Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cela est arrivé à une infirmière. Cela pourrait vous arriver ? Je ne vous le souhaite pas.
de : Cgt Hopital Local
mardi 19 octobre 2010 - 21h43 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Le texte ci-dessous, d’une grande dignité, d’une grande humanité, d’une grande intelligence, est écrit par Pierre POYET. Il a été adressé à quelques responsables associatifs, syndicaux, administratifs, de l’Hôpital de Roanne, à des élu(e)s de sa région.
Pierre Poyet est mon beau-frère, Liliane est ma sœur
Je n’aurais pas su dire ces mots ; je les partage ; je les porte à votre connaissance.

’’Liliane a intégré le lundi 17 mai le CANTOU de la maison de retraite St Anne de Belmont de la Loire.Atteinte d’une maladie neuro-dégénérative depuis plus de deux ans, la maladie a malheureusement évolué. Depuis le 2 mars, elle était à l’hôpital psychiatrique de Bonvers, faute de place, donc dans un lieu inadapté à sa pathologie.

Elle se trouvait enfermée dans une chambre exigüe avec des conditions d’hygiène déplorables. J’ai essayé de faire le maximum pour la sortir de ces conditions lamentables. Mes démarches auprès des conseillers généraux comme Mr Lapallus et Mr Cellier (ce dernier étant un ex collègue de travail de ma femme) et du côté médical l’action de Mme Girodet psychiatre, ont permis d’accélérer le dossier pour le rendre prioritaire.Ma femme a fait toute sa carrière à l’hôpital de Roanne en tant qu’infirmière psychiatrique et elle s’est retrouvée en tant que malade dans un service où elle avait travaillé quelques années.

Ce n’était pas sa conception de la prise en charge des malades mentaux. Elle pensait et privilégiait la thérapie par la parole. C’est pourquoi elle a changé de service pour travailler ensuite aux IRIS et en néo natalité.Durant son séjour à Bonvers, elle rencontrait des ex collègues de travail ce qui n’était pas sans poser des problèmes. Cet élément a pesé de manière déterminante pour accélérer le dossier sinon je crois qu’elle y serait encore vu la pénurie des places pour les personnes dépendantes.A la souffrance de la maladie et de la dégradation lente mais inexorable d’un être cher, s’est ajoutée la souffrance générée par un déficit médico-social et humain.Il a fallu me battre pour mon épouse, pour sa dignité, pour ce qu’elle était en tant que personne, belle de l’intérieur. Personne ne méritait et ne mérite cela, encore moins elle.

Estimée et reconnue dans son travail, j’ai sollicité Mme la Maire de Roanne d’autant que ses fonctions l’amènent à siéger au conseil d’administration de l’hôpital. Mme Déroche m’a fait part d’une intervention de sa part auprès de la direction de l’hôpital. A ce jour, j’attends toujours une quelconque réponse de cette direction qui témoignerait d’une attention particulière. J’en suis très étonné, consterné et je ressens de la colère.C’est un soulagement qu’elle ait enfin quitté l’unité psychiatrique de Bonvers pour bénéficier d’un accompagnement adapté et humain. C’est une certaine culpabilité de mettre son conjoint dans une structure sécurisée, humanisée mais fermée, dans un espace restreint, malgré l’absence d’une autre alternative possible.Il y a un temps pour tout.

Le temps de régler des urgences, d’accuser le coup, d’être présent auprès d’elle presque tous les jours quand elle était à Bonvers, du soutien psychologique et celui de dénoncer ce qu’elle a vécu, ce que j’ai vu et ressenti.J’ai comme un devoir de faire savoir et de dénoncer les locaux vétustes et inadaptés, le choix de l’enfermement qui n’a pas respecté son humanité et les conditions basiques de l’hygiène au point qu’un jour j’ai proposé de faire prendre une douche à ma femme. Cet enfermement était sans toilette accessible digne de ce nom avec l’eau courante et papier WC. Pendant 15 jours, elle a eu une cuvette prévue pour les personnes alitées, irrégulièrement vidée ce qui faisait qu’il y avait de l’urine par terre, parfois au bas du pyjama d’autant que mon épouse ne se rend pas compte de tout ce qu’elle fait.

C’est une amie psychologue venue lui rendre visite et avec qui elle a travaillé qui a suggéré une chaise pot. Cette chaise pot a remplacé la cuvette au bout de deux semaines sans résoudre le problème de l’odeur dans sa chambre.Comment cela est-il encore possible à notre époque ?Comment ce type d’enfermement est il possible si ce n’est qu’il permet une prise en charge très allégée en relations humaines et donc en coût ?Comment se fait-il que l’on ne puisse imaginer et mettre en œuvre un système sécurisé où des malades puissent naviguer sans pouvoir s’enfuir puisque la raison avancée était son risque réel de fuite ?Comment se fait-il que l’hôpital ne dispose pas d’une structure minimum digne de ce nom pour les malades atteints d’une maladie neuro-dégénérative ?Est-ce la logique comptable qui expliquerait ce dénuement ?

Je fais la part des choses et je distingue ce qui est de la responsabilité des décideurs (politique, haut fonctionnaire, directeur régional de la santé) et le personnel. Je remercie d’ailleurs certains professionnels du secteur hospitalier notamment AS et psychologue qui apportent de l’humanité dans les moments où l’on en a bien besoin.Mais je reste toutefois étonné par les pratiques professionnelles rencontrées et le fatalisme ambiant. Ma femme ne faisait pas le même métier et j’émets l’hypothèse qu’à son époque, dans les années 1970, la formation d’infirmier psychiatrique était une vraie spécialité avec un contenu et un temps de formation en conséquence.

Elle était impliquée dans son travail et défendait un métier où la relation humaine, l’écoute, la parole en était le cœur.Je ne souhaite à personne de vivre ce que nous avons vécu mais cela peut arriver à tout le monde puisque cela lui est arrivé.Sachez qu’il y a au moins deux ans d’attente pour intégrer une personne dépendante dans une structure adaptée.’’

http://jcdelanoue.elunet.fr/index.p...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Cela est arrivé à une infirmière. Cela pourrait vous arriver ? Je ne vous le souhaite pas.
19 octobre 2010 - 23h33 - Posté par soizic

les établissements psychiatriques sont dans un état de délabrement absolu, tant au niveau matériel, ce que vous décrivez des conditions sanitaires est une triste réalité, qu’au niveau moral, de fait le manque de personnel, le manque de personnel formé à l’écoute est une orientation politique de longue date, nous en voyons aujourd’hui les effets dramatiques, cette année il y a eu un reportage à la télévision qui était édifiant, une patiente fut hospitalisée en chirurgie en dernière limite après plusieurs jours de plaintes de maux de ventre, là nous ne sommes pas dans l’écoute psychologique mais dans la prise en charge médicale dûe à tout être humain, en fait elle a faillit mourir d’une péritonite, quelques semaines avant ce reportage, dans l’hôpital psychiatrique de ma ville, un jeune de 35 ans mourrait dans ces mêmes conditions, le témoignage d’une maman d’une jeune schyzophrène "pot de chambre dans la chambre fermée", cette jeune s’arrache les cheveux depuis son enfermement, rien n’est proposé pour entendre sa détresse, cette femme vit un calvaire, non seulement la culpabilité de voir sa fille malade, mais maintenant qu’elle est adulte, de la voir dans un hôpital psychiatrique dans ces conditions de vie, parlons des GEM, groupe d’entraide mutuel, celui de ma ville est un lieu de scandale également, 2 animatrices très jeunes pour occuper une trentaine de personnes, elles ne sont pas formées pour prendre en charge les pathologie psychiatriques, elles sont de bonne volonté mais ne peuvent pas résoudre les problèmes de violence lorsque qu’un patient va mal, de même les locaux sont sordides, pas adaptés, voir dangereux, mais, officiellement, l’hôpital psychiatrique a créé un GEM, nous sommes dans un pays sous - développé






Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L’histoire, c’est la passion des fils qui cherchent à comprendre les pères. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite