Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La politique de l’impossible
de : Marc Guillaume
jeudi 30 décembre 2004 - 19h44 - Signaler aux modérateurs

de Marc Guillaume

Les sociétés contemporaines sont devenues des objets non identifiables, des systèmes non prévisibles et quasi ingouvernables. Au-delà de quelques statistiques globales, on ne sait plus décrire les positions sociales, les aspirations, les représentations et les opinions.

L’opinion publique, certes, n’a jamais existé, mais naguère on pouvait encore utiliser cet artefact. Tout est devenu trop complexe, ambivalent, réversible, instable, et c’est même le régime de savoir et de pensée qui a changé.

Maintenant règnent de nouvelles formes d’intelligence artificielle et surtout superficielle : des savoirs évanescents, ponctuels, peu cohérents entre eux, de la pensée coupée/collée à laquelle les technologies de type Internet ont contribué. Une pensée de masse construite autour de quelques slogans (mondialisation, développement durable, principe de précaution), mais que chacun croit personnaliser selon d’insignifiantes différences. A l’image de la production "sur mesure de masse" de nos objets de consommation. A l’image aussi des nouvelles épidémies auto-immunes, les stéréotypes sont devenus contagieux. Société gazeuse et pensée virale donc.

A partir de ce constat on voit la difficulté de reconstruire un "lien" social que les institutions et les instances politiques puissent gérer. Car la société a changé beaucoup plus vite que les institutions. Il est devenu presque impossible de faire converger sur les termes d’un débat clair des citoyens hyper-individualistes.

On vote plus selon des goûts personnels, comme dans l’univers de la consommation, que pour des projets politiques. D’où le recours encore accru aux vieilles recettes de la politique spectacle allant jusqu’à faire de l’arène politique une sorte de Star Academy.

Mais tout cela ne suffit pas, ou plus. Puisque les engagements collectifs sur de grands programmes et des visions du monde sont hors de portée, on assiste à un retrait du politique et à un changement de nature de la gouvernance.

Le régime dominant est fondé sur l’exploitation d’une catégorie de passions individuelles. On peut le qualifier de régime de droite, non seulement parce qu’il est le plus souvent associé à des positions conservatrices mais surtout parce que conservatisme et individualisme sont étroitement liés.

Parmi ces passions, on trouve en premier lieu la peur, ou plutôt les différentes formes de la peur. Peur réelle de l’autre, de sa différence, des incivilités ou des insécurités potentielles dans la densité des relations urbaines.

Mais il y a des peurs plus abstraites et plus ambivalentes : terrorisme, catastrophes de moins en moins considérées comme naturelles, risques technologiques, effet de serre. Dans bien des cas, on joue à se faire peur, cela donne un fond tragique à l’existence, rend plus vif le sentiment d’exister, qui ne va pas de soi.

Plus que l’extension du domaine de la peur, il s’agit plutôt de la généralisation du statut d’otage. Nous sommes tous devenus des otages. Des terroristes à venir bien sûr pour lesquels, par précaution, nous nous déchaussons dans les aéroports. De l’effet de serre - quelle belle expression pour des otages ! - mais aussi, dans un tout autre registre, des enfants, car nous sommes tous des pédophiles potentiels.

Le syndrome de Stockholm aidant, certains trouvent légitimes les pouvoirs qui nous prennent en otage et les privations de liberté qu’ils imposent.

On se limite ainsi à construire un lien social pauvre, de négativité sociale. Contrôle, autocontrôle, intercontrôle. Mettre l’autre à distance, le normer, le surveiller, le sécuriser. L’assigner à vivre sainement sous la tutelle d’administrations même si elles sont inadaptées, cloisonnées, traversées de corporatismes virulents. Capables seulement de grossir - plus de prisons, de policiers, de magistrats - mais pas de se réformer.

Pour "faire société", les pouvoirs bureaucratiques, mais aussi économiques, se tournent vers ces valeurs sûres que sont la sécurité, la prévention, la précaution. Pour développer les passions tristes (Spinoza) qui nous maintiennent dans cet état de bouc émissaire ou de victime. Ou les joies malsaines liées au ressentiment (Nietzsche).

Ce qui est vraiment inquiétant, c’est que cette nouvelle approche politique est, partiellement, légitime. Car l’une des composantes du développement durable s’inscrit parfaitement dans ce nouvel art de paître le bétail humain ou de gérer le "parc humain" (Peter Sloterdijk).

Certes, le fond de sauce du politique est à peu près identique, du pain et des jeux, de la consommation et du spectacle. Mais la croissance économique s’étant fortement ralentie, ses finalités étant de plus en plus contestées, les acteurs politiques, dont le pouvoir s’est affaibli, ne peuvent plus s’adosser à une régulation sociale par la croissance et cherchent donc d’autres consensus.

La production matérielle n’est plus notre seul horizon, car la gestion de la sécurité, de la santé, de la prévention ouvre de nouveaux territoires à conquérir. Et ces nouveaux investissements ne sont pas illégitimes dans des sociétés dont la croissance économique, même ralentie, ne cesse d’engendrer de redoutables menaces.

Le problème, c’est qu’ils sont réalisés sans souci de liberté ni d’équité, avec les méthodes du management industriel. Zéro mort n’est que l’application aux hommes de la formule de la qualité totale pour l’industrie (zéro délai, zéro défaut, zéro stock).

Zéro mort est évidemment absurde, mais zéro humain (l’effacement de l’humain que Michel Foucault avait à sa façon évoqué) est une possibilité implicitement inscrite dans ces formes de développement.

Existe-t-il un autre régime de gouvernance ? Ce serait un régime qui appréhenderait d’abord la société comme une totalité et lui proposerait un destin, au moins un avenir et non pas seulement un simple futur de survie. C’est cela qui fonde, philosophiquement, une gouvernance de gauche, même si les projets de la "gauche" actuelle sont loin de s’inscrire dans cette approche.

Certes, cette politique est "impossible". C’est même cet impossible qui en fait un idéal jamais atteint, comme la démocratie, mais qui propose des règles - et non pas des "valeurs" - pour tenter de l’atteindre.

En effet, comment maintenir à la fois des objectifs de croissance, d’emploi, de compétitivité face à des pays émergents, qui, légitimement, nous feront de plus en plus concurrence, et viser en même temps un développement plus qualitatif donnant la priorité à la formation, la santé, la prévention des risques, l’aménagement de l’espace, la qualité et la préservation de l’environnement ?

Vouloir un développement durable qui soit aussi, ce qui est beaucoup plus difficile, équitable pour les plus défavorisés des pays riches et pour les pays les plus pauvres.

Pour relever ces défis, il faut mobiliser d’autres forces, les forces majeures de la joie et de la vie. Créativité, audace, exigence de liberté, capacité à débattre et à accepter sereinement les différences et les conflits, goût pour le risque et donc l’action. Des forces qui nous détournent des complaisances de la dénonciation, de la critique et de la fausse humilité de l’autocritique.

C’est dans cette perspective que se sont placées les Rencontres "Modernité 2004", organisées à la mi-décembre au Théâtre du Rond-Point à Paris, qui montrent la voie que peuvent prendre les entreprises, principaux acteurs de la mondialisation, pour donner un contenu à la notion de responsabilité sociale.

Ces forces qui visent plus l’autonomie et la responsabilité que les interdits et la précaution sont présentes aussi bien dans la "vieille Europe" que dans la jeune Europe ou aux Etats-Unis. Il n’est pas raisonnable d’espérer qu’elles triomphent de l’effet des passions tristes qui nous enserrent.

Pourtant, si chacun continuait à entreprendre, le monde pourrait quand même changer, avant que des catastrophes ne nous y obligent.

Marc Guillaume est professeur à Paris-Dauphine.

http://www.lemonde.fr/txt/article/0...



Imprimer cet article





C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Tout compromis repose sur des concessions mutuelles, mais il ne saurait y avoir de concessions mutuelles lorsqu'il s'agit de principes fondamentaux. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite