Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Les murmures du vent
de : Serge Rivron
jeudi 21 juillet 2011 - 13h05 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
JPEG - 4.4 ko

Elle pouvait avoir 6 ou 7 ans, Lina.

C’était il y a bien longtemps, du temps où les Contamines n’était pas encore un village à part entière, mais le "quartier d’en haut" de Saint Nicolas, le village en-dessous, et où les enfants qui vivaient dans les hameaux de par ici, forcément, n’avaient pas la télé, ni le téléphone, ni internet, et n’allaient à l’école qu’à la mauvaise saison, 5 ou 6 mois entre la Toussaint et Pâques, quand les chemins le permettaient parce qu’il fallait y descendre et remonter à pieds. À la belle saison les enfants aidaient leurs parents, et de toutes façons, à 11 ou 12 ans, ils n’allaient plus du tout à l’école.

Lina, elle vivait avec son père dans un chalet qui ressemblait à tous les chalets de berger, moitié étable-moitié séjour, et qu’on chauffait au bois et surtout aux grébons, des pavés de bouse séchée qu’on empilait dehors, contre les murs. Ils habitaient là avec 4 vaches, 5 ou 6 moutons suivant la saison, et quelquefois un cochon, parce qu’ils étaient, somme toute, plutôt aisés. La mère de Lina était morte pendant qu’elle attendait son deuxième enfant, mais on avait l’habitude de ces choses par ici, à une époque où les seuls remèdes étaient les plantes, et la prière quand les plantes n’agissaient pas. Son père aurait dû se remarier, depuis. S’il ne l’avait pas fait, c’est sûrement un peu à cause de Lina mais il ne lui en voulait pas.

Parce que Lina, elle ne parlait pas. Elle pouvait avoir 6 ou 7 ans, mais elle n’avait jamais parlé. Ni à son père, ni à ses cousins de la Frasse avec lesquels elle passe toute la belle saison, quand son père est obligé de la quitter pour mener ses bêtes pâturer là-haut, à l’alpage, ni à quiconque.

Evidemment, au début, on s’est fait un peu de souci pour elle, mais encore une fois, les enfants des montagnes de ce temps-là, on ne s’y intéresse pas comme à ceux d’aujourd’hui, on n’a pas le temps d’être toujours à courir les docteurs pour eux.

Alors Lina, elle parle pas, c’est comme ça. Elle écoute. Mais quand je dis "elle écoute", je voudrais que vous compreniez bien ce que ça signifie. Elle n’écoute pas comme on dit distraitement "je vous écoute", quand une personne nous parle. Lina, elle écoute tout comme on écoute une musique, du matin au soir, tout ce qui vit, tout ce qui bouge, tout ce qui est, à chaque heure de la journée, à chaque minute, à chaque seconde. Elle est dans la conversation des choses, elle collectionne les bruits du monde, comme d’autres collectionnent les papillons ou les pièces de monnaie et savent leur histoire, et savent les reconnaître.

C’est son secret, à la petite Lina qui ne parle pas : en réalité son silence est rempli des sons qu’émettent autour d’elle tous les organes de la nature et auxquels nul ne prête attention. Elle, elle est à l’affût du moindre d’entre eux, le moindre craquement, le moindre feulement, le moindre grésillement. Elle peut passer des heures assise à côté de la mare, au printemps, à guetter parmi les coassements des grenouilles le clapotis imperceptible d’un fétu de paille poussé sur l’eau par la brise du soir. L’hiver, quand la nuit est tombée et que la neige enfouit le hameau, elle aime s’aventurer seule dehors pour entendre craquer les charpentes et respirer la montagne, là-haut, sous le ciel limpide et glacé. Elle reconnaît parfaitement, des milles couinements de la glace celui qui annonce, bien avant qu’on le voit, la fonte des neiges. Et le gémissement de la terre au moment de la poussée des premiers crocus ; le défroissement de l’herbe ; le gazouillis minuscule des petits de la fouine dans les frondaisons de la vieille étable.

Mais ce qu’elle aime par-dessus tout, ce sont les murmures du vent dans la forêt, quand les grands fûts ondulent doucement et font bruisser leurs branches et tressaillir tout un peuple de brindilles, d’aiguilles, de feuilles, et qu’elle entend siffler leur sève et se détacher les fruits rouges des sorbiers, le vent qui fait chanter les taillis et même les mousses, les lichens sur la rocaille au pied des troncs.

Oui, il lui semble qu’ici seulement tous les bruits du monde qu’elle collectionne, tous les sons qu’elle connaît et qu’elle inventorie donnent leur pleine mesure. Ils ne sont plus seuls, isolés, ils restent distincts mais ils se répondent. Ils ne sont plus seuls, ils sont les murmures du vent, ses notes ; et le souffle du vent est l’harmonie du monde. Ecoutez…

Bien, vous voilà dans l’ambiance ! Initiés comme vous l’êtes à présent, grâce à Lina, à l’écoute des bruits de la nature, vous aurez certainement remarqué le vrombissement sourd du torrent derrière nous, à qui nous devons aussi une partie de cette délicieuse fraîcheur tombée sur nos épaules… Eh bien, ce torrent, c’est le Bonnant - en patois d’ici ça veut dire "la bonne rivière" – et vous allez voir qu’il a peut-être un rapport avec l’histoire de Lina.

Elle a donc 6 ou 7 ans, Lina, quand son père lui propose pour la première fois de l’accompagner en alpage pour la remue. Ils y mèneront aussi les bêtes des cousins de la Frasse, et ils redescendront à la fin de l’été, comme de juste. Bien sûr elle est ravie, Lina, elle ne se fait pas prier. Elle pense déjà à tous ces bruits nouveaux qu’elle va découvrir là-haut, au milieu des sonnailles du troupeau. Et les sonnailles justement, dont elle adore le tintement varié et paisible, clarines et carons qui disent de loin au berger où sont ses vaches, où les laitières qu’il faut traire deux fois le jour et où les génisses et les veaux qu’on peut laisser folâtrer dans la prairie. Et puis là-haut, elle le sait aussi, c’est le domaine du vent, et il y a tellement de temps qu’elle voudrait entendre de plus près chanter les cimes !

C’est une belle animation, un départ de remue : les hommes et les femmes des hameaux rassemblent les bêtes, il y a aussi pas mal d’enfants qui chahutent et qui piaillent, parce qu’une fois les troupeaux là-haut, la plupart des hommes redescendront pour les travaux des champs, laissant aux mères et aux gamins la garde des bêtes. Il y a aussi des gars qui viennent de plus bas, les chiens qui aboient, les vaches qui meuglent, les moutons. Lina, elle est un peu saoulée par tout ce tintamarre, elle qui a l’ouïe si fine. Ouf, vivement qu’on se retrouve dans le silence de l’alpage !

Voilà. On a marché même pas deux jours en direction du col, bêtes et gens se sont répartis dans la prairie autour des chalets abandonnés depuis l’an dernier. On y est, et pour Lina, c’est un émerveillement continuel. Une chose qui l’a beaucoup amusée d’abord, bien qu’elle soit plus portée à la contemplation auditive des bruits de la terre, c’est d’entendre siffler les marmottes, des vrais sifflets de garnements ! Tous les jours, elle part à la recherche de nouveaux sons, elle apprend toutes les variantes du souffle du vent, elle sonde l’écho de tous les ravins. Plus encore qu’en-bas, elle remarque combien chaque heure du jour influe sur la sonorité du monde : le matin, où les bruits tintent clair, propice aux accents des voix humaines ; le midi, plus mat à la mélodie des torrents ; les crissements d’insectes à l’heure de la sieste ; la respiration profonde du couchant qui porte au loin les cloches des troupeaux ; la nuit qui feutre tous les bruits de la terre et rend si proche le murmure des hommes et celui du vent.

Et puis voilà qu’un jour, alors qu’elle est assise dans l’herbe à l’heure de la sieste, elle entend au loin, comme provenant du gros rocher qui surplombe le col, un son – que dis-je, un son ? – une harmonie puissante et belle, incroyable dans ce décor lunaire, impossible : on dirait… on dirait que les murmures du vent jouent dans une forêt invisible.

Elle n’en croit pas ses oreilles, se lève, et grimpe, le plus vite qu’elle peut, de crainte que l’impossible mélodie ne s’arrête. Elle grimpe, trébuche, s’essouffle, repart, ne sentant rien de sa fatigue, portée par cette musique qui ne s’arrête pas et dont elle veut à tout prix découvrir la source - et plus elle monte, plus elle est certaine que le vent a trouvé quelque part une forêt enchantée, un paradis à sa mesure.

Enfin, elle est au col : les murmures du vent sont ici, tout près, elle en est sûre ! Elle regarde autour d’elle et là, au centre d’une sorte d’abri de pierres, elle voit un homme, qui paraît faire jaillir tout ce monde de futaie, de mousses, de souffles arrangés dans un ordre parfait d’une sorte de gros coffre à touches et à soufflets qu’il tient entre ses bras – évidemment, nous, on aurait sûrement reconnu là un accordéon, mais Lina n’en avait jamais vu puisque l’accordéon venait juste d’être inventé et qu’il ne s’en promenait pas souvent par ici… et puis si ça trouve, il n’était peut-être même pas encore inventé…

"Bonjour Lina", lui dit le gros coffre, "qu’est-ce que tu fais par ici ?"

Lina regarde, écoute surtout, fascinée. Le bonhomme écarte et referme les soufflets, pianote sur les petites touches, et le gros coffre raconte à Lina toute la vie, tous les bruits du monde qu’elle a apprivoisés : les forêts, les torrents, la neige, les marches au soleil de midi, les taons qui bourdonnent près des sabots des vaches, même le clapotis imperceptible du fétu dans la mare, l’accordéon lui fait entendre. Et avec son souffle, un souffle aussi profond et mobile que le vent, un souffle précis, il fait de leurs murmures un chant avec des mots qui parlent à Lina, et l’invite à chanter avec lui. Et elle, la petite fille qui n’a jamais parlé, elle se met à chanter.

"Tu as une très jolie voix, Lina", lui dit l’accordéon. Et Lina ne sait pas si c’est un rêve, mais elle chante et parle avec l’accordéon, des heures durant.

"Tu entends, Lina, les clarines en-bas dans la prairie… Il faut rentrer maintenant, le soir vient."

Et en effet, très loin, si loin qu’il faut être Lina ou l’accordéon pour les percevoir, on entend les sonnailles qui disent que déjà les bergers rassemblent les laitières pour la traite du soir.

"Je pourrais revenir demain ?" demande Lina.

"Bien sûr Lina, je serai ici tous les jours, aussi longtemps que tu voudras."

Ce soir-là, en rentrant à l’alpage rejoindre son père, le monde autour d’elle lui semble étrangement silencieux. A peine s’est-elle éloignée du col que l’accordéon s’est tu, et c’est comme si à la nature, pourtant aussi fourmillante de bruits que d’habitude, manquait une voix, sa voix. Elle a beau tendre l’oreille, elle ne l’entend plus. Aurait-elle rêvé ? Son père l’accueille, ils mangent, puis vont s’étendre sur leurs paillasses. "Bonne nuit Lina", dit le père. Comme d’habitude Lina ne répond pas, écoute en s’endormant les murmures du monde autour d’elle en souhaitant que demain les éclaire à nouveau des mille harmonies du gros coffre à soufflets.

Ouf ! Le lendemain, à peine éveillée, elle entend la mélodie de l’accordéon, là-haut, qui l’appelle. Et comme hier, elle se laisse porter jusqu’au col par ce joyeux envoûtement qui mieux que la veille encore l’invite à chanter, à danser, à chanter, à chanter, et à chanter encore, plus haut, plus fort, plus gaiement. Oui, le bonhomme est là, et fait comme d’une caverne au trésor sortir sans arrêt du gros coffre tous les murmures et les accents du vent, ceux qui sont tristes et ceux qui sont joyeux, leur donne leur nom et leur note juste et Lina les répète, et le bonhomme et son accordéon ne sont pas un rêve, mais la parole retrouvée par Lina, la musique, la vérité vraie.

Mais voilà qu’à nouveau on entend les clarines, il faut rentrer ! "Je pourrais revenir demain ," demande Lina.

"Bien sûr Lina, je serai ici tous les jours, aussi longtemps que tu voudras."

Et comme la veille, à peine a-t-elle entamé la redescente du col pour rejoindre son père, que l’accordéon se tait. Elle rentre, mange silencieusement sa polente, tout en guettant dans les lointains l’écho de son ami, mais rien. Alors elle s’endort, en espérant toujours que ce n’était pas un rêve, qu’il sera là demain matin.

Et invariablement, le lendemain à son réveil, elle l’entend qui l’appelle, et elle y court, de toutes ses forces, et chante toutes les paroles qu’elle n’a jamais dites à quiconque, pour accompagner les murmures du vent que le bonhomme extrait du coffre magique. Et les jours passent, toujours plus joyeux, mais les soirs aussi toujours plus tristes, parce que Lina, qui aimerait tant que la musique l’accompagne quand elle s’en retourne auprès de son père, n’entend jamais l’accordéon avant le lendemain, à son réveil.

Alors un soir, elle n’y tient plus, avant de quitter le bonhomme elle demande : "- Pourquoi faut-il que tous les soirs, t’ayant quitté, je n’entende plus ta musique avant le lendemain ? "- C’est que moi, je n’entends plus ta voix non plus : tu ne dis rien à personne, là où tu vas ? "- Ta musique pourrait donc m’accompagner ? "- Bien sûr, si j’entends ta voix."

Quand Lina est arrivée à l’alpage ce soir-là, elle avait chanté à tue-tête tout le long du chemin. En entendant se rapprocher du chalet cette petite voix joyeuse qu’il n’avait jamais entendue, son père est sorti pour voir qui arrivait, et il n’en n’a pas cru ses oreilles : "c’est toi qui chantes, Lina, ma petite ?!" Alors Lina lui a expliqué, tout : les bruits du monde, les murmures du vent, l’accordéon, le bonhomme, la musique, les mots… Ils ont parlé longtemps, et tout le long de la soirée, Lina a entendu son ami l’accordéoniste, là-bas, qui jouait pour elle, comme il l’avait promis.

Le lendemain en se réveillant, elle était tellement heureuse qu’elle ne s’est pas aperçue tout de suite que l’accordéon ne jouait plus. Elle a bu son lait et mangé son fromage en parlant gaiement avec son père, et puis elle a repris l’ascension du col en chantant, et c’est seulement là-haut qu’elle a vu qu’il n’y avait plus personne. Elle s’est avancée vers l’abri de rocailles où l’attendait le bonhomme, d’habitude… Personne. Mais, à la place où il s’était tenu tous les jours depuis que Lina l’avait rencontré, une petite source chantait.

Lina a-t-elle ou non rêvé ces heures à apprendre les mots et les paroles des murmures du vent ? Nul ne le sait, et pas même elle. Mais on dit que c’est elle qui, en redescendant à l’alpage pour raconter cette histoire à son père, donna son nom au col du Bonhomme , et peu importe que ce soit en souvenir d’un accordéoniste ou d’un rêve !

On dit encore que Lina, la petite fille qui ne parlait jamais, fut plus tard institutrice au pays.

On dit enfin que la petite source qu’elle a vue ce matin-là pour la première fois, ressurgit de temps à autres à la fin de l’été. Elle coule pendant quelques heures et ses eaux vont alimenter le Bonnant ; alors, si on est suffisamment attentif, il paraît qu’en écoutant bien le roulis du torrent derrière soi, on peut l’entendre émettre distinctement quelques mesures d’accordéon.

http://srivron.free.fr/vracmurmur.html



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Les murmures du vent
23 juillet 2011 - 16h05

Magnifique histoire parmi ce torrent de mauvises nouvelles.
Un peu de réve,avec les larmes au bord des yeux,notre société manquant d’imaginaire, au sens "romantique" , ou autre définition, de notre société si matérialiste.






Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London
Le "Tube de l’été" : "CON à voter Macron" Chanson Inédite (vidéo)
lundi 1er - 00h01
de : nazairien
2 commentaires
Acte 33, A Paris, le mouvement, qui s’essouffle, a émoussé, la "vista" de la flicaille (vidéo)
dimanche 30 - 19h09
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mise dans les mains d'un psychopathe. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite