Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

JAPON - A Koriyama, 300.000 habitants, situé à 60 kilomètres de Fukushima, la radioactivité est montée en flèche.


lundi 6 juin 2011 - 13h18 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Japon : A Koriyama, le péril invisible Les 300.000 habitants de cette ville, située à 60 kilomètres de la centrale accidentée, se croyaient à l’abri. Mais la radioactivité y est montée en flèche.

Ce pourrait être une scène de crime. Avec une bâche en plastique bleu pour recouvrir le corps. Un ruban jaune qui interdit l’accès. Et des traces de pas, uniques, celles des enquêteurs. Ce pourrait être. Mais là s’arrête la comparaison avec une hypothétique enquête criminelle. Parce que nous sommes à l’école élémentaire Kaoru, à Koriyama, dans la préfecture de Fukushima. Et que le meurtre n’en est pas un. Pas vraiment.

Il n’existe d’ailleurs pas d’enquêteur. Juste un principal. Un homme au visage lisse et bronzé qui porte, en ce jour gris et frisquet, un survêtement peu seyant, des bottes en caoutchouc et des gants. Pas de masque, pas de lunettes. Une pelle, des sacs en plastique qu’il remplit consciencieusement, puis dépose dans une brouette pour enfin les transporter au-delà du périmètre interdit. Un principal qui n’a rien d’un surhomme, mais qui ressemble à s’y méprendre à un héros. Un de ces héros ordinaires que l’on remarque rarement.

Vous ne verrez pas son visage. Non tant par modestie que parce qu’il est hors la loi. Tout commence, en avril, moins d’un mois après le tsunami du 11 mars et surtout les explosions dans la centrale nucléaire de Fukushima. La municipalité de Koriyama prend le gouvernement de Tokyo à contre-pied et affirme que la radioactivité est trop élevée dans la ville. L’ordre est donné de racler la terre sur 3 à 5 centimètres dans les cours de récréation et sur les terrains de jeu d’une quinzaine d’écoles. L’objectif est ensuite de l’enfouir à unmètre de profondeur dans le sol. Adieu la récré, les enfants seront désormais confinés à l’intérieur. Le principal Moriyama, de l’école Kaoru, fut ainsi le premier à s’exécuter. Il faut dire que son école de 592 élèves, de 6 à 12 ans, avait un bien triste record : celui de la radioactivité la plus élevée. La panique n’a pas tardé. Résultat : 10 à 20 % des enfants ont déserté les établissements scolaires de Koriyama. Mais au moins, la municipalité croyait avoir réglé le problème.

Les enfants claquemurés dans l’école Il n’en fut rien, évidemment. Il suffit de sillonner la ville pour apercevoir, dans bon nombre d’établissements scolaires, un tas de terre recouvert de cette même bâche en plastique bleu. Alors aujourd’hui, le principal, excédé, a franchi le cordon jaune. Cela fait des semaines que le pauvre homme se bat pour que ces déblais contaminés soient évacués. En vain. La municipalité a bien tenté de se débarrasser de cette terre, mais, à chaque fois, elle s’est heurtée à un refus catégorique de la part des propriétaires approchés. Au risque de faire perdre la raison aux parents d’élèves, le principal a donc décidé de continuer à gratter le sol. Mais la manoeuvre le gêne. Contourner la loi n’est pas simple. Alors, prudent, et conscient de la mauvaise publicité que peut lui apporter son initiative, il nous cache prestement le compteur Geiger sous un tas de papiers. Des feuilles, plus précisément, avec des traits, des chiffres et surtout une courbe. Celle de la radioactivité depuis la catastrophe nucléaire du 11 mars dernier. Qu’il préfère ne pas communiquer.

Parce que l’invraisemblable s’est produit. Bien qu’extérieur à la zone d’exclusion décidée par le gouvernement japonais après la catastrophe nucléaire, Koriyama, plus de 300.000 habitants, a subi des radiations supérieures à certains endroits de cette zone. Les gens s’étaient sans doute imaginés maintenir le cauchemar à bonne distance. Là-bas, à 60 kilomètres, au bout du monde, croyaient certains. "Si l’on regarde de près les cartes officielles qui indiquent les taux de radioactivité découverts dans la préfecture de Fukushima, ils correspondent à ce que nous avons trouvé, explique Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la Criirad*. Le problème, ce ne sont pas les chiffres, mais l’interprétation de ces chiffres." Le 26 mai, cet ingénieur en physique nucléaire s’est rendu près de Koriyama, chez un fermier, afin de mesurer le taux de radiation. "À un mètre du sol, c’était très contaminé. On lui a expliqué que s’il travaillait quatre heures par jour pendant un an, il recevrait une dose radioactive jugée aujourd’hui inacceptable. Sans compter que cette radioactivité est due au césium 137, qui a une durée de vie de trente ans." Les habitants de Koriyama ont de vraies bonnes raisons de s’inquiéter. "Entre l’inhalation et la digestion, ils cumulent les doses, poursuit l’ingénieur. Koriyama est la parfaite expression de la difficulté des gouvernements à gérer un accident post-nucléaire."

Il y a deux semaines, 300 parents et 50 professeurs de l’école Kaoru ont remonté leurs manches et nettoyé de fond en comble l’école. Parmi eux, Hiroko, 33 ans, et Hisae, 48 ans, des mamans sans histoires. Le nucléaire ? « Une réalité bien lointaine. » Aujourd’hui, elles atterrissent. Elles sont droites sur leur chaise en osier dans ce café aux lignes épurées, mais leur peur est palpable. Le jour où la terre a été grattée, les enfants avaient été enfermés dans l’école, rideaux tirés. Ils n’ont entendu que le bruit des hélicoptères que certains médias avaient loués pour filmer la scène. Les enfants ont su mais n’ont rien vu. Depuis, chaque matin et chaque soir, ils ne voient que ça, cet énorme tas de terre dans un coin du terrain.

Leurs mères, elles, ne les lâchent plus. Finies les promenades ! Tout trajet se fait en voiture. Les mains et la gorge sont lavées des dizaines de fois par jour. Les bras ne sont plus jamais nus, la tête est couverte d’une capuche, et le visage est masqué. Hiroko et Hisae, dans leur frayeur absolue de voir leurs enfants contaminés, seraient presque tentées de les empêcher de respirer l’air de l’extérieur. Et elles notent le taux de radioactivité donné par le gouvernement dans un petit carnet. "On nous a menti et on nous a laissé tomber. Jamais une ville de cette ampleur ne sera évacuée. L’ennemi est invisible, incolore, inodore. On n’aurait jamais cru qu’une telle chose arriverait ici, à 60 kilomètres de Fukushima. Mais on a compris que la distance ne voulait plus rien dire. "

Emiko voulait quitter la ville L’école du quartier de Momomidai à Koriyama, Shogi et Emiko Suzuki, tous deux âgés de 63 ans, ne la regardent désormais que de loin, dans la méfiance et la souffrance. Cela fait vingt-cinq ans qu’ils habitent là et qu’ils vivent au son des cris et des pleurs des élèves, sans jamais vraiment les regarder. Le 2 mai, il a fallu s’arrêter et poser son regard. Les enfants avaient déserté le terrain. Par deux fois, le 2 et le 28 mai, le sol a été retourné, entassé dans un coin, et dissimulé aux yeux du monde, sou la sinistre bâche en plastique bleu. La première fois, Emiko s’est barricadée chez elle, a calfeutré les portes et les fenêtres, persuadée qu’ainsi elle empêcherait la poussière de s’infiltrer dans la maison. Elle a vu les hommes de la ville amener le bulldozer et tout retourner. Comme ça, sans même porter un équipement spécial.

La jolie vieille dame secoue la tête. Cela fait cinquante ans qu’elle est mariée à Shogi, qu’elle a connu à l’école primaire. Jamais ils ne s’étaient vraiment affrontés. Jusqu’au 11 mars. Doucement. "J’ai voulu qu’on évacue la ville, pas pour toujours, juste un peu, mais mon mari n’a pas voulu", souffle-t-elle gentiment. Ce mari troublé, aux aguets. Ce qui le perturbe le plus, c’est ce mélange surréaliste de silence et de bruit. D’un côté, les enfants privés de voix, de l’autre les oiseaux qui piaillent comme avant. Il scrute le moindre signe de cette radioactivité invisible. Et se rassure presque à la vue des pissenlits qui poussent partout depuis le 11 mars. Sa femme s’accroche à d’autres signes. Ce linge qu’elle ne met plus à sécher à l’extérieur, ces masques que désormais tous les enfants ne quittent jamais, ce journal qu’elle lit et relit, les articles sur le nucléaire qu’elle découpe, ce nucléaire auquel elle n’accordait jamais une pensée avant ce drame. "On trouve normal maintenant, lorsque l’on regarde la météo à la télé, de suivre aussi le taux de radioactivité donné chaque jour." Des tournesols : voilà ce que Shogi va planter. Même s’il ne les aime pas trop. "Ils sont réputés absorber les radiations dans la terre."

Koriyama courbe l’échine. Les traces du tremblement de terre ont été largement effacées. Les touristes ont déserté la région, et la population s’enfuit chaque week-end. Devant le gigantesque stade en périphérie de la ville, le parking est envahi par les voitures aux plaques d’immatriculation de Fukushima. Il reste un millier de réfugiés. Ils ne savent pas. Ils ont cru échapper au malheur de l’air irradié. Ils ne savent pas. À quel point les radiations les ont rattrapés.

 http://www.lejdd.fr/International/A...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
JAPON - A Koriyama, 300.000 habitants, situé à 60 kilomètres de Fukushima, la radioactivité est montée en flèche.
7 juin 2011 - 07h30

Ça va être le quotidien du monde entier, et c’est pour bientôt. Mais nous pourrons suivre l’évolution de la radioactivité comme on suit naturellement les indices de pollution sur notre téléviseur qui fonctionne avec avec de la bonne énergie nucléaire.



JAPON - A Koriyama, 300.000 habitants, situé à 60 kilomètres de Fukushima, la radioactivité est montée en flèche.
7 juin 2011 - 11h41 - Posté par kounet

exact et pourtant les gens ne veulent pas voir ce qui va arriver .Pendant ce temps, on leur remplit la cervelle avec DSK, la Lybie , le Pérou et la dette fictive des Grecs.
L’humanité va crever mais je n’arrive pas à nous plaindre .


JAPON - A Koriyama, 300.000 habitants, situé à 60 kilomètres de Fukushima, la radioactivité est montée en flèche.
7 juin 2011 - 15h50

Si l’humanité laisse faire ça, c’est que la betise a pris le pas sur l’intelligence et que finalement, dans un concept de sélection des espèces, l’humanité ne valait pas qu’on la conserva. Il aurait simplement suffit d’être moins con. C’est dommage. Bonne chance aux suivants






La chirurgie esthétique en Tunisie
vendredi 24 - 11h38
de : Lulianne
3 commentaires
La France s’embrase : Retraites aux flambeaux organisée à Paris et dans toute la France
jeudi 23 - 21h49
de : nazairien
10 commentaires
La CFDT condamnée en appel pour abus de pouvoir
jeudi 23 - 15h24
4 commentaires
Avancée Sociale possible ? Oui en Espagne !
jeudi 23 - 15h21
de : JO
Affaire Benalla : "Le panier de crabes" vers son dénouement ?
jeudi 23 - 14h47
de : JO
VENEZUELA : Rencontre Internationale Anti-impérialiste de Caracas !
jeudi 23 - 14h30
de : JO
3 commentaires
POUR UNE HISTOIRE AMÉRINDIENNE DE L’AMÉRIQUE
jeudi 23 - 13h37
de : Ernest London
Inondons l’Elysée avec un courrier "licenciement MACRON l’imposteur
jeudi 23 - 10h06
de : Martine
La dictature des minorités - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 22 - 21h40
de : Hdm
1 commentaire
Et si l’incurie de nos dirigeants était la principale cause de chômage en France ?
mercredi 22 - 21h05
de : Gerard989
1 commentaire
A vous de juger de l’indépendance des médias aux ordres !
mercredi 22 - 18h03
de : JO
Thèses sur le mouvement en cours
mercredi 22 - 15h49
de : Paroles Libres
Oligarchie souterraine : mais qui sont les membres du club si fermé des « Canetons du Châtelet » ?
mardi 21 - 19h23
de : MathF
9 commentaires
Dans un billet sur twitter, Gérard Filoche dénonce, le "Hold Up" géant de macron (texte dans document cliquable)
mardi 21 - 14h38
de : nazairien
8 commentaires
MYTHOPOÏESE
mardi 21 - 13h14
de : Ernest London
Réforme des retraites : ces économistes proches de Macron qui conseillent la CFDT
lundi 20 - 15h48
de : Bertrand Bissuel et Raphaëlle Besse Desmoulières
7 commentaires
Police partout, Justice nulle part !
lundi 20 - 14h58
de : JO
1 commentaire
Dunkerque : CGT et avocats attendent Macron de pied ferme pour sa visite d’un fleuron industriel (vidéo)
lundi 20 - 11h57
de : nazairien
1 commentaire
Au Théâtre ce soir : Par où t’es rentré ? On t’a pas vu sortir . . . .
dimanche 19 - 22h04
de : Bouffe du Nord
1 commentaire
Présence irrégulière d’une députée RASSEMBLEMENT NATIONAL au CESER de GUADELOUPE.
dimanche 19 - 13h50
de : UGTG (Union Générale des Travailleurs de Guadeloupe)
Denis Robert : la révolte du peuple citoyen, pour défendre ses droits : EN MARCHE VERS L’AFFRONTEMENT TOTAL(vidéo)
dimanche 19 - 13h06
de : nazairien
10 commentaires
ONG, syndicats et agriculteurs signent une tribune commune face à "l’urgence climatique"
dimanche 19 - 12h45
de : jean1
Comment vont être calculés vos droits au chômage à partir du 1er avril ?
dimanche 19 - 08h19
A visionner (YouTube) : Concert des artistes de l’Opéra de Paris ! Emotionnant !
samedi 18 - 16h41
de : JO
3 commentaires
Bravo et merci la confédération paysanne et surtout à ses adhérents
samedi 18 - 14h32
de : jean1
3 commentaires
Macron exfiltré d’un théâtre parisien
samedi 18 - 08h11
de : Ernest London
6 commentaires
Les Stats.
vendredi 17 - 19h16
de : L’iena rabbioso
4 commentaires
Extrême-droite économique et dictature : De Hayek à Thatcher et Pinochet.
jeudi 16 - 22h00
de : Christian DELARUE
6 commentaires
Municipales : comment Castaner va embellir le score de LREM, escroquerie électorale
jeudi 16 - 20h26
de : nazairien
12 commentaires
L’âge pipeau - C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 16 - 13h23
de : Hdm
1 commentaire
L’AFFAIRE AUDIN (1957-1978)
jeudi 16 - 12h24
de : Ernest London
une analyse parmi d’autres.
jeudi 16 - 10h45
Ségolène.
mercredi 15 - 16h38
de : L’iena rabbioso
10 commentaires
Grève des avocats : préserver une certaine idée de l’accès au droit
mercredi 15 - 14h41
Quand l’argent public finance de très controversés élevages industriels de poulets - Basta !
mardi 14 - 23h22
de : Christian DELARUE
Pour ceux, qui n’auraient pas compris les dangers : « RETRAIT » DE L’ÂGE PIVOT = FAKE NEWS ?! (ET IL Y A PIRE !) (vidéo)
mardi 14 - 18h51
de : nazairien
11 commentaires
Info-tour dans l’ouest : Contre l’agriculture industrielle et son monde - Free The Soil !
mardi 14 - 16h20
de : Free The Soil
Manif animée à Brest
mardi 14 - 14h28
de : azard
10 commentaires
Aboutir.
lundi 13 - 19h37
de : L’iena rabbioso
13 commentaires
Liberté pour Ahmad Sa’adat, Georges Abdallah et tous les prisonniers palestiniens !
lundi 13 - 16h18
de : Jean Clément

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
REMISE DE LA SOLIDARITÉ FINANCIÈRE À L’OPERA DE PARIS MARDI 31 DÉCEMBRE 14H
mardi 31 décembre
de Info’Com-CGT
6 commentaires
Donnez, partagez, investissez dans la lutte… c’est déterminant ! Faire un don en ligne https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... #CaisseDeGreve : remise solidarité financière pour salariés de l’Opéra de Paris mardi 31 décembre 2019 à 14h, dernier jour de l’année en symbole de lutte artistique vs #reformesdesretraites de #macron. Participation 13h à l’AG et remise publique du chèque sur les marches de l’Opéra Bastille à (...)
Lire la suite
POUR DÉFENDRE MA RETRAITE ET CELLE DE MES ENFANTS, JE VERSE À LA CAISSE DE GRÈVE (VIDEOS)
vendredi 27 décembre
de Info’Com-CGT
https://www.lepotcommun.fr/pot/soli... Nous sommes des millions à être opposés à la réforme des retraites que veut imposer le gouvernement. Cette "réforme" a pour objectif de nous faire travailler encore plus longtemps et mettre en place une retraite à points qui baissera inéluctablement le montant nos futures pensions ! Ne laissons pas faire. Agissons ensemble en participant aux mobilisations ou en alimentant la caisse de grève afin d’aider celles et ceux qui sont en grève et se (...)
Lire la suite
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite