Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

La lutte des « Doux Graincourt » ne prend pas de pause ! Chronique d’une journée
de : Front Solidaire
dimanche 16 septembre 2012 - 12h20 - Signaler aux modérateurs

La lutte des « Doux Graincourt » ne prend pas de pause ! Chronique d’une journée pas ordinaire.

En occupation de leur usine depuis quelques jours (le 12 septembre), les salariés de Doux Graincourt entendent être visibles sur tous les fronts pour unifier à leur cause, une lutte destinée à sauver leur outil de production et continuer à travailler à Graincourt.

Pendant que des camarades maintenaient le piquet de grève afin d’éviter tout démantèlement ou saccage de leur usine, une quarantaine d’entre-deux, avec femmes et enfants, se rendaient sur la Fête de l’Humanité où ils ont rencontré un accueil des plus chaleureux, tant au stand de la fédération PCF 62 qui les avait invités, que dans les allées ou à l’espace du front de Gauche au côté des mineurs espagnols des Asturies puis à l’espace Agora où ils ont pu s’exprimer comme chacun (voir la prise de paroles à la suite de ce billet).

Il y a eu des grands moments, les rencontres avec les élus politiques Front de Gauche du Nord-Pas-de-Calais afin que ceux-ci appuient la lutte, ce qui semble déjà acquis.

Puis la manifestation des entreprises en lutte, au sein même de la Fête avec arrivée sur la grande scène sous les acclamations et les applaudissements de dizaines de milliers de personnes.

En cerise sur le gâteau, la banderole de tête de cortège des Doux Graincourt portée par leurs enfants comme un symbole de lutte contre la « mort sociale » comme le porte-parole des 250 familles et des centaines de milliers d’autres menacées par les plans de licenciements capitalistes.

Sur cette immense scène qui accueillent des artistes mondiaux, nos camarades de Doux Graincourt, représentants des 250 salariés et familles, étaient « stars » d’un moment au milieu des banderoles des autres grandes luttes en cours, comme celle des Fralib, Arcelor, Peugeot et tant d’autres…

Il est clair que dans les rangs des « Doux Graincourt » présents, il y avait une grande émotion et une grande fierté d’être entrés en lutte contre la fermeture de leur usine. Là ils ont pris conscience de la grandeur de leur combat pour un redémarrage de l’usine, quand d’autres entendent négocier de meilleures conditions d’indemnités de départ.

Une des grandes et fortes émotions fût aussi cette rencontre rapide mais ó combien fraternelle avec Jean-Luc Mélenchon et cette embrassade d’une grande sincérité et d’une grande humilité avec une des camarades en lutte de Doux Graincourt.

« Vous allez venir nous voir pour nous soutenir ? » lui demanda-t-elle et cette joie quand la réponse fût « oui, c’est prévu, je viendrais bientôt, c’est promis ! ».

Aussi, une bonne discussion avec Philippe Poutoux du NPA, sensible à cette lutte, qui lui aussi a décidé avec son organisation politique de donner un coup de main et de tout faire pour venir rencontrer les travailleurs sur le site de Graincourt. D’autres, comme ceux de la Coordination Communiste 59-62 ont annoncé aussi leur venue, ainsi que le PCOF…

Une chose est certaine, il y a « un avant et un après 12 septembre » car aujourd’hui cette lutte a été popularisée au niveau national et des millions de travailleurs partout en France savent désormais où se trouve Graincourt et quelle est la capacité de résistance de ces travailleurs déterminés à garder coûte que coute leurs emplois et à lutter contre un empire qui voulait les mettre à genou.

Nous réitérons nos appels à aller sur le site pour soutenir par la présence, la discussion et aussi financièrement les travailleurs de Doux Graincourt en lutte, qui nous savons, vont être confrontés à la pression et aux intimidations des liquidateurs mais aussi à ceux qui entendent les museler pour qu’ils ne servent pas d’exemple…

Enfin l’heure étant à l’unité sans sectarisme, nous n’aborderons pas les sujets qui fâchent, et il y en a.


Prise de paroles du comité de lutte CGT des salariés de Doux Graincourt à l’espace Agora

« Chers camarades, nous nous exprimons ici au nom des salariés en lutte de Doux Graincourt.

Tout d’abord nous remercions les camarades de la fédération PCF du Pas de Calais, de nous avoir invités ici, pour partager avec vous cette fête.

Et nous vous remercions tous d’être là pour nous apporter votre soutien et votre solidarité avec notre lutte…

A ce moment nos pensées vont à nos collègues restés sur le site à Graincourt pour empêcher toute intrusion malsaine ou démantèlement de notre outil de travail, celui qui nous fait vivre… avec la mafia doux, tout est possible !

Depuis juin et l’annonce de la faillite organisée par Charles Doux et ses complices financiers, le ciel nous est tombé plusieurs fois sur la tête.

L’annonce puis des repreneurs qui se désistent, des tribunaux qui ont joués le jeu des patrons et le sentiment d’avoir été abandonné… nous avions mis un genou à terre, et croyez-nous le moral était au plus bas, de plus nous étions envahie par le sentiment d’impuissance face à ce rouleau compresseur…

Et oui, que faire face à cette broyeuse sociale qui déchiquetait petit à petit nos esprits et nos vies, celles de 253 travailleurs atteints par la peur, 253 familles dans la broyeuse dont 19 couples salariés dans l’usine, et une centaine d’enfants à charge… ? Que faire face à un empire qui ne fichait complétement de notre mort sociale dans ce coin du Pas de Calais, isolé au milieu des champs et en même temps au carrefour des plus grandes voies de communications qui desservent le Monde et l’Europe entière du nord au sud, de l’est en ouest ?

La solution est venue de camarades, des camarades avec un grand C, qui ne sont pas venus en calculateurs, en donneurs de leçons ou en opportunistes … mais qui venus nous remonter un moral tombé bien bas, et contribuer avec force à nous réorganiser collectivement pour reprendre le bon cap dans cette tempête, alors que nous avions perdu notre boussole,

Des camarades qui ont sus trouver les mots pour que nous relevions la tête ! Des camarades qui ont sus trouver les arguments pour que nous redevenions des travailleurs debout qui décident d’enrayer la broyeuse sociale. Des camarades qui ont sus trouver les paroles justes pour faire face aux requins de la finance et du capitalisme dévastateur, et pour faire face au sentiment d’impuissance que le groupe Charles Doux avait délibérément organisé pour affaiblir notre résistance et nous saper le moral.

Aussi, camarades, quoi de plus heureux, de plus valeureux, de plus noble, de plus fort… que la solidarité et l’unité de classe pour faire face à un ennemi de classe.

Aujourd’hui nous sommes en résistance mais aussi à l’offensive pour empêcher que notre usine soit démantelée par un liquidateur au service du capitalisme, qui agit comme un prédateur sans foi ni loi…. Rapineur de bas étage !

Ce mercredi 12 septembre, nous avons voté l’occupation illimitée de l’usine jusqu’à son redémarrage, et nous ne lâcherons rien, nous ne plierons plus, nous ne baisserons plus la tête….Jamais plus !!! Parce que collectivement, et avec votre soutien massif, nous l’avons décidé nous-mêmes, sans se soucier des décisions prises par les banques, les tribunaux, les requins ou les rapaces…

Bizarrement, le lendemain l’Etat trouvait 1 million, 1 journée = 1 million – 30 jours = 30 millions ! NON !

Nous demandons à L’Etat qu’il rachète l’usine pour l’euro symbolique puisqu’elle a été abandonnée ; qu’il la remette aux normes, et enfin qu’il trouve un repreneur pour redémarrer la production, et puisque la France importe des millions de tonnes de volailles chaque année, autant les produire et les transformer ici avec nous, avec la qualité et dans de bonnes conditions de travail !

On mange tous du poulet NON ! Et pour l’argent, Charles Doux est blindé de frics, de biens, de terres, de châteaux… L’Etas doit récupérer ce qui lui a été donné sans être contrôlé et qu’il a dépensé sans compter.

Nous ne voulons ni la compassion ni les larmes de crocodiles, nous voulons une solution pour que l’usine redémarre ! Camarades, nous ne lâcherons rien ! Jamais, plus jamais nous ne céderons, même face à des CRS ou à des décisions qui voudraient nous contraindre à dégager…

Jamais camarades, nous ne lâcherons, et nous comptons sur vous tous ici - pour nous apporter votre complet soutien, surtout en cas de coup dur !

Camarades, faisons l’unité de notre classe afin qu’elle devienne plus qu’un rempart….que cette unité devienne une forteresse d’où partira l’offensive !

Camarades, l’heure n’est plus au bla bla politicien ni au compromis dans les couloirs ou les salons, ni au corporatisme qui nous isole, la situation est trop grave pour des millions d’entre nous !

Qui peut dire ici, aujourd’hui, que son avenir est assuré, qu’on soit du privé, du public, retraités ou jeunes diplômés ou pas, chômeurs ou précaires ? Camarades, le capitalisme veut notre mort sociale parce que pour les capitalistes, un euro ou un dollar vaut plus que la vie d’un travailleur !

Camarades, allons-nous encore laisser faire ? Nous enfants de la Commune, de l’immigration et de la résistance !

Camarades, allons-nous encore écouter ceux qui nous disent et veulent nous faire croire que le capitalisme peut être social ou qu’il peut avoir un visage humain, ceux qui nous disent que cette Europe est le remède à la maladie qui nous ronge ? Ceux qui comme Barroso ou Draghi, agents de Goldman Sachs, nous menacent avec le spectre du fascisme si nous refusons l’austérité imposée ? Ceux qui comme Hollande et Ayrault nous parlent de délais ou d’union sacrée !

Qui ici veut d’une Union avec des bandits qui nous bafouent et nous licencient par centaines de milliers ? Ceux qui humilient le drapeau rouge de la résistance et de la Classe Ouvrière ? JAMAIS !

Camarades, nous sommes des ouvrières et des ouvriers, celles et ceux qui créent les richesses mais qui n’en profitent jamais, des travailleurs bafoués par une exploitation sans limite.

Camarades, si nous créons l’unité de combat, la peur va changer de camp !

Alors rappelons-nous toutes et tous, ici présents,

Qu’une barricade n’a que deux côtés, jamais trois, que nous sommes les majoritaires en capacité de faire face, que nous sommes les seuls en capacité de faire chuter les minoritaires… qui nous pillent et nous exploitent ! Personne d’autres que nous, ne le fera à notre place !

Il faut donc être solidaire et déterminés, et unir nos efforts et nos luttes pour enfin passer à l’offensive, c’est la seule solution pour éviter un retour à Germinal ou à la pire des possibilités, la dictature fasciste imposée par la dictature du capital !

Camarades, Merci de nous avoir reçus, merci de nous avoir écoutés, vive l’internationalisme, vive la classe ouvrière, vive la solidarité et l’unité de notre classe…. A bas ce système capitaliste qui nous conduit - un peu plus chaque jour dans les abîmes. Merci encore pour votre accueil, votre sympathie et votre soutien. »



Imprimer cet article





L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
10 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
5 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il ne faut pas confondre la critique utile contre les choses avec les jérémiades répétitives contre les gens. Foucault
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite