Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

ALERTE : Le froid n’en est pas moins un tueur même dans le Sud !
de : SVPat
samedi 27 novembre 2010 - 23h31 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Une SDF probablement morte de froid à Marseille

MARSEILLE (Reuters) - Le froid est probablement à l’origine de la mort d’une femme sans domicile fixe dont le corps a été retrouvé ce samedi à Marseille, a-t-on appris de source policière. Le corps sans vie de la femme âgée d’une quarantaine d’années a été découvert dans le hall d’un immeuble du centre de la cité phocéenne. De même source, on précisait que la victime présentait un "état de santé dégradé" et avait probablement succombé au froid qui sévit actuellement dans le sud de la France.

(D’après La Provence)

Petit rappel avec ces grands froids ! :

Si vous voyer des SDF dans la rue, appelez le 115 s’il vous plait car lorsque les standardistes du 115 reçoivent un appel, ils informent toutes les patrouilles de la Croix rouge et c’est ainsi plus facile pour eux de les localiser.

Si vous connaissez aussi. un point ou les SDF se réfugient pour dormir ou un endroit ou ils ont l’habitude d’être.

Le 115 est gratuit, vous pouvez utiliser les cabines téléphoniques par exemple.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 00h02 - Posté par Garibaldi

Quand verrat’on leurs visages sur une grande affiche ou dans les JT pour rappeler la mort de ses otages de l’état de notre France.



ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 08h59

ALEERTE

no comment...



ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 09h22 - Posté par

l(hiver cette saison bénie par friqués qui vont faire le con sur des ckis pendant que les autres se gèlent aux bouleau et que d’autres meurent de froid en FRANCE AU 21 SIECLE ! comme ils mourraient à l’époque de Victor Hugo , ou sous l’occupation ; mais que faudra t’il pour réveiller le consciences , jusqu’a quand banaliser la mort ; les meurtres d’un système cynique , moi qui suis paysan j’ai hontede ces sans abris , sans nourriture , de tous ces "sans", mais jusqu’a QUAND ?

JC DEPOIL


ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 09h59 - Posté par Alain Chancogne

Rectificatif , avec votre permission :

Le FROID ne tue pas plus à MARSEILLE des SDF qu’en Scandinavie.

...........si on vit au chaud..dans un bureau le jour dans un appartement chauffé la nuit !

c’est le Capitalisme et la misère qu’il génère qui TUE.

C’est lui qu’il faut TUER.

Je m’autorise ce commentaire parce que nous utilisons trop les mots de ceux qui sont cause des MAUX

On entend aussi :
"Les coûts de la Santé" : NOn la santé n’est pas un côut pour une Société ; le manque de soins a un côut certain. !

il en "coûte ! on meurt plus jeune et plus usé si on est prolo .que si on est PDG

C’est comme les patrons te parlant avec des trémolos dans la voix du Maître des"charges salariales"..qui les saignent, les pauvrets..

Le salariat est une charge mais au sens qu’il aliène l’ouvrier..Comme quand le colonel hurle :"Chargez !Sus à l’adversaire"

Mais dans la société capitaliste, que les patrons ne viennent pas nous faire chier avec cette répétition de pleurnicheries, selon lesquelles nous serions à sa charge. !!!

C’est lui et sa loi du profit qui est une charge terrible sur nos dos. !

Déchargeons !

Cordialement

AC


ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 11h21 - Posté par Ciapa Rusa

Et on serre poings et dents quand on se souvient que, devant des millions de Français, un salopard d’enfoiré a osé affirmer " qu’il ne laisserait personne au bord de la route " ... !!!...



ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
28 novembre 2010 - 15h12

Faudrait mettre le froid en prison, et la mort aussi, d’ailleurs. Le titre de ce post est total délire : c’est pas le froid qui tue les gens, ce sont les conditions sociales. Il faudrait donc dire : Les conditions sociales n’en sont pas moins tueuses etc. Mais comme ce sont les gens qui font LEURS conditions sociales, le plus juste serait de dire : Les gens n’en sont pas moins tueurs etc. Ça dévierait moins le problème que d’accuser les choses qui ne sont que ce qu’on en fait.



ALEERTE:Le froid n’ en est pas moins un tueur même dans le Sud !
29 novembre 2010 - 00h59 - Posté par Michel CONNANGLE

Le froid a toujours existé et effectivement, il peut tuer.

Les soldats de Napoléon en ont fait les frais pendant « la campagne » de Russie.

Depuis tous les temps, ce sont les pauvres qui meurent de froid, pas las riches.

Ce qui choque aujourd’hui c’est que … J’allais dire face à ce progrès, non !
Face aux profits réalisés et aux milliards que possèdent les tueurs du capital et du CAC 40 (ce sont les mêmes) des hommes meurent encore de faim et de froid.

C’est dommage que cet article soit diffusé sur ce site où beaucoup de gens sont d’accord pour que la misère disparaisse.

C’est en direction, des ministères, élus et de notre cher « Je ne laisserais personne sur le bord de la route » en fait en direction de ceux qui tuent qu’il faut mener une action ou manifester sa colère.

Quant aux insinuations sur la joie qui m’apparaît pour le coup comme de la non assistance à personne en danger et j’espère que je me trompe, je ne crois pas que sur ce site il y ait beaucoup d’entre nous qui la pratique.

Sans vouloir me justifier, mais surtout parce que j’aime bien que l’on me situe.

J’ai donné au travers du bénévolat au Secours Populaire.

J’ai hébergé des gens le temps qu’ils trouvent un emploi, je ne peux pas soulager toute la misère créée par un gouvernement au service du fric, par contre je suis en combat permanent contre les racines du mal. : Le capital.

Par rapport au 115 :

Le 115 est au sans logis ce que pole emploi est pour les chômeurs et- j’ai aussi été précarisé par le chômage. Le 115 est un palliatif au système qui précarise et tue.

Le 115 fait avec les moyens très limités qu’on lui accorde comme pour s’excuser du mal occasionné.

Le 115 se voit effectivement attribuer des moyens restreints par le gouvernement qui par ailleurs n’hésite pas à octroyer des budgets surdimensionnés à l’armement et notamment à l’armement nucléaire et ses dérivés.
Est-ce normal que plusieurs milliard d’€uros soient alloué à l’armement (au fait ça sert à quoi des armes ?) pendant que des budgets étriqués sont accordés à »sauver » les gens qui par le fait de la politique menée par un gouvernement assassin meurent de faim et de froid ?

Est-ce normal que ce soient toujours les plus démunis qui donnent le plus, qui se soucient le plus, c’est-à-dire les moins responsables de cette misère ?

Alors oui le froid tue les miséreux, comme le travail tue des salariés, comme la guerre tue des innocents. Et que peut faire le 115 pour les salariés et les innocents ?

Le 115 j’ai effectivement eu l’occasion de l’appeler à maintes reprises car je ne suis pas insensible moi non plus à cette misère que je côtoie régulièrement ; Et vous savez quoi ? et bien ce n’est pas si facile que ça à obtenir, eux aussi ils sont comme à pole emploi, en sous effectifs, parce que le chômage, la précarité et la misère ça ne rapporte rien.

De mon humble avis, la solution n’est pas dans les palliatifs à la misère, mais plutôt dans sa disparition totale, parce que malgré le réchauffement de la planète, le froid ne disparaitra pas.

Alors battons nous et faisons en sorte que la misère elle, disparaisse et qu’un jour le peuple soit réconcilié avec le froid, la faim et la vie.

C’est effectivement au peuple de reprendre les rennes.

MCOCO Le Rebelle Médocain

Quelques élucubrations ou hymnes à la joie qui font froid dans le dos …

INDIGNATION ET CONVICTIONS

J’ai envie de publier et de traduire mes émotions, de crier mon indignation et au-delà ma détermination et mes convictions pour un monde plus juste, plus simple et plus fraternel.

Exploité de tous pays

Je sais la souffrance que tu as de ne pas être auprès des tiens.
Je sais aussi pourquoi tu n’y es plus.
Je sais la douleur que tu ressens lorsque tu rentres de ta journée d’intérimaire ou de CDD à monter les tuiles à l’épaule, à construire les routes et les maisons, à ramasser les ordures, à passer la serpillière, à subir les cadences de l’usine ou du bureau, à éduquer des jeunes qui connaissent déjà la faim et la misère, à jongler avec ta pension de retraite pour boucler ton trimestre.

Je sais ce que sont ces longues files d’attentes du pôle emploi, de chercher de l’aide, de chercher à se nourrir ou nourrir et éduquer ses enfants, de chercher à se loger, à exister.

Je sais ce que c’est d’être sans emploi fixe ou sans travail, d’être « à charge » et ça n’arrive pas qu’aux autres.

Je sais ce que c’est que de compter et recompter toutes ses petites pièces de monnaie pour acheter son pain.
Je sais ce que c’est de compter tous les jours l’argent des riches, d’ajuster les comptes du capital, et de ne plus avoir un centime sur son compte le 15 ou le 20 du mois.

Je sais ce que c’est d’être convoqué régulièrement chez son banquier à qui l’on a plus rien à dire.
Je sais ce que c’est de ne recevoir comme courrier que des lettres de rappels, des lettres d’huissiers et de sursauter ou d’angoisser chaque fois que l’on frappe à ta porte.

Je sais ce que veulent dire au delà de la signification des mots : Crédit à la « consommation » , découvert et interdit bancaire.
Je sais ce que c’est de ne pas avoir d’eau, d’électricité, de chauffage.
Je sais ce que c’est que d’être licencié ou exproprié.

Je ne voudrais pas qu’existe ce que ressent ce vieil homme à la main tendu vers la faim, posé chaque jour devant la poste ou la banque et qui semble être plus vieux que le temps, tant la lassitude, la fatalité et un je ne sais quoi de vouloir en finir peuvent se lire dans l’expression de se yeux.
Je n’aurais jamais voulu savoir ce que ressent ce jeune au regard sombre, miné par le désespoir et à l’attitude farouche, qui pourrait être mon fils, ce jeune pourtant diplômé qui a envoyé des milliers de CV sans réponse.
Je ne voudrais pas connaître ce que traduit cette attitude agressive mais inquiète de celui que l’on contrôle plusieurs fois par jour dans les couloirs d’un métro qui transpire la peur, la lassitude et la fatigue de ceux qui l’empruntent, sans se poser d’autres questions que de savoir de quoi demain sera fait pour eux.

Je ne peux pas croire que cet humain aux ressources modestes va rester handicapé ou va nous quitter, parce que l’argent qui aurait du servir à la recherche est allé à la guerre et à la mort ou parce que le traitement qui existe est trop cher pour lui.

Je n’aurais jamais voulu subir après quarante ans d’exploitation et de luttes ce licenciement injustifié, et par la suite les refus de demandes d’emplois des patrons pour qui, à 57 ans j’étais trop vieux pour travailler, les non réponses à des CV qui se ressemblent tous.

Nous vivons, vous vivez ce cauchemar de la France profonde et nous ne rêvons parfois que d’une vie simple, d’une équité que l’on nous refuse pour cause de paradis fiscaux, de courses aux fortunes colossales, d’indécence à la morale.

Vous êtes, nous sommes ces abstentionnistes que l’on n’écoute plus, tant la lutte des places prend des dimensions d’absurde et d’individualisme cultivé, pour mieux régner.
Cette culture de la division partout et à tous les niveaux qui leur permet d’asseoir leur petite ou grande notoriété au détriment de NOS VIES.

Tu es ce travailleur aux objectifs sans limite, ce sans emploi, ce précaire. Celui à qui l’on a fait croire qu’en travaillant plus il vivrait « mieux ».

Celui à qui l’on va demander de travailler jusqu’à la mort pour que les bourgeois se reposent plus, pour que le capital continue de faire compter sa fortune par les autres, tant comme ses objectifs de puissance, elle n’a pas de limite.

Un jour ils t’enverront à la guerre pour conquérir de nouveaux vergers. Si tu t’en sors tu pourras les cultiver, en cueillir les fruits et les regarder manger.

C’est quoi moraliser le capital, c’est en cours ou c’est Betancourt, Sarko et leurs semblables ?

Je sais qu’isolé tu as peur de l’enfer, mais tu y es déjà et tu n’es pas tout seul, nous sommes des milliers, nous sommes des millions à vouloir en sortir.
Je suis ce convaincu qui vient te voir et te parler de choses qui te semblent inaccessibles.
Je suis ton ami, celui qui croit qu’ensemble on pourrait faire autrement.
Je suis celui qui pense que c’est unis, nombreux et déterminés que nous résisterons, que nous réussirons et que ce n’est que dans la division et l’individualisme que le cauchemar s’amplifiera.

De l’argent et des ressources, il y en plus qu’il n’en faut pour satisfaire tout le monde de choses simples, de la faim, de la soif, d’un toit, de culture, de la vie.

Chassons ce capital, « ses satellites » et ses valets qui nous veulent que mal et mort, partageons et protégeons les fruits de notre jardin : la terre, développons nos cultures, mettons nos connaissances en commun, utilisons notre force, nos savoirs, nos progrès collectifs pour améliorer notre ordinaire, pour fuir cette précarité …..Interdisons la misère, construisons, inventons, organisons notre vie et bannissons en les goinfres du pouvoir et de la finance !!!! Vivons

MCOCO Le Rebelle Médocain Michel CONNANGLE

VIE , REALITE , SYSTEME DEPASSE

J’avais une maison, une voiture, un crédit
J’avais une femme des enfants, une vie de famille
Une vie que je croyais normale.
Quand je parlais des autres, je disais
Les riches, les pauvres, les défavorisés,
Les privés d’emplois, les précaires
Les sans domicile fixe, les clochards

Je savais pourtant qu’il fallait se battre
Pour conserver voir améliorer tout ça,
Mais pris dans le tourbillon, de la vie
Je n’ai pas pris le temps
Je n’imaginais pas qu’un jour
Ma situation pouvait changer
Et puis j’ai perdu mon travail

Ma femme s’est lassée de ma déprime
De mon manque de confiance en moi
Ma vie a changé et tout a basculé
Je suis entré dans le monde des déshérités
Comme je ne supportais plus personne
J’ai refusé d’aller en foyer d’accueil
J’ai dormi dans ma voiture

On a vendu la maison
On a remboursé les crédits
Puis j’ai vendu la voiture
Pour survivre un printemps
Et je dors ou je peux
Au début je faisais les fins de marchés
Pour glaner quelques fruits et légumes
Un peu trop murs ou oubliés

Dans les poubelles du quartier
Je récupérais les paquets périmés
J’ai fini par oser franchir la porte
Du secours populaire, des restos du cœur
J’ai quelques vêtement donnés par des
Gens de cœur, j’ai un manteau,
Des chaussures, des vêtements chauds,

Tout ce qu’il faut
Pour avoir l’air d’être en vie
Dans cette catégorie des démunis.
Expressions et mots qui isolent,
Qui déclassent et qui désespèrent,
Je ne vous aime pas.
La pitié et la charité, je ne l’aime pas,
Je la vie aujourd’hui et pour demain la combat

Licenciés et non diplômés
Pôle emploi et palliatifs
Expression et mots
Installés par un système
Peu de monde vous aime
Maudits soient ces mots humiliants

Il nous faut redonner du sens à
L’humanité, la liberté, l’égalité, la fraternité
Place à un monde ou
Chaque être vivant aura sa place,
Ou le capital ne laissera pas de traces
De blessure ou d’effets dégueulasses
Place à un monde
De liberté d’égalité, de fraternité,
Place à la vie et à l’équité

Un monde ou notre jardin : La terre
Serait enfin débarrassée des rapaces
Pourtant de note espèce
Qui humilie à grand coup
De puissance malsaine.
Terre je t’aime, tu es mon jardin
Homme de progrès tu es mon frère

Rois et Capitalistes du monde entiers
Malfaiteurs de l’Humanité
Je vous haie et on vous chassera,
Parole de défavorisé, je le promets





VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
2 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
5 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite