Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Trois questions pour un mouvement gagnant


de : Moissac au Coeur
lundi 25 octobre 2010 - 18h07 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

par Christian Picquet

L’instant est crucial… Dans la bataille des retraites, chaque camp regroupe maintenant ses forces…
Le marais des « indécis » se réduit progressivement, comme peau de chagrin…

Du côté du pouvoir, la ligne de conduite paraît claire : parier sur la désagrégation de la pression populaire à la faveur des congés scolaires ; après avoir lancé ses argousins contre la jeunesse en révolte ou contre les blocages de dépôts de carburant et les raffineries occupées (telle celle de Grandpuits, en Seine-et-Marne, vendredi dernier), jouer la carte de la loi et de l’ordre, selon une méthode confirmée pour tenter de retourner l’opinion ; miser sur l’éclatement à terme du front syndical, qu’éditorialistes de droite et zélateurs de la pensée unique n’ont de cesse de pronostiquer.

En face, néanmoins, la détermination ne faiblit aucunement. À preuve, la journée du 19 octobre aura réuni autant de monde que la précédente, voire davantage dans bon nombre de villes. Si l’on tient compte du fait que les défilés ne rassemblent pas toujours les mêmes participants, on peut d’ores et déjà affirmer que nous sommes en présence de la plus puissante mobilisation sociale que le pays ait connu depuis 1995 et, sans doute, depuis 1968.

Un constat qu’il faut rapporter à la puissance et aux ramifications d’un mouvement que les grands médias ont du mal à apprécier dès lors que, s’il touche les secteurs les plus variés, il fluctue, se cristallise en une succession de temps forts, se renforce régulièrement de l’arrivée de nouvelles fractions du salariat, se manifeste en actions de blocage de la vie économique, construit sa permanence à travers une multiplication de grèves tournantes au plan local, a fini par toucher la jeunesse lycéenne, commence à s’étendre aux facultés (qui organisent, ce mardi 26, leur première journée d’action).

Un mouvement généralisé mais « rampant »

MM. Sarkozy et Fillon peuvent bien faire assaut de promesses de fermeté, répéter en boucle que, leur projet voté, il deviendra « la loi de la République », l’activité hexagonale tourne désormais au ralenti. Nous ne sommes plus en présence d’une « grève par procuration », conduite par des bastions du public, à l’instar de la SNCF en 1995. Des entreprises fraîchement privatisées sont entrées dans la bataille en dépit des échecs essuyés ces dernières années (au point que la direction d’EDF se voit contrainte d’admettre une chute de la production d’électricité), les ports et docks sont affectés par de puissantes mobilisations, les raffineries sont totalement paralysées, les chauffeurs routiers occupent par intermittence les routes tandis que les traminots cessent à tour de rôle le travail, territoriaux ou éboueurs sont dans l’action en de nombreuses cités, personnels de la santé ou de l’Éducation nationale lient la défense de la retraite à 60 ans à leurs propres revendications en faveur du service public, le privé est entré dans la danse, par exemple dans l’automobile ou l’aéronautique (j’en ai la démonstration régulière dans ma région Midi-Pyrénées). Il convient, en outre, de souligner des expériences locales hautement significatives de l’état incandescent du pays, telle celle de l’intersyndicale qui, au Havre, dirige en permanence la confrontation avec les gouvernants, allant jusqu’à organiser chaque jour une assemblée générale interprofessionnelle.

Se repaître d’incantations à la grève générale, ou encore invoquer un « Mai 68 du XXI° siècle », comme le fait Olivier Besancenot (je ne dis pas cela par souci polémique, mais parce qu’il est indispensable de bien apprécier une réalité inédite), n’a toutefois guère de pertinence pour contribuer à construire des repères collectifs efficients, permettant aux acteurs sociaux de se doter d’une stratégie de lutte adaptée. Une grève générale, au sens que le mouvement ouvrier donne à l’idée depuis ses origines, c’est-à-dire la paralysie du pays par l’implication, au même moment et sur la durée, de dix ou quinze millions de travailleurs, se révèle plus difficilement atteignable que par le passé. La période voit chômage et recul du pouvoir d’achat peser lourdement sur la vie des salariés (donc sur leur participation à des engagements de cette nature), le monde du travail se trouve pour une large part disséminé dans une kyrielle de petites entreprises (pour beaucoup sous-traitante de grands groupes) caractéristique du nouveau capitalisme, l’organisation syndicale s’est vue profondément affaiblir par cette réorganisation du procès de travail, la radicalité contestataire de nombre d’acteurs sociaux ne se prolonge pas en un projet socialiste crédible à une large échelle. Dans une semblable configuration, c’est un mouvement généralisé mais « perlé », un 68 en quelque sorte « rampant » (pour paraphraser une notion née en Italie aux lendemains du Mai français) qui tend à se cristalliser pour relever le défi civilisationnel auquel toute la société se trouve confrontée.

Une dynamique proprement politique

Ce qui n’altère en rien sa dynamique directement politique. D’ores et déjà, la confrontation sociale dépasse, et de très loin, la seule question des retraites. Ou, plus précisément, ladite question des retraites concentre tous les problèmes de l’heure : le refus de voir purement et simplement détruit le système de protection sociale hérité du programme du Conseil national de la Résistance, l’attachement à des services public de qualité protégeant le plus grand nombre du déchaînement de la trop fameuse « concurrence libre et non faussée », la révolte devant une répartition de plus en plus inégalitaire des richesses, le rejet d’un capitalisme dont chacun peut constater que son ressort intime est l’avidité sans bornes d’une poignée d’actionnaires et de spéculateurs.

C’est d’ailleurs dans la mesure où l’avenir apparaît en jeu que, à la surprise des élites et des commentateurs, la jeunesse scolarisée a fini par rejoindre le syndicalisme ouvrier dans la contestation de la loi Sarkozy-Woerth, bien que la retraite ne se pose pour elle… que dans 50 ans (comme les figures de l’UMP croient habile de l’expliquer en chœur). C’est exactement pour la même raison que, loin de ne radicaliser que les secteurs d’ordinaire en pointe des affrontements de classe (comme se crut autorisé à l’écrire le directeur de Libération, Laurent Joffrin, le lundi 18 octobre), la confrontation en cours voit les travailleurs les moins marqués par de très fortes traditions de lutte se distinguer, à l’image de ces routiers qui auront eu vite fait de percevoir quelle serait leur existence avec le report de l’âge de leur départ en retraite. Et cela aura fini, au fil des semaines, par transformer une crise sociale en une crise politique majeure, privant la majorité élue en 2007 de la moindre légitimité pour mener à bien une orientation en tout point antagonique à l’intérêt général.

L’une après l’autre, les enquêtes d’opinion révèlent cette fracture sociale, politique et morale. Le 20 octobre, Libération publiait par exemple un sondage hautement révélateur, où huit Français sur dix exigeaient que le pouvoir renégocie son projet (ce qui signifie qu’il n’en restait que deux sur dix pour considérer que ledit projet était bon), où près de sept d’entre eux sur dix désapprouvaient la stratégie de tension du président de la République, une identique proportion approuvant les grèves et les manifestations. Sur fond de tourmente affectant et discréditant un capitalisme globalisé et financiarisé à l’extrême, Nicolas Sarkozy paie ici, tout à la fois, la démagogie mensongère de sa campagne présidentielle, des décisions uniquement déterminées par les exigences des banques et du CAC 40, son intimité avec le petit monde de l’affairisme débridé et sans scrupules.

Le sociologue du travail Henri Vacquin, hier encore thuriféraire d’un libéral-syndicalisme, avait des mots justes pour décrire, dans Le Monde daté du 21 octobre, le changement de climat en France : « L’Élysée et le gouvernement se sont trompés de guerre. Ils ont mené la réforme des retraites de 2010 comme en 1993 ou en 2003, avec un peu moins de concertation. Ils ont simplement oublié un fait colossal : la crise de 2008. Après 30 ans de mutations du travail et de l’emploi, vécus avec fatalisme, cette crise a suscité dans l’opinion, à côté du sentiment d’injustice, un sentiment d’immoralité des valeurs qui ont porté l’ultralibéralisme : la rapacité au gain comme moteur de l’histoire, l’individu au détriment de l’appartenance collective, et, dans l’entreprise, le supposé contrat qui met à égalité de dignité le dirigeant et le dirigé. »

Autant dire que l’attitude présentement retenue par le sommet de l’État, dans l’objectif de briser les reins du mouvement social pour des années, s’avère à très hauts risques, source d’une possible révolte globale difficilement maîtrisable par ceux qui l’auront provoquée. Elle n’aura pas réussi à freiner l’élan populaire, au long de sept semaines où l’intersyndicale est, d’une certaine manière, devenue l’incarnation des inquiétudes et des aspirations de la société. Elle aura, pour ce même motif, les plus grandes difficultés à casser l’unité des confédérations, celles qui pourraient s’y montrer disposées n’ayant rien à négocier de substantiel avec un gouvernement intransigeant et se trouvant elles-mêmes contraintes par l’intensité de la colère du pays. Plus, elle risque maintenant de susciter une onde de choc à l’échelle de toute l’Union européenne, ce dont témoignent les déclarations de solidarité qui commencent à éclore de la part de diverses organisations syndicales du continent.

On comprend l’inquiétude croissante de certains cercles de l’UMP ou de milieux patronaux qui commencent à inciter le clan sarkozyste à ne pas trop jouer avec le feu. On s’explique également que les citadelles financières internationales se sentent obligées de se porter à la rescousse de notre petit monarque élyséen, à l’instar du Wall Street Journal consacrant rien moins que l’un des ses éditoriaux au « cas » français, d’où il ressort que la casse de la retraite à 60 ans constitue un impératif aux yeux des marchés et des agences de notation à leur service. Si telle est bien la nature de l’épreuve de force qui se noue en ce début d’automne, il importe d’aborder sans dérobades les trois questions clés dont dépend, in fine, l’avenir de ce mouvement historique.

Construire l’épreuve de force sur la durée

La première d’entre elles porte sur la nécessité, impérative, de bâtir un mouvement sur la durée. À partir du moment où la droite entend passer en force, sans toutefois disposer de l’appui dont elle aurait besoin dans l’opinion pour parvenir à ses fins, le combat doit se donner les moyens de tenir au-delà du vote des Assemblées, censé marquer la fin du match.

Certains dirigeants syndicaux, du côté de l’Unsa ou de la CFDT, sans parler de la CFE-CGC, ont à cet égard indiqué que la décision de la majorité du Palais-Bourbon et du Palais du Luxembourg ouvrirait une nouvelle phase. Le numéro deux de la CFDT, Marcel Grignard, va jusqu’à expliquer, dans Le Monde du 23 octobre : « Notre responsabilité comme syndicalistes est de construire des compromis qui fassent sens, pas de remettre en cause la légitimité parlementaire ou politique. » Les ténors de l’UMP tentent de s’engouffrer dans cette brèche potentiellement ouverte, lorsqu’ils martèlent que la légalité dans laquelle a été désignée l’Assemblée nationale se confond avec la légitimité dont celle-ci disposerait pour avoir le dernier mot sur la rue.

Sauf que la désignation d’une majorité politique ne lui confère pas tous les droits. Elle n’est pas synonyme de chèque en blanc sur tous les sujets et en toute circonstance. Sinon, à quoi bon reconnaître, dans la Constitution, le droit de faire grève et de manifester ? Ne s’agit-il pas de moyens de faire changer les décisions des gouvernants ? Doit-on ignorer que le texte dont on prétend faire la loi commune n’avait fait l’objet d’aucun engagement de la campagne menée devant les électeurs en 2007 ? Au demeurant, si l’on parle de légitimité, il en est une qui se voit ouvertement bafouée, c’est celle des organisations représentatives de la démocratie sociale. La philosophe Cynthia Fleury est, de ce point de vue, fondée à relever, dans Le Monde des 24 et 25 octobre, que l’on « est dans l’erreur si l’on pense que la démocratie, c’est d’un côté un pouvoir représentatif, seul légitime, et de l’autre côté une foule. Même si le gouvernement affirme qu’il a orchestré la négociation, il ne l’a pas orchestré jusqu’au bout, c’est-à-dire qu’il a refusé de reconnaître la valeur, la nécessité, la légitimité des acteurs publics que sont les syndicats, les partis politiques, les associations ».

Aujourd’hui, l’écrasante majorité du pays exprime ostensiblement son refus de la loi. Il est dès lors parfaitement justifié de considérer que la majorité des élus s’avère discréditée par son obstination à ne pas écouter le peuple. Que ce qu’elle fait, la rue et la grève peuvent légitimement le défaire, puisque tel est l’unique moyen de faire prévaloir la volonté générale. Après tout, n’existe-t-il pas, sur le sujet, une « jurisprudence Chirac » ? En 2006, contraint de prendre acte de son isolement, le président de la République avait promulgué la loi instaurant le contrat première embauche, tout en annonçant… qu’il ne l’appliquerait pas !

Cesser le combat sous prétexte que la représentation légale du pays a tranché reviendrait à bafouer l’exigence majoritaire des citoyens. Jusqu’au bout, par-delà même la ratification du Conseil constitutionnel à la mi-novembre, l’exigence devra donc demeurer le retrait, l’abandon, la non-promulgation, l’abrogation d’un texte à tout point de vue régressif. Il s’impose, pour cette raison, non d’organiser le repli, mais de généraliser le mouvement, de le construire sur le temps long, de l’élargir encore et toujours, de l’enraciner, de l’adosser à des intersyndicales locales à même de coordonner l’action interprofessionnelle.

Pérenniser et renforcer l’unité

Deuxième question, la préservation de l’unité de la mobilisation. L’existence du « G8 » syndical aura été son principal atout. Peu aura finalement importé que les organisations de celui-ci divergent, parfois très substantiellement, sur les solutions à apporter au déficit du système des retraites. C’est parce qu’elles ont été capables d’opposer leur front uni à la morgue des éminences gouvernementales que le mouvement populaire aura revêtu l’ampleur qu’on lui connaît. On peut même dire que c’est le facteur ayant octroyé à cette intersyndicale une incontestable autorité de direction de la mobilisation, autorité qui se prolonge actuellement en tendance à la resyndicalisation de milieux jusqu’alors peu réceptifs au discours sur l’organisation des travailleurs. En retour, c’est la puissance du mouvement qui a permis à l’union de se maintenir, bornant les tentations récurrentes de la faire exploser, sur les formes d’action comme sur les objectifs des journées nationales. On en arrive maintenant à une situation, au fond des plus positives, où la centrale qui descendrait la première du cadre unitaire le paierait d’un prix considérable.

C’est si vrai que la CFE-CGC, après avoir indiqué que le 19 octobre constituerait son ultime manifestation, aura dû demeurer aux côtés des autres fédérations et confédérations. C’est si vrai également que le débat sur la stratégie à mettre en place – en particulier, à propos de l’objectif d’une grève générale interprofessionnelle – quelle qu’ait été son importance, n’aura pas provoqué la scission, espérée par certains, entre « radicaux » et « modérés ». Cette réflexion, recoupant en réalité le problème de la construction d’un mouvement généralisé à même d’instaurer le meilleur rapport de force face à la coalition UMP-Medef, n’était évidemment pas sans implication. Mais elle fût tout simplement devenu sans objet si la division syndicale avait brisé net l’élan populaire, créé du même coup le désarroi dans les rangs du salariat, engendré l’immense découragement d’un peuple dressé contre l’injustice et les privilèges.

Au soir du 19 octobre, le « G8 » aura par conséquent résisté aux pressions qui montaient de toutes parts pour le faire exploser. Il lui faut maintenant se pérenniser, au-delà du 28 octobre, au-delà même du 6 novembre, et trouver les ressources pour que les débats en son sein débouchent sur une clarification positive. Je me garderai bien de me placer dans la posture du donneur de leçons, qui n’a jamais vraiment profité à ceux des responsables politiques qui l’auront adoptée. Je me contenterai de formuler deux idées. Il serait sans doute utile que l’unité réalisée à l’échelon national fût relayée, dans le plus grand nombre possible de villes, de fronts syndicaux disposant de la représentativité suffisante pour coordonner l’action de tous les secteurs entrés dans la bataille. De la même façon, c’est l’ancrage du mouvement, au niveau des entreprises et des branches professionnelles, qui pourra le mieux conforter l’intersyndicale en offrant aux salariés les moyens de diriger démocratiquement leur combat et d’en déterminer les modalités. Œuvrer à une gauche à la hauteur La dernière question tient, on l’imagine, au débouché politique dont la confrontation sociale a le plus impérieux besoin.

Devant ce qui apparaît comme un soulèvement de la société au nom du bien commun, la gauche tout entière doit donner de la voix, hausser le ton. D’aucune manière, l’heure n’est à la recherche d’une « sortie de crise » qui s’assimilerait à un renoncement exigé des grévistes, des bloqueurs et des manifestants. Elle n’est pas davantage à la dénonciation d’on ne sait quelle « mélenchonisation » de la gauche, pour reprendre les termes d’un Manuel Valls qui n’a manifestement pas pris la mesure du changement brusque de contexte. Même si les projets divergent, aucun parti progressiste ne peut, sauf à tourner ostensiblement le dos à ses mandants naturels, devenir la roue de secours des marchés, des élites libérales européennes ou du Fonds monétaire international. En cette semaine charnière, le besoin se fait plus fort d’une gauche marquant sa solidarité concrète avec le mouvement social. Ne se laissant pas impressionner par les objurgations de la droite. Osant dire que ce gouvernement et cette majorité ne possèdent plus la moindre légitimité pour mettre en œuvre leur contre-réforme, que l’abandon de celle-ci s’impose et que, s’ils s’obstinent, il faudra les contraindre à plier bagages… Sans attendre 2012… Et le plus tôt sera le mieux…

Quitte à susciter parfois l’étonnement, notre Gauche unitaire milite, vous le savez, pour de nouvelles élections générales (autrement dit, pour que l’Assemblée élue en 2007 remette en jeu son mandat), parce qu’elle considère qu’en un pareil moment de crise, c’est au suffrage universel de trancher le choc de deux France aux intérêts si manifestement opposés. Libre à chacun de ne pas nous suivre dans cette conviction. En revanche, rien ne justifie que toute la gauche, sans exception, ne se retrouve pas dans un commun soutien à la mobilisation populaire et autour de l’exigence de l’arrêt immédiat de la procédure de ratification de la loi Sarkozy-Woerth. Pourquoi d’ailleurs ne pas envisager un grand meeting, cette semaine, où chacun s’exprimerait sans renoncer à ses propres positions, mais unirait sa voix aux autres partis pour apporter, à celles et ceux qui se battent, un élément précieux de dynamisation de la lutte ? En quoi ce qui se révèle possible dans le syndicalisme ne le serait pas du côté de la gauche politique ?

Au-delà, il va de soi que le débat sur l’alternative prend dorénavant une nouvelle dimension. Le Front de gauche aura su, en l’occurrence, se situer à la hauteur des attentes qui se portent vers lui. L’organisation d’une journée de collectes au bénéfice des grévistes, ce 23 octobre, aura constitué le prologue d’une série d’initiatives, des rassemblements d’élus prévus devant l’Élysée et les préfectures ce mardi 26 à la tournée de meetings envisagée pour les prochains jours. J’étais, pour ma part, samedi, sur le parvis de Beaubourg à Paris, en compagnie de Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon, et en moins d’une heure, nous avions déjà recueilli près de 6000 euros…

Un signe de la popularité du combat engagé pour la sauvegarde d’une conquête fondamentale…

J’en suis de plus en plus persuadé, c’est en s’identifiant visiblement comme l’aile marchante de la gauche, dans le but d’infliger à la droite la défaite cinglante qu’elle mérite avant la présidentielle, que le Front de gauche donnera une impulsion déterminante à sa démarche de « plate-forme partagée ». La profondeur du rejet populaire de la droite et des dévastations du néolibéralisme conforte en effet sa vision de la gauche indispensable à l’avenir : l’espoir renaîtra à la seule condition de s’engager à rétablir le droit à la retraite à 60 ans et à taux plein, d’agir avec résolution en faveur de l’égalité et de la solidarité, de se fixer l’objectif d’une redistribution radicale des richesses pour répondre aux besoins du plus grand nombre, d’afficher sa détermination à gouverner enfin contre les banques et les actionnaires. De plus en plus nombreux sont ceux qui constatent, à la chaleur des événements, que nous avions raison de dire, depuis des années, qu’il fallait bouleverser la donne à gauche…

Les jours qui viennent seront décisifs. Ce n’est vraiment pas le moment de faiblir. Oui, une victoire est possible…

CHRISTIAN PICQUET

’’PS. Hier, est tombée la nouvelle du décès de Georges Frèche. Qu’en dire ? Pas grand-chose, hormis qu’il est symbolique que le personnage disparaisse précisément lors d’un tournant majeur de situation, lui qui poussa à son paroxysme la dérive d’une gauche qui avait tout renié de ses valeurs fondatrices. ’’

http://blog.christian-picquet.fr/po...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 18h31

"Ce gouvernement et cette majorité ne possèdent plus la moindre légitimité" mais que dire d’organisations comme le FMI, l’OMC, les agences de notations...



Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 18h55 - Posté par

oui oui oui texte fort long,qui enfonce des portes ouvertes,qui se positionne gauche radicale mais qui est trés silencieux sur la position du PS qui n’est que celle du medef ,avec l’allongement de la durée des cotisations.

texte qui fait quasi l’impase sur la position de la cfdt qui des le départ a refusé de faire les meetings commune contre cette réforme et qui veut aussi l’allogement de cotises et voit d’un bon oeil la retraite pas point apres avoir défendu la capitalisation.

Enfin, Amnésie totale sur le ministre Mélenchon qui a sans sourciller fait partie d’un gouvernement qui a appliqué à la virgule prés la réforme Balladur de 1993 .

alors ?

alors Picquet enfume avec du verbiage pseudo gauche .


Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 19h29 - Posté par jean val jan (FSC CGT)

Piquet l’heure n’est pas au meeting BLABLA mais aux PIQUETS de grève et aux barrages je te conseille de te rapprocher des dockers et grutiers, personnels des ports et autres étudiants, chomeurs etc Occupants de dépots et rafinneries et voies express.. battus, gazés, humiliés tu comprendras mieux que tout le monde ne croit plus qu’en la lutte et en ceux qui la mène .. On sait reconnaittre les diseux on préfère les faiseux .

Demain à Lorient comme à fos à strasbourg et ailleurs bloquons le pétrole dés l’aurore avec soleil levant, ’c’est beau le soliel + le port et la mer) la journée va être longue ..
Crois moi Piquet vien faire des travaux pratiques et arrête de réver que t’es élu, c’est déjà magouillé.
Fait autre chose rend toi utile, sans blabla occupe avec nous viens bouffer du paté à 10h00 avec les copains qu’on appelle CAMARADES fièrement !

Un militant syndicaliste presque anomyme


Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 19h14 - Posté par

Christian Piquet reste prisonnier d’une conception politicienne de la politique. Non ce n’est pas le Front de gauche qui offrira une perspective politique, car ce front s’inscrit dans les institutions capitalistes par une démarche d’alliance entre partis pour préparer des présidentielles.

Or les élections présidentielles par leur nature sont contraires à la démocratie (plébiscite d’un homme ou d’une femme ayant trop de pouvoir en faveur de la seule mission de préserver le capitalisme).

Le peuple dans sa grande masse et la classe ouvrière en particulier n’adhèrent pas à cette démarche soutenue par le Front de gauche car ils ont fait l’expérience des combinaisons politiciennes de la gauche de ces dernières décennies pour en tirer l’enseignement que cela n’a rien changé à leur condition.

La dépolitisation actuelle n’est qu’apparente , elle manifeste une méfiance à l’égard de tous les partis politiques mais elle est grosse d’ une contestation réelle de l’ordre capitaliste.

La perspective politique réside au contraire dans la prise en main par le mouvement populaire du combat politique de classe par des formes autogestionnaires exigeant de chasser les capitalistes de tous les centres de décisions à l’entreprise comme dans l’Etat et donc exigeant une transformation radicale des institutions actuelles qui ne sont que des protections du système permettant d’écarter les citoyens des décisions stratégiques.


Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 19h33 - Posté par

Tout à fait d’accord !


Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 21h38 - Posté par

La démocratie c’est le gouvernement par le peuple. Quand le peuple est trop nombreux pour exercer directement le pouvoir, ça suppose la délégation de pouvoir, mais aussi le contrôle permanent du bon exercice du mandat délégué, et le retrait de la délégation à ceux qui n’en respectent pas les obligations.

C’est donc tout autre chose que le gouvernement par de gentils candidats qui désirent sincèrement faire le bonheur du peuple.


Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 21h36

Merci aux camarades du front de gauche de nous avoir débarrassé de Picquet.

Non, je déconne...

Enfin... à moitié...

Chico



Trois questions pour un mouvement gagnant par Christian Picquet
25 octobre 2010 - 23h01 - Posté par Cop

très drôle le truc sur la grève générale de notre réformiste bon teint.

passant à droite de tout le monde il nous situe la grève générale comme une rolls bien astiquée au polish qu’on ne sortirai qu’à chaque fois que les calendriers lunaires, vénusiens, martiens et terrestres entrent en conjonction.

Son discours est bien un discours qui ressort de FO, rien que pour pouvoir tacler le NPA

Il trace l’utilisation de la grève générale comme si cela relevait de la décision d’une guerre nucléaire.

pitoyable et et banqueroutier.

le canasson piquet se cabre devant l’obstacle et jette le cavalier à terre.

Avec de tels zozos (bien loin de leur jeunesse) jamais aucun mouvement n’aurait été fait.

Alors évidemment une grève générale, y appeler, ne relève pas de l’incantation, ne relève pas d’un gros mot.

il faut relever combien des personnes de gauche parlent de tas de trucs à faire, en détail, et ont une peur quasiment mystique de l’appel à la grève générale...

"leur cri est : tout sauf la grève générale !"

et il y a du monde dans le chœur de la cathédrale ... ca crie presque plus fort contre cela que pour beaucoup d’autres choses, c’est une rengaine bine ancrée, une espèce d’angoisse existentielle devant cette forme d’action, comme la peur d’un continent inconnu.

D’ailleurs, c’est un des repères entre des réformistes perdus, les bouffons réformistes, voire libéral-nomenclaturistes, et d’un autre côté ceux qui travaillent à gagner concretement contre Sarko, dont de nombreux révolutionnaires.

Ce partage ne joue pas tout, mais il est ô combien révélateur.

"Tout sauf la grève générale !"

Ce cri nous l’avons entendu à de nombreuses reprises, sur tous les tons, dans la bouches de nomenclaturistes, de la part de Mélenchons, des Chereques, des Thibault, de dirigeants du PC et maintenant nous l’entendons de la part des chevaux légers style Piquet.

c’est à nouveau le cri de la gauche verticale et hierarchiste qui en profite alors pour caricaturer cette arme des travailleurs sans parler de son corolaire, l’organisation démocratique et unitaire de la classe populaire.

Piquet est dans un vide stratégique, comme ses collègues des directions du PC et du PdG qui ont un discours gauche montant dans les aigus comme des crécelles (on ne leur reprochera pas) mais ruent et refusent devant les obstacles et le choix de la révolution.

Ils sont méthodiquement partisans de l’endiguement du mouvement social pour que celui-ci fasse de la politique mais ne dispute pas réellement le pouvoir, car le pouvoir, c’est pour eux, les directions des gruppettos PC, PG et GU.

Personne n’a une mystique de la grève générale, mais on a bien compris derrière la sainte alliance de la gauche de l’état bourgeois.

C’est haro sur tout ce qui permet une expression politique du mouvement par lui-même.

Les fourches caudines électorales sont dressées et tressées, et les propositions manquent sur la suite concrète de la bataille.

Le soulèvement en profondeur de la classe populaire vient des attaques de la bourgeoisie mais également de la montée numérique et en proportion du prolétariat moderne.

Pour autant, ce soulèvement n’est pas linéaire et peut très bien subir un recul aux conséquences d’une extreme gravité.

les petits calculs à la con, la sainte alliance des cliques réformistes et nomenclaturistes peut nous amener à la catastrophe.

Aller plus loin, plus haut, n’en déplaise aux Piquets et consorts, passera à un moment par une grève générale, comme modalité tactique d’un mouvement.

C’est un verrou à un moment, et une question tactique dans la bataille entre deux classes. Ce n’est pas forcement un truc intemporel sans conditions et hors phase.

Il est peut-être déjà bien tard sur cette phase de la lutte de classe, tant des forces ont été dilapidées.

Mais il y aura d’autres phases

Mais, plus loin, la création d’outils organisationnels unitaires de masse, démocratiques, coordonnés, créés dans les feux de la bataille est l’enjeu décisif de l’heure pour l’extension du mouvement et sa radicalisation.

Et celà est toujours un enjeu central permanent des grandes batailles.

C’est le bémol que je mettrai à la question de la grève générale. Elle n’a de sens que derrière une auto-organisation massive, coordonnée, démocratique de la classe populaire.

Si une critique peut être faite à Besancenot c’est l’insuffisance du travail sur cette question centrale. Mais cette insuffisance relève d’une appréciation tactique à discuter.

Par contre, les directions PG et maintenant l’hyper-gruppetto de la GU, contingentent et fuient méthodiquement toutes luttes amenant à une épreuve de force. Avec eux jamais de Mai 68.

Il s’agit lors de référendums sur la retraite ou autres balivernes qui ressortent actuellement de contre-feux aux questions posées et aux débats sur ce qu’il nous manque pour gagner.

Personne n’est contre parler de référendum, comme argument dans la bataille face au gouvernement violent du capital, mais en faire un objectif ne ressort pas d’une bataille utile actuelle

Personne n’est non plus pour faire assaut d’une radicalité +++ de façade. La seule radicalité qui importe est celle qui renforce les organisations de masse de la classe populaires comme organisations candidates à disputer le pouvoir réel à la bourgeoisie.

Celles-ci ne se constitueront pas en comités grouppies d’écuries électorales, mais dans les batailles du réel.






France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite