Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion – Notes de lecture et réflexions.
de : Nemo3637
lundi 12 septembre 2011 - 14h52 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Paul Jorion est maintenant connu de tous et maintes notes de lecture ont déjà été publiées sur cet ouvrage qui date de mars 2011. Tout va très vite dans l’évolution de la crise économique allant vers la dépression. La spectaculaire crise financière qui en est une résultante fait apparaître bien des affirmations les plus péremptoires d’hier comme des stupidités sans nom. On s’aperçoit que l’on vit dans un monde où les « décideurs » ont fait fausse route. Mais ne sont-ils pas allés vers une folle logique où les peuples n’ont en rien leur mot à dire, où la démocratie représentative apparait comme un leurre remis en question. N’est-on pas parvenu au fond de l’impasse mortifère du capitalisme ?

Un analyste hors pair.

Paul Jorion est l’un des rares « économistes » a avoir « prévu » la crise des subprimes de 2008. Mais il est vrai qu’il avait derrière lui une grande expérience dans de multiples domaines. Il avait travaillé dans le « ventre de la bête ». Sa clairvoyance n’est sans doute pas bien vue de tous puisque déjà en 2004, il n’avait pu trouver un éditeur pour un précédent ouvrage, « La crise du capitalisme américain ». Ses analyses faites de constats, colle au plus près de la réalité. Chaque démonstration est étayée par des faits. Jorion reprend un à un tous les arguments et déclarations des gouvernants et prétendus « spécialistes » pour en faire la critique. Il décrit par le détail les dérives du système financier.

Avec bonheur, il a ouvert un blog qui rencontre un succès constant. Ce blog, d’une haute tenue, est la convergence de beaucoup, de tous ceux qui cherchent à comprendre lesdits mécanismes qui font notre économie, de ceux aussi qui ont des idées et veulent participer à un dialogue critique, qui veulent même refaire le monde. On y remarque bien sûr, parmi d’autres plumes celle, régulière, brillante, de François Leclerc.

Paul Jorion ne se cache pas pour reconnaître, avec modestie, que c’est l’apport de tous les participants à ce blog qui lui permettent de mieux comprendre notre société.

Un système à bout de souffle

L’intérêt du livre vient donc de la dissection de la sphère financière qui domine aujourd’hui l’Economie. L’auteur nous montre que le système dans une pratique faite de spéculation et de paris, court à sa perte sans pouvoir trouver remède. Comme le nœud coulant qui serre encore plus l’animal qui se débat.

Comment par exemple relancer l’économie productive de biens, si sous les coups de mesures d’austérité, on enlève du pouvoir d’achat ? Comment combler le déficit des états si, par l’effet du chômage et de la baisse des revenus, le montant des impôts que devrait percevoir ledit Etat est appelé à diminuer ?

Il y a bien une dissociation entre la sphère financière, objet de spéculations toujours plus sophistiquées, et l’économie réelle. La première représentant aujourd’hui cinquante fois la seconde. A quoi bon investir dans l’industrie, la fabrication de biens ou les services, quand la spéculation permet de rapporter en quelques secondes des milliards de dollars ou d’euros ? La perversion est telle que ladite spéculation entend profiter au mieux de la banqueroute des états par le biais des CDS et CDO, produits financiers (garanties) dont on n’avait que peu d’idées voici encore une trentaine d’années. Pouvait-il en être autrement ? (1)

Une crise de la pensée libérale

Paul Jorion nous fait un historique qui montre que les spéculateurs ont été longtemps assimilés à des parieurs, quasiment à des délinquants. Ces pratiques ont été jadis prohibées et l’auteur veut nous dire qu’aujourd’hui elles devraient être mieux encadrées. Jean Baptiste Say lui-même condamnait tous les spéculateurs et agioteurs de son temps pour leur rôle négatif sur l’économie.

Lloyd, le premier assureur, était un tavernier certainement habitué aux jeux d’argent. Il eut le génie d’embarquer dans ses paris de riches armateurs. Et en ces temps de crise, comme en 1929, le grand frisson, la panique en étreint certains qui finissent par se dire que Karl Marx n’avait pas complètement tort.

L’auteur se différencie du théoricien allemand sur un point : la baisse tendancielle du taux de profit. Celle-ci serait en effet loin d’être prouvée et la mort du système, contrairement à ce qu’affirmait Marx ne pourrait venir de là ( 2 ).

Paul Jorion explore donc une autre piste : celle de Keynes et du bancor, la monnaie dont il avait eu l’idée. On pourrait remettre de l’ordre dans les échanges financiers et faire repartir l’économie quitte à réveiller l’inflation. Et ainsi il se félicite des déclarations d’Obama et, en France, de celle du ministre Henri Guaino, pour leurs discours appelant à une relance de la production de biens et un meilleur pouvoir d’achât.

Mais Jorion signale aussi, en passant la différence avec les années 1930. D’une part l’économie libérale n’était pas aussi mondialisée qu’aujourd’hui. Il existait un « bloc soviétique » et des contrées en voie d’exploitation par le colonialisme ou le capitalisme le plus sauvage. D’autre part dans les pays industrialisés d’alors, d’où provenait la crise, il existait encore la possibilité d’engager des grands travaux d’équipements, de faire du travailleur un consommateur, un conducteur automobile. Issue qui parait improbable aujourd’hui, même en équipant chacun d’un ordinateur L’équipement de la Chine en automobile devient un cauchemar environnemental que même les dirigeants les plus irresponsables redoutent. Et d’une façon générale qui sera en mesure d’acheter alors qu’on annonce à grands coups de trompettes que les revenus de la majorité de la population doivent baisser au nom du renflouement des déficits budgétaires ?

A cela les libéraux optimistes répondront qu’il reste à équiper aujourd’hui les pays émergents, comme le Brésil, l’Inde et la Chine déjà citée. Paul Jorion répond péremptoirement que les causes de la crise que vit aujourd’hui le capitalisme sont également en germe dans lesdits pays émergents, au prise notamment avec l’inflation.

Faisant la critique du modèle économique d’aujourd’hui il remarque, au passage, la baisse tendancielle du travail. Mais il n’insiste pas sur le fait, qu’à travers le système en décadence, c’est la pensée libérale elle-même qui sombre. Où sont les Tocqueville d’aujourd’hui, ceux qui auraient assez d’intelligence pour opérer une critique pertinente, dire la vérité conformément à l’objectivité, à la lucidité, et à cette rationalité qui faisait la force de la bourgeoise ? On doit bien constater, en supposant leur existence, que le Pouvoir politique aux mains des marchés, désormais sans ressort ni imagination ni volonté, ne veut pas les entendre. Préparer à la « mobilisation générale » ( ?) en commémorant le 11 septembre, semble plus dans ses cordes….

Vous avez dit « utopie » ?

Jorion appelle à l’utopie. Mais d’emblée, mine de rien, il met des barrières pour nous indiquer dans quel pré nous pouvons jouer et les endroits qui nous sont interdits. Ainsi en est-il du terme communisme où l’auteur nous renvoie à l’exemple soviétique. Le modèle communiste ce serait cela ? Bien des acteurs et penseurs ont fait la critique dudit régime soviétique pour conclure qu’il s’est agi d’un capitalisme d’état irrationnel quant à son issue. Lénine lui-même, en son temps, ne voyait un avenir au socialisme que par la victoire de la révolution allemande. Cette gauche allemande, ces anarchistes espagnols réalisant l’utopie, Paul Jorion fait mine de les ignorer dans sa quête.

Les références à Freud, que d’aucuns ont qualifiés d’ethno centriste et de conservateur réactionnaire avéré (2) laissent cependant dubitatifs.

Les références à la Révolution Française apparaissent pertinentes à plus d’un titre - des femmes et des hommes jeunes et audacieux - mais l’établissement du pouvoir politique de la bourgeoisie est marqué dès l’origine par l’injustice sociale (loi Le Chapelier et interdiction d’appel à la réforme agraire sous peine de mort). Et pour notre part c’est surtout sur ce point que nous voyons les limites de la « vertu » robespierriste.

Le régime démocratique où nous vivons est-il somme toute acceptable ?

Venant d’un sérail de gens convenables, il est sans doute difficile d’imaginer une rupture sociale où les masses populaires joueraient le premier rôle, où la justice sociale deviendrait l’objectif premier d’un monde à construire, redonnant aux produits leur seule valeur d’usage. Tant il est vrai que la conscience de classes des masses n’apparait pas évidente ….

Une maïeutique

L’auteur est semblable à ces vieux mécanos pleins d’expérience, capable de décortiquer n’importe quel moteur de son temps, capable de repérer sans coup férir la panne dans le système et ce au moindre bruit suspect. Mais peut-on demander à l’homme de l’art d’imaginer un nouveau moteur, un nouveau moyen de transport, une nouvelle vie où les transports, justement, n’auraient plus la même signification ? L’auteur a donné tout ce qu’il a pu, restant à l’écoute. Il a précisé, à maintes reprises, qu’il n’était pas là pour refaire le monde (4) mais pour faire avancer la conscience, que sa contribution critique se voulait plus modeste. Paul Jorion est-il au chevet du capitalisme pour tenter de le sauver, comme ont avancé certains ? Si c’était le cas on remarque qu’il est peu écouté par les Grands de ce monde. Il nous aide surtout à mieux comprendre notre monde.

(1) « …Keynes, distinguant en conséquence la « finance » d’avec l’ « industrie », voulait qu’on encourageât cette dernière… Tout en soutenant qu’ « encas de courant régulier d’affaires, les spéculateurs peuvent rester aussi inoffensifs qu’un fétu de paille », il professait que « la situation devient grave quand l’entreprise n’est plus qu’un fétu de paille dans le tourbillon de la spéculation »(Théorie générale, p.171)

« Cette distinction entre, industrie et finance, entre capital productif et capital parasitaire, est aussi vieille que le capitalisme lui-même. Elle a servi de couverture à une lutte fallacieuse contre le « joug de l’intérêt » et les spéculateurs irresponsables. Aujourd’hui, cette lutte entre cliques capitalistes constitue pour l’essentiel un phénomène dépassé, car la fusion de l’industrie et de la finance est si complète qu’elle exclut toute distinction « morale » entre celle-ci et celle-là. Mais même auparavant, tous les capitalistes, et pas seulement les financiers, ne voyaient dans la production rien d’autre qu’ »un mal nécessaire » pour faire de l’argent ». Et, quand bien même seul le processus de production est générateur de profits, on a toujours voulu faire de l’argent sans son intermédiaire » (Capital,II, E.S. , i, p.54)

C’est en particulier aux moments où le capital demeure « oisif » et où le taux d’investissement stagne que les capitalistes redoublent d’efforts en vue de faire de l’argent aux dépens des autres détenteurs de monnaie et de titres, par le biais de manipulations financières et de coups de Bourse. » « Marx et Keynes », Paul Mattick, 1972 (réédité chez Gallimard, 2010, p.35)

(2) Un certain Bordigus participant au blog de Jorion a une conception différente concernant la baisse tendancielle du taux de profit : « Au cours de la crise, tout le capital fictif s’effondre. Elle indique que la production capitaliste n’est pas arrivée à dominer la loi de 1a baisse tendancielle du taux de profit, ou, ce qui revient au même, que la crise n’est qu’un moyen catastrophique pour surmonter cette contradiction. Elle est parvenue à dominer la loi sur 1a base de laquelle elle s’est développée (loi de la valeur) mais elle ne parvient pas à s’assujettir celle qui la régit. C’est pourquoi cette loi de la baisse tendancielle du taux de profit est « la plus importante de l’économie politique et elle est la plus essentielle lorsqu’il s’agit de comprendre les rapports les plus difficiles. Du point de vue historique, elle est aussi la loi 1a plus importante. C’est une loi qui, malgré sa simplicité, n’a jamais été comprise jusqu’à ce jour et encore moins exprimée de façon consciente. » (Fondement, t. 2, p. 275).

« 4.2.22. –Avec l’accroissement du capital et donc de la productivité du travail , toutes les entraves au procès de valorisation, que le capital n’a pas supprimées mais englobées, deviennent des moyens de valorisation : la rente foncière(agraire οu des terrains à bâtir), les limites nationales avec le protectionnisme, etc… Cela veut dire, en définitive, essor considérable de la spéculation. Autrement dit arrivé à un certain stade de la dévalorisation, le capital ne peut la fuir qu’au travers de la spéculation et en devenant capital fictif. »

Extrait de la revue Invariance, Thèses de travail 1969 »

(3) "Le Crépuscule d’une idole, l’affabulation freudienne" (2010, Grasset) par Michel Onfray.

(4) Dans l’Humanité du 15 avril 2011, il déclare « Mon rôle n’est pas de produire de nouvelles utopies, mais simplement de favoriser la prise de conscience de la nécessité d’un nouveau système. Rien n’est possible si nous ne commençons pas par nous libérer de l’aliénation du journal télévisé de 20h, qui nous assène, par exemple, l’idée que nous sommes des « demandeurs d’emplois ». Moi, je veux contribuer à libérer les gens de cette conception. »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
12 septembre 2011 - 15h24 - Posté par JA

Bonjour,

Serait-il possible d’être contacté ou de contacter l’auteur de l’article en vue d’une publication sur un autre support ?

Merci par avance.



Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
13 septembre 2011 - 18h39 - Posté par Nemo3637

vous pouvez me contacter avec cette adresse email :
werbaf@wanadoo.fr


Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
12 septembre 2011 - 17h23 - Posté par Mengneau Michel

Ils sont formidables ses fac-simili de madame soleil car ils prévoient la crise, si crise il y a, mais ne sont pas capable de l’arrêter, servent pas à grand chose sinon à les entendre dire : on vous l’ait bien dit, ce qui est souvent une interprétation après coup...



Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
12 septembre 2011 - 17h48 - Posté par

JORION est un homme qui connait très bien le système financier, il nous aide à le comprendre, c’est en cela qu’il nous est utile, en connaissant l’adversaire on arrive mieux à le combattre. Ca ne fait pas de JORION, loin de là un anticapitaliste.


Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
12 septembre 2011 - 20h23 - Posté par jaja

+ 1

il touche et mets le doute dans des populations qui nous sont hostiles et qui au contact de la pensée de jorion peuvent devenir neutre ; c’est toujours ça de gagner.

car une des conditions d’un possible changement c’est la neutralité d’une partie des soutiens du système en temps normal .......


Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
12 septembre 2011 - 20h29 - Posté par cop

Paul Jorion est un formidable témoin d’une partie des processus concrets de la crise à l’œuvre.

Il avait décrit par le menu la mécanique des sub-primes et expliquer au détail ce qu’il allait se passer.

Et il a été un dé-constructeur méthodique des discours lénifiants idéologiques des dirigeants du système sur la question de la crise actuelle.

Et c’est déjà pas mal non ?

Explique-t-il tout ? Non
Son regard est-il marqué par son milieu et son (ses) métiers ? Oui

est-il un révolutionnaire pronant le pouvoir des travailleurs ? Non

Il n’y a pas à attendre de Pauil Jorion autre chose que ce qu’il donne. C’est déjà assez et utile de faire confirmer par un homme qui fut profondément dans le système, une partie de l’ensemble des difficultés du capitalisme, une grande partie des impasses des paillassons qui dirigent la mécanique terrible de la crise capitaliste à l’œuvre.

L’homme en lui-même semble chercher des portes sur l’été (d’après cette œuvre de science fiction où un chat en pleine hiver houspillait son maître pour qu’il lui ouvre toutes les portes pour voir si une n’ouvrait pas par hasard sur l’été), il semble explorer une à une les pistes en partant de son itinéraire.

Mais c’est là un autre aspect qui le regarde et n’obère pas l’utilité des informations qu’il livre sur les processus intimes du système .

le reste ça nous regarde.



Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
13 septembre 2011 - 02h45 - Posté par luis

Deux commentaires :
 le blog économique francophone le plus fréquenté (pres de 600 000 en Aout) témoigne de la croissance de l’indignation contre le système ; depuis deux ans, les opinions antiK s’expriment de plus en plus ouvertement
 le blog apporte beaucoup d’informations et quelquefois des analyses qui permettent de mieux comprendre ; ne pas rater notamment la chronique de la crise par F. Leclerc.



Le capitalisme à l’agonie de Paul Jorion– Notes de lecture et réflexions.
13 septembre 2011 - 17h11 - Posté par ben

bofff...

bien se documenter avant de s’enthousiasmer

sa personnalité est fort contestée

sa fréquente promotion par les médias met un gros doute sur ses interventions...

il nie la création monétaire par les banques...comment peut-il dès lors critiquer le système ?

en plus il pratique une censure type kgb sur son blog, exercée par JA, celui qui demande à te contacter pour faire la promo de ton article et qui, d’après ses propres dires, occuperait une fonction au parlement de strasbourg

voir http://postjorion.wordpress.com/

http://ecodemystificateur.blog.free....

http://lebondosage.over-blog.fr/art...

salut





Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
3 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, comme elle est l'esprit des conditions sociales d'où l'esprit est exclu. Elle est l'opium du peuple. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite