Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Sistoeurs a trois ans : Séverine Capeille soutient Bellaciao... Merci Séverine
de : Séverine Capeille
dimanche 22 octobre 2006 - 22h52 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 17.2 ko

C’est l’histoire d’un site...

de Séverine Capeille

S

C’est l’histoire d’un site perdu dans l’espace cybernétique. Une histoire sur fond de codes informatiques. Sistoeurs. C’est neuf lettres qui font le tour du monde mathématique. Une histoire en spirale, qui aspire la logique. C’est 70 000 visites dans les statistiques. Des chiffres et des êtres. Des « si » et des « peut-être », et des envies, surtout. Des espoirs un peu fous. Des danses qui calligraphient les « plus » et les « moins » l’infini. Des thés au rhum sur les théories. Sistoeurs, c’est abstrait et précis. Comme le souffle d’un enfant pour éteindre ses bougies. Comme un anniversaire qu’on oublie. C’est tendre et cruel. Le poivre et le sel. Un caillou jeté sur la marelle, un tracé à la craie pour effacer Babel. Et c’est joli.

I

Un magazine pour elles. Les sisters et les sœurs. Internationales jumelles qui veulent regarder le ciel, encore. Décoller les yeux du sol. Et des papiers glacés. Qui ne se reconnaissent pas dans une poupée. Elles, qui peuvent si bien rire ou pleurer. Avoir mal à la planète. Mal de voir le lisse et l’atone, les sentiments édulcorés. Et qui ont des bleus à l’âme. Des traces du drame de l’espèce. Des imperfections ignorées des rubriques « mode et beauté », qui les laissent... seules, en quête de sens, entre prose’hack et poèmes. Funambules qui cherchent l’équi’libre, entre Harlem et Bethléem. Leur colère transcendée, poussée à un niveau qui la dépasse. Antigone et Duras. Et puis Gainsbourg pour le requiem.

S

Des femmes qui se dé-chaînent. Evelyne au Canada, Joséphine au Maroc, Judith à Varsovie... Et puis toutes celles qui sont restées ici. Frimousses à distance et sirènes de la résistance... à l’inertie. Des femmes, des filles, des mères. Graves, adolescentes ou adultères. Face aux ectoplasmes et aux insignifiances. Aux certitudes et aux croyances. Aux avocats de la décence. Elles traversent des salles où la justice suit son cours. Elles connaissent les procédures, encaissent les longs discours. On entend les talons des attentes circulaires. Et puis encore... et puis enfin, le verdict exemplaire : quelques lots de consolation pour la Barbara de Prévert.

T

Sistoeurs. Paradoxales oubliées de l’ataraxie. Elles se dressent. Ruisselantes sous la pluie. Lassées qu’on leur serve des pensées prêtes à porter. Sceptiques et exaspérées. Elles fument sur les lieux communs, les degrés zéros du sens. Elles vomissent le schématique, le sécurisant, l’obéissance. Et puis la bourgeoisie, si inspirée par l’image artificielle qu’elle se fait de la réalité, à sa convenance. Alors, au bout de leurs nuits, elles voyagent sur les insolences. Pour débroussailler les chemins. Nommer les ronces et les averses ; les éclipses et les silences. Les secrets de l’humain.

O

Des buvards posés sur les brouillons de l’existence. Des allitérations pour les baisses de tension. Des assonances pour combler les absences. Ecrire pour briser les écrans de l’indifférence, pour oublier l’ami « Inconnu à cette adresse ». Poster des concentrés de tendresse. Et des soupirs. Des hasards insolites et des ivresses. Des rires. C’est simple comme une veillée en colonie de vacances ; comme les plumes qui surgissent de l’édredon, martyr des batailles de l’enfance. C’est précieux comme la seconde qui précède les grands sauts ; comme le sable boueux qu’on transforme en château. C’est la nécessité de l’inutile. Le dérisoire et le futile. L’essentiel.

E

Entre accessoire et oxymore. Le combat du bourgeon contre le sycomore. Sistoeurs. C’est l’incroyable sacre de la contradiction. Il y a les femmes culottées et les femmes qui en ont. Les amantes religieuses et les témoins du mac madame. Entre histoires de fesses et révolutions, il y a de drôles de drames. Des circonstances exténuantes. Des aspirations déçues et des convictions. Des exhortations à l’Innocence que notre Siècle accuse. Le tapage nocturne des mères et des muses. Leurs canons lancés sur le consulat de la ruse. Et des bombes en couleurs sur les fausses excuses. Sur les murs. Sur les frontières obscures. Des signatures sur les bavures.

U

Pour remplacer la police par la polysémie. Les cadences forcées par de florissantes insomnies. Et des chansons. Du blues et du reggae, du rock et du gospel, du hip-hop et des percussions. Partout. Des notes qui soulèvent les âmes. Des noires et des blanches en farandole sur la gamme. Unies. Dans les slows des premiers rendez-vous. Dans les clashs où s’apprécient les crews. Par-dessus les claquements de portes et le bruit des verrous. Quelques refrains pour réconfort. Parce qu’avec la musique, c’est le temps qui est mort.

R

Et prendre le risque de rêver. Quand les étoiles ne s’accrochent plus aux nuits. Imaginer des soleils quand il ne reste qu’une bougie. Porter l’incandescence dans le firmament. Des audaces et des enchantements. Des excès et des ravissements. Des désirs sauvages, impétueux, violents. Choisir de se perdre dans un éblouissement. Une errance. Entre le manque et l’abondance, le savoir et l’ignorance. Avec Eros. Fils de Pénia et de Poros. Traverser la transgression et la jouissance. La soif titanesque d’immensité. L’insoutenable légèreté. Vider la coupe de champagne et la jeter.

S

Vous n’aviez jamais lu de magazine féminin. Sistoeurs est fait d’insaisissables joies et d’absolus chagrins. De presque tout et petits riens. De cassures et de mots de liaison. De blessures plus précieuses que les guérisons. De fatigue et de grâce. De folie qui ne détruit ni ne lasse. De sérieux et d’humour. Un webzine incompréhensible jusque dans la périodicité de ses mises à jour. Des pages dédicacées aux vœux indicibles et solitaires. Aux yeux que l’on ferme pour mieux voir la lumière. Aux promesses incertaines et aux sages prières. Aux années que l’on souffle entre amis les soirs d’anniversaire.

JPEG - 43.9 ko

L’esprit sistoeurs

Perles d’amour, émotions suintant sur le béton

Témoin du mac madame en jupon

Fille du bitume armé qui assume

Marche sur les couleurs velours

L’insolence, l’impertinence

D’un bouquet d’impatiences

Caractère fleur de joie

Bleus au cœur sous les doigts

Un désordre psycho-botanique

Soulève le corps de la linguistique

Dans les flaques

Faire des flic-flac-floc.

Flirter avec les absolus pour

Puiser dans le réservoir des sens

Interdit : diction discrète

Il faut prendre la prose

Draguer en bas filé

Dans le désordre

Dans le chaos

Sous conduite en excès de richesse

Musique du frisson dans la tête

Do ré mi fa si

Facile, donner le la, au-dessus du sol

Une ombrelle dans la main pour une danse

En équilibre

Sur un fil sans bémol

Tous traits d’esprits tirés

La simplicité d’un pouce auto stoppeur

Tendresse des confitures, traces de cerise sur les joues

Un sourire à la face du temps

Qui s’en fout

Alors...

Etaler le cogito féminin

Doc Martini en tenue de soirée

Trancher le nœud chrysalide

Des papillons aseptisés

Broyés dans le mixer

Des tristes ménagères

Poser des bulles de chimères

Des coups de cymbales

Sur les silences

Swing, romances

Salto de prose hack

Battements de ciel

Dans le mascara noir

Déborder

Les contours du rouge aux mièvres

Démasquer le blush

Bluffer

Le mal, les moches

Dans la fièvre

Mettre la poudre aux cieux

Des idées plafonnées

Respirer

Les couleurs du tango

Les cocktails menthe alto

Sucre sur le vert

Orange comme la terre

Et trinquer

Regard droit

Félin

Perché sur les toits

Au clair de brune

Hurler la fadeur

A la face des lampadaires

Fiers

Des rendez-vous canins

Aux pieds

Les mouvements de la tongue

Crescendo

Sur l’accélérateur

Passé dans le rétro

Gradée de l’allégro

Goudronné

Fille des clichés clinquants claquemurés

Roule tambour battant

Sur les croches noires des partitions

Perles d’amour, émotions suintant sur le béton

Art né de la révolution

Sans pavé

Chercher la pierre philostrophale

Pour faire des ronds

Des ricochets fatals

Aux platitudes organisées

Dans un format real TV

Trash

Lunettes gloires sur le nez

Chanel Coco bloqué

Claque sur le cash

Chorégraphié

Couper la jarretière

Des bas résillo résignés

Et lancer le bouquet

Dans la mare pour se marrer

Car

Fille des années de l’excentricité

Commencer sa vie

Dans le lit en toile

Bariolé

Choc grenouillère

Contre cours pétrolier

Doc famille en version explosée

Dans les tremblements de taire

Crier

A la face des pirates au bonheur

Des vieux jouets cassés

Cachés

Sortir en chapeau de paille

Robe rose bonbon

Serrée à la taille

Pour danser

En mots et en détails

La colère

D’aimer.

http://www.sistoeurs.net/ss/



Imprimer cet article





Mort d’Adama Traoré : le « J’accuse ! » de sa sœur Assa (repris par le yéti blog)
samedi 20 - 17h52
de : nazairien
les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
11 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
2 commentaires
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
3 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite