Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite, commenter l'article...

LA LIBERTE D’INFORMATION NE SE POURSUIT PAS EN JUSTICE

de : Enrico Campofreda
mercredi 3 octobre 2007 - 17h58 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 82.4 ko

de Enrico Campofreda traduit de l’italien par karl&rosa

C’est l’histoire de Roberto Ferrario et du site web parisien www.bellaciao.org . C’est une histoire de notre époque, marquée par cette enclave de la libre information qu’est devenu le réseau sur lequel passent des nouvelles que tant de médias – publics ou privés – évitent de diffuser. La force alternative des nouvelles sur la toile s’est vu confirmée en ces jours de révolte des moines et du peuple birman contre la dernière odieuse dictature militaire de ce pays.

Quand un journaliste japonais est tombé sous les rafales de mitraillettes d’un militaire et que les images télévisées qui, aux premiers jours de la révolte, avaient rendu compte de la brutalité des interventions de l’armée, ont été censurées, Internet est resté le seul rempart de communication avec le monde. Comme cela s’était passé à l’époque pour le cas Fallujah dévoilant les à côtés de la sale guerre de Bush, faite de mensonges et d’armes plus odieuses que les armes conventionnelles. Nouvelles qui n’apparurent pas à la télévision.

Il y a deux ans sur le site de Bellaciao apparut l’appel lancé par la Cgt qui dénonçait de très graves épisodes rapportés par des ouvriers polonais des chantiers navals de Saint-Nazaire : sur ce site étaient perpétrés des actes mafieux et menaçants pour les salariés. Les ouvriers lésés en témoignaient, le syndicat le dénonçait. Le site parisien, conscient de son rôle d’information, recueille la nouvelle en la publiant et en la divulguant sur le web.

Les patrons des chantiers, enivrés par l’air à la Dickens réintroduit depuis quelques années par la globalisation et le turbocapitalisme, pensent que de telles dénonciations ne doivent pas être diffusées. La vérité a toujours déplu au Capital. Et alors, ils attaquent et au lieu de rétorquer avec des arguments ils provoquent avec des plaintes. Pour diffamation, en opposant à des nouvelles, avocats et papier timbré. L’assaut est d’autant plus traître qu’il est lancé contre un site tenu par un groupe de personnes engagées dans l’information libre et autogérée sans couverture éditoriale, et puis personnellement contre Roberto Ferrario.

D’un côté on cherche un bouc émissaire à qui faire payer personnellement, de l’autre on veut frapper un moyen efficace de dribbler les filtres de tant d’information contrôlée et asservie, pour humilier surtout l’engagement de ceux qui n’exposent pas en vitrine des nouvelles vaines et droguées mais qui donnent voix aux problèmes et aux contradictions réels et appellent par leur nom les responsables de comportements économiques, sociaux et politiques de véritable banditisme.

La tentative se révèle immédiatement être un boomerang pour les chantiers navals de Saint-Nazaire, Ferrario et Bellaciao reçoivent pendant des mois le soutien et la solidarité de journalistes, de structures politiques et syndicales, de personnalités du monde du spectacle et de milliers de travailleurs, de démocrates, de militants. La pétition en leur faveur recueille plus de 25 000 signatures, deux avocats illustres – André Tinière et William Bourdon – prennent la défense du site et de Ferrario. Selon ce qui a été prononcé récemment par le Procureur de la République Jean-Marie Blin, il n’y avait pas de motif pour continuer le procès ; ce soir [hier soir, Ndt], la cour a accepté cette ligne en acquittant les accusés.

Les démocrates du web ont le sourire.

http://www.bellaciao.org/it/article...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
Comment fut inventé le peuple juif
dimanche 16 mai
de Shlomo Sand, Historien, professeur à l’université de Tel-Aviv
MANIFS. interdites pour soutien à la Palestine !
samedi 15 mai
de joclaude
4 commentaires
DAZIBAO
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite