Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe
de : André Bouny
mercredi 23 novembre 2011 - 22h16 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Joan Baez, égérie de paix, rejoint le Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange (CIS).

JPEG - 24.6 ko
Joan Baez

Sa mère grandit à Édimbourg ; son père, mexicain, à Brooklyn. Ils sont enfants de prêtre et de pasteur. Le père, éminent physicien, déclinera tout travail dans l’industrie de l’armement, refusant de participer à la construction de la bombe atomique… semant les graines de ce que deviendra la petite Joan. Puis il obtient un poste au Massachusetts Institute of Technology (MIT). À Boston, avec sa première Gibson acoustique, Joan démarre sa carrière d’artiste de rues et de cafés.

En 1961 – année du premier épandage d’Agent Orange au Viêt Nam – Joan Baez est disque d’Or. Elle à 20 ans, fait connaître Bob Dylan. Peace pour le Viêt Nam and Love pour Dylan.

Elle sera de tous les engagements politiques et sociaux : combattra pour les droits civiques, contre la ségrégation raciale au côté de Martin Luther King et participera à la Marche vers Washington. Elle se lie aux activistes anti-guerre du Viêt Nam. Joan donne des concerts gratuits en opposition à la guerre, notamment au Washington Monument. Résistante non-violente, elle pratique la désobéissance fiscale, refusant de payer l’impôt militaire. En Californie, Joan bloque l’entrée du Centre des Forces Armées, à la suite de quoi elle est arrêtée à plusieurs reprises, puis jetée en prison en 1967. Deux ans plus tard, le Festival de Woodstock établit sa notoriété internationale. Ensuite elle se rendra à Hanoi sous les bombardements, visitera les camps de prisonniers de guerre, dénoncera les violations des droits de l’homme de quelque origine qu’elles soient.

En 1971, elle chante à la fête de l’Humanité et, 40 ans plus tard, la voici de nouveau : année du 50ème anniversaire du premier épandage d’Agent Orange au Viêt Nam.

Une occasion rêvée de lui demander de soutenir les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange dans leur quête de justice, donc de paix. Cependant, entre elle et moi, 100 000 personnes qui l’attendent nous séparent, auxquelles viennent s’ajouter les personnels de sécurité et d’urgence sanitaire, les hautes grilles et les consignes strictes des grands rassemblements, rendant la colombe inaccessible.

Tout d’abord, c’est Josiane Comet qui trouve la solution à mes jambes déficientes : un fauteuil roulant. Michel Laviec conduit le fauteuil, tandis que Joselyne et Alain Grimaud ouvrent la foule devant nous, pas à pas. Les roues avant heurtent les chevilles des gens qui se retournent, donnant aussitôt un coup de main pour faciliter le passage sur les mètres suivants. De temps à autres un danseur embrumé échoue sur moi. Le portable sonne, quelqu’un s’inquiète de notre lente progression. Lavilliers en a terminé et nous sommes encore loin du but. Lorsque nous arrivons enfin aux premières barrières, Joël Lumien est là, comme prévu, portable visé à l’oreille. C’est lui qui a la « clé ». Le premier rideau franchi, les choses se durcirent. « Ce n’est pas possible, c’est les directives…. » Le téléphone chauffe : « Passe-moi Michel Decker ! » Cette personne n’est pas disponible à cet instant. Et on ne déroge pas, même si on connaît… Finalement, Joël joint Michel, et les mâts des hautes grilles sont retirés momentanément des ancrages de béton… On traverse devant la Grande scène. Le spectacle à suivre est celui de Patrice, les décibels-tests nous traversent de part en part. Nous filons sur le côté opposé. Le ciel est menaçant au-dessus de la foule formant un cratère. Le service de secours nous offre gracieusement des bouchons d’oreilles. On repère : si Joan Baez arrive par là… Non, c’est mieux de se positionner ici. En vérité nous ne savons ni comment ni par où elle arrivera… L’erreur majeure serait de la solliciter avant le concert. Le spectacle de Patrice déroule, les personnels du Samu secourent de jeunes « inanimés », les portent dans les bras, prodiguent les premiers soins, puis ils repartent sur leurs jambes quelques instants plus tard… quand la pluie fait son apparition. Elle s’intensifie. Puis c’est un déluge… On se demande si Joan Baez va chanter ? Les précipitations ne faiblissent pas. Nous trouvons refuge dans le hall de la régie. On pourrait croire que je suis tombé au fond d’une piscine avec le fauteuil roulant, moins présentable qu’un rat. Je m’égouttais lorsque nous vîmes sur une des portes l’affichette Joan Baez : sa loge. Programmée pour 20h 20, il était presque 21h. Je me positionne dans l’angle près de la porte en question. Un van arrive tous feux allumés et s’immobilise devant les bâches déployées pour endiguer les bourrasques. Des parapluies s’affairent autour du véhicule.

Joan Baez apparaît.

Cheveux blancs coupés courts, pull et jean, simples souliers, silhouette « trentenaire » : je la croyais plus grande ! Concentrée, elle remarque le type sur son fauteuil roulant : esquisse un sourire poli au passage puis entre dans sa loge. Sous l’orage la foule gronde, Joan, Joan, Joan… Au pied de l’escalier intérieur menant au niveau de la scène, un écran permet de voir la multitude de parapluies à perte de vue comme une champignonnière sous le déluge. Joan Baez ressort de sa loge, elle a simplement jeté une longue écharpe fuchsia sur ses épaules.

Elle y va.

Regardant le plancher, décidée, elle emprunte cet escalier métallique propre aux structures évènementielles, puis disparaît. Dans un tonnerre d’applaudissements et de cris elle nous réapparaît de dos sur l’écran posé devant nous. Les précipitations battent le faisceau des projecteurs. Joan passe la sangle de la guitare, effleure les premières notes, puis sa voix cristalline monte à l’assaut de la liesse générale, impose silence et frisson, et il n’y a plus qu’elle.

Intérieurement, je cherche la jolie phrase pour entrer en contact avec elle au moment propice, tandis que la voix soprano monte, monte avec justesse : d’ailleurs, il ne pleut plus. L’émotion est palpable. Au rappel, elle chante « Le Déserteur », en français (chanson enregistrée pour la première fois le jour de la défaite de Dien Bien Phu, et reprise aux États-Unis pendant la guerre américaine au Viêt Nam).

La voici de retour. Elle marque un arrêt en haut de l’escalier à cause du changement brutal de lumière entre la scène et ici. Puis, accommodée, descend, visiblement éprouvée. Je l’applaudis. Elle approche en souriant, m’adresse son fameux clignement des yeux, me prend les mains : la jolie phrase toute prête s’en est allée… Je lui remets les papiers préparés à son attention.

« Madame Joan Baez, acceptez-vous de soutenir les victimes vietnamiennes de l’Agent Orange ? »

« Oui, je les soutiens. »

André Bouny, fondateur de D.E.F.I. Viêt Nam, constitue et conduit le CIS, auteur du livre Agent Orange – Apocalypse Viêt Nam, préface d’Howard Zinn, aux Éditions Demi-Lune (Collection Résistance), Paris, 2010. http://www.editionsdemilune.com/age...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe
24 novembre 2011 - 03h09 - Posté par jean 1

Un texte très émouvant qui fait remonter à la mémoire toutes les images des manifestations anti- impérialistes organisées en France en solidarité avec le mouvement anti-guerre américain, les vietnamiens du nord(viêtminh) et les communistes du sud(viêtcông) et contre cette putain de sale guerre où les B 52 ont déversé des tapis de bombes dont celles au napalm embrasant toute une colline en moins de temps que de le dire.Les américains pulvérisèrent également un défoliant connu sous le nom d’agent orange qui fait toujours des victimes parmi les vietnamiens.
Un grand respect au père de Joan qui est un exemple de l’éthique que devrait exercer la classe ouvrière.Un grand merci à André Bouny dont le livre "apocalypse viêt nam agent orange" est présenté sur l’excellent site qu’est Bellaciao.J’essuie mes larmes et vais écouter Joan Baez une très grande dame à la voix enchanteresse.



Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe
24 novembre 2011 - 08h50

Vu à la télé, un reportage astucieux, en plusieurs émissions, sur la piste Ho Chi Minh, beaucoup de critiques sur le gouvernement vietnamien, rien sur "l’agent orange"........



Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe
24 novembre 2011 - 10h10 - Posté par Jesse

Rien non plus dans nos merdias sur les terribles bombardements américains qui, dans le cadre de la guerre contre le Vietnam, destructurèrent complètement le Cambodge, obligeant les paysans terrorisés à fuir vers les villes. Combien en Occident connaissent cette cause directe de l’intervention des Kmers rouges ? Kmers rouges = communistes = diables. Point final.



Agent Orange Viêtnam : bienvenue Joan la colombe
24 novembre 2011 - 12h47 - Posté par

Les "gendarmes du monde",donneurs de leçons de démocraties,ont-ils un jour été inquiétés pour les abominations commises à l’encontre du Vietnam (entre autres !) ?Pas que je sache !Nous sommes bien dans le monde à l’envers !Mais merci à Joan Baez d’exister !





Julien Lauprêtre, le président du Secours populaire est décédé
vendredi 26 - 12h22
de : Secours Populaire Français
Gouvernement et Medef veulent tout détruire ! Le 27 avril 2019, opposons-leur une riposte générale !
vendredi 26 - 08h41
de : Info’Com CGT
MACRON ET LE TROU NOIR SANS REPIT
jeudi 25 - 23h05
de : Nemo3637
7 commentaires
Près de 70% des policiers d’une compagnie de CRS en arrêt de travail : « Certains sont proches du burn-out »
jeudi 25 - 20h59
de : jean 1
1 commentaire
La police française utiliserait des « armes de guerre » lors des manifestations !
jeudi 25 - 18h20
de : JO
Notre Dame : qui a allumé le feu ?
jeudi 25 - 15h58
de : Patrick Samba
2 commentaires
Des journalistes convoqués pour compromission du secret de la défense nationale
jeudi 25 - 12h49
de : Disclose, ARTE Info, Konbini, Mediapart
ARRESTATION DE GASPARD GLANZ LE 20 AVRIL 2019 À PARIS (ACTE 23 #GILETSJAUNES) (video)
jeudi 25 - 12h39
Le lanceur de balles de défense a été reconnu comme « arme de guerre » par la réglementation internationale.
jeudi 25 - 11h40
de : JO
Mélanie, gilet jaune amiénoise frappée violemment dans la nuque par un policier samedi à Paris (video)
jeudi 25 - 08h51
de : Vanessa Lamarre
2 commentaires
Conférence de presse à haut risque pour Macron
jeudi 25 - 08h24
de : Placide
1 commentaire
Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
3 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La difficulté, ce n'est pas de rêver, mais d'accepter et de comprendre les rêves des autres. Zhang Xianliang
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite