Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Camus, Onfray et les libertaires


de : Ariane Gransac / Octavio Alberola
samedi 17 mars 2012 - 11h18 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Camus, Onfray et les libertaires

Le dernier livre de Michel Onfray, « L’ordre libertaire », sur «  la vie philosophique d’Albert Camus  » a suscité des réactions hargneuses de la part des gardiens de la pensée et de l’ordre autoritaires : tant de droite que de gauche. Ce qui n’est pas surprenant et qui est compréhensible, étant donné d’où viennent ces réactions. Par contre, ce qui est surprenant et incompréhensible c’est qu’Onfray soit accusé (dans Le monde Libertaire, n° 1658, de février 2012) d’avoir écrit ce livre « contre les libertaires ». 

On peut penser, dire et écrire ce que l’on veut sur Michel Onfray et son œuvre, et, en particulier, sur ce dernier livre, que l’on se prétende ou non libertaire ; mais, quand on s’arroge le droit de le faire, on doit aussi lui concéder le droit d’exprimer sa pensée, de la dire et de l’écrire, même si c’est sur les libertaires... À la limite, on pourrait lui reprocher une généralisation abusive si c’était le cas. Mais, les critiques aux libertaires, aux anarchistes, il les adresse à ceux qui se croient et s’érigent en « gardiens du temple » de l’Anarchie, et qui voudraient nous faire vivre l’ordre libertaire comme l’Ordre (avec majuscule) de l’Anarchie... Un Ordre conçu et légiféré, par ces libertaires, ces anarchistes, à partir des textes de tel ou tel penseur libertaire, anarchiste, qu’ils vénèrent et qu’ils voudraient nous faire admettre et vénérer comme textes "sacrés". Oui, ces anarchistes, ces libertaires qui oublient l’essentiel de ce que cet oxymore apparent, l’ordre libertaire, à toujours incarné : le refus de toute autorité, de s’accommoder de l’injustice, de l’humiliation, de la soumission et de l’obéissance. En peu de mots : le désir de vivre sans Dieu ni Maître. 

Les critiques d’Onfray à ces libertaires, à ces anarchistes, ne sont malheureusement pas infondées, et les portraits qu’il en fait ne sont pas faux non plus. Il y en a toujours eu dans les milieux libertaires, anarchistes. Et même aujourd’hui, malgré tout ce que l’histoire nous a enseigné sur cette négativité absurde de l’anarchisme doctrinaire, dogmatique et autoritaire, nous en rencontrons encore quelques-uns de ces libertaires dans nos milieux. Qui n’en a pas trouvé dans sa vie militante ? Et tels qu’Onfray les décrit ! 

Donc, il est absurde de reprocher à Onfray de les dénoncer et de les combattre avec des arguments clairs, logiques et conséquents avec l’idéal libertaire. Ce que nous faisons aussi. Car, enfin, nous en sommes déjà au vingt-et-unième siècle et l’histoire nous montre suffisamment ce que l’anarchisme est, désir et pratique de la liberté, et ce qu’il ne doit pas être : dogme et église. Comment concevoir encore ce désir et cette pratique de manière dogmatique, sectaire ? Comment donc ne pas permettre à chacun de les assumer et de tenter de les mettre à l’épreuve en les confrontant avec les réalités de notre temps ! 

C’est vrai que cela ne peut signifier faire n’importe quoi. Il est évident que, de même que nous revendiquons le droit de juger la conséquence idéologique et éthique des autres, entre leurs discours et leurs actes, les autres ont aussi le droit de le faire avec nous. C’est-à-dire : que dans toute critique faite il y a un devoir de vérité, de ne pas manipuler les faits et de confronter bilan contre bilan, biographie contre biographie. Et cela est valable pour tous, Onfray inclus ! Que dit-il donc d’essentiel dans cet ouvrage sur l’ordre libertaire ? 

Commençons par lui reconnaître que, comme Camus, il a le droit aussi de demander une seule chose : « être lu avec attention ». Et si nous le faisons, ce que nous retrouverons dans cet ouvrage c’est, avant tout, un Camus anarchiste, libertaire, proudhonien, hédoniste et même nietzschéen, qui essaye de vivre conforme à ces options éthiques et existentielles. Le Camus qui n’a cessé jamais de se référer à la tradition proudhonienne et anarcho-syndicaliste, et de se solidariser avec la lutte des anarchistes espagnols. Ce livre est, certainement, un pamphlet hagiographique écrit avec les ressources d’un lyrisme presque partisan et les recettes classiques de la polémique. Mais, le portrait qu’Onfray dresse de Camus nous permet d’approcher tout ou presque tout ce que ce dernier a vécu, conceptualisé et combattu : depuis le colonialisme jusqu’aux totalitarismes de son époque. Sans oublier de casser la vision simpliste, haineuse et revancharde des sartriens présentant un Camus « philosophe pour classes terminales » et « défenseur des colons d’Algérie ». 

C’est vrai que, dans ce livre, Onfray témoigne d’une évidente empathie envers l’auteur de L’Homme révolté, qui conçoit la vie loin des illusions de l’optimisme béat et du confort du pessimisme résigné. Cette vie dérisoire, absurde, qui mène à la mort, mais qui nous incite à la défier, au travers de la révolte, pour nous faire éprouver les limites de notre liberté. Mais c’est vrai aussi qu’Onfray a la même empathie pour les libertaires et leur idéal : le socialisme libertaire. Et qu’il a lu ou presque lu tous les textes qui ont été écrits sur Camus et aussi sur Camus et les libertaires... Même ceux des adversaires de Camus.  

Oui, sans doute, en dressant le portrait de Camus, Onfray dresse aussi son autoportrait. Oui, peut-être il y aurait à dire sur la façon un peu rapide et catégorique qu’Onfray a pour qualifier Camus de nietzschéen et Gaston Leval de « gardien du temple ». Mais, au delà des fantasmes (plus ou moins réels) que nous avons tous et peut-être du fait qu’il n’y a rien de vraiment neuf à nous apprendre sur Camus et les libertaires, c’est incontestable qu’Onfray a, sur les faits, une façon de les ordonner et de leur procurer un sens qui lui est propre, bien que sans jamais les trahir ni les sortir de leur contexte historique. Comme Camus, il veut se montrer le compagnon de tous les révoltés et de tous les résistants. Mais aussi, comme Camus, en compagnon vigilant. 

Dés lors, quel intérêt peut-on avoir à lui reprocher qu’il n’a pas lu tout ce que les libertaires ont écrit sur Camus et qu’il a négligé de citer tous les noms de ses amis libertaires. Et moins encore de savoir si Onfray se trompe sur qui a sensibilisé Camus aux idées libertaires et à quelle date. Deux questions, en tout cas, qui ne justifient pas de publier un article avec ce titre acerbe : "Onfray contre les libertaires".

Ariane Gransac / Octavio Alberola 



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 14h20

L’article de ¨JP Garnier dans le très consensuel Monde Diplo n’est pas mieux loti.
Faut dire qu’en terme de doctrine,ce journal pro croissance(hormis quelques articles sympas de Serge Latouche ou Eric Dupin par le passé) et finalement pas fondamentalement opposé au nucléaire(ah,le fameux retard de réflexion d’une partie des communistes sur la question)en connait un rayon,lui aussi.Probablement bien davantage que dans le Monde Libertaire d’ailleurs.



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 14h30 - Posté par vériane

L’hédono-gaulliste pro capitaliste ONFRAY nous gonfle avec sa soupe , lisez ZIZEK ou BADIOU ou BENSAID ou RANCIERE ou AGAMBIN , mais pas cette merde médiatique, un BHL cela suffit à notre malheur !



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 18h14 - Posté par Gilbert

Je ne sais pas si Onfray a ou non de l’empathie pour les libertaires, mais pour l’avoir vu à l’œuvre chez Ruquier, faisant la leçon à Philippe Poutou, le candidat du NPA (voir ici), je me dis qu’il n’en a pas tellement pour les ouvriers lorsqu’ils sont choisis pour représenter leur camp.
Sur le fond, Onfray n’est pas le mieux placé pour donner des leçons de politique, lui qui se comporte comme une girouette et change de candidat à supporter comme de chemise.

Citation de la note n° 3 de l’article dont le lien est indiqué :

"Pour mémoire : en 2007, Michel Onfray a d’abord soutenu la candidature de José Bové, avant de se raviser et d’appeler à voter pour Olivier Besancenot, puis de se raviser à nouveau optant pour le « vote utile », c’est-à-dire, à ses yeux, pour Ségolène Royal aux deux tours du scrutin. Avant de se raviser une dernière fois, et, découvrant soudainement que Ségolène Royal était un « candidate libérale », d’exclure de voter pour elle, avant de choisir, en guise de vote utile de voter blanc. Pour 2012, Michel Onfray a annoncé qu’il voterait pour le Front de gauche, ce qui ne l’a pas empêché de se mêler de la primaire du Parti socialiste en apportant son appui à Arnaud Montebourg. De telles variations politiques ne regarderaient que lui si elles n’étaient celles d’un caméléon médiatique. Bernard-Henri Lévy a enfin un rival !"



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 18h15 - Posté par PACO

Dans le dossier "Camus CONTRE les libertaires", on lira également avec attention l’article de Floréal Melgar Albert Camus, le mouvement libertaire et Michel Onfray ou le bon, la brute et... Michel Onfray



Camus, Onfray et les libertaires
20 mars 2012 - 22h43 - Posté par

Quand Onfray passe dans l’une des émissions-poubelles de la télé pour critiquer Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste qui a le toupet de ne pas lui cirer les pompes. La suite sur ce blog.


Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 19h10 - Posté par jaja

Onfray, le BHL de gauche !

il pue la même suffisance malgré son discours pseudo libertaire ; anarchiste, ça lui arrache la gueule, mais on le comprend .......



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 19h11 - Posté par jaja

un petit oubli :

une critique en rapport avec l’article :

http://claudeguillon.internetdown.o...


Camus, Onfray et les libertaires
18 mars 2012 - 01h18 - Posté par charlie goodman

Sans vouloir entrer dans le débat sur le bouquin d’Onfray à propos de Camus, que je n’ai pas lu et que je ne lirai pas car j’ai bien d’autres chats à fouetter, il me semble utile de rappeler qu’on n’a pas attendu ce monsieur-je-sais-tout-je-vais-vous-expliquer pour constater et analyser tout ce que la pensée de Camus devait à la tradition libertaire et ce qu’elle avait pu éventuellement lui apporter...

Par contre, concernant le personnage Onfray, incroyablement imbu de sa personne et dégoulinant d’auto-satisfaction permanente, je dirai seulement ceci : jamais je n’accorderai une once d’intérêt, de respect ou de confiance à un individu dont une phrase sur trois contient le mot libertaire (qualificatif mis c’est vrai à bien des sauces, dont quelques-unes nauséabondes) mais à qui le mot anarchiste arracherait la gueule si seulement il osait l’employer comme il doit l’être.

Les libertaires-mais-pas-anarchistes, on connaît... Et il suffit de lire et d’écouter ici et là les propos d’Onfray pour réaliser à quel marchand de soupe et escroc intellectuel à la mode libertarienne on se trouve confronté !

Qu’on attende la bonne parole de ce genre d’individus ne peut être que navrant.
J’aime à imaginer que le vrai Camus aurait changé de trottoir en le croisant et que le vieux Sartre, moins libertaire certes mais peut-être plus anarchiste au fond, lui aurait carrément collé un pain dans la gueule !!

Bon chien, Onfray, bon chien... A la niche maintenant, tu nous fatigue !!



Camus, Onfray et les libertaires
18 mars 2012 - 14h51 - Posté par seb

Onfray, onfray,onfray ?

Ca me dit quelque chose moi qui vit à Caen...Ah, ça y est, je me souviens !

C’est le monsieur qui faisait son "université populaire" au Café Mancel, le bar le plus hype, chicos, bourge et tout ce qu’on veut....

Arfff ! La bonne rigolade...






journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
1 commentaire
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
1 commentaire
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude
Mali : une solution est-elle possible sans remise cause des règles du jeu ?
samedi 5 - 16h57
de : Eve76
Rentrée, plan de relance, luttes…
samedi 5 - 09h40
Regard marxiste sur la catastrophe écologique et perspectives - Chrismondial
samedi 5 - 08h38
de : Christian Delarue
1 commentaire
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - 12/09/20
vendredi 4 - 17h40
de : Jean Clément
RÉUNION ET REPAS DE SOLIDARITÉ ORGANISÉS PAR LA CAMPAGNE UNITAIRE POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH - SAMEDI 12 SEP
vendredi 4 - 17h37
de : Jean Clément
Mali : Dans quel but s’y maintient l’Armée Française ?
vendredi 4 - 17h29
de : joclaude
Guy KONOPNICKI : 2005 - 2020 . Christian DELARUE
vendredi 4 - 17h14
de : Christian.Delarue
3 commentaires
Etats-Unis : Daniel Prude asphyxié par des policiers dans l’Etat de New York (video, photos)
vendredi 4 - 10h58
Des tags islamophobes sur la mosquée de Tarbes - MRAP
jeudi 3 - 21h34
de : Christian DELARUE (MRAP)
3 commentaires
Le plan de relance enchante le patronat sans trop convaincre les syndicats de salariés
jeudi 3 - 17h38
A LA RENTREE FAIS GAFFE A LA RECRE
jeudi 3 - 10h02
de : Nemo3637
La grande descente - Si c’est pas l’heure de l’mettre, ça y ressemble !
mercredi 2 - 22h37
de : Hdm
1 commentaire
Tita Nzebi, femme de parole et de chant
mercredi 2 - 17h28
L’universalisme, seule boussole de l’antiracisme - HPR répond à JLM (Marianne)
mercredi 2 - 07h34
de : Christian Delarue
La République En Masques : une armada de collabos !
mardi 1er - 15h25
de : Claude Janvier
3 commentaires
Le PCF du Tarn agressé par l’extrême droite, le PRCF 81 apporte son soutien et sa solidarité antifasciste.
mardi 1er - 12h01
de : jodez
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite