du chemin. Le Parti communiste ne peut pas se contenter d’appeler « communistes » toutes les questions nouvelles, afin de recycler l’ancien label « communiste » pour lui donner un air de nouveauté. Ce ne serait pas à la hauteur de l’effort intellectuel et pratique à produire pour répondre aux enjeux du temps présent. L’antériorité des Verts sur ce terrain n’est pas, non plus, un gage de réflexion radicale : en se concevant trop souvent comme une « entreprise politique » bénéficiant d’un quasi-« monopole » du « label » écologiste, les Verts tendent à glisser aujourd’hui dans une paresse intellectuelle confondant l’évidence d’une « marque électorale » avec les enjeux intellectuels d’une philosophie politique écologiste. Je sais de quoi je parle ; ayant été membre des Verts trois ans (1994-1997). Quant à la gauche socialiste, majoritairement sociale-libérale, elle a beaucoup perdu de sa crédibilité en la matière comme en d’autres. Elle a abandonné, pratiquement et théoriquement, l’ambition de poser des digues face aux contre-réformes libérales et à la logique du profit. Je sais là encore, plus encore que pour les Verts, de quoi je parle, car j’ai été militant de cette famille socialiste pendant 17 ans (1976-1992).

Sixième et dernière dimension : il me semble que, dans l’invention de ce nouveau cadre civilisationnel, il faut abandonner les pensées magiques au profit d’une pensée des tensions et de la pluralité. Il faudrait ainsi abandonner les restes de prestidigitation d’inspiration hégélienne que nous avons fréquemment retiré de notre formation marxiste. Je pense à la fameuse triade thèse-antithèse-synthèse, de la dialectique hégélienne, débouchant sur une synthèse finale harmonieuse supprimant définitivement les contradictions sociales. Il faudrait plutôt se tourner ici vers les critiques que le socialiste libertaire Proudhon (1809-1865) a faites à la philosophie de Hegel (1770-1831). Je renvoie ici à mon petit manuel d’introduction à la philosophie politique : Les grands penseurs de la politique (Éditions Armand Colin, collection « 128 », 2005). Proudhon parlait d’une « équilibration des contraires », dans la perspective d’une société meilleure aménageant démocratiquement les contradictions et les conflits, dont certains sont susceptibles de se déployer de manière infinie. Proudhon visait d’ailleurs moins la complexité de la dialectique hégélienne que ce que le philosophe Maurice Merleau-Ponty (1908-1961) nommait « le Hegel des manuels ».

Que pourrait signifier cette « équilibration des contraires » dans la perspective d’une nouvelle politique d’émancipation intégrant la question écologiste ? Il s’agirait, par exemple, de la mise en tension du goût de la lenteur et du goût de la vitesse, des plaisirs de l’ascèse et des plaisirs de la dépense, des joies du « vivre au pays » et des joies du voyage, du désir de travail et du désir d’oisiveté, des aspirations de l’individualité et des protections de la solidarité collective, etc. Cependant les marxistes traditionnels (avec la supposée « dernière instance » jouée par la contradiction capital/travail sur l’ensemble des rapports sociaux) comme certains théoriciens actuels de la décroissance (n’ont-ils pas choisi, définitivement, la lenteur, l’ascèse et le « vivre au pays » contre la vitesse, la dépense et le voyage ?) tombent encore souvent dans le piège magique et ne s’affrontent pas pleinement à l’exigence de pluralité. Ce qui supposerait d’admettre du contradictoire, de l’incertain et de l’indécidable, là où les contes de Noël nous promettent une éternelle harmonie. Nous deviendrions alors radicaux et mélancoliques. Radicaux, car comme Marx nous nous efforcerions de « saisir les choses à la racine ». Or, il n’y a pas qu’une (la contradiction capital/travail), mais plusieurs racines emmêlées. Mélancoliques, et non pas nostalgiques, car lestés par les échec passés et conscients de nos imperfections et de nos fragilités, mais dans une disponibilité à l’avenir.

Extrait de Pour un développement durable et solidaire de la planète, Forum national à l’initiative du Parti communiste français, Paris, 23 et 24 septembre 2005, brochure PCF, février 2006, pp.23-25



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 11h57

Je dis BRAVO ! Rien a redire ! Yann



> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 15h11 - Posté par

"Rien à redire" ?

Je dis que je préfère la révolution au réformisme, même dit "radical" par l’intellectuel officiel Corcuff.

M. Rosier


De Corcuff à Thuram
3 mars 2006 - 16h51 - Posté par

"Officiel" de quoi (de l’Etat ? parce qu’il est universitaire ; de la "gauche officielle", parce que ce texte est issu d’une brochure du PCF ? de "l’altermondialisme officiel", parce qu’il est à Attac ? de "l’extrême-gauche officiel", parce qu’il est membre de la LCR ?...)

"Révolution", "réformisme", c’est sans doute simple, évident, pour le Kamarade M. Rosier...

Mais est-ce que ça fait nécessairement du mal de se poser des questions et de ne pas emprunter automatiquement les rails traditionnels ?

Bref je préfère au philosophe M. Rosier, le philosophe-footballer Lilian Thuram à propos de Sarzozy La Racaille : "Ce qui m’a marqué, c’est son assurance. L’assurance de quelqu’un qui ne doute pas. Voilà, cette absence de doutes. Moi, je pense que le doute est fondamental pour avancer. Il vous permet une réflexion sur vous-même, une remise en question qui, elle-même, vous permet d’avancer" (L’Equipe Magazine, 25 février 2006, repris sur http://www.grioo.com/pinfo6313.html )

Pierre qui doute du couple réformisme/révolution, de la critique des méchants "intellectuels officiels", etc.


> De Corcuff à Thuram
17 mars 2006 - 15h29 - Posté par

A celui qui doute....

Va donc lire les oeuvres complètes de Thuram, plutôt que Marx, Lénine, ou Trotsky.

Tu verras, c’est plus facile à trouver.


> Gauche radicale et question écologiste
3 mars 2006 - 12h21

Oui, ça nous change.

Tellmarch






« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
2 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
4 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1
Dans la république des gredins...
vendredi 12 - 13h05
Privatisation d’ADP : Macron et les copains de la finance
vendredi 12 - 11h20
de : Hélène Grumal

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On m'a dit que j'ai trois idoles : le Christ, Marx et Freud. Ce ne sont que des formules. En fait, ma seule idole est la réalité. Si j'ai choisi d'être cinéaste, en même temps qu'un écrivain, c'est que plutôt que d'exprimer cette réalité par les symboles que sont les mots, j'ai préféré le moyen d'expression qu'est le cinéma, exprimer la réalité par la réalité. Pier Paolo Pasolini
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite