Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net

de : jany vendredi 22 octobre 2010 - 21h08 - Signaler aux modérateurs
11 commentaires

de Dan Israel

Une vidéo de l’agence Reuters prise dans une manifestation parisienne, qui circule sur le Net, pose de nombreuses question sur l’attitude des policiers en civil dans les manifestations. Si aucune preuve n’accuse ces policiers de "casser" eux-mêmes, leur complaisance devant les casseurs attise le débat.

A coups précis, il fracasse la vitrine. Samedi 16 octobre, aux environs de 19 heures sur le boulevard Diderot à Paris, un "casseur", visage masqué, s’en prend méthodiquement à la devanture d’une agence bancaire, poteau en métal à la main. Il est sorti d’un groupe de manifestants masqués pour la plupart, munis de fumigènes, partis de la place de la Nation à la fin de la manifestation officielle contre la réforme des retraites. Comme le raconte en détail Rue89, certains d’entre eux cassent des abribus et quelques vitrines, suivis de près par des policiers.

Devant la banque, un passant tente d’arrêter l’homme qui casse la vitrine, mais se fait frapper dans le dos par un autre homme masqué, qui saute en l’air et lui donne un coup de pied, avant d’éloigner journalistes et manifestants, une matraque à la main. Les images, spectaculaires, ont été mises en ligne sur Youtube par un compte anonyme ("parisactu"), créé pour l’occasion. Une première vidéo, sans le son, a été postée dès le 16 au soir. Une seconde, avec le son, et enrichie d’un ralenti pour revoir la scène plus calmement, a été postée le lendemain.

Après la scène de l’affrontement, assez confuse, la caméra filme la fin du "cortège sauvage", avec des interpellations par des policiers en civil, après que les manifestants ont tenté d’occuper l’opéra Bastille.

La vidéo est rapidement reprise et commentée sur internet. En moins d’une semaine, elle totalise près de 150 000 vues. Et très vite, des soupçons sont formulés, tant dans les forums de Youtube que sur des sites et des blogs : les casseurs filmés par la caméra ne seraient-ils pas des policiers en civil, en pleine action pour dégrader l’image du mouvement ou provoquer les manifestants les plus violents ? Il est vrai que ces images posent de nombreuses questions.

D’abord, comment la vidéo a-t-elle été mise en ligne ? Les images de vendredi soir proviennent bien d’une caméra de Reuters, confirme-t-on à l’agence à Paris. Mais impossible d’en savoir plus : pas de commentaires, ni sur la façon dont elles ont "fuité" sur le net, ni sur leur contenu. En revanche, @si a pu joindre la personne qui les a postées sur Youtube. Elle indique "n’avoir aucun lien avec Reuters" mais précise que les images circulaient dans tous les médias audiovisuels et toutes les agences de presse, via les canaux satellites habituels utilisés par l’agence pour diffuser ses vidéos. D’ailleurs, la séquence a été utilisée le 19 octobre en ouverture d’un sujet de BFM TV sur les casseurs. Et celui qui a posté la vidéo ne souhaitait en effet pas du tout démasquer des policiers en civil, mais "montrer qu’une minorité pouvait perturber le message d’une grande manifestation pacifique..."

"des flics en civil, ça ne fait aucun doute"

Les réactions hostiles n’ont pas tardé. Dans les commentaires de Youtube, d’abord, où des internautes pointent par exemple "les rangers, le bâton, les gestes militaires pour écarter les gens, les coups au vieux faussement donnés pour impressionner, l’escouade de flic en civil qui intervient immédiatement pour exfiltrer les deux types... Ca ne fait presque aucun doute qu’il s’agit de flics en civil." Et dès le dimanche matin, un très court article posté sur BellaCiao.org, site proche de l’extrême-gauche, s’interroge : "Une personne casse une vitrine de banque. Une autre personne essaye de l’arrêter mais se prend un coup de pied d’un troisième qui tient apparemment une matraque dans la main. Ensuite la personne qui cassait la vitrine est entouré de ce qui est présenté comme un "anarchiste" (mais qui pourrait tout à fait être bien autre chose...) et se fait exfiltrer pendant que les manifestants leurs lancent des objets dessus. Aurions-nous là une preuve flagrante de manipulation , d’infiltration afin de stigmatiser le mouvement social ?" L’article essaime sur le net, par exemple sur La banlieue s’exprime, News of tomorrow, ou encore ici, là ou là. Des blogueurs du Post s’interrogent également, après que la vidéo a été relayée par le Zapping du web du site, lundi 18.

Le scepticisme est aussi largement alimenté par un témoignage, repris de site en site. Il est présenté comme celui de la fille de l’homme aux cheveux blancs qui a tenté d’empêcher le casseur de fracasser la vitrine de la banque. Le témoignage a été posté à l’origine dans les commentaires sous un article de Rue89 qui cite l’altercation devant la banque. Sous la signature "Sophie24Barbes", il met clairement en cause l’attitude des policiers qui encadraient les membres du cortège sauvage : "Comment ont-il pu passer ? Comment les CRS ne les ont ils pas croisé ? Impossible ! Les "casseurs" descendaient la rue le champ libre. Toute la place pour eux. Plus un flic à l’horizon. Ils étaient pourtant loin de se cacher. D’autre "casseurs" on tenter de calmer la situation."

Le témoignage se demande aussi si des policiers n’étaient pas mêlés aux casseurs : après le coup de pied reçu par le père de la jeune femme, "un homme, la cinquantaine, très calme, habillé d’un imperméable gris m’a prise de côté et m’a dit de me calmer : "C’est une erreur". Non les flics n’était pas là, quoique. Qui était cet homme en gris. Pas un anarchiste c’est sûr ! Il avait l’air d’encadrer le groupe. Un flic ?"

Contactée par @si, la jeune femme, Sophie de Quatrebarbes, confirme avoir envoyé le message : "J’ai été très choquée de la façon dont les policiers avaient laissé faire les manifestants violents, alors que la manifestation s’était bien passée, de façon très bon enfant. Les casseurs n’ont pas pu ne pas croiser de policiers, ils descendaient le boulevard Diderot alors que des dizaines de cars de police l’avaient remonté à peine quelques minutes avant !" C’est "encore sous le coup de la colère", environ deux heures plus tard, que la jeune femme a laissé son témoignage sur Rue89 : "Je ne voulais pas que les journalistes n’aient qu’une version de ces incidents. Je suis allé sur Liberation.fr, mais j’ai eu l’impression qu’il fallait être abonné pour laisser un message, alors je suis allé voir Rue89, et j’ai constaté qu’ils parlaient déjà de l’événement. Ca m’a confortée. Je me demande toujours s’il n’y a pas eu manipulation pour avoir des images de violence. J’ai fait circuler le témoignage à mes amis, et je l’ai envoyé à l’AFP et à un journaliste de Marianne que je connais."

Bertrand de Quatrebarbes, le père de la jeune femme, qui apparaît dans la vidéo, partage ses doutes. Il raconte à @si : "Nous étions dans un café avec ma femme et ma fille après la manifestation. Quand j’ai entendu du bruit, je suis sorti et vu le cortège qui approchait avec des pétards et des fumigènes. J’ai vu un homme cagoulé commencer à détruire la vitrine. Je croyais qu’il était jeune et je n’ai pas réfléchi, je suis intervenu. Un lycéen ou un étudiant, même avec une barre de fer, ça ne me fait pas peur. Mais c’était un homme, dans la trentaine, et il a été sidéré de mon intervention." Plusieurs points lui "semblent bizarres" : "Le "ninja" qui m’a frappé dans le dos ne m’a pas fait mal du tout, le coup n’était pas du tout fort. Après, plusieurs personnes se sont mises autour de moi et m’ont donné des coups pas violents du tout, quasiment des faux coups, jusqu’à qu’une voix autoritaire dise "Lâchez-le". C’était l’homme au visage découvert, qui a ensuite parlé à ma femme et ma fille, qui avait la main en sang pour s’être pris une bouteille de bière lancée par un casseur. J’ai eu l’impression que les gens qui m’ont entouré m’ont en fait protégé pendant le moment violent. Mon hypothèse ? C’était des policiers qui avaient des consignes pour laisser faire des dégâts matériels, mais surtout pas de blessés."

La préfecture : pas de commentaires

Devant ces données problématiques, les positions des journalistes sont variées. D’autant que la préfecture de Police de Paris, interrogée par @si comme d’autres, "ne commente pas ces affirmations". LePost conclut "qu’il ne s’agirait pas de policiers, selon la version d’un journaliste et une observation minutieuse de la vidéo", mais sans vraiment expliquer pourquoi. Pour l’Humanité, les choses sont tout aussi claires, mais dans le sens inverse : les casseurs de la vidéo sont "loin du « voyou des cités » décrit par le Figaro. D’autant qu’il était accompagné, selon des témoins, « d’une dizaine de photographes » qui immortalisaient la scène –pour qui ? D’ordinaire, les casseurs, les vrais, les attaquent et les volent. On peut dès lors se demander pourquoi ils se sentaient si en sécurité auprès de ces casseurs-là…" Quant à Rue89, sa rédaction reste prudente et ne tranche pas : "Casseurs et policiers en civil se mêlent les uns aux autres, sans qu’il ne soit aisé de les distinguer, comme lors de l’agression devant le Crédit Lyonnais. Les riverains de Rue89 ont d’ailleurs été nombreux à réagir, mais pas tous dans un sens identique : les mêmes personnes étant parfois désignées comme des casseurs, parfois comme des policiers en civil."

Pour un des "riverains" du site, les choses sont en effet claires. Il s’agit d’un homme ayant participé au "cortège sauvage". Dans les commentaires, il répond à Sophie de Quatrebarbes, en lui rappelant qu’ils se sont parlé samedi. "Sur le passage avec ton père, les 3/4 au moins des gens qui se sont mêlés à l’embrouille étaient des flics, affirme-t-il. C’est triste à dire mais dans le cortège il y avait un bon tiers de civils infiltrés, ils ont d’ailleurs tous sortis leur brassards au moment de l’entrée de la manif dans l’opéra, c’était impressionnant, on pensait être entourés de camarades et en fait on était limite en minorité..."

"Entrés dans l’opéra, ils ont mis leurs brassards..."

Pour un manifestant qui a accompagné les manifestants masqués, et qu’@si a pu joindre, les choses sont encore plus tranchées. Ce jeune homme, qui se dit "habitué des cortèges sauvages", précise bien qu’il ne parle qu’en son nom, et ne veut être présenté "comme le porte-parole de personne". Il confirme la présence massive de policiers en civil : "Quand nous sommes entrés dans l’opéra Bastille, un petit tiers des gens qui nous accompagnaient se sont mis à nous interpeller et à nous mettre par terre. Puis ils ont mis leurs brassards de la police." Il se dit "sûr à 100% que les membres du groupe qui ont entouré l’homme aux cheveux blancs en faisant semblant de lui donner des coups étaient des flics : ils étaient sur le côté, pas dans le cortège, et ont accouru quand ils ont pensé que ça pouvait dégénérer, pour protéger cet homme, mais aussi exfilter celui qui cassait la vitrine." Mais il va plus loin. Selon lui, le "ninja" de Quatrebarbes était lui aussi un policier, ainsi que l’homme s’attaquant à la vitrine, même s’il admet "que pour ces deux là, ça peut se discuter".

Le jeune homme que nous avons interrogé donne des "indices" : le "ninja" lui a semblé se déplacer comme un policier face à la foule. D’ailleurs, la vidéo peut laisser penser q’il est armé d’un tonfa,

Il assure aussi avoir vu l’homme un peu plut tôt en tête de cortège, "chauffer les gens, mais sans savoir où on allait, alors que le mot d’ordre était très clair pour ceux qui étaient en tête de cortège".

Et le fait qu’il ait pu repasser quelques instants plus tard près des policiers en civil sans être importuné alors qu’il avait menacé des gens avec sa matraque lui semble très suspect.

Idem pour celui qui cassait la vitrine tout seul. Il est simplement exfiltré de la scène, mais pas interpellé, "alors que même pas vingt minutes avant, un homme qui faisait des graffitis a été mis par terre et interpellé de façon musclée". De plus, pour notre témoin, le casseur "a agi anormalement : d’habitude, ceux qui cassent le font en groupe, pas isolé comme ça, justement pour éviter les interpellations".

Son analyse rejoint en partie celle de Jean-François Herdhuin, ancien commissaire de police, spécialiste des manifestations, interrogé ce jeudi par Rue89 : "Pour moi, l’homme à la matraque, on dirait un policier. Mais je ne suis pas sûr à 100%, car son comportement est anormal, il s’isole dans la foule. Normalement, il devrait avoir un brassard… Parfois, pour ne pas se faire lyncher, les policiers en civil ne le mettent pas. "

La consigne : "laisser casser"

L’ex-policier ne croit à la provocation ouverte de policiers, désireux de laisser faire les casseurs pour donner une mauvaise image des manifestants. "Aujourd’hui ça ferait scandale en interne, assure-t-il… La manip dans une manif, c’est dangereux pour tout le monde : pour les politiques et pour les manifestants. (…) Si on est sûr de discréditer les manifestants par une non-intervention alors que les gens cassent, ça peut être politiquement très réussi. Mais cela peut aussi se retourner contre les politiques avec un drame, la mort d’un jeune par exemple." Malgré leur différence de bord, et bien qu’il pense que c’est un policier qui attaquait la vitrine, notre témoin manifestant est à peu près sur la même longueur d’onde, et estime que face à un risque potentiel, les policiers ont tenté de limiter les dégâts : "Je crois que les flics ne sont pas intervenus tout de suite pour ne pas que ça dégénère. Ils ont attendu qu’on arrive à Bastille et là nous ont attrapé. C’était un guet-apens !" Un syndicaliste policier disait la même chose à la Croix peu de temps auparavant, en assurant qu’il arrive que les policiers aient pour consigne de "laisser casser", car, expliquait-il, un gouvernement "joue sa survie en cas de manifestation qui tourne mal".

Si nul ne conteste qu’il arrive traditionnellement à des policiers en civil "d’infiltrer" des manifestations, jamais, à notre connaissance, des fonctionnaires n’ont été surpris en flagrant délit de "casse" eux-mêmes. En mai 2009, le Canard enchaîné avait assuré que des policiers avaient été vus en train de faire "monter la pression" dans un cortège parisien, en "invectivant les gendarmes" et en "prenant à témoin la foule". L’info avait été relayée par Métro par exemple, mais la Préfecture avait démenti.

Jean-Luc Mélenchon assure néanmoins qu’"il y a des moments où on trouve que certains groupes ont un comportement un peu étrange : nous voyons des gens qui cinq minutes jettent des pierres et la minute d’après, ont un brassard..." Le leader du Parti de gauche a retenu la leçon de la vidéo de Reuters et appelle ses troupes à "photographier et filmer beaucoup", avant de "tout mettre sur les réseaux sociaux, c’est la meilleure des protections".

http://www.arretsurimages.net/conte...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
22 octobre 2010 - 21h24 - Posté par phibre

y a pas de questions a poser..il faut l’affirmer ..il y a des policiers casseurs ! point barre .



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
22 octobre 2010 - 21h37 - Posté par

la nouvelle arme des manifs, l’appareil photo ! on le redira jamais assez !


Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
24 octobre 2010 - 13h06 - Posté par dikkenek

la police ? des ptits caïds l ecole du crime...


Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
22 octobre 2010 - 23h31 - Posté par Roberto Ferrario

ca nous fait "plaisir" de voir que on ne pas le seul a le pense... me bon nous on la publie 5 jours avant le 17 donc juste le jour après ici : http://bellaciao.org/fr/spip.php?ar...

RF



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
23 octobre 2010 - 03h04 - Posté par Elis

perso, comme je l’ai déjà écrit je ne sais plus où :-( , quand j’ai vu cette vidéo à la tv, je me suis dit :

1) hep !! il fait quoi le jeune là ?? il vise un point précis dans la vitrine ou quoi ?? y’a une tache sur la vitre qui le gêne ?? 8-|

il prenait son temps, tout seul, tranquille, sans regarder autour si quelqu’un allait le stopper ou quoi.
sûr de lui disons.

2) concernant le ninja en question, quand je l’ai vu partir en l’air, je m’attendais à ce que le monsieur aux cheveux blancs se retrouve propulsé sur jupiter....... :-( . la façade du bâtiment juste derrière lui, j’ai pensé en fraction de seconde = il va être massacré !! :-( .

pi’ bah nan tout juste déplacé de quelques centimètres :-) . tant mieux pour lui, on est bien d’accord :-) .

mais qui sait mettre en pratique aussi parfaitement ce genre de technique ??

les casseurs, jeunes de banlieux ( ;-) allons-y pour les clichés) , qui en général se défendent en faisant dans la dentelle quand ils s’estiment agressés ??.....

mais bien sûr.......

et je ne détaille même pas le reste de la vidéo, revue ensuite dans son ralenti, où on peut ++ que largement se poser des questions......



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
23 octobre 2010 - 10h57 - Posté par paule1949

en mai 68, j’avais 18 ans et je faisais les manifs sur lyon et j’affirme avoir vu des policiers en civils qui se mélangeaient avec nous, et cassaient ça fait partie du plan pour dicréditer les jeunes et justifier les actes de la police ç’est archi connu, et quand ils font les arrestations, ils mettent leurs brassards !!
OUI pas de doute c’est un piège grossier .



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
23 octobre 2010 - 14h21

Le “casseur” avec sa capuche qui brise une vitrine de banque … c’est un policier en civil !

Nous savions déjà que des dizaines de policiers en civil sont présents dans les grandes manifs.

Nous savions déjà que des dizaines de policiers en civil commettent des actes de vandalisme durant les grandes manifs.

Mais ce qui est nouveau pour moi, c’est d’apprendre que toutes ces provocations policières sont coordonnées avec les médias pro-gouvernementaux : LE FIGARO, TF1, EUROPE 1, etc.

Cette coordination est très efficace pour manipuler les citoyens.

Le gouvernement prévient discrètement ses médias qu’il va y avoir du grabuge tel jour, telle heure, à tel endroit.

Le gouvernement prévient discrètement ses médias que des méchants casseurs vont briser des vitrines tel jour, telle heure, à tel endroit.

Et ensuite, le gouvernement envoie ses policiers en civil briser la vitrine d’une banque.

Malheureusement, un monsieur aux cheveux blancs intervient pour arrêter l’acte de vandalisme : le monsieur aux cheveux blancs commence à bousculer le soi-disant “casseur” … qui est en réalité un policier en civil !

Le monsieur aux cheveux blancs s’appelle Bertrand de Quatrebarbes. Sa fille s’appelle Sophie de Quatrebarbes. Sur le site internet "ECO.RUE89", un internaute raconte ceci à Sophie de Quatrebarbes :

"Salut.

J’espère que tu vas mieux depuis samedi, j’étais dans le cortège sauvage et je suis venu te parler juste après cette scène pour essayer de te calmer.. J’espère que ta main va mieux, et que ton père est ok..

Je voulais te donner quelques éléments qui peuvent t’intéresser. D’abord, sur le passage avec ton père, les 3/4 au moins des gens qui se sont mêlés à l’embrouille étaient des flics.

C’est triste à dire mais dans le cortège il y avait un bon tiers de civils infiltrés, ils ont d’ailleurs tous sortis leur brassards au moment de l’entrée de la manif dans l’opéra, c’était impressionnant, on pensait être entourés de camarades et en fait on était limite en minorité..

Ensuite, quand ton père est intervenu, les premiers anars qui l’ont attaqué ont clairement cru que c’était un flic aussi, c’est pour ça que ça a dégénéré..

Sinon, c’était clairement un blok presque plus bleu que black.. Comme tu le dis, il y a eu vraiment une instrumentalisation du truc, ils ne nous ont pas laissé partir vu qu’on a du chercher un peu une rue par laquelle sortir de la nation, mais une fois sur ce boulevard c’était vraiment calme plat, pas de flics qui arrivaient ni rien.. Je pense qu’ils n’intervenaient pas pour ne pas que ça dégénère.. Donc oui on s’est clairement fait instrumentalisés...

Pour conclure, une pensée pour les 42 camarades qui sont toujours en garde à vue, et qui risquent de passer en comparution immédiate dès demain, certains d’entre eux prendrons peut être du ferme, la plupart pour le motif de jets de pierre, avec 15 flics qui n’auront rien vu d’identifiable mais qui témoigneront qu’ils ont tout vu !

ps : j’ai apprécié ta réaction face aux journaflics qui te mitraillaient à 10 cm de ton visage..

Ciao, porte toi bien."

http://eco.rue89.com/2010/10/16/ret...



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
23 octobre 2010 - 17h57 - Posté par agitprop

L’histoire des provocations organisées ou utilisées par les gouvernants, est aussi vieille que celle du mouvement ouvrier...

Le 1er Mai journée internationale des travailleurs* en est lui même issu !

L’incendie du Reichstag par Hitler en 1933 est aussi un modèle du genre !

En 68 les barricades en feu chaque soir à la télé (en fait peu nombreuses) ont été utilisées pour effrayer les campagnes...et réélire De Gaule !

Plus prêt de nous en 1979, lors d’une grande manifestation à Paris contre la liquidation de la sidérurgie nationale, des flics (cartes de police en poche), camouflés en casseurs avaient été démasqué par le SO de la CGT.



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
24 octobre 2010 - 11h09

Un témoignage d’une collusion entre la police et de faux-manifestants (avec jets de pierre), sur Chambéry cette fois, est mis en ligne ici :

http://www.fsd74.org/spip.php?artic...



Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
24 octobre 2010 - 11h29 - Posté par

Avec une photo stupéfiante.

ca fait deux jours que ca traine sur le net (un gars du PG)

sauf qu’il nous montre des flics en civil avec brassard (où est le problème ?) alors qu’il dit qu’il était bien placé pour les voir "casser sans brassard", mais là, pas de photos...

bizarre donc...


Policiers casseurs ? Une vidéo fait débat sur le net
26 octobre 2010 - 00h16

Le scandale de l’année 2010 : les policiers casseurs.

Un internaute, dont le pseudo est nomad.soul, écrit :

Vu dans les commentaires du Monde.fr à propos de l’article :

http://www.lemonde.fr/societe/react...

“Jérémy Robine, docteur en géopolitique

25.10.10 | 19h17

Le 18/10, par curiosité je suivais la manifestation sauvage, en retrait trottoir de droite avec des journalistes (on me voit courir dans la vidéo). Je me suis retrouvé à moins de 10 mètres de la scène de l’attaque de la banque etc. J’ai suivi le ninja ensuite, je l’ai perdu à l’entrée de l’opéra, et je l’ai retrouvé rue de Charenton avec un brassard Police, puis lorsqu’il a quitté le dispositif, par l’autre côté de la rue, où j’étais pour mieux voir. Je crois que c’est clair, comme ça, non ?”

Fin de citation.

Je ne suis pas journaliste, mais cette personne existe bien

http://www.edr.fr/Equipe_EDR/jeremy...

alors est-il possible d’enquêter un peu plus sur ses dires ???

Qu’un journaliste vérifie ce témoignage ?






J.L.Mélenchon en Amérique-Latine ? Insupportable .
dimanche 18 - 17h52
de : joclaude
1 commentaire
Un seul cri : Libérez le Professeur Fourtillan !
dimanche 18 - 17h32
de : joclaude
1 commentaire
Le monarque : Fin de l’ENA et vive l’ISP : CQFD !
dimanche 18 - 17h15
de : joclaude
1 commentaire
Chlordécone : l’État protège les empoisonneurs
dimanche 18 - 17h01
de : jean1
« Ils m’ont pris ma main ! »
dimanche 18 - 16h35
de : jean1
L’Histoire à ne pas oublier ! Quand le gouvernement américain protégeait les criminels de guerre nazis
dimanche 18 - 16h34
de : joclaude
Crise du Covid-19, une aubaine pour "l’oligarchie mondialiste" ?
dimanche 18 - 16h19
de : joclaude
1 commentaire
Le 8e Congrès du Parti communiste de Cuba a commencé ses travaux "Hasta la victoria siempre"
samedi 17 - 11h55
de : nazairien
3 commentaires
Cuba : Il y a 60 ans , les États-Unis bombardaient Cuba
samedi 17 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Madama : « un véritable gâchis humain »
vendredi 16 - 14h00
1 commentaire
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 - 17h38
Jean-Luc Mélenchon : Périple Equateur/Bolivie
jeudi 15 - 14h23
de : joclaude
Calais, Grande-Synthe : chiffrer les violences d’État faites aux exilés
jeudi 15 - 09h49
Alerte ! les zapatistes vont envahir l’Europe cet été
mercredi 14 - 22h46
de : AMASSADA
100.000 morts du Covid : Macron prêt à réagir... à coup de communication
mercredi 14 - 21h13
de : jean1
TNT : Ni dedans ni dehors.
mercredi 14 - 20h42
de : jy.D
14e Festival des Canotiers, du 9 au 13 juin 2021 - Ménilmontant
mercredi 14 - 19h10
de : Asso Ménil Mon Temps
La une des bobards : L’heure de l’mettre !
mercredi 14 - 17h55
de : Hdm
Election législative partielle les 30 mai et 6 juin
mercredi 14 - 16h42
de : Ménil Info
Théâtres occupés : pas d’essoufflement après un mois de lutte
mercredi 14 - 16h37
FAKE NEWS du brevet déposé sur le Coronavirus par l’Institut Pasteur
mercredi 14 - 11h51
FAKE NEWS AU SUJET DE LA COVID-19 : L’INSTITUT PASTEUR A SAISI LA JUSTICE
mercredi 14 - 11h37
Meeting sur l’eau : « La Terre est notre patrie commune » Video de JL Melenchon
mardi 13 - 16h39
de : jean1
Rapports de force : déjà quatre ans
lundi 12 - 07h45
1 commentaire
Assez de pouvoirs maudits : politique, économique, médiatique violeur de conscience !
dimanche 11 - 15h56
de : joclaude
Gilets Jaunes-DARMANIN : HUMILIATION JUDICIAIRE FACE À JÉRÔME RODRIGUES
dimanche 11 - 15h34
de : joclaude
Intervention de J.L.Mélenchon à l’Assemblée sur le climat
samedi 10 - 20h39
de : joclaude
Ceci n’est pas un oh putain y a marre.
vendredi 9 - 20h02
de : jy.D
La Commune au jour le jour
vendredi 9 - 17h42
de : jean1
Bureau à la maison ou espace de co-working | Où devrais-je travailler ?
vendredi 9 - 13h52
de : gloriar
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 - 11h51
de : Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
J.L.Mélenchon répond à Macron
mercredi 7 - 16h10
de : joclaude
Droits humains : Amnesty adresse un « carton rouge » à la France
mercredi 7 - 14h56
de : joclaude
3 commentaires
Le travail social dans une grève reconductible inédite
mercredi 7 - 14h29
AstraZeneca : vaccin qui tue !
mercredi 7 - 11h39
de : joclaude
Notre menu gastronomique - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 7 - 11h34
de : Hdm
Juan Branco:nous CONSTATONS que le sang a déjà commencé à couler (cf. les Gilets jaunes blessés, mutilés, éborgnés)
mardi 6 - 15h45
de : joclaude
VACCINS : la France sait pas faire, le flaconnage si ?
lundi 5 - 17h57
de : joclaude
1 commentaire
Moi j’ai pleuré quand le 1er homme a marché sur la lune
lundi 5 - 17h41
de : jean1
1 commentaire
Mesures liberticides : pour qui sonne le glas ?
lundi 5 - 17h19
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Nouveaux scandales chez Info’Com CGT ?
jeudi 15 avril
Pendant que la direction de Info’Com-CGT diffuse un communique intitulé « Sans salaire, sans chômage, les fauchés de la crise se multiplient » des militants de la Fédération du Livre font filtrer des infos « internes » au syndicat Info’Com-CGT Nous rappelons que trois militants, adhérents à Info’Com CGT on été mis au chômage, sous pression de la direction de leur syndicat, et se retrouvent privés de leur poste de travail (Sacijo, societe sous-traitante du Journal (...)
Lire la suite
2022 : l’appel de Mélenchon aux communistes (vidéo)
vendredi 9 avril
de Communistes insoumis.e.s
6 commentaires
Nous nous adressons plus particulièrement aux communistes membres du PCF. Nous les invitons à écouter le message que Jean-Luc Mélenchon leur a adressé et à se faire leur opinion. Nous connaissons les différends qui ont pu exister mais nous pensons que la gravité du moment que nous vivons mérite de porter attention à ce message Ce message argumente autour d’une idée simple et pourtant éminemment révolutionnaire : l’enjeu de la présidentielle c’est de faire gagner le « (...)
Lire la suite
À la direction d’Info’Com-CGT : soutien aux camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta
lundi 29 mars
de FRONT POPULAIRE
À la direction d’Info’Com-CGT Nous avons appris dernièrement les discriminations, les harcèlements dont sont victimes les camarades Roberto Ferrario et Sidi Boussetta. Le camarade Roberto Ferrario est un militant qui contribue à diffuser de vraies informations, à diffuser pour le peuple et non contre le peuple, à diffuser des communiqués grâce à son site internet bellaciao.org Sidi Boussetta, secrétaire-adjoint de l’UL CGT de Blois est un militant reconnu. Ce camarade (...)
Lire la suite
Agir contre les discriminations et les harcèlements dans Info’com-CGT !!!
jeudi 25 mars
de Roberto Giordano Ernesto Ferrario
Je pas seulement le mème deuxième prénom "Ernesto" mais je partage aussi pas mal de ces idées. Dédicace spécial à la direction de Info’Com-CGT qui discrimine et harcèle les camarades militants... Roberto Giordano Ernesto Ferrario "Sobre todo, sean siempre capaces de sentir en lo más hondo cualquier injusticia cometida contra cualquiera en cualquier parte del mundo. Es la cualidad más linda de un revolucionario." Che Guevara Traduction : "Surtout, soyez toujours capables de (...)
Lire la suite
Honteux !!! : un salarié viré par la direction de Info’Com-CGT, avant d’être embauché...
mercredi 10 mars
de UlCGT-Vendome
Bonjour, A l’attention de : Romain Atlman de : David Jordan de : Julien Gicquel de : Marianne Ravaud Nous suivons toujours avec intérêt la situation dans laquelle se trouve notre camarade Sidi. Situation dont vous êtes à l’origine. Sidi est un militant convaincu, honnête, qui donne tout de sa personne aux autres. C’est d’ailleurs notamment pour ces raisons que vous êtes venus le chercher. Vous a-t-il fait peur ou vous a-t-il fait de l’ombre ? (...)
Lire la suite
8 mars à Ciudad Juarez, Mexique, État de Chihuahua, à la frontière avec les États-Unis
lundi 8 mars
de Roberto Ferrario
de Roberto Ferrario A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées. Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à (...)
Lire la suite
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
1 commentaire
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite