Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Analyse intéressante du mouvement social !
de : via Michel Mengneau
lundi 29 novembre 2010 - 13h06 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 49.4 ko

Le texte de Sophie Beroud et Yvon Karel sur le conflit de l’automne 2010 devrait conduire les équipes syndicales, les militants à prendre le temps et un peu de recul pour analyser le conflit que nous venons de vivre.

Plus que dans les secteurs « traditionnels », en lutte, c’est au niveau des villes et parfois des départements qu’il faut regarder de près ce conflit. On cite souvent la ville de Marseille comme étant l’épicentre de la grève et de manifestations démesurées ou non quantifiables, on oublie ce qui se passe ailleurs dans des villes petites et grandes. Nous n’allons pas opposer faire de la surenchère entre Toulouse à Marseille, bien sûr, mais Toulouse est la seule ville dans laquelle l’intersyndicale a fait le choix de deux jours de grève et de manifestations hebdomadaires et d’actions de blocages plusieurs fois par semaine.

Dans une contribution au texte de 2009 de Beroud et Karel, nous nous étions interrogés sur l’hypothèse de la fin d’un cycle de lutte dans les secteurs publics et d’un retour sur le devant de la scène du secteur industriel/privé.

*Nous constatons, dans le mouvement que nous venons de vivre, que des secteurs comme La Poste, EDF-GDF, France Télécom étaient très peu dans la grève, notons que ces trois secteurs appartenant aux services publics ont été privatisés ces dernières années. L’échec des luttes contre la privatisation a une conséquence immédiate dans la conscience des salariés. Il brise la notion d’appartenance à une même communauté de travailleurs. Lorsque l’on est commercial dans l’une de ces entreprises, on n’a pas forcément les mêmes intérêts que quand on est technicien, facteur…

*L’Education Nationale, locomotive de la lutte en 2003, était elle aussi peu mobilisée, il en est de même pour l’Université et la Recherche, en lutte en 2009. Deux secteurs qui doivent digérer des défaites, reconstruire des équipes syndicales, re tisser des solidarités.

*Le même constat s’impose pour les transports. La grève à la SNCF tout d’abord n’a pas eu l’ampleur nécessaire pour bloquer durablement le pays. La grève à la RATP n’a pas eu lieu. *Dans les transports urbains, il faudra regarder, plus précisément, ce qui relève de la grève décidée par les traminots et ce qui relève des blocages de salariés extérieurs.

La faiblesse de la grève dans les grands secteurs cités plus haut n’a pas pour autant été compensée par l’entrée en grève des grands « bastions » de l’industrie, Renault, Peugeot, Michelin, Airbus…La grève, remarquable, des raffineries et des ports à laquelle il faut ajouter des débrayages en nombre et la participation massive des salariés du privé de petites et grandes entreprises sont à notre avis les indices d’une évolution qui s’opère et se confirme sous nos yeux.

La question des rythmes de mobilisation

Bien sûr ce qui frappe dans ce mouvement, qui, de fait, ne ressemble à aucun autre, c’est sa durée. Ce temps long, imposé par les rythmes décidés par l’intersyndicale, s’oppose à la grève reconductible. Ce débat est important car des équipes syndicales sont convaincues que 8 jours de grèves en suivant sont plus efficaces que 8 journées d’action étalées.

Il nous semble en premier lieu qu’il faut expliquer, en particulier aux jeunes générations, que jamais, les confédérations n’ont appelé à la grève générale, ni en 1936, ni en mai 68, ni en 1995…cela mériterait peut-être un développement plus important mais ce n’est pas le sujet essentiel. Dire cela, c’est ne laisser aucun doute sur le fait que les confédérations auraient commis une erreur d’appréciation. Dans tous les cas de figure, cités plus haut, c’est la base qui, en généralisant les grèves, a imposé la grève générale. Nous sommes donc systématiquement dans une situation de tactique de débordement, mais les conditions de débordement ne sont pas toujours réunies. C’est cela qu’il faut étudier. Pourquoi, en 2010, alors qu’il y a eu un débat à une échelle de masse sur la grève reconductible, la grève n’a été reconduite que dans peu de secteurs ? L’ampleur de la crise, que nous avons pourtant bien perçue, a supprimé l’envie d’en découdre avec le gouvernement. A cela, il faut ajouter un paradoxe que tous les sondages ont mis en évidence : une majorité opposée au passage à 62 ans et, dans un même temps, une majorité doutant des capacités collectives à imposer au gouvernement et à Sarkozy de retirer leur réforme voire de l’existence d’une réelle alternative à ce report des bornes d’âge. Dans les mêmes proportions, les salariés pensaient, à juste titre, que le PS aurait fait la même chose. C’est là que se situe le nœud du problème. Certes la tactique du G8 syndical n’a pas contribué à donner confiance aux salariés, mais surtout nous n’avons pas su faire émerger des contre-propositions alternatives et convaincre de leur faisabilité Des propositions dont les travailleurs auraient pu s’emparer et les populariser.. Partager les richesses est une orientation juste mais qui reste un slogan à partir du moment où nous ne savons pas l’illustrer concrètement. . Nous n’avons pas retrouvé sur la bataille des retraites l’engouement populaire que nous avons connu dans le combat contre le TCE. C’est probablement la grande faiblesse de ce mouvement.

Notons au passage le décalage entre quelques têtes pensantes habitant Paris et sa région et l’immense majorité des grévistes au sujet du référendum. Lancer l’idée d’un référendum en plein milieu du débat sur la grève reconductible a récolté le résultat que cette idée méritait, c’est à dire pas de considération. Aujourd’hui, parce que nous avons perdu la bataille de la grève, le référendum prend un tout autre sens et peut être un outil très utile pour poursuivre le débat. Pour autant ceux et celles qui ont claironné que le référendum était une arme contre la grève se trompent aussi. Il y avait suffisamment de raisons pour ne pas s’engager dans la grève, mais nous aurions, et de loin, aimé cette bataille alternative entre la grève et le référendum. Cela c’est traduit de façon spectaculaire dans les ag de différents secteurs Poste, télécom, énergie, éducation nationale…par une très faible participation des salariés. La raison est, nous semble-t-il, simple à comprendre, peu convaincus de gagner, les salariés, des syndicalistes, en fuyant les ag ne voulaient pas s’engager dans le débat sur la reconduction ou plus exactement évitaient de l’affronter. Salariés qui, par ailleurs, participaient massivement aux temps forts. C’est une situation radicalement différente de celle que nous avons connu en 1995 avec des ag massives, au moins dans le secteur public, qui poussaient à la reconduction, résolvant par la même occasion la question de l’unité, mise à mal dès le début par la trahison de la CFDT. En 2003 nous avons connu une situation semblable après le départ de la CFDT du mouvement, avec des ag petites, des grèves très minoritaires hormis dans l’Education Nationale.

Pour conclure sur cette question les « directions syndicales » ont, de manière générale, la responsabilité de ne pas avoir voulu un affrontement central avec le pouvoir qui passait par l’exigence du retrait du projet de loi que seuls Solidaires, la FSU, et FO d’une autre manière, ont portée dans l’intersyndicale. Cela ne peut pas, pour autant, occulter la complexité de la situation. Un appel à la grève générale de tous les syndicats, (nous avons du mal à imaginer la CFDT, la CGC, la CFTC, l’ UNSA dans cette posture) nous en sommes convaincus, n’aurait répondu que partiellement au scepticisme ambiant et n’aurait pas résolu le problème de la construction de la grève dans le tissu industriel que sont les petites entreprises et dans les secteurs ayant subi des défaites.

Unité et auto organisation..

L’intersyndicale réunissant les 8 organisations est une donnée durable. Son mode de fonctionnement souple permet aux uns et aux autres de se mettre en retrait sans pour autant quitter l’intersyndicale, cela ne remet pas en cause les pratiques dans les secteurs. Cela va durer, parce que les démonstrations de force faites depuis 2009 et 2010, à travers les manifestations et les grèves, rendraient peu crédible l’activité solitaire des confédérations.

D’une certaine façon les démonstrations de force dans la rue et à travers les blocages ont clos, pour l’essentiel, les débats qui ont eu lieu, en particulier dans la CGT et Solidaires, sur la question de l’intersyndicale. A plusieurs reprises à Toulouse les cortèges de la CGT, à eux seuls, représentaient plus de la moitié de la manifestation. La participation de centaines de militant-e-s de la CGT à côté de ceux et celles de Solidaires, de la FSU, ici et là de la CFDT ou de FO, aux blocages…ces faits à eux seuls montrent ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Aucune organisation, à elle seule, n’est en mesure de bloquer une zone industrielle, mais chacune de celles impliquées dans la démarche du syndicalisme de lutte contribue à donner un sens collectif et une légitimité à l’action. L’autre conséquence de l’intersyndicale est qu’elle réduit à presque rien l’activité autonome de chacune des organisations. Elle valorise la tête de l’intersyndicale, c’est à dire la CGT et la CFDT qui apparaissent en quelque sorte comme les portes paroles de l’intersyndicale, FO jouant le rôle « des opposants » au sein de l’intersyndicale.

Le rappel fait par le texte de Beroud et Karel des coordinations de 86 pour le cheminots et 88 pour les infirmières omet de signaler l’apparition des syndicats SUD d’abord aux PTT puis dans la santé durant cette période là. Les militant-e-s les plus combatif-ve-s qui auraient pu, dans le cadre de ce mouvement, impulser les coordinations, sont soit à SUD, soit à la CGT, soit à la FSU, nous sommes donc dans des rapports syndicaux de structures et non plus dans une démarche collective qui met au second plan l’appartenance syndicale. Les formes d’auto organisation, dans un premier temps, ne pourront pas être autre chose que des coordinations de structures syndicales de base. C’est, d’ailleurs, en grande partie ainsi que le mouvement a fonctionné. Les « ag interprofessionnelles » qui ont vu le jour en 2003 dans la plupart des villes, puis en 2009 et en 2010 restent des outils marginaux, car ils reproduisent un mode de fonctionnement syndical, des délégué-e-s de secteurs, souvent syndicalistes à SUD, FSU ou CGT. Mais surtout et dans la plupart des cas ces délégué-e-s ne sont mandaté-e-s par personne. Certes ces structures permettent une circulation rapide de l’information, mais elles ne permettent pas de concurrencer l’intersyndicale ni de construire un comité de grève.

Les blocages

L’idée de bloquer l’économie survient dès le moment où la grève ne s’étend pas. Mais l’objectif du blocage, en premier lieu devrait être d’étendre la grève, de convaincre les salarié-e-s dont on retarde l’accès à leur lieu de travail de se mettre en grève, pour qu’eux-mêmes bloquent et ainsi de suite. Un noyau de grévistes, même important, ne peut pas à lui seul bloquer l’économie si le noyau ne s’élargit pas concrètement et de façon visible. Ce débat est important car il a fait renaître une discussion dans des équipes syndicales sur le fait que les salarié-e-s qui sont hors de la production pourraient « financer » la grève des salarié-e-s de secteurs vitaux. Ainsi les salarié-e-s d’une administration pourraient, à tour de rôle, lâcher une partie de leur salaire pour financer la grève des salarié-e-s des raffineries ! Que dans les entreprises, l’on examine les moyens les moins coûteux pour participer à la grève, comme dans les cantines de Marseille, est une chose fort habile. Dans toutes les boîtes il y a moyen de désorganiser le travail par des arrêts de travail limités mais bien ciblés. Mais comment imaginer que l’on pouvait gagner sur les retraites en finançant des « grévistes stratégiques » ? C’est oublier aussi que le pouvoir, au moment le plus critique de l’approvisionnement en essence, a trouvé le moyen, certes illégal, de débloquer la situation. Dans l’escalade de l’affrontement avec le pouvoir, il n’y a pas d’autres solutions que le nombre de grévistes et non les billets des autres corporations.

La politisation du mouvement

Tous les observateurs ont noté qu’au-delà des retraites il s’agissait bien d’une révolte contre Sarkozy et le gouvernement. Pour autant, jamais dans les manifestations, les immenses cortèges n’ont crié ensemble, dehors ce gouvernement. La grève reconductible ne s’est pas plus imposée que ne s’est imposée la demande du départ du gouvernement.

Il y a probablement un lien entre ces deux constats. Probablement que bon nombre de grévistes imaginait devoir voter pour Strauss- Khan, farouche partisan de la retraite à 62 ans ! Il y a, bien sûr, ici, un lien indissociable entre la grève générale et l’absence d’une alternative politique à gauche. Les partis à gauche du PS, ont une responsabilité, aussi grande que les confédérations de n’avoir pas fait le travail dans le domaine qui est le leur. Sans aucun doute il y avait un espace important pour faire apparaître un front large, quel que soit le nom qu’on lui donne.

Non pas un front qui renvoie à 2012 et à l’échéance électorale, mais un front porteur d’autres réponses, d’une alternative et donc d’espoirs. Les millions de grévistes et de manifestants n’attendaient pas qu’on leur dise ce qu’ils avaient à faire. Ils attendaient, surtout, de cette gauche qu’elle prenne des initiatives politiques. Grévistes et manifestants ne souhaitaient pas voir chacune des composantes dispersées le long du cortège et l’une dernière l’autre à la fin de la manifestation, mais attendaient, de cette gauche qu’elle combatte la contre-réforme des retraites et qu’elle s’unisse pour chasser Sarkozy.

Gilles Da-Ré, Bernard Dedeban, Jean Claude Fages militants syndicalistes toulousains Solidaires, FSU, CGT



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Analyse intéressante du mouvement social !
29 novembre 2010 - 15h23

Que l’on adhère ou non à son contenu, cet essai d’analyse est effectivement très intéressant.

Je n’ose y apporter ma pierre pour l’instant, parce que je suis à la retraite et que je ne sais pas si je suis représentative de quelque chose, mais je trouverais vraiment dommage que ceux qui sont en mesure de faire grève ne saisissent pas cette perche pour contribuer à une analyse du mouvement et de son échec ; dans la perspective, bien sûr, de ne pas en rester là.



Analyse intéressante du mouvement social !
29 novembre 2010 - 17h04 - Posté par La Louve

Le texte de Sophie Beroud et Yvon Karel sur le conflit de l’automne 2010

Quel texte ? dispo où ? Merci...

LL



Analyse intéressante du mouvement social !
29 novembre 2010 - 18h08 - Posté par pilhaouer



DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO
IN GIRUM - Les Leçons politiques des ronds-points
mardi 3 - 13h34
de : Ernest London
2 commentaires
Pour exploiter l’uranium kazakh, Orano va raser une forêt protégée
mardi 3 - 11h01
de : jean 1
2 commentaires
Propriétaires terriens, industriels, ministre corrompu : qui sont les pyromanes de l’Amazonie brésilienne
lundi 2 - 22h22
de : bastamag
Acte 42 : 31 Aout Hommage des Gilets Jaunes devant l’ONU à Genève à tous les blessés et mutilés (vidéo)
lundi 2 - 21h51
de : nazairien
5 commentaires
Tita Nzebi à l’Espace Sorano : au-delà de l’engagement contre la dictature
lundi 2 - 14h48

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Devenir adulte, c'est apprendre à vivre dans le doute et à développer, au travers des expériences, sa propre philosophie, sa propre morale. Éviter le "prêt-à-penser". Hubert Reeves
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite