Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Camus, Onfray et les libertaires
de : Ariane Gransac / Octavio Alberola
samedi 17 mars 2012 - 11h18 - Signaler aux modérateurs
9 commentaires

Camus, Onfray et les libertaires

Le dernier livre de Michel Onfray, « L’ordre libertaire », sur «  la vie philosophique d’Albert Camus  » a suscité des réactions hargneuses de la part des gardiens de la pensée et de l’ordre autoritaires : tant de droite que de gauche. Ce qui n’est pas surprenant et qui est compréhensible, étant donné d’où viennent ces réactions. Par contre, ce qui est surprenant et incompréhensible c’est qu’Onfray soit accusé (dans Le monde Libertaire, n° 1658, de février 2012) d’avoir écrit ce livre « contre les libertaires ». 

On peut penser, dire et écrire ce que l’on veut sur Michel Onfray et son œuvre, et, en particulier, sur ce dernier livre, que l’on se prétende ou non libertaire ; mais, quand on s’arroge le droit de le faire, on doit aussi lui concéder le droit d’exprimer sa pensée, de la dire et de l’écrire, même si c’est sur les libertaires... À la limite, on pourrait lui reprocher une généralisation abusive si c’était le cas. Mais, les critiques aux libertaires, aux anarchistes, il les adresse à ceux qui se croient et s’érigent en « gardiens du temple » de l’Anarchie, et qui voudraient nous faire vivre l’ordre libertaire comme l’Ordre (avec majuscule) de l’Anarchie... Un Ordre conçu et légiféré, par ces libertaires, ces anarchistes, à partir des textes de tel ou tel penseur libertaire, anarchiste, qu’ils vénèrent et qu’ils voudraient nous faire admettre et vénérer comme textes "sacrés". Oui, ces anarchistes, ces libertaires qui oublient l’essentiel de ce que cet oxymore apparent, l’ordre libertaire, à toujours incarné : le refus de toute autorité, de s’accommoder de l’injustice, de l’humiliation, de la soumission et de l’obéissance. En peu de mots : le désir de vivre sans Dieu ni Maître. 

Les critiques d’Onfray à ces libertaires, à ces anarchistes, ne sont malheureusement pas infondées, et les portraits qu’il en fait ne sont pas faux non plus. Il y en a toujours eu dans les milieux libertaires, anarchistes. Et même aujourd’hui, malgré tout ce que l’histoire nous a enseigné sur cette négativité absurde de l’anarchisme doctrinaire, dogmatique et autoritaire, nous en rencontrons encore quelques-uns de ces libertaires dans nos milieux. Qui n’en a pas trouvé dans sa vie militante ? Et tels qu’Onfray les décrit ! 

Donc, il est absurde de reprocher à Onfray de les dénoncer et de les combattre avec des arguments clairs, logiques et conséquents avec l’idéal libertaire. Ce que nous faisons aussi. Car, enfin, nous en sommes déjà au vingt-et-unième siècle et l’histoire nous montre suffisamment ce que l’anarchisme est, désir et pratique de la liberté, et ce qu’il ne doit pas être : dogme et église. Comment concevoir encore ce désir et cette pratique de manière dogmatique, sectaire ? Comment donc ne pas permettre à chacun de les assumer et de tenter de les mettre à l’épreuve en les confrontant avec les réalités de notre temps ! 

C’est vrai que cela ne peut signifier faire n’importe quoi. Il est évident que, de même que nous revendiquons le droit de juger la conséquence idéologique et éthique des autres, entre leurs discours et leurs actes, les autres ont aussi le droit de le faire avec nous. C’est-à-dire : que dans toute critique faite il y a un devoir de vérité, de ne pas manipuler les faits et de confronter bilan contre bilan, biographie contre biographie. Et cela est valable pour tous, Onfray inclus ! Que dit-il donc d’essentiel dans cet ouvrage sur l’ordre libertaire ? 

Commençons par lui reconnaître que, comme Camus, il a le droit aussi de demander une seule chose : « être lu avec attention ». Et si nous le faisons, ce que nous retrouverons dans cet ouvrage c’est, avant tout, un Camus anarchiste, libertaire, proudhonien, hédoniste et même nietzschéen, qui essaye de vivre conforme à ces options éthiques et existentielles. Le Camus qui n’a cessé jamais de se référer à la tradition proudhonienne et anarcho-syndicaliste, et de se solidariser avec la lutte des anarchistes espagnols. Ce livre est, certainement, un pamphlet hagiographique écrit avec les ressources d’un lyrisme presque partisan et les recettes classiques de la polémique. Mais, le portrait qu’Onfray dresse de Camus nous permet d’approcher tout ou presque tout ce que ce dernier a vécu, conceptualisé et combattu : depuis le colonialisme jusqu’aux totalitarismes de son époque. Sans oublier de casser la vision simpliste, haineuse et revancharde des sartriens présentant un Camus « philosophe pour classes terminales » et « défenseur des colons d’Algérie ». 

C’est vrai que, dans ce livre, Onfray témoigne d’une évidente empathie envers l’auteur de L’Homme révolté, qui conçoit la vie loin des illusions de l’optimisme béat et du confort du pessimisme résigné. Cette vie dérisoire, absurde, qui mène à la mort, mais qui nous incite à la défier, au travers de la révolte, pour nous faire éprouver les limites de notre liberté. Mais c’est vrai aussi qu’Onfray a la même empathie pour les libertaires et leur idéal : le socialisme libertaire. Et qu’il a lu ou presque lu tous les textes qui ont été écrits sur Camus et aussi sur Camus et les libertaires... Même ceux des adversaires de Camus.  

Oui, sans doute, en dressant le portrait de Camus, Onfray dresse aussi son autoportrait. Oui, peut-être il y aurait à dire sur la façon un peu rapide et catégorique qu’Onfray a pour qualifier Camus de nietzschéen et Gaston Leval de « gardien du temple ». Mais, au delà des fantasmes (plus ou moins réels) que nous avons tous et peut-être du fait qu’il n’y a rien de vraiment neuf à nous apprendre sur Camus et les libertaires, c’est incontestable qu’Onfray a, sur les faits, une façon de les ordonner et de leur procurer un sens qui lui est propre, bien que sans jamais les trahir ni les sortir de leur contexte historique. Comme Camus, il veut se montrer le compagnon de tous les révoltés et de tous les résistants. Mais aussi, comme Camus, en compagnon vigilant. 

Dés lors, quel intérêt peut-on avoir à lui reprocher qu’il n’a pas lu tout ce que les libertaires ont écrit sur Camus et qu’il a négligé de citer tous les noms de ses amis libertaires. Et moins encore de savoir si Onfray se trompe sur qui a sensibilisé Camus aux idées libertaires et à quelle date. Deux questions, en tout cas, qui ne justifient pas de publier un article avec ce titre acerbe : "Onfray contre les libertaires".

Ariane Gransac / Octavio Alberola 



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 14h20

L’article de ¨JP Garnier dans le très consensuel Monde Diplo n’est pas mieux loti.
Faut dire qu’en terme de doctrine,ce journal pro croissance(hormis quelques articles sympas de Serge Latouche ou Eric Dupin par le passé) et finalement pas fondamentalement opposé au nucléaire(ah,le fameux retard de réflexion d’une partie des communistes sur la question)en connait un rayon,lui aussi.Probablement bien davantage que dans le Monde Libertaire d’ailleurs.



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 14h30 - Posté par vériane

L’hédono-gaulliste pro capitaliste ONFRAY nous gonfle avec sa soupe , lisez ZIZEK ou BADIOU ou BENSAID ou RANCIERE ou AGAMBIN , mais pas cette merde médiatique, un BHL cela suffit à notre malheur !



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 18h14 - Posté par Gilbert

Je ne sais pas si Onfray a ou non de l’empathie pour les libertaires, mais pour l’avoir vu à l’œuvre chez Ruquier, faisant la leçon à Philippe Poutou, le candidat du NPA (voir ici), je me dis qu’il n’en a pas tellement pour les ouvriers lorsqu’ils sont choisis pour représenter leur camp.
Sur le fond, Onfray n’est pas le mieux placé pour donner des leçons de politique, lui qui se comporte comme une girouette et change de candidat à supporter comme de chemise.

Citation de la note n° 3 de l’article dont le lien est indiqué :

"Pour mémoire : en 2007, Michel Onfray a d’abord soutenu la candidature de José Bové, avant de se raviser et d’appeler à voter pour Olivier Besancenot, puis de se raviser à nouveau optant pour le « vote utile », c’est-à-dire, à ses yeux, pour Ségolène Royal aux deux tours du scrutin. Avant de se raviser une dernière fois, et, découvrant soudainement que Ségolène Royal était un « candidate libérale », d’exclure de voter pour elle, avant de choisir, en guise de vote utile de voter blanc. Pour 2012, Michel Onfray a annoncé qu’il voterait pour le Front de gauche, ce qui ne l’a pas empêché de se mêler de la primaire du Parti socialiste en apportant son appui à Arnaud Montebourg. De telles variations politiques ne regarderaient que lui si elles n’étaient celles d’un caméléon médiatique. Bernard-Henri Lévy a enfin un rival !"



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 18h15 - Posté par PACO

Dans le dossier "Camus CONTRE les libertaires", on lira également avec attention l’article de Floréal Melgar Albert Camus, le mouvement libertaire et Michel Onfray ou le bon, la brute et... Michel Onfray



Camus, Onfray et les libertaires
20 mars 2012 - 22h43 - Posté par

Quand Onfray passe dans l’une des émissions-poubelles de la télé pour critiquer Le Monde libertaire, hebdomadaire de la Fédération anarchiste qui a le toupet de ne pas lui cirer les pompes. La suite sur ce blog.


Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 19h10 - Posté par jaja

Onfray, le BHL de gauche !

il pue la même suffisance malgré son discours pseudo libertaire ; anarchiste, ça lui arrache la gueule, mais on le comprend .......



Camus, Onfray et les libertaires
17 mars 2012 - 19h11 - Posté par jaja

un petit oubli :

une critique en rapport avec l’article :

http://claudeguillon.internetdown.o...


Camus, Onfray et les libertaires
18 mars 2012 - 01h18 - Posté par charlie goodman

Sans vouloir entrer dans le débat sur le bouquin d’Onfray à propos de Camus, que je n’ai pas lu et que je ne lirai pas car j’ai bien d’autres chats à fouetter, il me semble utile de rappeler qu’on n’a pas attendu ce monsieur-je-sais-tout-je-vais-vous-expliquer pour constater et analyser tout ce que la pensée de Camus devait à la tradition libertaire et ce qu’elle avait pu éventuellement lui apporter...

Par contre, concernant le personnage Onfray, incroyablement imbu de sa personne et dégoulinant d’auto-satisfaction permanente, je dirai seulement ceci : jamais je n’accorderai une once d’intérêt, de respect ou de confiance à un individu dont une phrase sur trois contient le mot libertaire (qualificatif mis c’est vrai à bien des sauces, dont quelques-unes nauséabondes) mais à qui le mot anarchiste arracherait la gueule si seulement il osait l’employer comme il doit l’être.

Les libertaires-mais-pas-anarchistes, on connaît... Et il suffit de lire et d’écouter ici et là les propos d’Onfray pour réaliser à quel marchand de soupe et escroc intellectuel à la mode libertarienne on se trouve confronté !

Qu’on attende la bonne parole de ce genre d’individus ne peut être que navrant.
J’aime à imaginer que le vrai Camus aurait changé de trottoir en le croisant et que le vieux Sartre, moins libertaire certes mais peut-être plus anarchiste au fond, lui aurait carrément collé un pain dans la gueule !!

Bon chien, Onfray, bon chien... A la niche maintenant, tu nous fatigue !!



Camus, Onfray et les libertaires
18 mars 2012 - 14h51 - Posté par seb

Onfray, onfray,onfray ?

Ca me dit quelque chose moi qui vit à Caen...Ah, ça y est, je me souviens !

C’est le monsieur qui faisait son "université populaire" au Café Mancel, le bar le plus hype, chicos, bourge et tout ce qu’on veut....

Arfff ! La bonne rigolade...






Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
1 commentaire
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
5 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Cependant ne doute pas que Léon l'Africain, Léon le voyageur, c'était également moi. W.B. Yeats. Poète irlandais (1865-1939).
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite