Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

DU SOUTIEN aux LUTTES
de : Evelyne PERRIN via A.C.
mercredi 13 avril 2011 - 11h45 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

reçu avec la mention

« "un texte inspiré de dix ans d’expérience concrète de soutien aux luttes salariées qui pourrait être collectif et enrichi de lectures jouissives pour susciter je l’espère des réactions..

Evelyne »"

Du soutien aux luttes

Evelyne Perrin avril 2011

(Mise en forme A.C)

Depuis 2000, de la grève des Mc Do de Strasbourg Saint-Denis à celle des femmes d’Arcade, en passant par les grèves et les luttes des salariés de l’hôtel Astor, des Frog, des cafés Ruc, de Quick,…etc, nous avons maintenant une longue expérience de soutien aux luttes des salariés et des syndicalistes contre les licenciements, la répression anti-syndicale, les cadences infernales, le mépris, les conditions de travail dégueulasses.

Qui sommes-nous ?

Des militants divers et variés, venus de partout, syndiqués ou non, de divers profils et sensibilités, qui sommes choqués des pratiques et violences exercées par les directions de boites opulentes et puissantes, et qui avec nos faibles forces, apportons notre appui aux salariés.

Nous ne vendons ni syndicat, ni parti, et nous nous fichons pas mal de l’appartenance à une boutique. Nous utilisons les syndicats dans la mesure du possible là où ils existent, et pour autant qu’ils veuillent bouger, et essayons de les pousser jusqu’au bout.

Nous tombons en amitié avec les salariés que nous défendons, dans un rapport de confiance et d’égalité, au plus près de leur lutte, et loin des idéologies. Ce qui importe n’est pas de faire prévaloir nos idées, nous ne croyons pas au grand soir, nous ne croyons qu’à l’action concrète, dans le monde réel, ici et maintenant.

Comme le dirait Badiou2 (avec qui nous sommes en désaccord sur sa vision d’un avenir radieux), il s’agit de tenir des points face à la tentative du capital de nous assujettir totalement à son service, et de les tenir jusqu’au bout.

Comme le dit Josep Rafanel y Orra3, « on tient un point du réel qui devient l’exception à la règle universelle du monde divisé, et ce point du réel est l’affirmation locale de l’existence du seul monde où se déploie la politique. » Et il poursuit : « c’est un excès de proximité avec les choses qu’il faut cultiver », et il faut pour lui « faire attention au singulier de toute expérimentation politique » (et Gianni se reconnaîtra bien là !). Aussi, « les termes de la relation se construisent-ils avec la relation », et non pas selon une idéologie ou un projet révolutionnaires plaqués d’avance, ou encore moins dans le souci de recruter et de renforcer l’organisation.

Ne plus être seul

Le capitalisme nous divise. Avec hélas l’appui de l’idéologie républicaine qui a balayé tout ce qui faisait communauté (et qui en pourchasse encore toute forme de résilience, la dénonçant de « communautarisme »), il nous veut des individus nus, « libres », auto-déterminés, détachés de toute appartenance et de plus en plus assignés à se vendre et à s’auto-exploiter dans une concurrence généralisée de tous contre tous. Tirant les leçons de ce mai 68 qui l’avait ébranlé, le capital a maintenant promu l’initiative et la créativité individuelle au travail sous la forme de la responsabilisation de chacun, de son évaluation permanente par rapport à des objectifs de préférence quantitatifs et de pure rentabilité financière, et ce des entreprises privées (de plus en plus sous la coupe de multinationales et des matchés financiers) aux entreprises ex ou encore publiques, en plein détricotage.

Ainsi sommes-nous sommés de n’être que des individus, de nous vendre, soit en tant que salariés, soit en tant que chômeurs, d’être toujours dans la valorisation de nous-mêmes, et de cultiver notre « employabilité ». Nous sommes dits responsables de notre sort. Toute attente de solidarité de la part de la société est décrite comme de l’ « assistanat » (cf. attaque en cours contre le misérable RSA, pourtant devenu un outil de flicage extrême). Enfin, pour couronner le tout, l’auto-entreprenariat est promu comme la solution d’avenir, et l’on voit, avec l’exemple du Portugal où ce système (là-bas appelé « bons verts ») est allé le plus loin, comment les travaileurs soi-disant libres sont plus exploités que jamais, et ont perdu au passage toutes les garanties collectives de la protection sociale (Cf. la splendide révolte lancée le 12 mars 2011 à Lisbonne par quatre jeunes blogueurs, ni syndiqués, ni encartés, contre un gouvernement socialiste).

Ainsi, sur les lieux du travail, le capital exerce un art savant et très poussé à détruire toutes les possibilités de se retrouver à plusieurs, de se parler et d’élaborer des résistances collectives : instauration d’une mobilité permanente, destruction des collectifs de travail, suppression des temps de pause, entraves au travail des syndicalistes,…etc. A cela s’ajoutent la généralisation de la précarité, la peur du chômage, le chantage à la délocalisation, qui font que le salarié est soumis à la peur, se replie sur lui, perd confiance en lui et en la lutte collective, tandis que les syndicats sont appelés – certains s’y prêtant volontiers – à devenir des agents de co-gestion du système, en échange de maigres contre-parties.

Il s’agit précisément de rompre cette solitude, cet enfermement, cette concurrence de tous contre tous, pour se parler à nouveau, et pour se rendre compte de notre commun asservissement, de notre commune humanité. Nous découvrons alors à quel point nos expériences individuelles et traumatisantes au travail sont similaires, superposables. Ainsi nous apercevons-nous que loin d’être divisés par les hiérarchies et assignations du capital, nous vivons tous dans un seul monde. Réécoutons Josep : « Nous dirons qu’il n’y a un seul monde politique que contre le monde divisé imposé par l’Etat. La politique convoque le seul monde des opérations égalitaires à partir des mondes multiples de la différence. Nous dirons encore qu’il faudra construire les conditions d’une effectuation des opérations d’égalité. L’égalité est une question de construction de dispositifs qui en permettent l’effectivité. » Car en effet, il s’agit bien dès lors, en réparant un tort individuel, de réparer un tort collectif, de réinstaurer un pouvoir collectif, une dignité. Et ainsi, au plus près du réel, de remettre en cause le pouvoir du capital sur nos vies.

Agir avec les syndicats

On nous dit toujours : « Les syndicats existent. Pourquoi créer autre chose ? Vous leur faites du tort, de la concurrence ! »

Oui, les syndicats existent, ils sont même incontournables, et nous nous appuyons sur eux. Et nous cherchons à les pousser le plus loin, le plus longtemps possible, dans le soutien à nos camarades lorsque ceux-ci, bien souvent délégués syndicaux ou se présentant à des élections professionnelles, sont frappés.

Sur le rôle des syndicats et notre rapport à aux, on ne saurait généraliser, car nous avons rencontré tous les cas de figure :

le soutien franc et massif, durable : rare ; il peut aller jusqu’à une forme de délégation au collectif de solidarité de la lutte (cas de l’hôtel Astor et du Quick Gare Saint-Lazare, avec une CGT Commerce active). Ce fut aussi le cas des grèves lancées et menées par Abdel Mabrouki, de la CGT (et fondateur du réseau Stop Précarité) au Pizza Hut Opéra ou Porte de Pantin. un soutien assez correct, avec participation aux actions de blocage, au moins un certain temps, même si parfois des absences non expliquées à des rendez-vous d’action importants ressemblent à du sabotage implicite…et avec des tentatives fréquentes de reprendre le contrôle de la grève et de détacher les grévistes du collectif de solidarité (cas de la CGT Commerce pour les Mc Do de Starsbourg Saint-Denis) le soutien syndical minimum, c’est-à-dire purement juridique, et la désolidarisation plus ou moins rapide d’avec nos actions plus musclées d’occupation (cas de SUD-Nettoyage pour Arcade)

le sabotage (cas de la CNT pour les Frogs)

Il en résulte que nous recherchons toujours la synergie avec les syndicats. Mais nous gardons notre autonomie. Et nous sommes la plupart du temps perçus comme des alliés incontrôlables et donc dangereux, voire indésirables.

Nous avons constaté, au cours de nos multiples expériences, la difficulté pour les syndicats de mener des actions de soutien longues et sur le terrain, et ceci pour plusieurs raisons : faiblesse des effectifs syndicaux, réticence envers les actions jugées « non syndicales » car trop offensives, fonctionnement bureaucratique freinant la participation aux actions ayant lieu en dehors des horaires du travail syndical...

Nous avons aussi souvent regretté de la part des syndicats une gestion des luttes les enfermant chacune dans leur pré-carré, l’incapacité ou la mauvaise volonté à fédérer plusieurs combats, à les relier entre eux, à créer des collectifs transversaux et ouverts aux non syndiqués – à l’exception du Collectif interboites des précaires de la restauration rapide CGT et des initiatives intersyndicales et interprofessionnelles lors des grèves de Mc Do, la FNAC Champs-Elysées et Virgin en 2002.

Enfin et c’est sans doute notre regret le plus grand : nous avons constaté là encore la très grande difficulté, ou le refus, de la part des syndicats, à monter en généralité, à remonter aux causes des conflits, à ce qui justement fait communauté de situation et de combat entre des salariés de diverses entreprises, et qui peut faire surgir, au-delà des revendications immédiates (réintégration, hausse de salaires, prise en compte des heures de travail), le véritable facteur commun à dénoncer, le motif de la guerre.

Ainsi, dans le cas de la grève des femmes de ménage d’Arcade, sous-traitant d’Accor, c’était bien la sous-traitance du nettoyage qui dictait les conditions très dures d’exploitation des salariées : le sous-traitant, pour faire son beurre, tirait les salaires au plus bas, trafiquait les heures, accentuait les cadences à un rythme infernal (cinq à six chambres par heure), interdisait toute pause repas aux femme de ménage. Aussi avions-nous posé ce problème au cœur du conflit. Nous avions une double revendication, lorsque à la suite du succès de la grève sa leader Mayan fut licenciée : « réintégration de Faty ! » et « sous-traitance = maltraitance ». Notre argumentaire contre la sous-traitance, repris par les médias au fur et à mesure des picnics sauvages dans les hôtels Accor durant un an et demi, avait fini par obliger le donneur d’ordre, Accor, à tenir des réunions entre directions des hôtels pour examiner la possibilité, dans certains cas, de « réinternaliser » le nettoyage. Nous étions sur la bonne voie, la question centrale était posée. Quelle ne fut pas notre désolation lorsque, après l’arrangement financier proposé par Arcade à Mayan Faty, qu’elle accepta et qui nous fit arrêter le mouvement, SUD-Nettoyage ne reprit pas cette revendication, ni d’ailleurs aucun autre syndicat du nettoyage !

En effet, ce qui nous a toujours caractérisés, ce fut de porter le fer là où ça fait mal, sur le cœur du rapport d’exploitation, sur ce qui par delà les différences et les fragmentations peut unir les salariés car c’est la condition commune.

Nous en tirons une conclusion désagréable : l’institutionnalisation des syndicats, qui les amène, à des degrés divers et à une vitesse variable, à privilégier le maintien et le développement de l’outil syndical.

Notre fierté, c’est d’avoir, avec nos petits moyens, fait souvent bouger les lignes, et donc fait évoluer le rapport de forces. Comme le dit si bien Gianni, nous avions une ligne d’action : la ténacité. Nous étions comme des moustiques – David- qui piqueraient toujours au même endroit. Or, même sur des jambes de Goliath, cela finit par faire mal. Notre arme : toucher l’image de marque de ces grosses entreprises, des multinationales qui tiennent à leur image par-dessus tout. Cette force peut devenir faiblesse quand la façon dont ils traitent leur personnel, qui a vocation à demeurer cachée, invisible du grand public, est dévoilée au grand jour.

A côté ou au-delà des partis…

Nous avons eu peu de débats entre nous sur l’attitude à adopter par rapport aux partis politiques, et notamment à ceux se revendiquant d’un projet de transformation sociale. Sans doute aurions-nous eu des désaccords, certains d’entre nous appartenant à l’un ou l’autre de ces partis. Mais notre volonté de privilégier la lutte concrète, au plus près du terrain et en discutant des formes de la lutte en étroite confiance et co-élaboration avec les salariés concernés, sans aucun préalable idéologique ou partisan, nous a épargné ces débats. Et tant mieux.

Mon point de vue personnel (et actuel, après quelques années d’errance à travers ces partis ou petits groupuscules) est que nous nous sommes résolument placés dans le réel, et que nous avons bien fait. Il ne fut pas question de programme et de lendemain qui chante entre nous – même si le comité de soutien de la première grève de Mc Do Strasbourg Saint-Denis, en octobre 2001, et donc quelques mois avant les présidentielles de 2002, compta jusqu’à 150 personnes dont des représentants de tous les partis dits de gauche jusqu’au PS.

C’est ici que je souscris le plus aux propos de Josep Rafanel y Orra : « La force du rassemblement politique trouve ses étayages multiples dans les communautés singulières : nul besoin de la centralité d’un sujet politique abstrait mettant à jour les divisions. […] Le tout de la politique, ce sont les fragments rassemblés par des formes de résistance et non pas subsumés par un sujet historique révolutionnaire. [|…] Il faut radicaliser le refus de toutes les avant-gardes. »

Les ressorts de la révolte

A partir de quand le salarié se révolte-t-il ? Face à l’apathie généralisée qui semble si souvent nous étouffer, là est la question, si essentielle. Quels sont les ressorts de la révolte ?

Il semble que la parole collective ait un grand rôle à jouer.

Pour nous, cette question est centrale, car bien souvent, lorsque des camarades salariés se révoltent et entrent en lutte, ils constatent d’abord la difficulté qu’ils ont à faire bouger leurs collègues, qui dans un premier temps semblent leur en vouloir de s’être révoltés.

Ceci est très bien analysé par un chercheur membre du conseil scientifique d’ATTAC, Frédéric Lordon, dans un ouvrage récent, « Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza », où il s’appuie à la fois sur les apports bien connus de Marx (sur l’exploitation, l’aliénation, l’extraction de plus-value par le capital) et sur ceux, moins connus, de Spinoza, qui, lui , insiste sur la prééminence dans nos vies du désir. Lordon analyse très finement le phénomène de la résignation à la servitude (le mot peut sembler fort, mais il désigne ce que l’on ne peut nier, le fait d’agir pour le plaisir, le pouvoir, l’enrichissement d’un autre), et même de l’adhésion à celle-ci, à travers la mobilisation des affects et de la subjectivité en vue d’obtenir des satisfactions et contreparties valorisantes à cette perte de pouvoir sur sa vie.

Ainsi nous décrypte-t-il, à travers ce que ressentent et vivent tous les salariés tant qu’ils ne se révoltent pas, cet état de servitude volontaire qui peut sembler paradoxal :.

« Induire un désir aligné, c’est le projet éternel de tous les patronats, c’est-à-dire de toutes les institutions de capture. Pour les enrôlés saisis par la machine à colinéariser, il s’agit donc de convertir des contraintes extérieures, celles de l’entreprise et de ses objectifs particuliers, en affects joyeux et en désir propre, un désir dont l’individu, idéalement, pourra dire qu’il est le sien. »

Comme il l’écrit, « les salariés n’ont pas besoin d’avoir en tête la théorie marxienne de la plus-value pour se sentir exploités et entrer en lutte. L’idée de l’injustice monétaire n’est pas seule en cause, même si, évidemment, elle offre le plus souvent à ces luttes l’essentiel de leurs contenus. C’est pourtant l’idée plus générale de la capture qui saisit transversalement la variété de ces protestations. […] Passer d’une économie de la plus-value à une politique de la capture demande alors de préciser la nature de ce qui est capté. Or, la réponse d’inspiration spinoziste à cette question est immédiate : de la puissance d’agir. Le désir-maître capte la puissance d’agir des enrôlés. »

Mais tous n’entrent pas dans le jeu ou sentent confusément qu’ils n’en retirent pas les bénéfices attendus. Dès lors, « pour tous les sujets de la colinéarisation dont l’alignement est encore significativement imparfait, la normalisation s’opère sous un surplomb de sanction – car l’échec de la normalisation n’est pas une option. Les déviants persistants, au sens littéral de la géométrie des vecteurs-conatus, connaîtront le sort que l’entreprise réserve à ceux qui lui refusent la promesse de « tout donner » […] . Déchirant en un instant4 le voile du joyeux désir, l’échec de l’induction du désir, l’imparfaite adaptation et l’accommodation incomplète font revenir aussitôt le dur du rapport salarial sous les formes variées du déclassement concurrentiel, de la mutation-rétrogradation ou à terme du renvoi pur et simple. »

Tenir face à l’intenable peut s’avérer impossible au bout d’un certain temps. Mais la réaction peut prendre des formes diverses. Cela peut prendre ainsi la forme de l’EXIL, du retrait, comme on fait jouer sur le plan collectif le « droit de retrait » lorsque le salarié est mis en danger par son travail. La forme, aussi, du burn out, de la dépression, refuge, pour se reconstruire – plus ou moins difficilement et lentement. Ou enfin la forme du suicide. Le suicide est envisagé comme dernier recours, quand le salarié a perdu tout espoir dans la résistance collective, dans ses collègues. C’est ce qu’il faut à tout prix éviter.

La révolte est ce moment imprévisible, improbable, où le sujet dit « NON ». Lorsqu’il a le sentiment qu’il ne peut pas encaisser plus, se plier plus, aller plus loin. Alors il relève la tête et affronte l’ennemi, quelles que dussent en être pour lui les conséquences. Il se jette dans le vide. Il prend le risque.

Tout l’enjeu consiste alors à recréer du collectif. Le salarié qui se révolte mais reste seul est fragilisé, c’est le bouc émissaire désigné, promis à toutes les attaques. Par la naissance de la parole, par le fait de poser un acte libre, il se recrée une possibilité de subjectivation collective. La révolte individuelle peut alors générer une révolte collective. Ecoutons Lordon : « les passions qui travaillent à maintenir des individus sous des rapports institutionnels peuvent aussi, parfois, se reconfigurer pour travailler à détruire ces rapports. Conformément au principe causal, elles ne se reconfigurent pas d’elles-mêmes, mais toujours sous l’effet d’une affection antécédente, souvent ce geste de trop que le pouvoir institutionnel n’a pas su retenir et qui va causer sa perte en remettant la multitude en mouvement. Spinoza nomme génériquement « indignation » cet affect, non pas moral mais politique par excellence, qui voit les sujets (subditus) se coaliser dans la révolte à la suite d’une offense, parfois faite à l’un d’eux seulement, mais qu’ils vivent comme les concernant tous.

La jouissance du pouvoir d’agir retrouvé

La grève

Il est absolument fantastique de voir à quelle vitesse des salariés qui entrent en lutte, en grève, se retrouvent emplis de joie, quittent le régime de la résignation, de la peur et de la tristesse, pour laisser éclater leur plaisir, leur fierté retrouvée : ils réenchantent alors le monde.

Il suffit de voir le film « Remue-ménage dans la sous-traitance », d’Ivora Kosack5, tourné tout au long de la grève des femmes africaines d’Arcade sous-traitant des hôtels ACCOR pour voir éclater la joie, la fierté, de ces femmes traitées comme des esclaves, qui d’un coup, certes au prix de terribles sacrifices financiers et parfois de conflits conjugaux, reprennent la main sur leur sort, et pendant UN AN, vont occuper des hôtels, manifester, envahir le siège de leur patron, jusqu’à arracher le protocole d’accord qui reconnaît enfin le nombre d’heures réellement effectué. D’écouter leurs paroles, de voir leurs danses, de voir Mayan Faty crever l’écran de sa gouaille et de sa rage.

Ainsi, Seydi, femme en grève d’Arcade, dit-elle ; « J’ai pas peur. J’ai conscience qu’on aurait du faire ça depuis longtemps. Le moment est venu : on le fait. » Et d’ajouter : « On ira jusqu’au bout. On sait quand on commence. On sait pas quand on finit. » Et ces phrases superbes de reprise de pouvoir prononcées par Mayan et les autres : « Gouvernantes, dégagez ! On veut pas de gouvernante ! » « Pendant la grève, même leur eau, je ne la buvais pas ! j’avais ma bouteille d’eau sur moi ! » Et Mayan encore, devant Quick suite au licenciement de deux délégués : « Là, c’est nos enfants. Après, ce sera nos petits-enfants. A la fin, tout le monde sera exploité ! »

Rien de plus beau non plus que ce pouvoir d’agir retrouvé dans la grève. Pas la grève rituelle et convenue d’une journée appelée périodiquement par les syndicats pour prouver leur existence et être reconnus comme interlocuteurs par le gouvernement. Non, la grève longue, la vraie, celle où les salariés prennent les lieux sans savoir quand cela finira, celle où ils s’approprient l’usine, la fac, la rue, et savourent leur puissance d’agir.

Sur cette jouissance, à lire absolument, car sa lecture est elle aussi jouissive : « Thèses sur le concept de grève » par l’Institut de démobilisation (Rennes, Ed. Pontcerf 2011) : « La grève est, dans l’existence humaine, un point culminant – et non pas, d’abord, un moyen politique en vue de son amélioration. […] La grève est la fin ; Elle est l’ouverture, quelque part, d’un lieu où quelque chose s’invente – où quelque chose de neuf advient. »

« Nous sommes, chacun de nous, les petits ingénieurs de nos vies, de nos corps, de nos amours – de nous-mêmes. Alors celui, engagé dans une grève véritable, comme dans une décision véritable, devra constater que, cette fois, les raisons manquent. Justement, pour les décisions les plus hautes, les raisons manquent toujours – et doivent manquer. Nous voulons savoir en vertu de quelle raison nous nous sommes décidés, et nous trouvons que nous nous sommes décidés sans raison, peut-être même contre toute raison. Mais c’est là, précisément, dans certains cas, la meilleure des raisons. Car l’action accomplie n’exprime plus alors telle idée superficielle, presque extérieure à nous, distincte et facile à exprimer : elle répond à l’ensemble de nos sentiments, de nos pensées et de nos aspirations les plus intimes, à cette conception particulière de la vie qui est l’équivalent de toute notre expérience passée, bref, à notre idée personnelle du bonheur et de l’honneur. »

Et ils ajoutent : « La grève, dès lors, rejoint ces états d’excitation qui sont assimilables à des états toxiques : elle est de ces impulsions illogiques et irrésistibles au rejet des biens matériels ou moraux qu’il aurait été possible d’utiliser rationnellement. »

En guise de conclusion provisoire

« Nous sommes face à un fascisme du projet capitaliste managérial », écrit Josep. Ce constat, nous le partageons, avec ces amis salariés qui l’ont vécu dans leur chair, à qui l’on a dit « Tu as interdiction de penser6 ». A qui l’injonction est faite tous les jours de se donner corps et âme (ici l’âme est particulièrement importante) à l’entreprise.

Face à cela, nous sommes une poignée. Mais des poignées de gens comme nous, il y en a partout, et nous le pensons78, de plus en plus.

Le collectif est notre force. Dans sa diversité et son hétérogénéité.

« Face à l’atomisation individuelle de l’être économique idéal, les collectifs, avec ou sans divinités, avec des êtres ou des processus hétérogènes au régime d’une autonomie subjective inscrite dans le réseau global, sont des puissances virtuelles en mesure de créer une réalité afonctionnelle à l’ économie. Cette réalité, ce sont des lieux hétérotopiques à la généralisation de l’entreprise. », nous dit Josep Rafanel Y Orra, à partir de son expérience de travailleur du soin en milieux précaires. Et il poursuit : « les lieux de l’hétérotopie, ce sont les lieux où l’on prend soin des relations qui soignent, parce qu’elles permettent de tenir, promesse incertaine, l’actualisation de l’hétérogène. […] Les communautés affinitaires issues du volontarisme politique sont, plus que toutes les autres, appelées à prendre soin des mondes. »

Et nos objectifs sont somme toute modestes, et du coup atteignables : nous n’espérons pas renverser du jour au lendemain le système capitaliste mondial, mais y concourir, ici et maintenant, à hauteur de nos forces. « Libérer, autant qu’il se peut, et même si l’émancipation définitive n’est qu’une ligne d’horizon, les individus de la tutelle, triste ou joyeuse, des désirs-maîtres » dit Lordon. Qui poursuit : « Si l’idée de progrès a un sens, il ne peut être que l’enrichissement de la vie en affects joyeux, et puis parmi eux, en ceux qui élargissent le champ des possibilités offertes à nos effectuations de puyissance et les conduisent à s’orienter vers le « vrai bien » : « j’entends par là une vie humaine ».

1 Ce texte nourri des réflexions de plusieurs d’entre nous aurait pu être écrit à plusieurs voix. Je ne me fais donc ici qu’une simple porte-parole provisoire et contestable.

2 Alain BADIOU, « L’hypothèse communiste », Nouvelles éditions Lignes, Paris, 2009.

3 Dans son beau livre qui vient de paraître, « En finir avec le capitalisme thérapeutique. Soin, politique et communauté », La Découverte, 2011.

4 Du jour au lendemain, Marie-Christine, Gisèle, pour avoir saisi leur hiérarchie de dysfonctionnements plus ou moins graves, se retrouvent mises à pied, accusées de « dénigrer gravement l’entreprise », placardisées, harcelées et diffamées.

5 Disponible auprès de 360degrés et même plus.

6 Propos tenu par sa chef à Marie-Christine, 39 ans de bons et loyaux services chez IBM, la « petite planète intelligente », avant d’être licenciée pour faute « grave et sérieuse », à savoir : « abus de liberté d’expression » !

7 Voir le mouvement qui se développe très rapidement de désobéissance au sein des services publics ou des entreprises ex-publiques. Voir Evelyne Perrin « le nouvel agir politique », à paraître en 2011.

8 De ce beau nom que Stéphane HESSEL a remis à l’honneur en vendant des millions d’exemplaires de la brochure « Indignez-vous », Les éditions Indigène, 2010.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
DU SOUTIEN aux LUTTES
13 avril 2011 - 15h05

Pour se dégager de l’emprise de la finance, le jeu démocratique

Ma chronique sur France Culture du 12 avril 2011

C’est comme si les révoltes arabes, le tsunami, le nucléaire avait détourné notre attention de cette filou de finance. Pourtant dans l’intermède, elle s’enfonce toujours plus loin dans l’absurde. Et nous avec ! Ecrasées sous le poids des événements et des catastrophes, au moins deux informations capitales sont passées à la trappe ces dernières semaines.

La première en date est la faillite quasi annoncée de la Banque Centrale Américaine, la FED. Elle a 50 milliards de fonds propres pour 2050 milliards d’actifs engagés dont au moins la moitié sont complètement pourris. Seule solution : s’endetter encore plus en demandant au Trésor, dont elle a obtenu en janvier dernier la tutelle, d’émettre des obligations d’Etat.

La FED s’endette pour des recettes qui n’en seront jamais et tout le monde le sait. Pour ne pas être plombée, à court terme, par les intérêts, elle maintient des taux proches de zéro dont la faiblesse pousse les investisseurs à privilégier des produits risqués, puisque les produits sûrs ne rapportent rien. Moyennant quoi : vous avez votre explication à l’excellente santé des marchés financiers. L’injection de liquidités ne vise pas à relancer l’économie, mais à maintenir la FED en vie. En résumé : qui impose un décrochement toujours plus terrible entre marchés financiers et réalité économique ? La FED, une banque en faillite.

La seconde information qui pourrait nous être utile mais qui, elle aussi, s’est faite bizarrement discrète : l’officialisation de l’incompétence du Fonds Monétaire International. Médecin urgentiste appelé à contre cœur, il euthanasie ses malades.

C’est la conclusion du IEO, le Independent Evaluation Office du FMI, un organisme d’évaluation mis en place par les 187 membres. Son dernier rapport, publié en janvier dernier, sur l’action du FMI pendant la crise financière et monétaire est terrible pour ses dirigeants et notamment pour notre DSK national.

En résumé, le FMI est englué dans le dogme néo-libéral (les marchés ont toujours raison, les crises financières majeures dans les économies développées cela n’arrive jamais, etc, etc). « Cette emprise intellectuelle du FMI altère ses capacités à identifier les risques ». Le rapport préconise des solutions comme « créer un environnement qui encourage la franchise et respecte les vues divergentes ; modifier le système de primes pour encourager le franc parler ; dépasser la culture en silo et la pensée insulaire…

Les media ont peu parlé de ce rapport à charge contre un potentiel candidat à la présidentielle. Mais le plus absurde est que le FMI s’est vu doter ces derniers mois d’un budget monstre (il a triplé) et d’attributions élargies. Le volume de ses Droits de Tirages Spéciaux, une « créance virtuelle » (selon le FMI lui même), sortie de nulle part, compensée par rien mais échangeables à l’envi contre l’une des quatre monnaies majeures (Dollar, Euro, Yen, Livre Sterling), a été multiplié, d’un coup d’un seul en 2009 par 9, pour atteindre un montant de 380 milliards d’euros.

La trousse à pharmacie du docteur nul est bien remplie. Pour rassurer qui ? Nos politiques d’austérité sont dictées par u ne institution à l’aveuglement avéré, dont inefficacité est démontrée et à laquelle les Etats dépassés viennent de donner carte blanche !! Nos gouvernements ont réinventé le Monopoly et le concept de prime à la casse.

D’ailleurs, dimanche dernier, à Gobolo en Hongrie, les Ministres des finances de l’Union Européennes se sont réunis pour décider des sanctions, pardon des « conditions de l’octroi des prêts » au vilain petit canard portugais (enfin à ses banques, dont beaucoup d’américaines, surtout).

Sentant les opinions publiques enfin se réveiller et peut-être entendant la clameur des 50 000 manifestants qui défilaient, les ministres se sont fendus de quelques phrases du style : « Biensûr que c’est un programme difficile, mais il faut expliquer que pour améliorer la croissance et créer des emplois nous devons réduire la consommation budgétaire. »

Une bonne fois pour toutes : si les politiques d’austérité avaient relancé l’emploi, cela ferait 30 ans qu’on le saurait. Visiblement, le FMI n’est pas le seul à souffrir d’emprise intellectuelle.

S’il y a un peuple qui est entrain de se dégager de cette emprise néo libérale c’est bien les Islandais. Interrogés par referundum ce week end, ils ont rejeté, massivement et pour la deuxième fois, le plan de remboursement des pertes liées à la faillite de la banque islandaise Icesave. L’Angleterre et les Pays Bas, pays dans lesquels Icesave disposait de filiales et dont la disparition a ruiné les clients, lui réclament 3.9 milliards d’Euros.

Rappelons que l’affaire s’est doublée d’une crise diplomatique grave, l’Angleterre gelant, en 2008, les avoirs islandais sur son territoire en dégainant, allez savoir pourquoi, le Terrorism Act. Humiliée, ruinée, la population islandaise, qui a cru au miracle néo libéral comme personne, ne veut pas débourser un copeck pour les banques privées.

Il faut souligner la vitalité de la démocratie islandaise, exemplaire depuis qu’elle s’est remise de ses illusions. Le différent va finir devant les tribunaux et réduirait les chances de l’Islande d’entrer dans la sacro sainte Union Européenne. Vu les circonstances, il n’est pas dit que cela soit vraiment un problème.

Alors peut-être, enfin un espoir ! Rompre avec l’emprise absurde de la finance sur nos vies implique de se dégager “de gouvernements sous l’emprise d’institutions sous emprise”. Il y a du boulot. Cela s’appelle le jeu démocratique.

Pour aller plus loin :

Rapport de l’IEO sur la gestion de la crise financière par le FMI : téléchargez ici

Déclaration à la presse internationale d’Islande à la suite du referundum du 10 avril 2011 : téléchargez ici

http://blog.florevasseur.com/



DU SOUTIEN aux LUTTES
13 avril 2011 - 15h22 - Posté par

quel rapport avec l’article ?

A.C


DU SOUTIEN aux LUTTES
13 avril 2011 - 17h25 - Posté par Forcadel André

Merci A.C. pour ce long texte.

Avec des camarades de diverses obédiences nous devons nous réunir prochainement pour créer un comité de vigilance pour l’emploi dans notre vallée de l’Andelle particulièrement sinistrée.

Je ne manquerais pas de communiquer ce texte a mes camarades.

Amicalement.

A.F.


DU SOUTIEN aux LUTTES
14 avril 2011 - 12h15 - Posté par pedro

Juste pour signaler qu’il me semble que monsieur Frédéric Lordon ne fait pas partie du groupe Attac, même si il participe souvent au réunion.



DU SOUTIEN aux LUTTES
14 avril 2011 - 18h02

Si Evelyne,à la prochaine grève des cheminots,pouvait avec son équipe faire débrayer les renards de l’est et du nord,ça m’arrangerait.

A St Lazare aussi.

LR






G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
3 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires
Un cadre d’HSBC démissionne publiquement avec une lettre ouverte à l’humanité
jeudi 1er - 21h34
de : nazairien
3 commentaires
Jean-Luc Mélenchon : Sur le décès de STEVE
jeudi 1er - 20h46
De l’Internet et du Pain.
mercredi 31 - 22h06
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
L’humanité-classe à Hendaye contre le G7 et le capitalocène !
mercredi 31 - 20h11
de : Christian DELARUE
Les "Gilets Jaunes" en Juillet, sur le "Tour" et ailleurs (reportage photos, blog Médiapart)
mercredi 31 - 18h35
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous devons penser l'éducation comme un moyen de développer nos plus grandes capacités. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite