Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
de : "CANAILLE le ROUGE" via A.C
jeudi 10 novembre 2011 - 11h20 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires
JPEG - 28.9 ko

Je n’ignore rien de ce qu’ici, des camarades pensent et disent du K.K.E

La question n’est donc pas , pour moi, de faire une quelconque"pub" à ce Parti, pas plus que je ne le fais sur, la Crise , en reproduisant, dans un autre article, l’intégrale du dernier numéro de "DEBAT REVOLUTIONNAIRE " édité par une tendance du NPA.

Je fais mienne cette appréciation de mon ami la Canaille Rouge quand il dit

Quiconque fait sienne l’option communiste y trouvera des outils de réflexion qui porte bien au-delà de la situation grecque.

A.C

place au texte repris de :
http://canaille-le-rouge.over-blog.com/

La secrétaire-générale du Comité central du KKE Aleka Papariga à tenu une conférence de presse ce 07 novembre pour donner la position de son parti sur la formation d’un nouveau gouvernement à partir des forces des deux partis bourgeois du pays, le social-démocrate PASOK et le parti de droite Nouvelle démocratie, qui a également le soutien du parti nationaliste LAOS.

Aleka Papariga a appelé la classe ouvrière, les couches populaires à faire tomber ce gouvernement aussi vite que possible par leur lutte.

Elle a insisté sur la nécessité de constituer un front populaire social pour renverser le pouvoir des monopoles, les socialiser, pour retirer la Grèce de l’UE et de l’OTAN et annuler la dette.

Ce texte assez long, mais la gravité de la situation exige des analyses conséquentes est reproduit intégralement par La Canaille.

Quiconque fait sienne l’option communiste y trouvera des outils de réflexion qui porte bien au-delà de la situation grecque.

La secrétaire-générale du PC de Grèce (KKE) Aleka Papariga oppose à la grande coalition Nouvelle démocratie/PASOK la nécessité d’un front populaire social forgé dans les luttes

Traduction MA pour
http://solidarite-internationale-pc...

Conférence de presse d’Aleka Papariga, secrétaire-générale du Comité central du KKE, ce 7 novembre, sur la formation d’un nouveau gouvernement à partir des forces des deux partis bourgeois du pays, le social-démocrate PASOK et le parti de droite Nouvelle démocratie, qui a également le soutien du parti nationaliste LAOS. Aleka Papariga a appelé la classe ouvrière, les couches populaires à faire tomber ce gouvernement aussi vite que possible par leur lutte. Elle a insisté sur la nécessité de constituer un front populaire socialpour renverser le pouvoir des monopoles, les socialiser, pour retirer la Grèce de l’UE et de l’OTAN et annuler la dette.

Voici l’intégralité de cette déclaration introductive de la secrétaire-générale du Comité central du KKE à la conférence de presse :

« Un gouvernement du front obscur des partis du capital est sur le point d’être formé, un gouvernement du capital en personne, avec l’UE dans le rôle du chef d’orchestre. Ce gouvernement va être formé pour imposer les intérêts du capital Grec et Européen dans des conditions de crise et de rivalités, pour faire face aux tensions exacerbées dans l’UE et pour soumettre le peuple. De façon ostensible, l’UE a fait pression sur la Nouvelle démocratie et le PASOK pour qu’ils forment ce gouvernement. En réalité, ces pressions se retournent contre le peuple. Nous affirmons sans le moindre doute que ce gouvernement ne va pas s’occuper de la dette ou des déficits, ou du fond de la crise, si vous préférez, il ne va même pas s’occuper de la possibilité d’une faillite incontrôlée.

Éviter la faillite dans les prochains mois ou/et les prochaines années ne dépend pas de la combinaison politique de gouvernement que les divers gouvernements bourgeois pourraient réaliser, que ce soit une coalition gouvernementale ou un gouvernement avec un seul parti à sa tête etc. La question de savoir si il y aura des partis supplémentaires dans la coalition, nous le réaffirmons, est fondamentalement liée à une pédagogie de la soumission du peuple, car le problème de la crise est plus profond, il concerne le système capitaliste même et non sa gestion.

Le peuple doit savoir la chose suivante : que ce qu’il a vécu dans la période précédente, il va le revivre maintenant. Pour commencer, ils vont prendre des mesures anti-populaires, anti-ouvrières et après le versement sera payé, et en fait nous allons maintenant entrer dans le nouveau cycle de versements du nouveau mémorandum. Nous ne croyons pas le moins du monde que l’initiative de G.Papandreou de procéder à un référendum ’Euro ou Drachme’ est ce qui a mené à la formation d’un gouvernement de coalition. Ils se préparaient pour cela depuis longtemps, bien sûr cela a été la bonne occasion.

Le capital dans notre pays et dans l’UE veut imposer un gouvernement fort et énergique. Et en fait, si vous y regardez de plus près, il est même allé plus loin que ce qu’il louait déjà auparavant au Portugal, où l’opposition avant les élections avait déclaré qu’elle serait d’accord sur tout et voterait tout. Ce n’était pas assez. Il ne veut pas de la Nouvelle démocratie comme parti d’opposition qui, clairement pour des motifs d’opposition tactique et non pour des raisons stratégiques a voté contre ces mesures, affirmant bien entendu comme il l’avait déjà dit qu’il respecterait les engagements du gouvernement précédent. Il voulait une alliance gouvernementale unitaire.

Une bonne partie du peuple, mais ce qui est étrange c’est que certains politiciens font aussi comme si c’était le cas, s’est sentie humiliée par les interventions de l’UE et par les déclarations de Merkel et de Sarkozy. Nous disons les choses clairement. Si le peuple ne veut plus se sentir humilié, ce qui à l’avenir, si rien ne change, sera bien pire, si il veut être libéré de ce sentiment d’humiliation il doit, avant tout, se libérer du pouvoir des monopoles dans notre pays, se retirer de l’UE. Autrement, de telles humiliations continueront à exister, et nous le redisons, elles seront bien pires à l’avenir.

Le patriotisme de notre temps pour nous, c’est : socialisation des monopoles, pouvoir populaire et ouvrier, retrait de l’UE, ce qui dans les conditions actuelles, implique également l’annulation unilatérale de la dette.

Ce gouvernement ne va pas être mis en place juste pour quelques mois. Ils ont l’intention de tirer sur la corde le plus longtemps possible. Mais même si il ne restait que quelques mois, il prendrait des mesures qui touchent la vie, les conditions de vie et les droits du peuple sur les dix à quinze prochaines années.

Et en fait, le FMI parle d’un gouvernement sur deux ans. Nous appelons la classe ouvrière, les couches populaires à faire tomber ce gouvernement par la lutte le plus rapidement possible, à lui rendre la vie impossible, à utiliser toutes les difficultés que puisse rencontrer la nouvelle coalition gouvernementale (du neuf avec du vieux, mais neuf pour ce qui est de sa composition unitaire) et à rendre son existence aussi brève que possible, avant que des décisions définitives soient prises, et à imposer les élections.

Ce qu’il faut bien sûr ici, c’est une lutte sans précédent et particulièrement que les travailleurs, les couches populaires qui croient encore dans le PASOK et la ND n’aient aucune inhibition à ce sujet, ils ne doivent avoir aucune illusion sur le fait que cette alliance puisse améliorer les choses. Elle est mise sur pied pour porter le pire, et même bien pire que ce que nous avons déjà vécu. Le peuple a une arme supplémentaire aujourd’hui, qui n’est pas seulement la justesse de sa cause et l’expérience acquise dans la période récente et dans le passé, mais aussi le fait que l’UE rencontre des difficultés sérieuses. Les gouvernements de l’UE ne peuvent pas gérer la crise, le système politique en Grèce est sous tension, et c’est pour cette raison qu’ils ont été contraints de monter une coalition gouvernementale alors qu’ils ont bien du mal à sauver le système d’alternance des deux partis au gouvernement.

Le peuple ne doit pas nourrir d’inquiétudes sur les faiblesses du système bourgeois, les inquiétudes et les dilemmes qui sont les siens. Les dettes, déficits, tout cela, le mémorandum, les programmes à moyen-terme, qu’ils soient adoptés ou non, ce sont les inquiétudes de la classe dirigeante de notre pays et les partis qui la servent et le peuple ne doit pas être inquiet sur la façon dont les choses se dérouleront.

Le peuple ne doit se préoccuper que d’une seule chose : comment il va être en mesure de mettre en échec et d’inverser ces mesures, comment il peut être en mesure d’être victorieux.

Ils menacent le peuple Grec d’exclusion, d’exclure la Grèce de la zone Euro. Le peuple doit se servir de cette menace, relever la tête et dire : Avec notre résolution, avec notre force, avec notre projet, à partir de maintenant, nous allons nous retirer de l’UE.

Ce n’est pas impossible ; il est possible dans les prochaines années que l’UE ne ressemble plus à ce qu’elle est aujourd’hui. Des pays peuvent être exclus de la zone Euro, de l’UE, l’UE pourrait exploser, et quelque chose d’autre pourrait prendre sa place. Il y a même des discussions pour transformer l’UE en une organisation du type États-Unis d’Amérique. Ils envisagent même d’abolir l’organisation en États-nations par décret politique. Parce que c’est un moyen pour pousser le peuple à se soumettre, à cesser son activité militante. Et ensuite, c’est aussi un moyen de s’assurer que la lutte entre les monopoles soit menée dans les meilleures conditions possibles pour eux. Ce plan ne pourra pas par contre abolir les crises en système capitaliste, les rivalités et les fractures.

Et puisque l’opportunité se présente, sachant que les médias continuent de dire que Mme. Papariga affirme que si nous retournons à la Drachme certains vont spéculer dessus, clarifions les choses. Sur la question particulière Euro ou Drachme, notre réponse était qu’il y a des fractions du capital, non seulement en Grèce mais dans d’autres pays également, qui sont intéressés à ce que la Grèce reste dans l’UE et quitte la zone Euro car leur position économique dans le système est vouée à la spéculation. Cependant, notre réponse, c’est : retrait. Car nous n’allons pas nous ranger du côté des spéculateurs de l’Euro ou des spéculateurs du Drachme. Ainsi, nous considérons que les intérêts du peuple ne seront pas servis par un front général « anti-memorandum », peu importe qu’il se proclame progressiste, patriotique ou de gauche. Jusqu’à présent, la Nouvelle démocratie se rangeait parmi les forces contre le mémorandum et vous verrez bien où ils vont finir. Il s’agit bien sûr d’un choix réfléchi, elle n’a pas changé de camp. Quel sens aurait un front contre le mémorandum, de gauche, progressiste ?

Le front dont nous avons besoin aujourd’hui ne doit pas être juste un front « anti ». Il faut qu’il dise où le peuple doit aller. Et cela détermine son caractère « anti ». Donc nous parlons d’un front populaire social pour le renversement du pouvoir des monopoles, pour leur socialisation, pour le contrôle populaire et ouvrier, pour le retrait de la Grèce de l’UE et de l’OTAN et bien sûr tout cela implique l’annulation de la dette. Nous ne voulons des politiques anti-ouvrières ni avec l’Euro ni avec le Drachme.

De ce point de vue, tout front contre le mémorandum de ce type n’est pas seulement temporaire – il éclatera tôt ou tard – mais constituera un des remparts qui protégera la classe bourgeoise qui d’une part veut d’un front clairement conservateur-réactionnaire mais qui dans le même temps peut utiliser un front de ce type pour se constituer une forme de protection. Car quiconque qui lutte dans le cadre de l’UE, en termes de négociations et de changements dans les combinaisons politiciennes, ne constitue pas une menace pour le système. L’action commune avec le KKE constitue une des conditions préalables irremplaçables, nous ne prétendons pas que c’est la seule, mais c’est une condition préalable essentielle pour que ce front populaire social – des germes de ce front existent déjà – puisse se constituer et riposter.

Dans le même temps, nous estimons que des fronts de lutte doivent se développer immédiatement, dès demain si possible, avec des exigences mises à jour sur la base des sept points de la feuille de route. De nouvelles revendications spécifiques apparaissent. Je ne vais pas les détailler. Par exemple : sur les caisses de sécurité sociale, le « haircut » revient à un « haircut » de 50% pour les banques et les caisses de sécurité sociale ; sur les accords collectifs de branche, le budget à venir va encore plus couper dans les dépenses, je ne sais même pas si il va laisser quelque chose pour l’éducation, la santé, les allocations-sociales, les crèches, pour les personnes âgées, pour les personnes qui ont des besoins particuliers, pour les problèmes spécifiques des femmes et des jeunes ; le chômage, armée industrielle de réserve, la soi-disant libéralisation des professions. Je ne mentionne ici que quelques exemples, je ne présente pas une plate-forme revendicative générale. Par ailleurs, les fronts de lutte émergent du peuple même, dans les quartiers, dans les entreprises. Néanmoins, ces fronts de lutte doivent viser à mettre en échec ces mesures, à les empêcher, à faire tomber le gouvernement. A des élections maintenant.

Et bien sûr qu’après les élections, le peuple doit créer les conditions d’une riposte forte. Ile ne faut pas oublier qu’il y a d’autres questions également : L’Égée, les droits souverains dans la mer Égée, le tribunal de la Haye qui va trancher sur le nom de la République de Macédoine – ce n’est pas la question du nom qui nous concerne mais d’autres questions qui ont à voir avec les frontières, la Constitution, etc. Ce sont des événements qui se produisent actuellement et le peuple ne peut rien attendre des déclarations programmatiques du gouvernement. Les déclarations programmatiques du gouvernement sont connues de tous. La manière dont les choses vont évoluer va faire que cela va être bien pire que dans la période précédente. Par conséquent, nous devons lutter immédiatement en utilisant toutes les formes de lutte – grèves, manifestations, comités populaires à la base, alliance sociale à la base. Il ne peut y avoir d’entreprise ni de quartier populaire sans foyer d’action et de lutte. Ils doivent tous converger dans un torrent massif pour le renversement du pouvoir des monopoles. Il n’y a pas d’autre solution alternative aujourd’hui. »

http://solidarite-internationale-pc...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 12h01 - Posté par Jean-Louis

Effectivement, ce texte fourmille de réflexions intéressantes auxquelles j’adhère pleinement. Seul bémol, sa longueur... je connais des militants authentiquement "communistes" au sens marxiste du terme qui ne le liront jamais à cause de ça. C’est sûrement dommage mais c’est ainsi.



GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 13h54
GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 14h10 - Posté par jeannot

Le repli national que semble revendiquer le parti communiste grec, à l’image d’une Marine Le Pen en France me semble tout à fait inadapté à la situation de crise européenne et même mondiale. Plus que jamais,c’est de solidarité contre les forces du capital dont les peuples ont besoin.



GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 15h32 - Posté par

Son discours est excellent car il analyse bien la stratégie des bourgeoisies européennes pour essayer de se sortir de cette crise qu’elles ne contrôlent plus .La stratégie de l’austérité appliquée avec force par le couple droite+sociag-democratie aura comme conséquence la révolte des peuples européens malgré leur conservatisme électoral qui risque d’être jeter aux orties de l’histoire. Cette dirigeante exceptionnelle du parti Communiste Grec qui s’affirme dans la tempête économique et social de son pays me réjouit profondément car en France pour l’instant nous ne produisons pas de dirigeants de cette envergure . Nous espérons tous que les grecs réussisssent dans leur combat, ce qui stimulera nos propres luttes encore embryonnaires. Pas d’illusions à se faire ,cette crise ne sera résolue que par la révolution et la prise du pouvoir par la classe ouvrière et ses alliés des couches petites bourgeoises .Notre camarade grecque l’exprime avec force, et son texte est à étudier par beaucoup de camarades militants afin de le diffuser partout en Europe capitaliste .

Bernard SARTON ,section d’Aubagne


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 16h35 - Posté par Pierre Robes

Comment écrire ce genre d’énormités ici, en comparant nos valeureux camarades du KKE à Marine Le Pen, on croirait entendre les inepties des "oui-ouistes" lors du référendum de Maastricht en 1992 ...


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 17h55 - Posté par Garibaldi

Ben je l’ai lu, il n’est nullement rébarbatif ( mais c’est personel ) et trés intéréssant !
Je le fais passer a tout mon carnet d’adresses.
Et c’est faire insulte que de comparer les tenants du non a la Fasciste de le pen !


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
10 novembre 2011 - 23h57 - Posté par Cop

Par ailleurs, les fronts de lutte émergent du peuple même, dans les quartiers, dans les entreprises. Néanmoins, ces fronts de lutte doivent viser à mettre en échec ces mesures, à les empêcher, à faire tomber le gouvernement. A des élections maintenant.

plein de roulements de muscles mais l’objectif est tressé...des élections vite et non une stratégie révolutionnaire...

Tout cela paraissait bel et bon par certains aspects mais l’orientation est réformiste .

Le mouvement social est là en pression, et le KKE en est toujours à penser que la clé est électorale et propose cela comme issue de la bataille sociale ; "des éléctions maintenant !"
C’est un des axes principaux proposés au concept de front de lutte.

De l’anti-sovietisme en quelque sorte, fourrier de toutes les défaites des camps de l’émancipation dans l’histoire.

Anti-sovietisme au sens primaire qui essaye de tenir en laisse le mouvement populaire de telle façon que par lui-meme, son mouvement et son auto-organisation démocratique et centralisée , il ne puisse se hisser en alternative politique , disputer le pouvoir à la bourgeoisie, ses camarillas,

Rompre vraiment le cordon ombilical avec la bourgeoisie, son appareil d’état, les institutions de l’appareil d’état, c’est travailler à un sujet démocratiique differend du système capitaliste et sa démocratie limitée.=.


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 09h12 - Posté par

l’attente des élections de certains, n’empêche pas ceux qui sont pressés de partir devant... !


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 10h29 - Posté par
GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 09h39 - Posté par jaja

tout à fait d’accord avec cop

toutes ces analyses du kke ( qui sont intéressantes par ailleurs ) pour finir en demande d’élections .........

alors qu’en grèce la situation est explosive, le kke voit comme issue l’élection ?

la voie révolutionnaire électorale n’est acceptable par les bourgeoisies que dans le cas où c’est l’extrème droite qui en est le vecteur

pour les militants de l’émancipation sociale, la seule voie est , tôt ou tard en fonction de la stratégie, la révolution car les bourgeoisies n’admettront jamais de s’effacer gentillement ............... devant notre programme de changement civilisationnelle


GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 10h30

Quelle conclusion.... !!!!

Vite, "Des élections" !!!!

Même pas une proposition de constituante, non, pensez-vous.

C’est tellement "petit-bourgeois"...sans doute ?

 :(

Le KKE passe à côté de son rôle historique.

Très dommage. Car l’analyse soulève des points intéressants et justes.

LL



GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 11h10 - Posté par Besièrs

Je retiens de la position, actuelle, du Parti Communiste Grec deux points principaux :

 Ce n’est pas parce que la bataille contre le capitalisme grec apparait enfermer le débat dans les frontières du pays que ce combat n’a pas de portée européenne. Au contraire, je pense que la rupture avec le système se fera à partir des nations. Voyons comment certains partis communistes européens, français, italien, espagnol essaient d’échapper à cette confrontation locale en créant un parti de gauche européen très social démocratisé. Le KKE, avec certainement ses insuffisances, avec d’autres partis communistes ont fait un autre choix qui est de combattre frontalement la dictature des marchés avec un contenu rassembleur.

 Déboucher sur des élections apparait à certains iconoclaste. Peut-être si on regarde de loin. Rappelons que les marchés donc le pouvoir n’en veut pas pour l’instant aussi bien en Grèce qu’en Italie et ce n’est pas dit qu’en France, il puisse y avoir des retournements de situation par rapport aux prochaines. Toutefois, le KKE est clair. Il n’y aura pas de changement sans rupture avec le capitalisme. Cette position ramène l’intérêt des élections à un autre niveau.



GRÊCE : CAPITALISTES, EUROPE, EURO, LUTTE DE CLASSES.
11 novembre 2011 - 12h35 - Posté par A.C

Déboucher sur des élections apparait à certains iconoclaste

C’est pas chez nous, qu’un Parti se réclamant dl la LDC enverrait un des siens, OUVRIER SYNDICALISTE CGT, légitimer ces"ELECTIONS-PIEGES à CONS"..

 :)
Pardon, je m’amuse...

Copas.. m’expliquera que cela n ’arien à voir.

Je ne considère AUCUN parti qui se dit Communiste comme un modèle au top et encore moins Aleka Papariga comme un top-modèle...

Mais je trouve qu’un peu de "modestie" devrait pouvoir permettre de voir ce qu’il y a à "prendre" dans l’analyse de militants grecs , avant de flinguer un peu rapidement..

Nous, TOUT bon ?

et ..........Caca, EUX ?.........

 :)

Pardon..

A.C

Alain corrigible





G7 : Les opposants manifestent, (24 août 2019, Bayonne) les prétoriens protègent, la "racaille mondialiste (vidéo)
dimanche 25 - 11h39
de : nazairien
1 commentaire
La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
2 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On m'a dit que j'ai trois idoles : le Christ, Marx et Freud. Ce ne sont que des formules. En fait, ma seule idole est la réalité. Si j'ai choisi d'être cinéaste, en même temps qu'un écrivain, c'est que plutôt que d'exprimer cette réalité par les symboles que sont les mots, j'ai préféré le moyen d'expression qu'est le cinéma, exprimer la réalité par la réalité. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite