Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Municipales en Italie : la droite déconfite, le centre-gauche par défaut et les communistes empêtrés dans une « Fédération de la gauche » en basses eaux

de : Rome
vendredi 20 mai 2011 - 11h58 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Ces 15 et 16 mai avaient lieu les élections municipales et provinciales partielles en Italie, test pour le gouvernement de centre-droit de Silvio Berlusconi.

Les élections provinciales comptaient sur 3 millions d’électeurs autour de 9 « provinces », équivalent de nos départements. Mais tous les yeux étaient tournés vers les élections municipales. 10 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour élire 1 274 maires dont ceux de 15 villes de plus de 100 000 habitants parmi lesquelles Milan, Turin, Naples ou Bologne.

Milan et Naples en ballottage favorable pour le centre-gauche : la droite en déroute

Le premier constat est que la droite sort très affaiblie de ce scrutin.

Parmi les grandes villes, la victoire du centre-gauche est nette et sans bavure au premier tour à Bologne (50,5%), Sienne (54,71%) et de façon triomphale à Turin (56%) où le leader du Parti démocrate Piero Fassino est élu maire de la capitale piémontaise. La gauche remporte également six autres chef-lieu de province parmi lesquels Arezzo, Ravenne ou Savona.

Face à cette marée démocrate, le PDL de Berlusconi et la Ligue du nord plongent. La coalition gouvernementale n’est assurée de conserver que la capitale calabraise Reggio Calabria où elle obtient un retentissant 56% au premier tour.

La surprise est venue des deux grands fiefs de la droite mis au scrutin, Naples et Milan, où les candidats du pouvoir sont mis en ballottage. A Milan, dans le fief de Silvio Berlusconi, le candidat du centre-gauche obtient 48% au premier tour devançant de sept points le candidat de la droite. A Naples, l’issue est plus incertaine, mais les deux listes de gauche rassemblent 47% des voix contre 36% pour le candidat de droite.

La stratégie liquidatrice « Fédération de la gauche » en échec

Et les communistes dans tout cela ? Nous les avions quitté aux dernières régionales de 2010 sur un score historiquement bas (2,8%) obtenu toutefois sous l’étiquette « Fédération de la gauche » et non proprement communiste, bien que l’on maintienne le symbole (faucille et marteau) sur affiches et propagande.

Ce scrutin ne marque pas un rebond. La stratégie « Fédération de la gauche » ne prend pas.

Les résultats des provinciales ne sont guère significatifs, puisque la stratégie Fédération de la gauche n’a été appliquée que dans six des neuf provinces d’importance mineure par ailleurs.

Aux municipales, les résultats des communistes cachés sous l’étiquette « Fédération de la gauche » ne sont pas bons du tout.

Dans nos fiefs historiques, comme Sienne (2,17%) ou Bologne (1,46%), les scores sont faméliques.

Dans les autres villes du centre et du nord, les résultats ne sont guère meilleurs : 1,44% à Novara, 1,96% à Rimini et surtout 1,15% à Turin, ville des grandes luttes ouvrières, ville où s’est forgé le PCI de Gramsci et de Togliatti.

Des résultats moyens apparaissent presque comme de grandes victoires, au-delà de Ravenne, les scores sont honorables dans des milieux difficiles, comme les grandes métropoles Milan (3,10%) et Naples (3,66%).

2% dans les grandes villes historiques, 6% dans un fief de droite... où la stratégie « Fédération de la gauche » n’est pas appliquée !

Seule éclaircie dans ce sombre ciel, le bon score des communistes à Reggio Calabria – pourtant fief inexpugnable de la droite – avec 5,8%. Comment l’expliquer ? Reggio Calabria fut une des rares grandes villes où la stratégie « Fédération de la gauche » ne s’est pas appliquée. Les deux candidats communistes ont concouru séparément, avec symboles, nom et identité communiste et ce choix de marquer sa différence communiste a payé.

Il est presque impossible d’agréger les données d’élections locales, a fortiori municipales.

Toutefois si on agrège les scores des candidats « Fédération de la gauche » dans les dix plus grandes villes du pays, la Fédération n’obtient que 2,2%, à la quatrième place à gauche derrière le PD bien sûr, mais aussi derrière l’Italie des valeurs (IdV) du juge Di Pietro (3,6%) et Gauche, écologie et libertés (SEL) du chouchou des médias Nichi Vendola (4,8%).

Quelle perspective ? Unir la gauche institutionnelle et tirer le PD vers la gauche oureconstruire le Parti communiste dans les luttes et les moments électoraux

Face à ce constat d’échec, le secrétaire-général de Refondation communiste, Paolo Ferrero, choisit la méthode Coué notant une « croissance de la Fédération de la gauche lors de ces élections locales ». Au vu des exemples guère convaincants mis en avant par l’ancien dirigeant de Democrazia proletaria, lui-même est contraint de concéder que ceux-ci n’ont « rien d’extraordinaire ».

Toutefois, le projet politique reste le même, gauche plurielle derrière le PD libéral, maison commune de la gauche avec des liquidateurs comme Nichi Vendola et essayer de tirer vers la gauche le PD :

« La possibilité concrète de battre les droites à travers une alliance des forces de centre-gauche – sans alliance avec le centre – et la nécessité d’unir les forces de gauche (Fédération de la gauche, SEL, IdV) afin de modifier profondément le programme et la politique du centre-gauche », déclare Ferrero après le scrutin.

Où va s’arrêter le résistible déclin des communistes italiens ? Plus que jamais, le peuple d’Italie a besoin d’un Parti communiste vingt ans après sa dissolution. Il n’a pas besoin d’une énième liquidation, qu’elle prenne le nom de « Fédération de la gauche » comme hier de « Démocrates de gauche » ou de « Gauche arc-en-ciel ». Aux communistes italiens de se réapproprier leur parti, de le reconstruire, de réaffirmer la nécessité du Parti communiste dans les moments électoraux et dans les luttes !

http://solidarite-internationale-pc...


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Municipales en Italie : la droite déconfite, le centre-gauche par défaut et les communistes empêtrés dans une « Fédération de la gauche » en basses eaux
20 mai 2011 - 12h59

Partout en Europe les stratégies de type Front de Gauche sont un échec. Leur seule programme qui est de "scorer" (et quels sores ?)aux élections.

Mais en France on a le FdG et son leader charismatique qui est plus meilleurs que les Allemands ou les italiens.

Réduire le communisme à une coalition électoraliste c’est tuer le communisme !

Carland



Municipales en Italie : la droite déconfite, le centre-gauche par défaut et les communistes empêtrés dans une « Fédération de la gauche » en basses eaux
21 mai 2011 - 09h20 - Posté par Cop

Il y a surtout un manque de clarté sur les fondamentaux, l’absence d’une stratégie compréhensible et qui emporte la décision, l’insuffisance de mise en avant de revendications claires et unifiantes au profit de discours ampoulés .

Le potentiel existe, la révolte existe, mais se cherche dans tous les sens entre explosions sociales, colère et abattements.


Municipales en Italie : la droite déconfite, le centre-gauche par défaut et les communistes empêtrés dans une « Fédération de la gauche » en basses eaux
21 mai 2011 - 12h25 - Posté par

Partout en Europe la gauche est en ruine : En France c’est à tout casser 10 % des votants....Alors que la crise du capitalisme touche les plus fragiles et montre les limites de ce modèle , la gauche a du mal à emerger . Pourquoi ?






accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite