Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
de : Mère Dodue
jeudi 12 juillet 2012 - 23h46 - Signaler aux modérateurs
5 commentaires

Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin à l’appel de l’inter syndicale

Ci-dessous l’appel de l’intersyndicale :

Dans l’intérêt général des salariés, les organisations CFDT- FO- CGT- CFTC appellent à participer massivement au rassemblement le samedi 30 juin 2012 à 10h00 à Vannes à la Rabine avec prise de parole. Vous, salariés, avec les syndicats, exigez : Le maintien de l’intégralité du groupe. La sauvegarde de tous les emplois, des outils de production. Des droits nouveaux pour les salariés et leurs organisations. La reconnaissance des salariés qui ont créé la richesse de l’entreprise. Les salariés ne sont en rien responsables de la situation, toutes les responsabilités incombent à la stratégie du groupe Doux. Ensemble dans l’unité la plus large, luttons pour notre avenir. Présence indispensable de tous les salariés. Venez nombreux à Vannes (salariés, amis, voisins, retraités…etc...) NON AU DEMANTELEMENT DU GROUPE

Nous n’avons pas participé à cette manifestation à l’appel de l’intersyndicale. Non parce que nous voudrions que les salarié-e-s se retrouvent au chômage... car nous sommes solidaires avec les exploité-e-s mais, justement, pour des raisons à la fois sociales, écologiques et de santé publique.

Raisons sociales : Chômage ici...

Doux est un élément clé de l’agriculture industrielle bretonne. Par son implantation au Brésil, il était même une multinationale qui n’a pas hésité à délocaliser avec tous les travers de ce type d’entreprises (exploiteurs de la main-d’œuvre, mauvaise paye, dégâts environnementaux...). Contrairement à ce que laisse entendre le patronat de l’agroalimentaire en Bretagne et ailleurs, cette "modernisation" du système agricole détruit plus d’emplois qu’elle n’en crée... et elle continue dans cette voie. En effet, pour répondre aux impératifs de productivité et de marge de profits, il a fallu agrandir les exploitations, les équiper (en matériel, en produits chimiques dits phyto sanitaires et en médicaments antibiotiques, vaccins... -)... et réduire le nombre de paysans. Cette élimination planifiée de la petite paysannerie, avec l’appui des pouvoirs publics (Etat et Union Européenne), n’a pas été sans conséquences : désertification rurale, mise au chômage, suicides, dépression, et prolétarisation vers les usines de l’agro alimentaire, d’autant que celles-ci ont largement recours au personnel intérimaire. Sur les 50 dernières années, le bilan en termes d’emplois créés dans l’agro par rapport à l’élimination des petits paysans (et des emplois qui étaient attachés à une vie rurale plus intense) est évidemment déficitaire (en Bretagne, de 169 000 exploitations agricoles en 1969, on tombe à 33 000 en 2009 alors que, parallèlement, le nombre de salariés de l’agroalimentaire était de 69 000 au 31 décembre 2009, et ce avec une population bretonne qui a augmenté...).

La réorganisation de l’agriculture capitaliste n’est pas encore achevée et de nombreux agriculteurs et éleveurs vont encore mettre la clé sous la porte et revendre leurs terres aux grosses exploitations. Soutenir le système Doux (notamment ce qu’on appelle les élevages intégrés, soit disant indépendants parce que non salariés mais, en réalité, complètement enchaînés à l’industriel), c’est soutenir l’élimination de la petite paysannerie, c’est-à-dire l’accroissement du chômage !

...et chômage là-bas

Dans les usines Doux, du poulet "bas de gamme" est produit à destination du marché africain. Ses exportations, souvent subventionnées, cassent le marché des petits producteurs locaux de volailles... lesquels se retrouvent au chômage et migrent souvent désoeuvrés vers les (bidon)-villes... et parfois plus loin. L’appel intersyndical ne bat-il pas de l’aile (si l’on ose dire) avec de telles revendications ? Où est passé l’internationalisme syndicaliste ? Plonger des prolétaires dans la misère, ici ou là-bas, est pour nous tout aussi révoltant.

De même, il est de notoriété publique (confirmée par des études) que le travail dans les usines telles celles de Doux développent des maladies professionnelles (troubles musculo squelettiques) et un taux d’accidents du travail plus élevé que la moyenne. Lire l’article de bastamag " les forçats de la volaille". Extrait : "Sur le site « Père Dodu » (Doux) à Quimper, « Le taux de fréquence des accidents de travail est de 98,88 % ! Cela signifie que l’ensemble des salariés du site ont été victimes d’un accident de travail dans l’année, ou que certains ont été plusieurs fois en arrêt de travail suite à un accident (chutes, heurts, coupures…)  », détaillait Raymond Gouiffès, délégué syndical de la CGT, chez Doux. Est-ce rendre service aux travailleurs et travailleuses de vouloir les faire retourner dans ces lieux d’exploitation et qui leur ruinent la santé ?

Raisons écologiques :

D’autres ont déjà effectué le bilan de l’élevage intensif et de l’agroalimentaire (dont Doux) qui lui est lié : pollution des cours d’eau, pollution de l’air (particules de pesticides en divagation), algues vertes, déforestation en Amazonie (pour la culture de soja fourrager, souvent Ogm, destiné aux animaux d’élevage européens, entre autres), émission de gaz à effet de serre (CO2, méthane, protoxyde d’azote...), utilisation de carburant pour l’importation d’aliments d’élevage et exportation des produits finis... De même, les productions animales, du début à la fin de la filière, consomment énormément d’eau potable.

Raisons de santé publique :

Les élevages concentrationnaires impliquent l’utilisation massive d’antibiotiques pour une double raison : d’une part faire face aux multiples germes qui peuvent pulluler, d’autre part accélérer la croissance des animaux. Ce recours fréquent aux antibiotiques génère une résistance des bactéries à ce type de médicaments... et rend toute la population humaine plus vulnérable. Des résidus de vaccins se retrouvent aussi dans la chair des animaux et ce qu’on appelle les sous-produits (lait et ses dérivés, œufs...). Déliquescence du syndicalisme ?

Les termes de l’appel intersyndical posent question. Il semble témoigner d’une vue étroite et à court terme. Il est bien peu offensif et vraisemblablement pas à la hauteur des enjeux. Si l’on se focalise uniquement sur l’aspect "emplois" comme le font les organisations syndicales signataires de cet appel, au nom du pragmatisme, d’une réponse immédiate à apporter aux salariés menacés par le chômage, le calcul est quand même faux, comme on l’a vu. Répétons le : l’agroalimentaire détruit plus d’emplois (ici et dans les pays vers où les produits sont exportés) qu’il n’en crée et désorganise par sa concentration l’aménagement du territoire, accélérant l’exode rural. Nulle part l’appel inter syndical n’évoque une reconversion des usines Doux et de ses fournisseurs... pas plus que l’Etat d’ailleurs. Ce dernier est bien dans son rôle de défense de l’exploitation capitaliste... contrairement au syndicalisme en principe.

Pourtant, compte tenu des considérations (anti) sociales, écologiques et sanitaires relatées ci-dessus, il n’est pas exagéré de qualifier l’outil de production Doux, comme un outil de destruction des travailleurs, des animaux et de l’environnement. Le groupe Doux, et particulièrement la famille Doux, a fait fructifier son capital sur le dos des travailleurs et de l’environnement, n’hésitant pas à délocaliser quand ses intérêts le commandaient. C’est le travail, disons même l’exploitation des salariés, qui a fait la richesse de ce capitaliste. Il a réussi à bénéficier de nombreuses aides publiques, notamment les dizaines de millions d’euros de subventions européennes dans le cadre de la PAC (politique agricole commune) : "depuis 1995, Doux a ainsi empoché plus de 1 milliards d’euros d’aides" (Canard enchaîné du 6 juin 2012). Sa fortune s’est considérablement accrue (+ de 18 % entre 2010 et 2011). La famille Doux est ainsi devenu la 146ème fortune de France.

Reconversion et autogestion

Aussi, pour notre part, nous ne soutenons pas le maintien de l’outil Doux. En revanche, car ce sont les salariés les premiers concernés, nous revendiquons que la fortune de Doux soit récupérée par les travailleuses et travailleurs qui l’ont construite de leur sueur, de leur labeur... et de leur douleur ! Doux doit leur verser à chacune et à chacun une très forte indemnité, leur permettant d’échapper (au moins un temps) au travail salarié : le repos, ils et elles l’ont bien mérité ! Nous militons pour l’expropriation de Doux. Nous voulons aussi que sa fortune serve dans un premier temps à financer la reconversion des élevages en petites unités de production biologique, réparties sur l’ensemble du territoire, assurant un maillage au plus près des consommateurs et consommatrices, pour favoriser les circuits courts. Il nous semble aussi pertinent d’axer ces productions davantage vers l’alimentation végétale, car celle-ci a la plus faible empreinte écologique et rend moins dépendante les productions animales aux importations (fussent-elles de grains biologiques). C’est une logique de souveraineté alimentaire et une prise en compte de la condition animale.

Ceci dit, la reconversion des salariés et des éleveurs vers d’autres activités plus intéressantes d’un point de vue écologique, social et sanitaire n’est pas une garantie pérenne. Le système agricole mondial est globalisé, une rude concurrence sévit en son sein... Il est un concentré de ce qu’est le capitalisme, n’hésitant pas à plonger dans la misère des millions de travailleurs, et à provoquer des famines... alors que la production végétale va au delà des besoins mondiaux (selon Jean Ziegler, ancien rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, la production de céréales annuelles pourrait satisfaire une population de près de 12 milliards d’humains sans la spéculation, sans le détournement de nourriture vers la production de viandes et d’agrocarburants).

Pour autant, une nouvelle production "alternative" risque de se heurter aux contraintes capitalistes et à sa logique de compétition et de concentration. Soit le concurrent est éliminé, soit c’est sa propre entreprise qui disparaît. Il y a toujours des perdants dans une telle configuration. Aussi n’y a-t-il pas de solutions au sein du système ! Les rapports d’exploitation perdurent car telle est sa fonction. C’est bien ce système qui est à démanteler et de nouvelles formes de sociétés humaines à reconstruire. Combinée avec la socialisation (collectivisation) des moyens de production et des terres, l’autogestion, qui n’est pas une solution clé en main, mais une méthode d’organisation et un but à atteindre, nous semble la réponse la plus appropriée car non dogmatique et adaptée aux populations qui s’en emparent...

Source : Le blog des groupes libertaires R. Lochu (Vannes) et F. Ferrer (Lorient) http://anars56.over-blog.org/articl...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
13 juillet 2012 - 07h08

Tout ça c’est bien beau et c’est grosso modo la dénonciation d’un système mis en place au début des années 70.

Une politique visant clairement avec l’aide de la FNSEA de foutre en l’air l’agriculture pour la remplacer par un binz, mélange glauque industriels plus banque plus Etat qui les a suivi.

Un détail qui va me faire des potes dans le coin. La FNSEA n’est pas un syndicat agricole. C’est un lobby des industriels. Le fait que des couillons cotisent à ce truc n’y change rien. La FNSEA travaille exclusivement pour l’agro bizness.

Condamné le système DOUX est juste, mais ne pas défendre les salariés n’est pas correct.

Défaire le système Doux c’est accepter de le liquider en payant les salariés pour les dix ans à venir qui permettrait de redonner un sens au mot paysan. ça couterait moins cher que de subventionner Doux...

Dans le cadre actuel, ce ne sont ni Montebourg, ni Mélenchon qui vont s’attaquer à ces crevures.

Donc penser aux salariés qui vont êtres rincé dans une histoire de recomposition capitaliste que la famille Doux a organisé. C’est quand même eux qui vont casquer.

Ne pas les défendre sans se donner les moyens de les faire vivre pour faire tomber Doux est facile. Eux, ils mangerons quoi pendant que vous expliquerez avec raison que l’agro bizness tue... ?

Carland



Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
13 juillet 2012 - 11h44 - Posté par

tout à fait exact.

Je n’ai pas un mot à ajouter ou à retrancher de ce que dit Carland.

LL


Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
13 juillet 2012 - 17h51

J’apprécie l’essentiel de ce texte qui pose de vraies questions sociales, écologiques et internationales. Peut-être y verrais-je encore quelques illusions sur les syndicats comme structure efficace de lutte de classe alors qu’ils ne sont plus qu’un rouage d’intégration au capitalisme. Je regrette aussi que vous ne développiez pas les conditions inacceptables que subissent les oiseaux dans ces « élevages » concentrationnaires car quand on veut une société égalitaire il serait incohérent d’y mettre une hiérarchie et, comme l’a écrit Kundera « Le véritable test moral de l’humanité [...], ce sont les relations avec ceux qui sont à sa merci : les animaux »



Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
13 juillet 2012 - 19h09 - Posté par Calimero

Dans notre groupe libertaire, comme à la FA en général, les positions ne sont pas unanimes sur le rôle des syndicats, s’ils peuvent être toujours un outil de lutte émancipatrice ou au contraire s’ils sont définitivement un frein. Certains sont impliqués syndicalement d’autres non volontairement. Le texte essaie de tenir compte des différents points de vue.

Sur la question animale (des oiseaux en l’occurrence), nous avons tout de même écrit "Il nous semble aussi pertinent d’axer ces productions davantage vers l’alimentation végétale (...). C’est une logique de souveraineté alimentaire et une prise en compte de la condition animale.", car c’est effectivement important.
Mais notre groupe n’a pas non plus de position unanime sur ce point : nous comptons des non-végétariens et des partisans de la libération animale végétariens et même vegan qui en font un combat contre toutes les formes de domination et d’exploitation, voyant un continuum entre elles et non une séparation. Cependant toutes et tous, nous nous accordons pour dénoncer l’élevage et la pêche industriels.
De fait, pour la cause animale, les copains et copines qui y sont sensibles sont investi-e-s ailleurs.


Doux : pourquoi nous n’avons pas manifesté à Vannes samedi 30 juin
14 juillet 2012 - 16h53 - Posté par

Dont acte, j’ai « sauté » tout ce passage sur la condition animale, va savoir pourquoi ! La prochaine fois je ferai tourner mon clavier sept fois dans mes mains avant de me précipiter.
Mon accord avec ce texte n’en est que plus grand





Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
8 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
21 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London
chirac le pot pourrit infini
mardi 1er - 22h29
de : Jean-Yves Peillard
ALGERIE Louisa Hanoune condamnée à 15 ans de prison : solidarité face à la répression du régime !
mardi 1er - 21h41
de : revolution permanente
1 commentaire
Comment l’exécutif a plombé les comptes de la Sécu et s’apprête à nous faire payer la facture
mardi 1er - 16h48
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Avoir le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite