Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Cesare Battisti : entrevue virtuelle a Fred Vargas
de : le vieux nice
mardi 16 novembre 2004 - 11h33 - Signaler aux modérateurs

de Le Vieux Nice

LVN : Fred Vargas, comment interprétez-vous cette "affaire Battisti" ?

L’"affaire Battisti" s’étend sur deux plans : c’est d’abord un drame individuel, le cauchemar d’un homme, une vie en grand danger. Cette vie, il nous faut absolument la sauver. Puis, au-delà du destin terrible que vit Cesare, son histoire a pénétré l’Histoire en devenant emblématique des sinistres dysfonctionnement de notre pays. Sur ce terrain aussi, nous sommes obligés à la défense.

LVN : Vous avez écrit un livre à ce sujet, pourquoi ?

Il y a en effet mille causes dont on devrait s’occuper avec autant d’intensité. Pourquoi celle-ci ? Sûrement parce qu’aucun historien ou archéologue ne supporte de voir la vérité être sciemment déformée et détruite. Et justement, ce trait caractérise spécifiquement l’affaire Battisti, et il y en a peu comme cela dans l’Histoire.

En effet, si l’on examine -entre autres exemples- la cause des Sans papiers, c’est un sujet dramatique, pour lequel il faut se battre aussi. Mais concernant les Sans papiers, la vérité est connue : on sait de quoi il s’agit. Il n’y a pas de propagande, de mensonge d’Etat. C’est un drame ouvert.

Avec l’affaire Battisti, on entre dans les coulisses les plus sombres de ce que peut nous secréter un Etat malsain : un négoce dissimulé, un amalgame prémédité, un matraquage de l’opinion publique, des mensonges, de la manipulation, des faux et usage de faux de la part de l’Etat, le droit français broyé, l’indépendance de la justice massacrée.

Tout cela derrière le rideau de fumée d’un bourrage de crâne médiatique. Cette pollution de la vérité sur l’homme, de la vérité sur les enjeux de ce négoce inter-Etats oblige l’archéologue à mobiliser ses forces au secours de ces vérités que l’on essaie de nous enlever.

Le livre que j’ai publié a pour but d’informer pour dissiper la propagande qui a été servie aux Français pour permettre à Perben et Chirac de faire leurs cadeaux en chair et en os à Castelli - Berlusconi. L’Histoire nous permet de rester optimiste : car aucune propagande, si puissante soit-elle, n’a jamais vaincu l’Histoire, jamais. Ses vérités finissent toujours par remonter à la surface. Mais l’Histoire est lente, elle a donc besoin d’aide. C’est à nous de la soutenir en dénonçant cette propagande, ses contenus comme ses mécanismes et ses enjeux.

LVN : Vous avez parlé d’un "échange" avec le gouvernement transalpin, vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Malheureusement non, car aucun de nous n’a accès aux coulisses de l’Etat. Que Berlusconi ait trouvé dans le soudain "rappel des ex-activistes" un moyen idéal de créer une éphémère cohésion électorale autour de lui, c’est évident. Berlusconi se fiche de ces gens, se fiche de les "punir". Il n’attend de cette opération que sa réélection.

Pour l’Italie, l’opération "réfugiés" est un négoce à fins électorales. A fins politiques aussi, pour les membres des nombreux partis, actuellement investis, et qui portent de lourdes responsabilités dans la répression au cours des années de plomb.

Telle la "gauche" italienne (le parti DS), qui n’est que l’héritière de l’ancien Parti Communiste italien, qui théorisa et pratiqua à cette époque une très brutale répression judiciaire à l’encontre des insurgés d’extrême gauche. D’où l’adhésion de la "gauche" italienne, aussi. Obtenir l’incarcération des derniers protagonistes de cette guerre civile, c’est s’assurer de leur silence.

Mais que "gagne" la France en échange de ses "cadeaux" ? De l’argent ? Evidemment. Beaucoup. On apprend il y a quelques jours que le gouvernement italien vient de passer à Alsthom sa plus grosse commande depuis 1991... Tiens, curieux. L’Italie achètera également nos Airbus -enjeu majeur par rapport à Boeing- et nous laissera probablement maîtres du TGV Lyon-Turin. N’oublions pas que D. Perben ambitionne la mairie de Lyon. Etc. Ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg. L’Histoire dira les termes complets de cet échange inter-gouvernemental, qui se paye tout bonnement en vies humaines.

Nous n’avons pas fini d’être surpris et écoeurés.

LVN : Quelles peuvent être les conséquences de ce manquement à une parole donnée ?

Au plan international, la fin, tout simplement, de tout crédit accordé à la "parole de la France".

Désormais, les déclarations de notre pays n’ont plus aucune fiabilité, et c’est normal. On ne vend pas ceux que l’on a promis de protéger. On ne piège pas sur place des personnes que l’on a encouragées à venir. La France se couvre de honte, c’est évident, mais aussi d’un manteau de ridicule, de versatilité et de cynisme. Ce que viennent de faire Chirac et Perben est très grave pour la réputation de cette "terre des droits de l’Homme", qui vient ici de déshonorer (ou de perdre ?) son titre, si chèrement acquis au long des siècles.

Au plan individuel, une centaine de familles massacrées, des personnes perdues, comme Cesare, des enfants de la promesse traumatisés, séparés de leurs parents. La France se conduit comme la plus cruelle des marâtres. Elle tue (parce, envoyer des gens en prison à vie, c’est tuer) des gens qu’elle avait appelés à elle, des gens qui, après vingt ou trente ans, rêvent en français, elle brise les enfants nés sur son sol.

LVN : Ne pensez-vous pas que le gouvernement français ne s’attendait pas à de telles réactions concernant l’affaire Battisti ?

Je suis convaincue que le gouvernement français n’a organisé ce marchandage que parce qu’il était persuadé qu’il devait passer inaperçu. Quelques "Ritals" de plus ou de moins en France, cela n’allait pas émouvoir les Français, n’est-ce-pas ?

C’était mal calculer, c’était tabler sur l’égoïsme et l’indifférence des gens, et ce mépris des réactions de la population est toujours une fatale erreur. Néanmoins, le gouvernement avait pris une précaution avant de se lancer dans ce négoce de vies : préparer un amalgame entre les ex-réfugiés et les terroristes actuels, puisque la rencontre Perben / Castelli, concernant la "livraison" des asilés en France, fut fixée au 11 septembre 2002.

Amalgame historiquement grotesque. Pas un point commun entre les violences de tous bords de la guerre civile italienne et les actes que l’on connaît aujourd’hui. Le gouvernement prouve ainsi son mépris des Français -et des Italiens- en les prenant pour des imbéciles. Fatale erreur, là aussi. Le gouvernement n’avait pas prévu qu’en touchant à Cesare Battisti, il ferait vibrer aussitôt la toile d’araignée de son milieu professionnel, le roman policier. Ou, s’il l’a supposé, il l’a méprisé aussi : car une centaine de personnes, qu’est-ce que c’est ? Rien. Erreur, là encore. Il suffit d’une étincelle pour mettre feu à la maison entière. C’est ce qui s’est passé. Face aux flammes qui gagnaient, les gouvernements italien et français ont alors contre-attaqué par une propagande aussi démente que féroce, mensongère et stupide, cherchant délibérément à faire de Cesare un monstre.

Une faute très grave, là encore, et immorale, car il se trouve que, justement, Cesare n’a pas tué. Et, contrairement à ce qu’espère le gouvernement, les gens ne sont jamais des imbéciles, en aucune façon. Simplement -et c’est normal-, ils ignorent tout des années de plomb. Mais l’information circule de plus en plus, sur cette période et sur Cesare, et elle pénètre. La propagande, comme toujours, ne durera donc qu’un temps.

Aujourd’hui, après sept mois d’information sur les vérités de cette histoire, l’opinion publique commence à vaciller. Bientôt, c’est vers les exactions du pouvoir qu’elle va tourner les yeux, et non plus vers Cesare, qu’elle protègera d’un Etat abusif qui, en broyant la justice, nous menace tous. Ainsi les négociants des réfugiés tomberont-ils dans la fosse qu’ils avaient froidement préparée pour Battisti. Ne jamais prendre un peuple pour une masse imbécile, jamais. C’est un enseignement de l’Histoire.

LVN : Avez-vous eu des nouvelles de Cesare Battisti depuis sa disparition ?

Non. Ce que je peux dire, c’est que, comme il l’a déclaré encore en juillet, il n’a pas "fui la justice". Il a échappé à l’étau de la non-justice, il s’est soustrait à la zone de non-droit instaurée par D. Perben.

Il est donc en situation de totale légitime défense, il sauve sa vie comme n’importe lequel d’entre nous le ferait. Il attend qu’une justice vraie lui soit rendue, et non pas le simulacre de justice orchestré par Perben, qui a fait plier la Cour d’Appel de Paris, avec des magistrats qui n’ont pas appliqué la loi française. La "disparition" de Cesare n’est qu’une étape, un combat. Pas une fuite.

LVN : Qu’espérez-vous de la suite des évènements ?

Le retour de Cesare, libre dans ce pays qu’il a choisi pour sien.

Pour cela, il faut que deux forces agissent simultanément : d’une part une information grandissante qui permettra à l’opinion publique de se laver de la propagande pour accéder à la vérité.

D’autre part une réaction juridique qui permettra à la France de revenir sur les rails normaux de sa légalité et de l’application de son droit, toutes choses dont Cesare a été privé. Cela se produira. Je n’espère pas ce retour, j’y compte. Il est inscrit dans le sens de l’Histoire et de la justice. Et donc, il aura lieu.

LVN : Et pour parler un peu de vous, quel est votre dernier récit publié ?

Sous les Vents de Neptune, en avril 2004.

LVN : Et vos futurs projets ?

Il est des moments de la vie où l’Histoire vous capte sur un chemin et vous détourne de la route ordinaire. C’est ainsi, on n’y peut rien.

Ce chemin à parcourir pour la liberté de Battisti, je le ferai jusqu’au bout, aussi long soit-il, et difficile. Et cette course ne me laisse pas le temps de penser à un roman, ni le désir. Quand une vie est en jeu, on n’a pas trop envie de se dire : "Et si on se racontait une petite histoire rigolote ?".

Bref, le prochain roman suivra donc la fin de l’exil de Battisti.

LVN : Et enfin, Fred Vargas en une couleur, une devise et un animal ?

Je ne sais pas, vraiment, et je n’aime pas parler de moi.

En ces moments, je veux dire au cours de ce combat disproportionné -mais non désespéré- que nous menons, la phrase qui me revient le plus en tête vient du Seigneur des Anneaux de Tolkien, lorsque les deux tout petits Hobbits veulent se jeter à l’assaut du ténébreux pouvoir de l’Isengard. Un vieil arbre, interloqué, - mais sage entre les sages ! - leur répond simplement ceci : "Mais vous êtes si petits que vous avez peut-être raison".

Ce n’est pas une devise, mais un encouragement pour nous tous.

http://www.levieuxnice.com/main.php...



Imprimer cet article





les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite