Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Abolissons svp , M.le MINISTRE, les non dits sur la PEINE DE MORT !
de : Alain CHANCOGNE dit A.C
vendredi 9 septembre 2011 - 12h43 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Monsieur Badinter,

Cher Maître, Monsieur le Ministre ,

Avec Madame VEIL , (concernant l’IVG) , vous êtes -et ce n’est pas une clause de style- un Homme politique auquel je reconnais le courage d’avoir mené un long combat contre la Barbarie.

J’apprends par la presse que vous serez présent à la Fête de l’Humanité.

Mes amis d’ECPM me l’indiquent.

http://www.abolition.fr/fr

La Fête de l’Huma sera, tout particulièrement cette année, l’occasion d’entamer les festivités du 30e anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France avec un débat auquel participeront M. Robert Badinter, sénateur et ancien garde des Sceaux, et M. Philippe Maurice, dernier condamné à mort française grâcié par François Mitterrand, mais également de rappeler que 58 pays continuent d’exécuter des condamnés à mort, à travers la campagne Justice pour Hank Skinner.

Ce 30° anniversaire fait l’objet de débats interressants su quelques chaines de TV et radios.

Je m’étonne cependant d’un "oubli fâcheux"

En FRANCEentre1956 et 57, nous battîmes le record d’ exécutions capitales !

Je dis bien en France !

Car les gouvernant successifs, refusant d’admettre qu’une guerre de libération était en cours jusqu’en 1962 (victoire de l’héroïque peuple martyre d’Algérie) , firent donc en sorte qu’objectivement c’est dans les cours de prisons françaises (Alger notamment) que la France décréta que trancher la gorge d’un opposant français (et oui..) constituait un droit de JUSTICE..

L’histoire retiendrait, si on ne la censurait pas , que c’est le futur Président"abolitionniste" F.MITTERRAND, votre fidèle ami, qui refusa , de quelques signatures murement pesées,... de donner un avis favorable à la grâce Présidentielle...

De ce fait, de par sa complicité active, une cinquantaine de "citoyens" furent assassinés "au nom du peuple français"

Au nom de ce Peuple, Monsieur le Ministre, avec respect mais fermement , je vous demande d’intervenir pour que les livres d’Histoire n’insulte pas les innocents et précise ces faits que les"donneurs d’ordre" et les exécutants soient CONNUS, à défaut d’avoir été jugés...

OUI la peine de mort avec l’image de ce couperet qui enterre toute possibilité de rectifier les dégâts de l’erreur judicaire, "on "connait..

Ranucci , certes, Perrault a bien travaillé pour que l’oubli ne tombe sur sa mémoire.

Son "pull over rouge" est dans dans toutes les têtes

Qui ne serait ému en se souvenant de votre plaidoyer pour sauver Patrick HENRY..

Monsieur le Ministre abolitionniste,

Les rigoles de sang de Résistants , guillotinés avec la complicité de Mitterrand restent à jamais sur la page noire que vous avez , vous aussi, contribué à faire en sorte que la jeunesse ne l’ouvre pas.

Ferrat chantait dans"Nuit et Brouillard"

Que le sang sèche vite en entrant dans l’Histoire"

Non, Monsieur.

Celui de mes camarades ne sèchera jamais.

Respectueusement

Alain Chancogne

Appelé en algérie (Constantinois) de Juillet 59 à septembre 62, porteur de l’uniforme d’une armée qui traita un peuple en résistance avec les mêmes moyens, la même logique que deux décennies auparavant , le bras armé du Fascisme..
Avec le même type d’ordre"Faîtes les taire"

En annexe un article à relire

http://www.algerie360.com/algerie/q...

C’est tout un mythe qui tombe : François Mitterrand, jusque-là épargné et élevé au rang d’intouchable, est rattrapé par son histoire coloniale.

Mitterrand, alors ministre de la Justice, a donné un avis défavorable à la grâce de quarante-cinq condamnés à mort algériens, au début de la guerre d’Algérie. Toute sa vie, celui qui devait devenir, en 1981, le président de l’abolition de la peine de mort, aura porté ce remord-là et aura réussi à empêcher que ces cadavres ne sortent de son placard.

C’est la principale révélation contenue dans le livre de l’historien Benjamin Stora et du journaliste du Point, François Malye, François Mitterrand et la guerre d’Algérie, publié cette semaine.

Parmi les révélations contenues dans le livre, l’avis favorable donné également par Mitterrand à l’exécution du militant communiste Fernand Iveton, lequel avait déposé dans son usine une bombe qui, découverte à temps, n’explosa pas. En 2007, dans Le Point, Malye assurait ne pas connaître l’avis de Mitterrand sur le cas Iveton. “Dans la biographie de Mitterrand par Giesbert, il est dit que Mitterrand s’était opposé à l’exécution d’Iveton.”

Voici quelques extraits du livre à ce sujet : “Le dossier 9456 de Fernand Iveton a disparu des archives de la chancellerie. C’est le seul condamné à mort exécuté de cette période dont il ne demeure aucune trace au ministère de la Justice.”

L’historien Jean-Luc Einaudi, auteur de l’ouvrage pionnier Pour l’exemple, l’affaire Fernand Iveton, a raconté comment, cherchant à obtenir les documents de cette affaire, il s’est heurté dans tous les ministères concernés à un mur de silence, une conspiration administrative, “comme si le dossier Fernand Iveton devait demeurer à jamais dans ‘l’Enfer’ des procédures judiciaires. Mais, pourtant, il en reste une pièce.

Celle qui figure dans les archives du Conseil supérieur de la magistrature auxquelles les auteurs de cet ouvrage ont pu accéder. Elle est bien mince — six pages — mais comporte un élément déterminant : François Mitterrand — comme la totalité des membres du CSM — s’est bien opposé à la grâce du seul Européen exécuté pendant la guerre d’Algérie, un homme qui n’avait pourtant tué personne.”

Quand le garde des Sceaux, François Mitterrand, quitte son ministère, en mai 1957, en pleine guerre d’Algérie, 45 nationalistes ont été guillotinés. François Malye et Benjamin Stora dévoilent dans un livre choc un pan obscur de la vie du président qui abolira la peine capitale en 1981. Cet ouvrage, François Mitterrand et la guerre d’Algérie (Calmann-Lévy) est l’aboutissement d’une enquête de deux ans.

“Nous avons épluché minutieusement de très nombreuses archives, dont quelque 400 pages de comptes-rendus des séances du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de l’époque, celles du ministère de la Justice ou encore de l’Office universitaire de recherches socialistes et découvert des documents inédits”, explique à l’AFP l’historien Benjamin Stora, spécialiste de l’Algérie.

Parmi ces nationalistes exécutés, figure Larbi Ben M’hidi que la propagande officielle française avait “suicidé”, jusqu’en 2001, lorsque le général tortionnaire Aussaresses reconnaîtra avoir exécuté l’un des pères de la Révolution algérienne. Avant lui, un autre général tortionnaire, Bigeard, avait reconnu avoir torturé Larbi Ben M’hidi. En fait, Mitterrand n’avait fait que suivre l’exemple de ses collègues, à cette époque-là. Il fallait mater la rébellion et chaque politicien ambitieux devait faire preuve de répression et de dureté afin qu’il soit bien apprécié dans son entourage.

Le mythe bâti autour de celui qui est devenu président de la République française vient de fondre comme neige au soleil. Non, Mitterrand était comme tous les autres politiciens et militaires français : il a cautionné la torture et les exécutions pour se transformer, par la suite, en abolitionniste de la peine de mort en France.

Les chantres des “bienfaits du colonialisme français en Algérie” en auront pour leur compte.

Note bis

220 miltants furent guillotinés de 1954 à 1962

je dédie cet article à nos frères combattants de la Liberté.

Symboliquement à Fernand Yveton, Communiste , militant syndical..connu de tous ici

Mais aussi au premier guillotiné,en juin 56, moins "célèbre".. ce martyre qui eut la tête tranchée au nom des intérêts de la bourgeoisie colonialiste

La dernière lettre du condamné à mort
AHMED ZABANA

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ahmed_...

Mes chers parents, ma chère mère.

Je vous écris sans savoir si cette lettre sera la dernière et cela, Dieu seul le sait. Si je subis un malheur quel qu’il soit, ne désespérez pas de la miséricorde de Dieu, car la mort pour la cause de Dieu est une vie qui n’a pas de fin et la mort pour la patrie n’est qu’un devoir. Vous avez accompli votre devoir puisque vous avez sacrifié l’être le plus cher pour vous. Ne me pleurez pas et soyez fiers de moi. Enfin, recevez les salutations d’un fils et d’un frère qui vous a toujours aimés et que vous avez toujours aimé. Ce sont peut-être là les plus belles salutations que vous recevrez de ma part, à toi ma mère et à toi mon père ainsi qu’ à Nora, El Houari, Halima, El Habib, Fatma, Kheira, Salah et Dinya et à toi mon cher frère Abdelkader ainsi qu’à tous ceux qui partageront votre peine. Allah est Le Plus-Grand et Il est Seul à être équitable.

Votre fils et frère qui vous aime de tout son cœur H’mida.

Puisse un participant au débat à la Courneuve, svp, évoquer ces faits.. MERCI



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Abolissons svp , M.le MINISTRE, les non dits sur la PEINE DE MORT !
9 septembre 2011 - 17h09 - Posté par Charles

Qui se souvient de Fernand Iveton ?

Le 11 février 1957, Fernand Iveton, trente et un ans, militant communiste, accusé de terrorisme, était guillotiné, après que sa grâce a été refusé par le président René Coty.
Né à Alger le 12 janvier 1926, Fernand Iveton suit l’itinéraire classique du militant communiste. À quatorze ans, le certificat d’études primaires en poche, il quitte l’école pour travailler. À seize ans, il adhère au Parti communiste algérien (PCA). Ouvrier tourneur à l’usine Lebon, puis à l’usine de Gaz d’Alger, délégué CGT, il est de toutes les luttes sociales. Et quand débute la guerre d’indépendance algérienne, il s’engage dans les Combattants de la libération (CDL) mis en place par le PCA.
En 1956, avec quelques amis, il entreprend une "action spectaculaire" : ils vont faire sauter le tuyau d’une usine à gaz. Ils prévoient deux bombes qui ne doivent exploser qu’une fois les employés partis. Selon Jacqueline Guerroudj, qui lui a remis l’engin, Iveton avait exigé qu’il ne fasse aucune victime civile. Il voulait seulement des « explosions témoignages » pour faire avancer la cause de l’indépendance. De fait, la bombe, de faible puissance, avait été réglée pour exploser le 14 novembre 1956 à 19 h 30. À cette heure, il n’y avait plus personne sur les lieux de travail, rapporte l’enquête. Au reste, les artificiers l’avaient désamorcée vers 18 heures.
Ce jour-là, Iveton s’aperçoit qu’il ne peut en cacher qu’une. Il la dépose en attendant dans un local désaffecté. Un contremaître qui l’avait à l’oeil, découvre la bombe. Iveton est arrêté. On trouve sur lui un papier où il est question de deux bombes qui doivent exploser à 19h30. Alors commence l’interrogatoire :
"On me déshabilla assez violemment en me déchirant la chemise. L’on me fit passer sur tout le corps, le cou, les parties, etc., le courant (...) la question était : "où se trouve la deuxième bombe ?" (...) voyant sûrement qu’il n’y avait plus de place pour le courant car j’étais entièrement brûlé (...) l’on me fit subir le supplice de l’eau." On le fait boire jusqu’à l’étouffement, "quand le ventre est gonflé, mes tortionnaires, assis sur moi, font du tape-cul sur mon ventre et l’eau me sort de partout". Les deux bombes n’ont pas explosé à 19h30, mais F. Iveton a fini, vers 22h, par donner le nom de ses camarades.
Le 24 novembre, rasé, sans moustache, le visage marqué par les actes de torture, Fernand Iveton est présenté devant le tribunal permanent des forces armées d’Alger. Le procès se déroule dans une atmosphère de haine. Quand il fait son entrée dans le tribunal, des insultes fusent à son endroit, le public exige sa mort et ses avocats sont menacés. Le procès est expéditif : il est condamné à mort le jour même pour terrorisme. En vérité, son sort avait été réglé en France. Sur proposition du garde des Sceaux, François Mitterrand, le gouvernement socialiste de Guy Mollet avait décidé que l’examen des recours des militants du FLN serait accéléré et que ceux dont la grâce était refusée par le chef de l’État seraient exécutés au plus vite. Le 10 février 1957, son recours en grâce est rejeté par le président René Coty.
La vie d’un homme, la mienne, compte peu, ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir et l’Algérie sera libre demain », déclarait-il au greffe de la prison, quelques minutes avant son exécution. Au pied de la guillotine, il a embrassé ses deux codétenus qui allaient être exécutés avant lui. « Celui-là, fut un condamné à mort modèle, droit, impeccable, courageux jusqu’au couperet », relate son bourreau, Fernand Meissonnier.
(Source : Jean-Luc Einaudi, Pour l’exemple, l’affaire Fernand Iveton, L’Harmattan, 1986).



Abolissons svp , M.le MINISTRE, les non dits sur la PEINE DE MORT !
10 septembre 2011 - 11h27 - Posté par

En même temps, ne pas trop mélanger la légalisation de l’ivg et l’abolissions de la peine de mort, ça n’a rien à voir, merci !
(quand est ce que les gens comprendrons ça, c’est casse pied ce manque de discernement !)


Abolissons svp , M.le MINISTRE, les non dits sur la PEINE DE MORT !
10 septembre 2011 - 11h44 - Posté par AC

Qui a mélangé ?

J’ai parlé duCOURAGE de se positionner contre les dispositions abjectes qui étaient les lois réprimant le droit à l’avortement, et le combat abolitionniste concernant la barbarie de la peine de mort.

Faut lire.. et éviter , SVP, quand on comprend pas une phrase, d’accuser celui qui écrit d’être un con sans discernement.

On peut s’expliquer autrement qu’avec condescendance .

Merci.

A.C


Abolissons svp , M.le MINISTRE, les non dits sur la PEINE DE MORT !
11 septembre 2011 - 11h10 - Posté par AC

je comprends que bella ciao aie retiré un commantaire des plus douteux.
Mais au delà des allusions sur ma vie privée, l’intervenant(e) semblait suggérer que ma "charge contre Mitterand relevait de mes anciennes amours politiques disons du sectarisme antisocialiste.

C’est un point que je peux donc "commenter" car c’est plein sujet .

J’ai écrit ces lignes sur la peine de mort à la mémoire mémoire des Algériens de toutes origines assasinés par le Colonialisme, au napalm,ou sur le billot

Car les cérémonie sur l’"abolition" souffrent de mensonge par omission.

Cela me met en colère, comme de savoir qu ’ajourd’hui, les 3000victimes des attentats de2001 York seront honorés alors que le silence lourd entoure l’assasisnat de dizaines de milliers de Chiliens euxaussi victimes d’un 11 Septembre.

J’ai fait ce"billet" parcevqu’il m’arrive encore, à mon âge, d’entendre dans mes cauchemars les cris de ceux que le fameux DOP passaient à la baignoire et à lagégène à plus de trois cent mètres de ma piaule de sous off’ de cette putain d’Armée

J’ai écrit ce texte pour prendre ma modeste part du nécessaire , permanent, difficile et courageux effort pour que soit connue , à chaque instant et par le plus grand nombre, s’agissant de mn pays, la VERITE sur son Histoire et les acteurs de la vie publique

Il n’y a pas de visée communiste en débat-construction si on ne met pas tout sur la table.

A.C





G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
3 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637
L’abolition des privilèges : il paraît que c’était le 4 août 1789...
dimanche 4 - 22h32
de : Rebellyon
1 commentaire
Vénézuela, La Via Campesina condamne le massacre de Barinas
dimanche 4 - 22h12
de : via campesina
IGNOBLE MENTALITE REACTIONNAIRE : Homophobie archaïque, homophobie fasciste, homophobie viriliste et patriarcale, etc
dimanche 4 - 11h10
de : Christian DELARUE
2 commentaires
mort de Steve : prolongement de la répression et des affaires d’Etat
samedi 3 - 23h26
de : Olivier LONG et Pascal Maillard
3 commentaires
Services publics supprimés et injustice territoriale
samedi 3 - 20h50
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Les médias se taisent sur le rejet de la plainte déposée par le DNC contre Julian Assange
samedi 3 - 14h03
de : Oscar Grenfell
Mort de Steve Alexandre Cervantes : « Dans l’eau, je me suis dit que j’étais perdu… »
samedi 3 - 13h31
de : nazairien
3 commentaires
Continuum de trois violences : politique, policière, pénale plus celle médiatique.
vendredi 2 - 23h52
de : Christian DELARUE
Ballade au pays des Broient de l’homme
vendredi 2 - 19h04
de : azenon
Mort de Steve Caniço : les deux juges d’instruction nantais demandent à être dessaisis
vendredi 2 - 17h37
de : nazairien
4 commentaires
25ème FORUM de Sao Paulo
vendredi 2 - 12h31
de : JO
LE TOTALITARISME INDUSTRIEL
vendredi 2 - 06h55
de : Ernest London
mieux vaut ne rirn faire que d’être payé à faire de la merde.
jeudi 1er - 23h03
de : irae
Grèce : la chasse aux anarchistes est ouverte !
jeudi 1er - 21h49
de : jean 1
2 commentaires
Un cadre d’HSBC démissionne publiquement avec une lettre ouverte à l’humanité
jeudi 1er - 21h34
de : nazairien
3 commentaires
Jean-Luc Mélenchon : Sur le décès de STEVE
jeudi 1er - 20h46
De l’Internet et du Pain.
mercredi 31 - 22h06
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
L’humanité-classe à Hendaye contre le G7 et le capitalocène !
mercredi 31 - 20h11
de : Christian DELARUE
Les "Gilets Jaunes" en Juillet, sur le "Tour" et ailleurs (reportage photos, blog Médiapart)
mercredi 31 - 18h35
de : nazairien
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite