Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

RIFIFI au PCF (suite) : Dédé prévient " : Me prenez pas trop pour un CON SVP"


de : AlainChancogne
lundi 17 janvier 2011 - 12h39 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

C’est la LUTTE FINALE ?

J’avais raté ça..

Un copain du Puy de Dome me fait signe d’aller sur le site de sa Fédé..

Chassaigne, ne l’oublions pas, c’est en Auvergne autre chose que Dartigolles en Aquitaine, BESSAC à Paris, LAURENTen tant que "premier "des encartés ou même Hage et Bocquet dans le NORD..

C’est un type dont je ne partage bien entendu aucun des choix politiques ..mais un peu comme un GREMETZ..c’est une référence de coco de terrain, une "figure" de ce PCF , qui s’est construit aussibien chez les Bibs de Clermont que dans les zones rurales ou l4auvergnat est ..tétu en termes de LUTTES..

Bref..il ya dans ces lieux du militantisme qui ne compte pas se voir assigné le rôle de colleage d’affiches d’un FDG..-OPA sur le PC avec Super Mélanchon à la barre

Chassaigne..c’est "Dédé" dans la région.. !

C’est pas , pour les militants du même tonneau que le cru sénateursocialiste gauchisant..., grande gueule imitant(mal) Marchais

C’est pourquoi sa lettre est plus interessante, selon moi, que telles ou telles fuites qu’organisent tels ou tels memebres du CN en direction de la môme Zappi ou de LIbé..

A lire entre les lignes (est ce mon côté fouille-merde-expression qui serait insultante et non appropriée concernat l’Homme) ..il me semble comprendre que Chassaigne n’ entend pas jouer les cocus -alibis pour faire psser les coucheries Mélanchon -Laurent......

(Italiques, gras intertirtres assulmés par AC)


10 janvier 2011

Lettre ouverte aux communistes

André Chassaigne

Le 20 juin 2010, j’ai présenté au 35ème Congrès du Parti Communiste Français mon offre de candidature pour représenter le Front de gauche aux prochaines élections présidentielles. Elle faisait suite à l’accord que j’avais donné, début juin, pour que mon nom soit cité, parmi d’autres, comme candidat potentiel.

Sans ambiguïté, je soulignais alors mon attachement à une candidature commune du Front de gauche pour affronter cette importante échéance électorale.

Je m’inscrivais ainsi dans les orientations de la résolution finale du Congrès, adoptée le même jour :

« Pour l’élection présidentielle, la candidature pourra soit être issue de l’une des formations du Front de gauche, soit être issue du mouvement social, et partager les objectifs du pacte. Ce débat doit être mené sans préalable ni exclusive. Dans cette perspective, des personnalité-e-s communistes sont légitimes à s’engager comme candidat-e potentiel-le du rassemblement pour porter l’originalité de cette ambition. Dans le cadre de la préparation du congrès du printemps 2011, nous examinerons toutes les propositions et les hypothèses que les communistes souhaiteront mettre en débat. Au terme de ce processus, à ce congrès, nous désignerons le ou la candidate soutenu-e par le PCF. L’assemblée des animateurs de section, fin 2010, constituera un point d’étape de cette réflexion et de ce processus ». Le sens de ma candidature

Le 8 septembre 2010, à la veille de la Fête de l’Humanité, je précisais le sens de mon offre de candidature :

… Le Front de gauche tire sa force et ses succès de sa diversité, en rassemblant des militants attachés à la transformation sociale et qui veulent dépasser les échecs de leur propre parti : communistes, socialistes, extrême gauche, écologistes, mouvement social... cette pluralité est une formidable richesse. Conjuguée à une réelle assise populaire, elle peut permettre de co-élaborer un projet transformateur pour la France.

C’est pour cette même raison que je suis attaché à une candidature commune du Front de gauche pour les élections présidentielles. Pour moi, il n’y a pas de femmes ou d’hommes providentiels. Le Front de gauche est composé de plusieurs courants : plusieurs candidatures sont donc possibles pour porter son projet partagé, qu’elles soient issues des différentes formations du Front de gauche, ou du mouvement social…

Aucun candidat ne s’impose a priori. C’est le sens de mon offre de candidature.

Qui dit Front dit ensemble de différences. Chaque formation, comme chaque individu, a sa personnalité, son histoire propre, ses priorités. La famille politique que je représente, comme les autres, a ses particularités, ses propres orientations. Je pense notamment à la question sociale, et plus particulièrement à la participation active du monde du travail à la création de richesses dans un nouveau type de développement. Je pense aussi à cette volonté que nous avons toujours eue d’être les porteurs et les passeurs des exigences populaires. Cette sensibilité-là a besoin de s’exprimer et d’être entendue, au côté d’autres. (...) J’ai certes conscience du caractère particulier de ma candidature. Elle est différente, donc un brin anachronique dans le bouillonnement médiatique autour d’une poignée de personnalités nationales. Serait-il donc incongru qu’un élu local, forgé dans la défense des intérêts de la population d’un territoire, puisse porter un message national ? Cette proximité, cette connaissance des Français ne serait-elle pas au contraire la première garantie de construire avec eux ?

Il n’est pas une journée durant laquelle je ne fais pas le constat que le système libéral, qui encadre notre vie, marche sur la tête, à tel point que les jeunes devraient demain vivre moins bien que leurs parents. Il n’est pas une journée sans que je me dise que notre société est complètement dévoyée par une poignée de grands groupes financiers et de privilégiés. Et il n’est pas une journée sans que je réfléchisse à ce que nous pourrions tous ensemble mettre en oeuvre pour bousculer ce capitalisme qui casse tant de vies : il est vraiment temps de dépasser ce système essoufflé, tellement abandonné à la finance qu’il s’est lui-même condamné.

Dans ce grand pays qu’est la France, nous devons imaginer et mettre en oeuvre un nouveau modèle social. Il nous faut redonner à la France la place qu’elle doit avoir pour aider la planète à privilégier le bonheur humain ».

(fin de citation)

Le peuple de France veut le changement

Depuis, le mouvement social des retraites a confirmé l’exigence de changement. Je me suis efforcé de traduire cette volonté du peuple de France, le 8 novembre 2010, à l’occasion du meeting de Jappy, organisé par le Parti Communiste Français, durant lequel j’ai été appelé à m’exprimer.

« Je vous le dis, l’expérience douloureuse de la crise, comme les réformes destructrices du pouvoir, ont créé une majorité. Une majorité qui veut que la France change de cap. La bataille exceptionnelle autour de la question des retraites est la première grande confrontation contre le système, contre le libéralisme mondialisé qui ne connaît plus de limites. Une chose est sûre : les Français ont compris que dans ce système capitaliste, la règle veut qu’on ne partage que les pertes, jamais les bénéfices. Et il y a en a des bénéfices ! On croule sous l’argent en France et dans le monde. … Nos compatriotes veulent que l’économie privilégie l’intérêt général aux intérêts privés ! Ils refusent d’être réduits à être des « choses », des choses tout juste bonnes à produire des bénéfices pour une poignée d’actionnaires insatiables au détriment de l’avenir de l’humanité et de la planète ! … Et ils nous le disent sous les formes les plus diverses, ils nous dressent une bonne feuille de route. Une feuille de route à double usage : pour les luttes d’aujourd’hui et pour les scrutins de demain. Cette feuille de route nous convient parce qu’elle tourne le dos à la mal vie. Elle nous convient parce qu’elle place l’intérêt personnel bien compris de chacun d’entre nous au cœur de notre projet de transformation sociale.

Et elle me convient personnellement parce que ce sont ces mêmes valeurs, et ces mêmes fondamentaux, qui ont toujours guidé mon action, comme celle de tant de camarades, dans le quotidien de notre pratique politique et dans les responsabilités qui nous sont confiées, en Auvergne comme dans bien d’autres territoires ruraux et urbains. Je voudrais le dire ici : de ma vie de militant, d’élu de proximité, de député, je n’ai tiré qu’une seule véritable leçon : la démocratie, c’est l’arme du grand nombre. La démocratie, c’est l’art d’être ensemble et de se respecter, d’analyser et d’échanger, de coélaborer et de porter des projets partagés. C’est avec cette démocratie-là qu’il nous faut bâtir une nouvelle communauté humaine. "Je pose le principe que tous les hommes sont philosophes" écrivait Gramsci dans ses "Carnets de prison".

… Nous ne sommes pas les plus forts. Nous ne sommes pas les plus intelligents. Et je laisse à d’autres le soin d’avoir raison sur tout. Mais j’ai une conviction profonde : ouvrons la porte de la démocratie économique et sociale, laissons la société parler, laissons la liberté de se choisir un destin, faisons parler ensemble employés, ouvriers, chômeurs, fonctionnaires, artisans, laissons la France libre d’elle-même, et tranquillement une autre politique verra le jour »

(fin de citation)

. L’exigence d’une construction citoyenne Durant ces derniers mois, au fil des rencontres sur l’ensemble du territoire, j’ai pu constater non seulement combien les Françaises et les Français souhaitaient ce changement, mais combien ils exigeaient aussi d’être au centre du débat politique. J’ai eu aussi la confirmation que les communistes portent la conviction que la participation populaire est à la fois le but et le moyen du changement politique, comme cela est si bien formulé dans l’appel « espoir2012.org » :

« La mise en commun de l’intelligence de chacun est un gage de réussite dans la gestion des collectivités, dans les luttes syndicales, dans la direction d’association, dans la conduite de projets collectifs, et plus globalement dans la promotion de l’intérêt général. Nous avons la conviction que les Français ne veulent plus que l’on parle en leur nom, qu’ils veulent participer à la prise de décisions de leur environnement professionnel jusqu’au gouvernement. Ils souhaitent un nouveau partage du pouvoir ».

C’est cette démarche de co-élaboration, que je partage depuis si longtemps, que j’essaie de porter. Elle est à l’opposée de grandes messes autour d’une élite « qui sait », comme des propositions, toutes ficelées, déclamées de la tribune d’un Congrès. La généralisation d’une telle démarche est d’autant plus indispensable qu’elle nous affranchit des artifices de la séquence présidentielle et permet à chaque Française et Français de reprendre son avenir en main.

Aussi, ma volonté est d’être un artisan déterminé de cette construction citoyenne du projet, pour permettre de desserrer l’étau du repli sur soi et montrer qu’une société s’affranchissant des banquiers, de la dictature de l’argent, est indispensable. Et qu’elle est possible !

Au cœur du débat de la gauche

Je soutiens aussi que notre objectif n’est pas de créer je ne sais quelle petite gauche, force d’appoint, disposant d’une vague capacité de protestation ; notre ambition est au contraire d’être les artisans d’une gauche forte, puissante, majoritaire parce qu’émancipatrice. Le premier défi du Front de gauche, et plus particulièrement du Parti Communiste, est donc de construire une nouvelle dynamique, indispensable pour faire gagner la gauche qui transformera la société. Je voudrais sur ce point rappeler les propos que j’ai tenus le 29 novembre 2010, à la Fête de l’Huma de Bretagne :

« Ne laissons pas croire qu’il y aurait à gauche, d’un côté un chevalier blanc (le Front de gauche) porteur de toutes les vertus et de la pureté révolutionnaire, et de l’autre un chevalier noir (le Parti Socialiste et ses alliés) affublé de tous les maux et vendu au capitalisme. Ce qui importe, c’est d’emmener toute la cavalerie dans la bonne direction. Sinon, nous nous retrouverons au final avec un cheval de bois sur lequel nous n’aurons eu aucune prise.

Et je veux aussi dire à ma famille politique, à l’ensemble du Front de gauche : ne nous résignons pas à jouer les spectateurs énervés, à chaque fois que nous parlons, pensons que nous devons être acteurs pour construire la force qui donnera au pays le gouvernement qu’il mérite.

Oui, je le revendique, nos idées ont vocation à présider aux destinées du gouvernement de la France ! Et pour cela, il n’est d’autre moyen que de mettre concrètement le contenu du changement au cœur du débat de la gauche. De toute la gauche ».

Le Front de gauche doit être le passeur de colère et d’espoir pour la transformation de la société

. J’en suis convaincu : il peut bousculer tous les pronostics, toutes les prophéties. Aussi, devons-nous envahir le débat présidentiel avec notre ambition. Pour créer, rassembler, porter une majorité d’idée. Et surtout pour rendre majoritaires les exigences de transformation sociale. Moi qui suis du pays des volcans endormis, je crois à l’éruption de l’impossible, je crois à l’éruption d’un peuple qui s’engage à fond pour empêcher que notre pays subisse les mêmes recettes que l’on impose au peuple grec, ou au peuple irlandais. Le bilan de 6 mois de labourage

A l’occasion de ce Conseil National du 7 janvier 2011, suivi de l’Assemblée des secrétaires ou animateurs de section du 8 janvier, je souhaite faire un bilan de mes 6 mois de travail de terrain : 6 mois de labourage où j’ai souvent eu l’impression de tirer un araire au regard des moyens multiples mis à la disposition de l’élite politique et aux « machines de guerre » dont certains disposent.

 Ainsi, n’étant pas responsable d’une des formations structurant le Front de Gauche, je n’ai pas été invité aux grands débats nationaux organisés pour la construction du programme partagé… à l’exception de celui de Bordeaux, le 27 janvier prochain, sur les questions environnementales, en lien avec les idées que je développe dans mon ouvrage « Pour une Terre commune ».

 Je n’ai pu obtenir aucune participation à une émission politique d’importance, qui m’aurait permis de développer mes idées : télévisions et radios réservent les plateaux et « matinales », à forte écoute, aux personnalités sélectionnées par leurs experts en politique, ou promotionnés par un parti politique, voire choisies par le pouvoir quand elles s’inscrivent dans la stratégie élyséenne. Le formatage politico-médiatique, au casting pré-défini, n’admet aucun poil à gratter d’un épiderme bien huilé, si ce n’est, comme le disait Pierre Bourdieu pour se livrer « à des outrances verbales arrogantes ou démagogiques, tout à l’opposé de la générosité enthousiaste d’un message mobilisateur ».

Aucun espace n’est laissé aux expressions hors du champ constitué si ce n’est pour des émissions de divertissement, à l’initiative d’animateurs qui ont le mérite d’oser la nouveauté, permettant ainsi quelques développement d’idées.

 La presse écrite, nationale comme régionale, a cependant manifesté un intérêt réel pour ma démarche, malgré quelques parti-pris journalistiques, avec pour certains la volonté de m’enfermer dans un positionnement « anti-Mélenchon », et pour d’autres la certitude que je n’étais qu’un candidat alibi.

 Mon nom n’étant proposé par aucun parti, il n’a été avancé dans aucune étude d’opinion, dans aucun sondage … confortant l’idée que Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat envisageable pour le Front de gauche

Le Parti Communiste est ainsi d’ores et déjà effacé des prochaines échéances présidentielles, de fait des législatives, et progressivement de l’espace politique.

 Au fil des semaines, j’ai pris conscience du risque que le choix de la candidature du Front de gauche se fasse par défaut, avec un seul candidat possible, alors qu’il est indispensable qu’elle soit choisie en toute liberté, alliant à la démarche collective le respect de la souveraineté des adhérents de chacune des organisations et de leurs statuts.

Faudrait-il exclure, a priori, qu’un communiste puisse représenter efficacement notre rassemblement, alors que dans les 4 régions où les listes Front de gauche ont dépassé les 10 % aux dernières élections régionales, elles avaient pour tête de liste un communiste ? Cette frilosité est le reflet d’une conception du Parti étroite, triste, mortifère alors qu’il est dans son essence même rassembleur, ouvert, généreux, comme nous sommes si nombreux à continuer à en faire la preuve, concrètement, au quotidien, sur nos territoires respectifs

. En aucun cas, il ne s’agit pourtant d’exiger que le candidat soit forcément un membre du PCF ! Les diverses et légitimes expressions pour un débat sur cette question, comme l’appel de certains communistes « pour un rassemblement sans effacement du PCF » ont déclenché les anathèmes de donneuses et donneurs de leçons enfermés dans leurs certitudes, dont celle que notre Parti n’est plus à même de porter la visée communiste.

 Pour certains communistes traumatisés par les dernières échéances présidentielles, cette élection ne se résume qu’à un mauvais moment à passer, auquel il suffirait de tourner le dos pour que, mécaniquement, tout aille mieux ensuite

. Tétanisés par la forme de ce scrutin, profondément contraire à nos valeurs et à notre vision d’une démocratie active, ils oublient que toute élection est une opportunité dont il faut se saisir, non seulement pour ne pas laisser le champ libre aux démagogues et aux faiseurs de régression sociale et libéraux de tous poils, mais aussi pour matérialiser une autre conception de la politique et offrir de nouveaux choix de vie en commun.

 Dans ce contexte, malgré de nombreux soutiens, ma candidature à la représentation du Front de gauche a parfois été considérée comme une initiative de division.

N’étant pas présentée par le Parti, elle pu créer des interrogations chez des communistes.

Elle a eu aussi pour effet d’accentuer l’acharnement de certaines et certains à promotionner, de façon outrancière, « le candidat incarné » du Front de gauche en la personne de Jean-Luc Melenchon. Elle a alimenté d’autre part les interprétations de celles et ceux qui ne souhaitent pas un candidat du Front de gauche et qui m’ont reproché d’être l’instrument d’une opération de diversion. Mon offre de candidature

A la lumière de cette expérience, je suis convaincu qu’une candidature individuelle n’a aucune chance d’aboutir dans le processus de désignation d’un candidat commun du Front de gauche. Elle ne serait qu’un leurre pour préparer, dans une confrontation inégale, la désignation du candidat imposé, et dont elle ne serait de fait que le faire-valoir.

Pour que des candidatures crédibles puissent compter dans le choix final, je suis persuadé qu’il est indispensable que des instances de notre Parti s’en saisissent, en lien avec le contenu qu’elles souhaitent donner au programme politique et que le candidat devra porter dans la dynamique du Font de gauche .

C’est pourquoi, si je confirme aujourd’hui mon offre de candidature, c’est en la mettant entre les mains des communistes : en premier lieu à l’occasion des débats de ce vendredi au Conseil National, et de ceux de samedi, à l’Assemblée des secrétaires ou animateurs de section ; puis dans les débats des différentes instances appelées à se prononcer avant la Conférence nationale qui aura à soumettre une proposition aux communistes. Plus largement, je la livre à la réflexion de l’ensemble des organisations du Front de gauche comme une candidature de rassemblement populaire, donc plurielle, sur les objectifs communs qu’il nous faut préciser, avec la volonté de rendre majoritaires les contenus de transformation sociale.

Ma volonté est simplement de répondre utilement aux attentes du peuple de France, en restant fidèle aux idées et à l’éthique qui sont les miennes, et qui sont celles de tant de militantes et militants du PCF, très majoritairement attachés à leur Parti et à la visée communiste.

ref :

http://63.pcf.fr/Lettre-ouverte-aux...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
RIFIFI au PCF (suite) : Dédé prévient " : Me prenez pas trop pour un CON SVP"
18 janvier 2011 - 09h36 - Posté par richard PALAO

il y a quelques jours j’ avais écrit qu’il y avait" frémissement " contestataire de la base du PCF , ce qui avait conduit LAURENT à refaire une explication de texte des travaux du CN devant les secrétaires de sections ...et voilà que DEDE CHASSAIGNE s’en mêle car il vient ( seulement) de s’apercevoir qu’il joue le rôle du cocu , et forcément ça lui plait pas :

la direction du PCF se "félicite" de la candidature de CHASSAIGNE car elle prouve que la pluralité est respectée , mais tout l’appareil du parti travaille pour MELANCHON avec l’aide des médias qui ignorent superbement CHASSAIGNE et se battent pour obtenir un interwiew de la grande gueule MELANCHON .

Mais la "révolte " de CHASSAIGNE n’est qu’un pétard mouillé et est aussi opportuniste que la démarche de MELANCHON dans un autre registre : CHASSAIGNE défend sa candidature car selon lui le candidat doit être issu du PCF pour défendre une ligne communiste ...or dans ce même texte CHASSAIGNE indique qu’il sera le candidat du FDG , ce qui l ’amène a préciser que le PS n’est pas "un cheval noir" , en clair qu’il est un parti de gauche avec lequel ont peut construire une majorité et pourquoi pas aller au gouvernement .

Comme aurait dit JACQUES DUCLOS , MELANCHON ET CHASSAIGNE , c’ est bonnet blanc/ blanc bonnet ...

Alors la petite colère de CHASSAIGNE , si elle illustre un certain malaise au sein du parti , elle est avant tout tactique : CHASSAIGNE essaie de recueillir le soutien des militants de base qui croit encore à la possibiilté d’ une candidature communiste alors qu’au final il fera comme MELANCHON : faire du PCF une force d’appoint du PS

dans cette parti de poker menteur qui sera le vainqueur ? DANS TOUS LES CAS DE FIGURE , PAS LE PCF ...



RIFIFI au PCF (suite) : Dédé prévient " : Me prenez pas trop pour un CON SVP"
18 janvier 2011 - 10h24 - Posté par richard PALAO

Je me suis mal exprimé : ce n est pas bien sûr ce que j’ai écrit qui a conduit LAURENT a refaire une explication des travaux du CN , mais c est le début de contestation de la base et de certains responsables de section ...


RIFIFI au PCF (suite) : Dédé prévient " : Me prenez pas trop pour un CON SVP"
18 janvier 2011 - 15h25 - Posté par AC

dans cette parti de poker menteur qui sera le vainqueur ? DANS TOUS LES CAS DE FIGURE , PAS LE PCF

.

Puis je modifier avec traduction en chancognisme du 21° Siècle..

Dans CE PARTI.. de menteurs qui seront les COCUS ? DANSTOUS les CAS DE
FIGURE..PAS MOI !!

Pourquoi ?

je joue parfois au poker avec des copains. :

.. Ma PAIRE..je la mets pas au service des TRICHEURS qui ont distribué les cartes ... pour Bluff, Enfumage, Rififi et Fantasia dans un bouge déserté de plus en plus....qui ferait bien de se dissoudre !

Car ça vaut pas dix sous..pour être............. franc.. !!

 :))

AC





SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
1 commentaire
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite