Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Nevada, essais nucléaires : La guerre nucléaire secrète
de : antinuc
mardi 30 octobre 2012 - 16h59 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire
PDF - 3.7 Mo

Extrait de American Ground Zero - La guerre nucléaire secrète de Carole Gallagher, 1993. Ce livre paru aux Etats-Unis a été traduit en français à l’initiative de deux membres d’un groupe antinucléaire parisien (aujourd’hui disparu). Il fut proposé à divers éditeurs, grands, comme petits. Tous ont renoncé à le publier, essentiellement semble t-il pour des raisons financières. C’est pourquoi ce livre est maintenant diffusé en PDF sur Internet.

JPEG - 108.7 ko

GLENNA ORTON, janvier 1984 et décembre 1991, Parowan, Utah.

La maison dans laquelle j’ai grandi était une vieille maison en pisé, l’une des cinq premières maisons en pisé de Parowan. C’est la ville mère de tout le sud de l’Utah, la première colonie au sud de Provo. Sept jeunes de chez nous sont morts de leucémie en deux ans, vers 1957. Avant cette époque nous n’avions jamais entendu parler d’un cas de décès par leucémie. Je pense que c’est à ce moment-là que les gens ont commencé à redouter que les radiations soient à l’origine de nos problèmes. Nous sommes une petite communauté familiale et des gens confiants. Nous faisions confiance au gouvernement. C’est ce qui fait mal maintenant : les gens sont furieux que le gouvernement leur ait menti. Sept enfants attardés sont nés à cette époque, c’était plus que ce que nous avions jamais connu dans la région et dans l’histoire de Parowan. (Dans ces villes minuscules du sud de l’Utah, ces enfants, appelés « notre rangée d’anges » par les Mormons, étaient placés au tout premier rang lors des réunions religieuses du dimanche.) Il y avait des enfants avec des maladies osseuses. Nous étions aussi proches de la nature que possible. Chacun cultivait son jardin, faisait ses conserves, élevait ses bêtes, nous avions le lait de nos vaches, et des poulets. Nous mangions notre viande, nos fruits, tout ce qui pousse dans la terre, et cela nous contaminait à nouveau. Ces retombées qu’on respirait, on les mangeait. On nous disait constamment qu’il n’y avait pas de risque, qu’il n’y avait pas à s’inquiéter. Nous étions tous complètement fascinés en regardant les nuages roses, de gros nuages qui passaient au dessus des collines à l’ouest. Tout le monde faisait sortir les enfants des sous-sols où ils auraient été bien plus en sécurité, nous les emmenions voir ce spectacle merveilleux. Ils ne voulaient pas rater cette grande chose...

Le nuage lui-même était magnifique. Il s’élevait comme un gros champignon. Je pense qu’en ce qui concerne Dirty Harry, le vent s’est plus ou moins arrêté de souffler ; le nuage est resté suspendu pendant trois jours au-dessus des collines à l’ouest. On a continué à dire que nous ne risquions rien. On a amené des appareils de contrôle que l’on a confiés à plusieurs personnes. Quand les compteurs Geigers se sont affolés, certains d’entre nous ont cherché à contacter les autorités pour qu’elles viennent procéder à des examens, mais elles n’ont pas voulu. Ross Hewlett est mort tout de suite. On a écrit sur son certificat de décès qu’il s’agissait d’un empoisonnement par les radiations. Une de ses filles est morte du cancer et l’an dernier, on a enlevé un rein malade à une autre. Dirty Harry, le pire de tous les essais, laissa une pellicule salée sur les voitures, elles avaient toutes une petite teinte rose. Il y en avait sur tous les trottoirs. Au goût, j’aurais dit que c’était salé. Ils ont dit : « Lavez vos voitures, le niveau de radiations est un petit peu élevé ». Mon père a demandé : « Comment est-ce que je fais pour laver mes granges, mes animaux, mon matériel pour la ferme et mes champs ? »

Il y a eu 23 cas de cancers dans les trois pâtés de maisons où vivaient mon père et ma mère. Dans cette ville, il y a énormément de souffrance et de douleur. Il n’y a quasiment pas de famille qui n’ait été affectée d’une façon ou d’une autre. Si mon voisin d’en face a le cancer, c’est comme si ma famille l’avait. Dans une petite communauté comme celle-ci, beaucoup de gens sont à leur compte et ne peuvent pas se payer une assurance, c’est trop cher. Il perdent tout ce pourquoi ils ont travaillé toute leur vie.

Après les explosions, des plaques rouges apparaissaient sur les bras et les jambes de mon père. Il était à l’extérieur dans les champs. Cela le démangeait beaucoup. Ma mère avait sans cesse des nausées, elle avait des douleurs terribles, elle commençait à vomir et elle avait des diarrhées. Elle disait : « J’aimerais qu’ils arrêtent de déclencher ce maudit nuage ». Elle est morte à 51 ans. Mon père était un fermier et un éleveur de la vallée. C’est Brian Head qui menait ses moutons et ses vaches dans la montagne. Sa ferme était à l’ouest de la vallée ; là-bas il y avait quatre fermes de belle taille. Parmi toutes ces personnes, mon père, ma mère et mon frère ont eu un cancer, l’employé de papa aussi. Earl Bunn, qui avait d’autres fermes, avait eu un cancer assez longtemps, ses deux frères en avaient eu un tous les deux, ils avaient aussi perdu leur employé et la femme d’un d’entre eux avait le cancer. Elle est morte. Vous auriez dû voir les agneaux. A leur naissance, on aurait dit des petites boules, ils n’avaient pas de laine, ce n’était que des petites choses pitoyables et déformées. Randall Adams n’aurait jamais mangé les moutons de son troupeau parce que quand il les abattait, il disait qu’ils avaient une bande noire le long de la colonne vertébrale et il avait peur d’eux.

Mon père n’avait jamais été malade de sa vie. Sa maladie a commencé dans son sinus gauche et a mangé tout un côté de son visage. Ils ont fait une opération radicale et à la fin on lui a enlevé l’ ?il et la voûte du palais. Il devait se recouvrir la tête d’une serviette à cause de la puanteur de la chair humaine en décomposition. Il a vécu avec nous les sept derniers mois de son existence. Une fois, je lui ai demandé : « Papa, si tu avais su comment les choses allaient tourner, leur aurais-tu laissé faire toute ces opérations ? » Il mangeait avec beaucoup de difficultés et n’arrivait pas à parler, si bien qu’on ne le comprenait pas très bien. Il m’a regardé comme si j’étais folle et a répondu : « Bien sûr que je l’aurais fait. S’ils n’ont pas réussi à me sauver, ils peuvent avoir appris quelque chose qui sauvera la vie d’un d’autre ». Le docteur m’a dit qu’il n’avait jamais connu personne qui ait autant souffert, voilà qui montre le genre de personne qu’il était. En 1968, la dernière fois que nous l’avons pesé, il faisait 31 kilos et quand ma mère est morte en 1962, elle en pesait moins de 23. C’est triste de devoir poursuivre le gouvernement pour arriver à quelque chose, pour qu’on vous prête attention. On ne peut pas me rendre mes parents, cette douleur a toujours été là. Je les ai vu mourir à petit feu. C’est grotesque, c’est révoltant, ça vous brise le coeur. Je vis toujours dans la terreur pour mes six enfants.

On s’est servi de nous comme de cobayes, cela je n’arrive pas à l’admettre. Si l’on avait laissé le nuage aller au-dessus de Las Vegas, il y aurait eu moins de gens concernés : là-bas les gens vivent et travaillent à l’intérieur, ils ne cultivent pas ce qu’ils mangent. Vraiment, je ne peux pas l’admettre. On ne sait pas combien de temps les radiations vont rester, on nous dit : « Pour toujours », cinq, dix mille ans. Et puis on dit qu’elles affectent les gènes. L’altération des gènes provoque des aberrations humaines. Ce qui m’horrifie le plus, c’est qu’il n’y a aucun véritable centre médical dans le coin. En fait, les gens doivent aller à Salt Lake City. Quelle humiliation que d’être obligé de monter là-bas, de subir sa chimiothérapie et de redescendre ici en vomissant pendant tout le trajet !

Au début de 1991, à peu près huit ans après mes premières rencontres avec Glenna Orton, je retournai à Parowan pour la voir une dernière fois. Les nouvelles n’étaient pas bonnes. Sa fille, Kaydell Mackleprang avait une boule à la thyroïde qui provoquait chez elle un dysfonctionnement, une telle accélération du métabolisme qu’elle souffrait de palpitations cardiaques. Quand Glenna l’amena à l’hôpital de St George, le docteur dit : « Oh, vous avez cette maladie des enfants des radiations », mais il ne voulut pas lui dire si cette boule était cancéreuse ou non.

On a dit que son coeur s’était épuisé de lui-même, qu’il battait trop vite et qu’elle avait eu une crise cardiaque. Les médecins ont dû ouvrir et supprimer la thyroïde afin de ralentir son c ?ur, ils ont dit que les médicaments qu’on lui donnait déclencheraient d’ici la fin de l’année un cancer des os ou une leucémie. Elle était hyper-active, elle commençait à avoir les yeux exorbités, je crois qu’on appelle ça la maladie de Basedow. Elle avait une boule au cou. Elle est descendue voir un spécialiste à St George. On ne recommande plus d’opérer en pareil cas, on tue la grosseur avec des radiations, on les lui a données sous forme liquide. On l’a admise à l’hôpital puis on l’a laissée rentrer à la maison. On avait fait la même chose à une de mes amies il y a dix ans, mais elle avait dû rester à l’hôpital une semaine. J’ai dû prendre les enfants de ma fille chez moi pour qu’ils ne soient pas irradiés. Les médecins ont dit que les tout-petits spécialement devaient rester éloignés d’elle pour ne pas courir le risque de devenir stériles à cause des radiations qu’elle émettait. Elle ne pouvait pas préparer de repas, ni faire la vaisselle, ni quoi que ce soit de ce genre, elle devait rester seule à la maison. On n’a rien dit à propos de ses vêtements. On lui a conseillé de ne plus avoir d’enfants, mais ses trois grossesses avaient déjà été si dures qu’elle avait décidé de ne plus en avoir. Elle n’arrivait pas à les porter suffisamment longtemps pour qu’ils soient assez développés pour vivre, alors elle devait rester au lit pendant des mois. Wendy, mon autre fille, a la thyroïde lente, aussi prend-elle des médicaments pour l’accélérer.

Glenna Orton soupira et une lueur rageuse dans son regard me fit comprendre qu’elle n’était pas si résignée ni si passive que l’étaient devenus beaucoup de « sous le vent » au cours de leur épreuve traumatisante de 35 ans.

Je suis une personne. Je suis toute aussi importante que n’importe qui à Las Vegas ou à New-York. Nous possédons une Constitution et une Déclaration des Droits qui nous donne à tous le droit à la vie, à la liberté, et à la recherche du bonheur. Je pense qu’on a amputé ma liberté. C’est comme en Russie. La vie humaine est sacrifiable. Fondamentalement, nous attendons de notre gouvernement qu’il protège le peuple. Je pense que c’est une des choses que nous sommes en droit d’attendre. Je suis tout aussi importante que n’importe qui d’autre, n’importe où.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nevada, essais nucléaires : La guerre nucléaire secrète
31 octobre 2012 - 11h56 - Posté par Canopus Jean

Pas vraiment surpris quand on sait que la méthode d’évaluation "NIOHS" a été retenue par la loi dite "Morin" pour évaluer les droits à indemnisation des vétérans du nucléaire-Sahara et Polynésie- Cette méthode "scientiste ?.." autorise les "autorités" politiques, médicales et militaires, à ne retenir que 1% des dossiers validés maladie radio induite indemnisable.Qui dit mieux en matière de duplicité,nos camarade décédés se seraient au moins épargné la déception du "changement" ?...






Qui veut bouffer du président ?
mardi 25 - 17h23
de : jean 1
Campagne de dons : appel aux lecteurs et aux mouvements sociaux
mardi 25 - 16h48
Rencontre avec la chanteuse engagée Tita Nzebi le 10 juillet
mardi 25 - 13h46
IDÉES NOIRES SOUS GILETS JAUNES
mardi 25 - 05h27
de : jean 1
2 commentaires
VENEZUELA : La nouvelle économie Socialiste, c’est parti !
lundi 24 - 17h01
de : JO
Affaire Legay : les gendarmes en service à Nice ce jour-là ont refusé les ordres du commissaire
lundi 24 - 15h07
de : nazairien
2 commentaires
Ils sont 93
lundi 24 - 11h45
de : jean 1
1 commentaire
LE MONDE A CHANGE : L’impérialisme l’apprend à ses dépends !
lundi 24 - 11h38
de : JO
acte 32, beaucoup de monde à paris, manif sauvage, flics éparpillés, fatigués, inefficaces (vidéo)
dimanche 23 - 14h18
de : nazairien
7 commentaires
HONTEUX, SCANDALEUX ET INACCEPTABLE : L214 dénonce l’horrible scandale des ‘vaches à hublots’
dimanche 23 - 11h56
de : nazairien
2 commentaires
Sarkozy et ses "casseroles" , Sarkozy jugé pour corruption - C l’hebdo - 22/06/2019 (vidéo)
dimanche 23 - 02h45
de : nazairien
L’ Acte 32, a bien tenu ses promesses et le live du sanglier jaune, a donné l’information en continu (vidéo)
dimanche 23 - 01h46
de : nazairien
1 commentaire
perturbation au Salon aéronautique
samedi 22 - 22h32
de : désobéir
Retour aux blocages pour les gilets jaunes
samedi 22 - 17h42
1 commentaire
L’héritage de Brecht : ’Berlin en Seine’ à l’Essaïon
vendredi 21 - 19h56
Daniel Tanuro : « Collapsologie : toutes les dérives idéologiques sont possibles »
vendredi 21 - 14h08
de : jean 1
2 commentaires
C’est un gendarme mobile qui a renversé quatre gilets jaunes à Rouen en février (video)
vendredi 21 - 13h36
de : Lille Insurgée
Fête de soutien aux postier-e-s du 92
vendredi 21 - 10h39
MACRON : PREMIERE A DROITE
jeudi 20 - 10h15
de : Nemo3637
QG, le média libre (videos)
jeudi 20 - 09h30
de : Aude Lancelin
3 commentaires
RÉFÉRENDUM ADP Objectif : 4,7 millions de signatures !
jeudi 20 - 08h53
de : La CGT
Comédie de Béthune - Un an après la grève ...
jeudi 20 - 08h37
de : Synptac Cgt
Ulcan (Chelli) renvoyé aux assises : sera-t-il extradé ?
jeudi 20 - 08h22
de : CAPJPO-EuroPalestine
ASSURANCE CHÔMAGE : LES CHÔMEURS DANS LE VISEUR ! Rassemblement le 20 juin à 11H Place du Palais Royal
jeudi 20 - 08h14
de : FNSAC - CGT
Non au détricotage de la loi sur la liberté de la presse
jeudi 20 - 08h05
de : SNJ, SNJ-CGT, CFDT-Journalistes, SGJ-FO
Urgence pour l’hôpital et pour un accès effectif à des soins de qualité, partout et pour tous !
jeudi 20 - 07h59
de : Ligue des droits de l’Homme
Le Naufrage d’ALSTOM : Macron dans la tourmente ?
mercredi 19 - 20h50
de : JO
1 commentaire
Assurance chômage : 3,4 milliards d’économies sur le dos des chômeurs, zéro sur celui du patronat
mercredi 19 - 15h25
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Voitures électriques, nucléaire et compteurs Linky : Stéphane Lhomme à nouveau à Castres
mercredi 19 - 09h35
QUAND LES TRAVAILLEUSES DE LA MUSIQUE NE SONT PAS À LA FÊTE ...
mercredi 19 - 09h27
de : FNSAC - CGT
Grève massivement suivie à Radio France, près des trois quarts des salarié-e-s ont cessé le travail le 18 juin
mercredi 19 - 09h22
de : CFDT, CGT, FO, SNJ, Sud, Unsa de Radio France
Une Magistrate agressée devant chez elle par un #LBD40 : une enquête ouverte pour tentative d’assassinat
mardi 18 - 18h21
de : nazairien
11 commentaires
Geodis : ces batailles du flux des ouvriers de la logistique
mardi 18 - 09h19
de : David Gaborieau
1 commentaire
Reverdir le Rojava
mardi 18 - 08h53
de : Pierre Bance
Rendez-vous dans 100 ans.
lundi 17 - 18h40
de : L’iena rabbioso
VENEZUELA : Cette expérience Socialiste qui donne des frayeurs à l’impérialisme !
lundi 17 - 17h47
de : JO
Grande Fête du livre de Noir et Rouge samedi 22 juin 2019-
lundi 17 - 09h52
de : frank
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 - 09h29
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Garde à vue de Gaël prolongée, Mobilisation lundi 17 juin 12h30
lundi 17 - 09h27
ADRESSE À TOUS CEUX QUI NE VEULENT PAS GÉRER LES NUISANCES MAIS LES SUPPRIMER
lundi 17 - 09h25
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Avoir le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite