Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

VIOLENTE REPRESSION POLICIERE CE MARDI 09 NOVEMBRE 2010 AU MATIN A GRENOBLE
de : JCR
mardi 9 novembre 2010 - 23h37 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Ce mardi 9 novembre, à la suite du blocage de plusieurs lycées grenoblois à l’appel de l’Inter-lycées, une manifestation a réuni des étudiants et des lycéens cours Jean-Jaurès. Le cortège d’environ 200 personnes, s’est dirigé vers la Porte de France. Nous avons organisé un barrage filtrant pour discuter avec les automobilistes dans le calme et sans provocations. Depuis le début cette action était sous forte surveillance policière.

La pression est montée d’un cran lorsqu’un automobiliste énervé a écrasé le pied d’un lycéen. A cet instant, un passant d’une quarantaine d’année et extérieur au cortège a eu une réaction violente contre l’automobiliste. Nous nous demandons si les intentions réelles de cette personne n’étaient pas de permettre la répression par les forces de police. En effet, immédiatement les forces de l’ordre ont tenté d’interpeller violement des jeunes manifestants, avec tout leur arsenal répressif (matraquage, tir de flash-ball et lacrymogènes).

Nous avons alors tenté de fuir par le pont vers la place Hubert Dubedout et nous sommes retrouvés pris en étau sur le pont.

Pour tenter d’échapper au matraquage, pris de panique et acculé contre la barrière, un jeune manifestant est tombé depuis le pont sur la voie sur berge. D’après les secouristes, cette chute de plus de 6 mètres a provoqué de graves fractures au bassin et aux jambes. Pour masquer l’accident à la vue des passants et des média très présents, la police a alors procédé au déplacement du blessé sous le pont, dans le déni de toutes les règles élémentaires de sécurité. Pendant ce temps, les arrestations et le matraquage continuaient sur le pont. Le cortège a ainsi été maintenu parqué sans possibilité d’évacuer les lieux.

A l’heure où nous écrivons ce communiqué, nous ne connaissons pas l’état de santé de nos camarades blessés, arrêtés et victimes de répressions policières. Nous condamnons l’escalade de la violence policière, en particulier contre les jeunes, pour casser un mouvement social contre une réforme injuste.

Nous nous rassemblerons mercredi 10 novembre à 12h30 devant l’Hôpital Michallon en solidarité avec notre camarade blessé.

Signé : les étudiants et lycéens mobilisés ; Inter-lycées de l’Isère, UNL, UNEF, CNT-SR, FSE, JC-UEC, MJS



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
VIOLENTE REPRESSION POLICIERE CE MARDI 09 NOVEMBRE 2010 AU MATIN A GRENOBLE
9 novembre 2010 - 23h56

BRAVO pour votre courage

e34



VIOLENTE REPRESSION POLICIERE CE MARDI 09 NOVEMBRE 2010 AU MATIN A GRENOBLE
10 novembre 2010 - 11h21

Ce récit est terrible, et semble démontrer une intensification de la répression des luttes sociales. Jusqu’où cela ira-t-il ?... En tout cas, au vu du récit des évènements,on peut se poser deux questions : 1 ) Pourquoi les forces de l’ordre n’ont-elles pas tenter d’interpeller le conducteur qui écrasait le pied d’un manifestant, plutôt que la personne qui est intervenue pour aider ce manifestant ?... et 2) Pourquoi les forces de l’ordre ont-elles déplacés le jeune homme gravement blessé au risque d’aggraver ses problèmes ?



VIOLENTE REPRESSION POLICIERE CE MARDI 09 NOVEMBRE 2010 AU MATIN A GRENOBLE
10 novembre 2010 - 15h24 - Posté par jaja

simplement le pouvoir voudrait que tout soit terminé ; alors maintenant encore plus qu’avant ( je vous rappelle la lettre envoyé aux parents, les violences policières immédiates dès que les lycéens se sont mis en branle , ......) pas de quartier, il leur faut taper fort :

un autre exemple ( moins dramatique ) à Blois : ( de http://agip44.wordpress.com/2010/11...

Récit édifiant d’un enseignant du lycée Dessaignes, Blois (37)

Bonjour,

Ce mardi 09/11 au matin, des lycéens de Dessaignes maintienent fermées les 2 entrées principales de l’établissement : chaises, chaines…et présence humaine. Ils protestent contre le projet de loi liquidant le système des retraites par solidairité et dévellopant le chômage qu’ils auront à subir dans quelques années. Après négociation avec la Proviseur, ils acceptent, vers 7h15, de laisser entrer le personnel. La proviseure les trompe et en profite alors pour ouvrir grand le portail et ne pas le laisser se refermer : les élèvent ne tiennent plus qu’une seule entrée : tous ceux qui veulent entrer ou sortir le peuvent librement.

Mais certains ne supportent pas ce filtrage symbolique…les 3 proviseurs font pression, menacent, dissuadent, discréditent (vous ne voulez pas aller en cours, c’est tout ! Votre mouvement est ridicule…) imposent leur physique (par exemple, l’un d’eux administre des coups de pied à un des élèves dont il doit assurer l’éducation !) pour tenter d’obtenir la levée du filtrage ou de couper les chaines avec un coupe-boulon. Les jeunes sont déterminés et assez nombreux pour déjouer ces pièges.

La proviseure fait alors appel à la police. Les policiers arrivent (une dizaine) et tentent pacifiquement de couper les chaines ; rien n’y fait ! Les jeunes sont déterminés, font barrage pacifiquement et expliquent qu’une seule entrée est génée, que chacun peut aller et venir librement au sein de l’établissement (ce qui est rigoureusement vrai).

D’ordinaire, les choses en seraient rester là. Mais madame la proviseure n’a pas fait venir la police pour impressionner ou négocier, non : pour lever le filtrage, coute que coute. La police va devoir charger les élèves de son établissement… et alors ? Elle demande la lévée du filtrage à la police !!! chargée de mission d’éducation, elle choisit la violence contre ses élèves.

Sans aucun ménagement, la police charge et attaque les jeunes : élèves jetés à terre, insultes nombreuses, bousculades et empoignades musclées… les élèves ripostent par des cris, s’agrippent à la grille du lycée, au lycéen vois in : pas un geste de violence de leur part ! les chaines sont coupées et la police interdit ensuite l’accès à la grille pour qu’elle ne puisse plus être fermée.

Cette scène, jamais vue auparavant devant ce lycée blésois, dure quelques minutes (7/8 environ) sous les regards des proviseurs de l’établissement qui ne vont pas intervenir pour protéger la sécurité de leurs élèves… l’un d’eux affichera même un grand sourire à l’issue de cette séance qui a laissé les jeunes stupéfaits ! « police partout, justice nulpart » finira par retentir. Belle leçon de civisme donnée par la chef d’établissement et la police ! Et quelle crédibilité reste-t-il à l’équipe de direction au sein du lyc&eac ute ;e ?

Les élèves avaient demandé à quelquesuns de leur enseignants et parents de bien vouloir être présents ce matin pour les aider à assurer leur sécurité. Responsables, ces lycéens savaient qu’ils courraient certains risques et avaient pris des mesures de sécurité. Mais ce qu’ils craignaient et qui expliquait la présence de quelques adultes était d’une autre nature : individus extérieurs au lycée et pertubateurs, excès de quelques élèves, frottement entre élèves. Et bien non ! Le danger venait de l’intérieur et de ceux dont la mission est de les protéger et de les éduquer.

Face à la violence policière, je me suis interposé pour tenter de protéger les élèves de mon lyc ée, d’autant que cela se déroulait dans le périmètre de responsabilité de l’établissement. J’ai en fait eu droit aux insultes, aux empoignades musclées, à un léger coup de coupe boulon sur les doigts et à une tentative de me mettre au sol par un balayage des chevilles ! Pesonne n’étant bléssé, les policiers ont conclu qu’ils n’avaient pas été violents.

Comment la direction de l’établissement va-t-elle faire face aux questions de violence de même nature entre élèves à l’intérieur du lycée ? Pas de blessure : violence admise voire sucitée ? Insultes banalisées ?

Blois, le 09/011 à 11h00

Didier BLAISE, en seignant au lycée Dessaignes.

délégué départemental de l’union syndicale « SOLIDAIRES 41 »


Grave accident à la manifestation grenobloise
13 novembre 2010 - 11h27 - Posté par williamoff

Qu’en est-il de son état de santé aujourd’hui ?



Grave accident à la manifestation grenobloise
13 novembre 2010 - 14h09 - Posté par

Le jeune n’est pas en danger de mort, et n’a pas de séquelle. En lui souhaitant un bon rétablissement. Un amis. (lu sur indymedai grenoble et d’autres sites, il a 45 jours d’hospitalisation prévue, source CNT locale)


Grave accident à la manifestation grenobloise
13 novembre 2010 - 20h10 - Posté par abeille

j ai ete agressee lors d un blocus sur une rocade d ales(gard) par les fils d un patron voyou devant les yeux des policiers sans qu ils levent le petit doigt ;ce sont mes camarades qui m ont porte secours.BILAN:divers traumatismes ?2 jours d itt.ensuite plainte au commissariat ou la premiere chose qui a ete faite c est de me^prendre en photo(en pied et visage) tout cela sous un faux pretexte.ce mardi je suis convoquee aussi au commissariat pour avoir filme l agression de mon camarade par les policiers de la bac.la repression policiere s accentue chaque jour envers ceux qui se revoltent contre l ignominie de ce pouvoir.



Grave accident à la manifestation grenobloise
13 novembre 2010 - 20h43 - Posté par

Chère "abeille",on sera nombreux à t’accompagner comme prévu,au commissariat à 9h30.

RDV à la bourse.

Bise LE REBOURSIER


Grave accident à la manifestation grenobloise
14 novembre 2010 - 13h40 - Posté par abeille

merci beaucoup camarade "reboursier".ca fait chaud au coeur.J irai le poing leve,la tete haute avec mes valeurs,mes convictions,mes reves,et avec dans le ventre la force que m impulse la pensee de mes anciens pour pouvoir perpetuer plus que jamais tout ce qu il ont gagne,acquis de part leurs luttes et surtout pour ne jamais trahir leurs ideaux.hasta siempre !





Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
9 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'athéisme est une négation de Dieu et par cette négation, il pose l'existence de l'homme. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite