Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 mai
de La France Insoumise
La France Insoumise vous donne rendez-vous ce soir à 20h sur https://bellaciao.org/fr/ pour visionner le grand meeting de Lille pour terminer cette belle campagne des européennes avant le scrutin à un tour du 26 mai ! (ENTRÉE LIBRE) Manon Aubry, tête de liste, Leila Chaibi, candidate, Anne-Sophie Pelletier, candidate et Julien Poix, candidat, seront accompagnés des députés Ugo Bernalicis, Adrien Quatennens et Jean-Luc (...)
Lire la suite, commenter l'article...

FEIGNANTS POUR QUI ET POURQUOI ? CE QUE LE PROFESSEUR ICHINO NE DIT PAS
de : Enrico Campofreda
jeudi 5 avril 2007 - 23h23 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 18.2 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

Ceux qui s’y connaissent un peu dans la politique italienne et lisent le pamphlet du professeur Pietro Ichino « I nullafacenti » [Les feignants, NdT] (Mondadori, Milan, 2006) peuvent être surpris. La stupeur grandit si on jette ensuite un coup d’œil à la biographie de l’auteur.

Ichino a largement dépassé la cinquantaine, il est professeur de Droit du Travail à l’Université d’Etat de Milan, il a été un dirigeant d’un syndicat AOC. comme la FIOM/CGIL et responsable par la suite des services légaux de la Bourse du Travail de Milan. Son cri de douleur à propos du malaise et de l’inefficacité de l’Administration Publique de chez nous est sacro-saint, mais il se concentre sur les effets du problème sans en effleurer les causes ou, du moins, en négligeant nombre de maux.

Les clientèles et l’Administration Publique

Pendant les soixante dernières années d’Italie – sous De Gasperi d’abord, chrétienne-démocrate et ouverte sur la droite avant et sur la gauche (Nenni) après, unipolaire avant et bipolaire ensuite – la ligne gouvernementale envers l’Administration Publique s’est caractérisée par ce qu’on a appelé le « vote d’échange », grâce auquel les politiques distribuaient des emplois pour les femmes, les enfants, les parents proches et lointains de leurs électeurs.

L’ « emploi stable » dans l’Administration Publique représentait dans la Botte du boom économique une manne du ciel. Il a continué à l’être longtemps, même si au cours des décennies les dévaluations de la lire et la transformation du substrat social ont offert aux fonctionnaires des salaires de moins en moins avantageux. Dans nombre de cas, de toute façon, c’était une sorte de rente viagère parce que l’engagement demandé était mince et tous fermaient un œil sur l’inefficacité du secteur semi-public et des administrations locales, du Président au Directeur général jusqu’à l’huissier prêt à se charger de leurs courses.

L’adhésion a été globale – de droite à gauche – tous les partis, tous, ont participé à l’immense trafic de cet énorme « bureau de placement ». Et avec eux les grandes centrales syndicales, les autonomes et, en bon derniers, les fascistes de la CISNAL, rebaptisés UGL dans les eaux de Fiuggi [la ville thermale siège du congrès qui a renommé, en 1995, le MSI-DN (Mouvement Social Italien - Droite Nationale) néofasciste, AN (Alliance Nationale), postfasciste NdT]. Chaque syndicat a été et continue à être le trieur d’embauches de futurs adhérents.

Dans le ventre mou de l’Administration Publique trouve place un nombre exagéré d’employés qui a fait monter les frais de gestion sans que l’efficacité du service en profite, aussi parce que à nombre de personnels encadrés dans les tâches les plus variées n’était assigné aucun travail ou ce peu qui existait était partagé parmi un nombre élevé de personnels et, par conséquent, tous ne récupéraient que des miettes. Il n’en a pas été ainsi ni toujours ni pour tout le monde. Mais le phénomène a grandi démesurément depuis la moitié des années Soixante-dix, quand l’Italie a réduit l’emploi dans le secteur primaire et secondaire en se ruant tête baissée dans le tertiaire.

Travailleurs contre

Cette analyse élémentaire des comportements de la politique échappe, intentionnellement pensons-nous, au professeur Ichino qui choisit dans sa dénonciation le chemin de la confusion généralisée visant la solution à sens unique de tant de contradictions : en frappant les travailleurs. Nous parlons des travailleurs et non pas des feignants chroniques qui adoptent des comportements de refus par l’absentéisme, une pratique d’ailleurs presque disparue et neutralisée par les contrats en vigueur qui la pénalisent par des pertes sensibles de parts de salaire.

Il serait très utile de citer dans ce texte des cas collectifs en parlant de Ministères et d’administrations publiques où des situations scandaleuses ont été repérées. On y trouve, au contraire, des cas personnels ou des analyses tout à fait inégales , parce que le fait de traiter des situations de mesquines paresses individuelles d’employés ou de dirigeants est une chose et une autre est le fait de mettre le doigt sur la plaie des feignants organisés, voulue et soutenue par le système lui-même.

Cela, en vérité, aussi bien l’auteur que les lettres au « Corriere della Sera », publiées comme commentaires de ses articles en août dernier et reproduites dans le livre, ne le cachent pas. On dit, au contraire, que le fait de licencier les feignants n’est pas, paradoxalement, une solution. Et alors ?

Le Leitmotiv du discours ichinien est justement l’un des chevaux de bataille historiques du patronat : opposer les salariés les uns aux autres. Après avoir introduit dans le marché du travail la séquelle des mortifiants contrats atypiques de la Loi 30 – celle qui propose aux jeunes de travailler pour un salaire réduit, comme sur les marchés du Sud-est asiatique, ou de rester chroniquement précaires bien au-delà du seuil des quarante ans – on encourage une revendication de ces derniers contre les garantis feignants.

Le jeu classique des trois cartes, visant à mélanger les problèmes, à les assaisonner avec des doses de démagogie, à en résoudre certains d’une façon unilatérale. Justifier par exemple le travail au noir, légalisé par la Loi 30 et détourner l’attention de ceux qui ont un contrat de mission, que cette loi pénalise, sans les pousser vers la conquête de contrats dignes et durables mais contre les usurpateurs du « travail garanti et faignant ».

Et l’efficacité ?

Un jeu minable, on est désolé de le dire, que celui du professeur Ichino. Parce que nous pensons qu’il est vraiment possible de purger l’Administration Publique de comportements censurables basés sur des responsabilités subjectives bien repérées et chroniques en visant une véritable efficacité qui balaie les clientèles, même celles de dirigeants et de managers garantis par le parrainage du parti et du syndicat.

On découvrirait éventuellement que ceux qui sont personnellement réfractaires au travail ne sont pas pléthore. Les feignants deviennent nombreux si on entre dans les méandres de Ressources Humaines gonflées par le mécanisme exposé ci-dessus des embauches clientélistes, suite auxquelles on ne donne à l’employé aucune tâche concrète, on lui fait faire tout et rien en vivotant à la journée. Ou on le garde en attente d’affectation pendant des années, en le poussant au non travail entraînant de facto une déqualification.

Une plus grande honnêteté dans l’analyse du problème pourrait également exiger des mesures draconiennes envers les amibes du travail, en repérant avant tout ceux qui ont une véritable fonction parasite dont ils sont les seuls responsables.

Le professeur, au contraire, tire dans le tas. Il fourre dedans la frustration, réelle et compréhensible, du diplômé ultra trentenaire précarisé par des contrats de mission taillés sur mesure pour l’exploiter au mieux par des experts de droit du travail sans scrupules bien connus, c’est probable, d’Ichino. Des contrats payés sept cents euros par mois (mais aussi beaucoup moins) avec une durée, dans les très bons cas, d’une petite année pour recommencer sans aucune protection ni ancienneté. On l’oppose au salarié garanti payé mille deux cents euros par mois, désigné comme responsable de la position économiquement faible de son emploi.

Tout occupé à soutenir des thèses favorables aux entreprises, Ichino ne touche pas aux déséquilibres de l’Administration Publique, que lui-même dénonce. Il résout tout opposant les unes aux autres différentes typologies de salariés, préservant et augmentant l’inefficacité et les grognements. Et, franchement, cela ne profite ni au salarié typique ni à celui qui est précaire et encore moins au citoyen usager.



Imprimer cet article





Belle convergence jaune et verte à Angers ce samedi 25 mai
samedi 25 - 22h05
de : Le Cercle 49
26 MAI : CE VOTE EST IMPORTANT, MÊLEZ-VOUS-EN !
vendredi 24 - 12h07
de : Jean-Luc Mélenchon
FETE DE SOUTIEN AUX POSTIER-ES DU 92 : 14 MOIS DE GREVE
vendredi 24 - 09h22
JOURNALISTES À LA DGSI… DÉMOCRATIE EN DANGER
vendredi 24 - 08h18
de : Communiqué commun CGT Police et Info’Com CGT
24 mai, 20H : grand meeting à Lille avec Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video live)
vendredi 24 - 07h52
de : La France Insoumise
Là, on est passé, au delà de l’ignominie, il n’y a plus de mot, : ACCUSÉE DE VIOLENCES... EN FAUTEUIL ROULANT (vidéo)
vendredi 24 - 00h08
de : nazairien
1 commentaire
Marxisme-Léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 2)
jeudi 23 - 23h06
de : Lepotier
4 commentaires
POST 52 : SYNDICALISME INTERNATIONAL POUR UN AUTRE MONDE
jeudi 23 - 22h55
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Au-delà du congrès de la CGT : le syndicalisme au défi du « libéralisme »
jeudi 23 - 20h43
de : Eve76
Revue de la semaine #93 – Spéciale européennes : 26 mai, campagne, vote, attaques médiatiques (video)
jeudi 23 - 12h04
de : Jean-Luc Mélenchon
"J’ai honte de ce gouvernement" : le scénariste de la BD "Les Vieux fourneaux" refuse la médaille des Arts et les Lettre
jeudi 23 - 11h21
de : Wilfrid Lupano
2 commentaires
Manon Aubry invitée de RTL du 23 mai 2019 (video)
jeudi 23 - 10h59
de : La France Insoumise
Valentine Oberti révèle avoir été convoquée par la DGSI comme 7 autres journalistes (video)
jeudi 23 - 09h04
L’inquiétante convocation d’une journaliste du « Monde » pour des articles sur l’affaire Benalla
jeudi 23 - 08h53
de : Luc Bronnel
CLIP OFFICIEL DE LA FRANCE INSOUMISE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES (video)
jeudi 23 - 08h09
de : La France insoumise
DGSI et journalistes : la récidive !
jeudi 23 - 08h04
de : Syndicat National des journalistes
Brésil : « la résistance, après avoir été glacée par le résultat de l’élection, est en train de reprendre des forces »
jeudi 23 - 07h43
Glières ; Résister encore et encore face à l’ oppression qui mène à l’Holocauste de la Terre
mercredi 22 - 22h33
de : CRHA via jyp
Meeting de Toulouse avec M. Aubry, JL. Mélenchon et M. Bompard (video)
mercredi 22 - 07h55
de : La France Insoumise
1 commentaire
Marxisme-léninisme, Marx, Lénine, ML, en deux mots, c’est quoi ? (Partie 1)
mercredi 22 - 02h56
de : Lepotier
16 commentaires
Lambert : Pitié ou Empathie.
mardi 21 - 19h11
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Conférence de presse de Manon Aubry et Jean-Luc Mélenchon (video)
mardi 21 - 13h01
CATASTROPHISME, ADMINISTRATION DU DÉSASTRE ET SOUMISSION DURABLE
mardi 21 - 08h50
de : Ernest London
CGT : un congrès pour rien ?
lundi 20 - 18h15
VENEZUELA ! Tentatives de génocide des Etats-Unis ?
lundi 20 - 17h36
de : JO
Manifestation du 18 mai à #SAINTNAZAIRE #ACTE27 Résumé de la journée #GILETSJAUNES (vidéo)
lundi 20 - 16h37
de : nazairien
FAIT DU JOUR Les gilets jaunes passent à l’action contre la répression et les violences policières
lundi 20 - 14h28
de : jean 1
GILETS JAUNES à REIMS : Les brutes macronistes dans leurs oeuvres ? (video)
dimanche 19 - 09h25
de : JO
La stratégie horizontale.
samedi 18 - 16h38
de : L’iena rabbioso
2 commentaires
Jean-Claude Kaufmann, sociologue. Les gilets jaunes ne sont que le début d’autres surprises à venir (vidéo)
samedi 18 - 14h32
de : nazairien
2 commentaires
LUNDI MATIN PAPIER #4 - Gilets jaunes : un assaut contre la société
samedi 18 - 14h04
de : Ernest London
Gilets jaunes : la révolte inattendue, la révolte des "Gueux".NOUS SAVONS QU’IL EXISTE UN PEUPLE EN FRANCE (vidéo)
vendredi 17 - 21h58
de : nazairien
1 commentaire
52éme congrès confédéral CGT La structure CGT-Police n’a pas le droit à l’expression !
vendredi 17 - 12h12
de : CGT-Police
2 commentaires
52E CONGRÈS DE LA CGT : LE DOYEN DES SYNDICATS EMPÊCHÉ D’INTERVENIR !
vendredi 17 - 09h01
de : Info’Com-CGT
GOODYEAR : LA SEULE LUTTE QUE L’ON EST SUR DE PERDRE EST CELLE QUE L’ON LE MÈNE JAMAIS . (video)
vendredi 17 - 08h58
de : Mickael Wamen
Comment (et pourquoi) le Rassemblement national a "retourné" un élu de la France Insoumise
vendredi 17 - 08h52
de : Maxence Lambrecq et Olivier Bénis
3 commentaires
Gilets jaunes à Toulouse : accusée pour avoir bousculé des policiers avec son fauteuil roulant (video)
vendredi 17 - 08h37
Violences policières : les images décryptées (video)
vendredi 17 - 08h20
de : Arthur Carpentier
26 actes et toujours pas de Molière (video)
jeudi 16 - 23h04
de : Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires
Monsanto, avance masqué,"Envoyé Spécial : Monsanto aurait recruté des agriculteurs à leur insu pour vanter le glyphosate
jeudi 16 - 22h46
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Plus l'histoire d'un pays est ancienne, plus nombreuses et pesantes sont ces couches stratifiées de paresseux et de parasites qui vivent du «patrimoine des ancêtres», de ces retraités de l'histoire économique. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite