Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique


de : johnsami86
dimanche 11 novembre 2012 - 16h04 - Signaler aux modérateurs
10 commentaires

Peut-on, en raison de faits qui sont légaux dans son pays, être extradé pour être jugé et incarcéré selon une législation étrangère ? Peut-on être être envoyé en Espagne pour des faits commis en France ? La réponse à ces deux questions relève plus des rapports de force politiques que des textes juridiques.

Aurore Matin est actuellement incarcérée dans une prison à Madrid. Cible d’un mandat d’arrêt européen depuis octobre 2010 pour “faits de participation à une organisation terroriste et terrorisme”, la basque française de 33 ans est remise aux autorités espagnoles suite à son arrestation près de Mauléon jeudi 1er novembre. L’Espagne lui reproche sont militantisme à l’organisation indépendantiste basque Batasuna, parti autorisé en France mais que l’Espagne considère une organisation terroriste, ayant des liens supposés avec l’ETA. Aurore Martin a participé à des réunions publiques de Batasuna à Pampelune, en Espagne, en 2006 et 2007. Elle risque une peine allant jusqu’à 12 ans de prison.

C’est une première judiciaire. La première fois qu’un ressortisant français visé par un mandat d’arrêt européen (MAE) a été extradé à l’Espagne, et ceci pour des faits qui, en France, ne sont pas répréhensibles. Cela en soi fait de l’affaire une polémique. C’est la France qui choisit d’accepter d’appliquer le MAE. C’est la France qui fait le choix de livrer Martin à l’Espagne en parfaite connaissance de la situation juridique inhabiduelle.

Mais une fois Aurore Martin passée devant le juge d’instruction de l’Audiencia Nacional à Madrid la nature polémique et politique de l’affaire monte d’un cran. Le juge Pablo Ruz cite, parmi la liste d’accusations contre la jeune femme, des faits que la France avait écartés comme condition de validation du MAE. Il s’agit, entre autres, de faits qui se sont déroulés dans l’Etat français. “C’est tout simplement hallucinant”, a déclaré Jone Gorizelaia, avocate d’Aurore Martin. Pour Max Brisson, secrétaire départemental UMP des Pyrénées Atlantiques, il s’agit d’un “scandale d’Etat”.

Cette nouvelle contribue à réduire la crédibilité de la thèse qu’il s’agit d’une simple affaire de justice européenne impartiale et dépolitisée.

Irrégularités suspectes

Citons la liste de nouvelles accusations. Aurore Martin a participé à une conférence de presse à Bayonne le 21 septembre 2006 et à un meeting à Ustarriz le 27 janvier 2007.

Elle a aussi reçu un virement sur son compte bancaire provenant du Parti communiste des terres basques (EHAK), parti interdit en Espagne depuis 2008.

Or, d’après Sud Ouest, la condition que la Cour d’appel de Pau accepte le MAE a été que ces éléments n’y figurent pas, le dernier parce que le parti EHAK était encore légal au moment où Aurore Martin a reçu le virement, et les deux premiers en raison de leur parfaite legalité sur le territoire français.

En outre, la poursuite par l’Espagne pour des faits commis en France dépasse le cadre du MAE. Selon Jean-René Etchegarray, adjoint du maire de Bayonne et avocat de formation, qui s’est exprimé au Journal du Pays Basque, “tous les principes juridiques de droit français et européen interdisent toute poursuite d’un(e) ressortissant(e) français(e) sur un sol étranger pour des faits commis en France”.

De toute évidence il semble qu’Aurore Martin, actuellement en détention dans une prison madrilène, n’ait pas le moindre recours contre les accusations du juge Pablo Ruz, puisque c’est la justice espagnole qui gère une fois l’accusée sous sa responsabilité. D’après Amaia Rekarte, qui a informé la Cour d’appel de Pau de l’irrégularité, “ils (les juges espagnols) sont tellement habitués à agir en toute puissance et faire ce qu’ils veulent”.

Si, comme l’affirme Henri Labayle, spécialiste en droit européen, toute remise en cause par la France de la procédure est impossible, la poursuite effective d’Aurore Martin pour des faits autres que ceux figurant dans le MAE sera illégal et “serait sactionné par la justice espagnole elle-même en appel”. Reste à savoir si la justice espagnole sera prête à engager un tel bras de fer, qui implique une longue procédure pendant laquelle Aurore Martin restera incarcérée.

Le gouvernement français, qui ne s’est pas officiellement exprimé sur le sujet, mis à part pour se défendre, au nom de la séparation des pouvoirs, de toute accusation d’être intervenu dans la remise de la militante aux Espagnols aurait maintenant la possibilité d’intervenir. C’était dans ce sens q’une vigntaine d’élus basques ont réclamé la libération immédiate dans une lettre ouverte à François Hollande. La Ligue des Droits de l’Homme a également demandé l’intervention du Président de la République pour que “Aurore Martin ne soit pas la victime d’un conflit qui est en train de trouver une issue dans un cadre démocratique”.

Son intervention serait une intervention politique et non juridique. Ne pas intervenir, au nom de la séparation de la justice de la politique serait également une décision politique. La politique y a été mêlée des ses départs.

Valls au coeur des polémiques

Parlons de politique. Que dit le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, dont les proches d’Aurore Martin soupçonnent d’être derrière sa remise à l’Espagne ? A priori rien. Il renvoie la responsabilité au parquet de Pau, l’affaire étant, après tout, une question de justice. En même temps, avec des entretiens musclés à plusieurs organes de presse, et son expression à propos de la question basque, il dit tout. Tout sur l’attitude politique du gouvernement, ce qui laisse penser les proches d’Aurore Martin que Valls est un “menteur” lorsqu’il affirme n’avoir pris aucune décision dans l’extradition.

Dans un entretien au journal Sud Ouest, le ministre de l’intérieur répond aux questions urgentes du moment. “Aurore Martin a été arrêté lors d’un contrôle routier, habituel en cette période de vacances (...) Je démens toute autre version des faits”. Il réaffirme le caractère fortuit du contrôle et de l’arrestation. La sous-préfecture de Bayonne soutient aussi cette version des faits.

Les soutiens de Martin, en revanche, affirment avoir vu, le soir son arrestation, plusieurs contrôles de gendarmes sur des autoroutes différentes, sans faire de test d’alcoolémie. L’adjoint du maire de Biarritz a estimé que 600 véhicules ont été contrôlées autour de Mauléon le jour de son arrestation. Un autre témoin a dit “ils étaient armés et scrutaient dans les voitures. Personne n’était arrêté et je croyais qu’ils recherchaient quelqu’un de l’ETA”. Sud Ouest estime, d’après une “source bien informée sur l’affaire”, qu’une opération de recherche de stupéfiants a été effectuée et que en conséquence toutes les véhicules ont été arrêtées. Le procureur de Pau “ne confirme, ni n’infirme” cette information. Sans avoir pour le moment d’éléments qui accusent le pouvoir ministériel d’ingérence, nous nous eloignons en tout cas de la version de Valls du contrôle fortuit.

Venons à deux autres questions auxquelles Valls donne sa réponse à Sud Ouest. La première : la disproportion entre les faits reprochés et la peine qu’Aurore Martin risque. La deuxième : le contexte politique de son arrestation. A la première le ministre explique “Je fais confiance à la justice espagnole pour traiter le cas d’Aurore Martin en tenant compte du fait qu’elle n’a pas de sang sur les mains. C’est la justice d’un Etat de droit, d’un pays qui, il ne faut pas l’oublier, a subi la violence d’ETA”. Rejetant l’existence d’un délit d’opinion dans le cas Martin, le Catalan Valls dit simplement “Dans une société démocratique, il n’y a pas de place pour des actes et des discours de violence”.

Pour ce qui est du contexte politique d’avancées significatives, l’ETA ayant abandonné la lutte armée et les independantistes basques ayant réalisée une nouvelle percée éléctorale. Valls reprend un ton sécuritaire musclé. “Ce qui a permis la défaite d’ETA, c’est la coopération déterminéee de la France et de l’Espagne (...). Et aussi le refus de la violence par la société basque espagnole. Nous devons mener cette action jusqu’à la dissolution (d’ETA)”.

Des réponses intéressantes car à ces questions, qui n’aborde qu’indirectement l’ETA, le ministre répond par un discours sur la répression de la violence. Aurore Martin semble avoir été arrêtée non pas pour ses idées politiques mais parce que la France et l’Espagne n’acceptent pas la violence. En même temps, de par la légalité de Batasuna dans la République Française, l’on ne peut pas l’estimer une terroriste coupable de “actes et discours de violence”. Valls dit tout sur sa stratégique politique mais rien sur Aurore Martin.

Ces amalgames ne sont pas nouveaux. L’entretien à Sud Ouest tombe dans la droite lignée de celle que Valls a accordé au quotidien espagnol El Pais lundi 29 octobre. “Nous suivrons le gouvernement espagnol dans tout ce qu’il décide.” C’est avec cette phrase que l’entretien avec la presse espagnole se conclue. Il a donc suivi la politique espagnole actuelle en lançant l’assaut qui a permis l’arrestation à 70 kilometres de Lyon d’Izaskun Lesaka, considérée comme la chef militaire d’ETA. Suit-il aussi la politique espagnole dans sa forme d’opposition au nationalisme basque et ses lois d’exception qui interdisent des formations politiques comme Batasuna ?

Ne se limitant pas à son domaine sécuritaire, Valls se permet de s’exprimer sur des considérations politiques du Pays Basque. “Il n’y aura pas de structure administrative basque, nous ne voulons pas ouvrir ce débat. Les choses sont claires dans notre esprit, et tant qu’ETA n’aura pas restitué ses armes nous demeurerons inflexibles”.

Une justice politisée

Refus catégorique de discuter d’une autonomie territoriale basque française, promesses de suivre la politique espagnole, amalgames répétés entre la politique au Pays Basque et ETA. Nous n’avons pas, à l’heure actuelle, de précisions sur le déroulement exact des faits. En revanche l’attitude et le climat politique ne peut pas être plus claires.

Le gouvernement espagnol a lancé une nouvelle offensive contre l’indépendantisme basque, à un moment où celui-ci se renforce et se libère du terrorisme d’ETA. Madrid cible non seulement les “etarras” mais aussi des militants d’organisations politiques comme Batasuna qui ont été interdites par la loi d’exception, la Ley de Partidos. Dans cette période de changement le gouvernement français a décidé ouvertement de suivre son homologue outre-Pyrénées.

Quelque soit la complexité de la situation juridique, Aurore Martin a été une victime de choix politiques des gouvernements. Du choix du gouvernement espagnol de la cibler alors qu’elle est militante politique qui “n’a pas de sang sur les mains” comme le recconaît Monsieur Valls. De l’accuser, une fois en détention en Espagne, de faits qu’elle a commis en toute légalité en France.

Mais elle est aussi victime des choix politiques du gouvernement français. Car la France peut refuser des MAE si elle estime que l’autorité étrangère poursuit une personne pour des opinions politiques. Elle l’a d’ailleurs déja fait, y compris ce 30 octobre lorsque le tribunal de Pau a rejeté le mandat d’arrêt qui visait Arturo Villanueva.

Les élus et habitants du Pays Basque Français ont compris directelement la politisation de cette affaire de justice. La Ligue des Droits de l’Homme qui, comme eux, a livré une lettre au Président de la République, résume ce point de vue.

“Au-delà de ces éléments juridiques, il reste et il demeure qu’une jeune femme est aujourd’hui en détention pour une durée au moins de plusieurs mois, devant une juridiction d’exception parce que les autorités espagnoles ont cru devoir criminaliser une expression politique, celle de l’indépendantisme basque.”



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 16h38 - Posté par richard PALAO

je me suis déja beaucoup exprimé sur BC pour condamner sans réserve l’arrestation puis l’ extradition d AURORE MARTIN , aux arguments déja avancé je voudrais en ajouter un autre :

si HOLLANDE , VALLS et TAUBIRA jurent dur comme fer qu’ils ne sont pas intervenus , qu’est ce qui les empêchent d ’intervenir maintenant auprès du gouvernement espagnol qui ne peut pas leur refuser " la faveur" de libérer une innocente vu le nombre de membres de L ETA déja livré par la FRANCE ...

Mais pour que notre trio d ’innocents aux mains pleines puissent prendre une telle décision, il faut les y "aider" , c’est pourquoi et bien que les manifs locales et régionales aient leur utilité , je pense qu’il est indispensable d ’organiser des actions nationales , une manif à PARIS , qui visent directement le pouvoir ...

outre le fait que de telles actions me paraissent plus efficaces , elles permettront de faire le tri entre ceux qui demande véritablement la libération AURORE et ceux qui apportent leur soutien pour des raisons locales ( la création d un département basque) ou avec ceux qui comme le PCF par souci de ménager la majorité à laquelle ils appartiennent joue le double jeu et refusent que les actions prennent trop d ’ampleur .



Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 17h53 - Posté par EH

vidéo eitb : Manifestation à Bayonne pour les prisonniers - 10/11/2012

Plusieurs milliers de personnes ont défilé à Bayonne pour manifester leur soutien aux prisonniers et appeler les gouvernements français et espagnol à s’engager davantage dans le processus de paix.

http://www.eitb.com/fr/video/detail...

PS "terroristes d’ETA", c’est qui les vrais terroristes, les combattants basques pour la liberté de leur pays ou les états colonialistes qui ont soutenu les GAL ?

Les Groupes antiterroristes de libération (espagnol : Grupos Antiterroristas de Liberación, GAL) étaient des commandos para-policiers et para-militaires espagnols, actifs de 1983 à 1987, ayant comme objectif la lutte contre ETA, principalement sur le territoire français, véritables terroristes d’État.



Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 19h31 - Posté par Paco NPA

Bien d’accord pour condamner le terrorisme d’Etat, le traitement fait aux prisonniers basques et exiger leur libération.

Pour autant, mais c’est un autre débat, mais rien n’empêche de l’avoir...

Cela ne saurait être de cautionner les dérives stalino-militaristes de l’ETA pratiquées depuis des années qui ont isolé le combat du peuple basque de celui mené par les autres peuples de l’Etat espagnol, profondément divisé les travailleurs et la population d’Euzkadi (parce qu’une chose est de transformer Carrero en astronaute, d’exécuter un commissaire tortionnaire sous une dictature sanglante autre chose de flinguer un conseiller municipal (fut il de droite) ou un journaliste) alors que des espaces de droits démocratiques ont été acquis.


Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 20h27 - Posté par richard PALAO

D ACCORD AVEC TOI , PACO , exiger la libération d AURORE MARTIN ce n est bien sûr en aucun CAS cautionner la violence de l ETA qui reconnait d ailleurs aujourdhui que ce fût une erreur stratégique et politique ce n est pas non plus prendre position pour ou contre l’indépendance du PAYS BASQUE , il s ’agit simplement de faire sortir AURORE MARTIN DE PRISON parce qu ’elle est innocente et qu’elle a simplement un droit constitutionnel , celui d ’appartenir et de militer dans l’organisation légale de son choix .

Dans le même temps il s ’agit de dénoncer le pouvoir de " goche " et ses complices qui ont livré AURORE à une police néo franquiste connu pour ses pratiques brutale et à un tribunal d ’exception qui à le pouvoir de lui infliger 12 ans de prison .


Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 18h02 - Posté par Aurore askatu
Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 18h16

autre vidéo de Bayonne :
http://www.dailymotion.com/video/xv...

euskal presoak etxera ! / prisonniers basques à la maison !



Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 18h38 - Posté par Paco NPA

Pour dire la même chose que Richard, mais autrement…

Tous les commentateurs considèrent que la manifestation de Bayonne a été un immense succès numérique (plus de 15 000 chiffre organisateurs, moins de 15 000 chiffre police, 15 000 repris par la presse).

Après le succès de cette première étape (essentiellement « régionale »), la mobilisation pour la libération d’Aurore doit prendre maintenant un caractère national.

Vidéo France Info (si le lien fonctionne)

http://api.dmcloud.net/player/pubpa...

Seul témoignage écrit sur la manifestation posté sur ce site :

Les sénateurs PCF interviennent en faveur d’Aurore Martin ????
10 novembre 2012 - 23h12 - Posté par monachicchio - 77.***.39.***
je revient de la manif de bayonne et surprise le grand front de gauche qui nous dit de prendre le pouvoir eté complétement absent. je ne dit pas que des militants du PCF avec badges n’étaient pas la. je sait qu’un car est venu de PAU. pour le reste entre 8000/15000 personnes. mais revenont a nos grands révolutionaire. pas vu de tract.
la seule apparition d’organisation politique francaise aura eté celle du NPA, des auto collants de partout pour la liberation de aurore, pour les presos ; et contre la MAE et des milliers de tract A4 moitié francais moitié basque.
voila oui trés surprenant. si quelqu’un a vus autre chose

De Monacchao


Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
11 novembre 2012 - 19h25 - Posté par monachicchio

Pour dire clairement les choses, les accords pour la manif étaient qu’ils n’y ai pas de drapeaux d’organisations politique. Enfin c’est cela que j’ai compris.
Donc a part 1 drapeau du FdG il n’y avait que des ikurrina et 5 drapeaux breton (salut aux bretons)
Le PCF et d’autre nous ont habitué à faire soit des points fixes d’apparitions, soit des apparitions sous forme variés, tracts auto collants etc. pour la manif de Bayonne et pour les organisations politique française, mis a part le NPA très visible malgré la pluie, rien de tout cela. Profil bas ?? ???? à part des élus locaux (voir sud-ouest, le monde, libé etc), personne. Finalement la seule" tête de gondole" aura été Poutou.
Pas de JML, pas de vedette comme l’avocat du FdG de bordeaux maitre Boulanger.
La majorité des post depuis le début du scandale aurore Martin c’est retard à l’allumage, propos ambigües, et sommes toute démarches strictement institutionnelles mais pas de grosses mobilisations des structures de parties, à part les positions bien visible médiatiquement des élus. Bien sur les militants ou sympathisants étaient là. Je ne vais pas discuter sur les quantités.
Fondamentalement pas d’appel au peuple de gauche, pas d’appel à la « prise du pouvoir » à minima. En gros les élus plastronnent avec retard suivant les remous et la mobilisation, la presse fait à minima.
Merci au NPA d’avoir fait son boulot de parti.


Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
14 novembre 2012 - 17h42 - Posté par A.C en rogne !

Je loge ici ce papier pour ne pas rajouter un nouvel article ;. _ Quand on pense que Hollande et sa majorité OSENT nous faire le coup de ceux qui n’y sont pour rien (sauf certes d’avoir adopté le M.AE..) , que c’est par hasard qu’ Aurore Martin a été controlée ..comme tout un chacun peut l’être sur la route, ça donne la NAUSEE..

Tarnac, Irlandais de Vincennes, curieux épisodes de l’affaire MERAH, que ce soit la DROITE ou cette Gôche réduite à se glorifier d’être moins"laxiste" que les Pasqua, Sarko, Hortefeux, Guéant.., soyons calmes mais ATTENTION..
Ils ont besoin de faire peur, de diviser, de provoquer..

Ils ne reculent jamais devant quoi que cesoit.

Notre bourgeoisie est versaillaise..

Dénoncer les complices du RAPT et de l’extradition puante d’une militante française, comme hier avoir dressé un rempart de solidarité autour Cesare Battisti, comme l orsqu’avec des humanistes de RESF, nous cachons un gamin pour refuser les charters de la honte, c’est un aspect de la LUTTE des CLASSES

Ce gouvernement vient de se couvrir de boue, mais aussi de RIDICULE !

lu sur Libe.fr

La famille d’Aurore Martin dénonce les "mensonges" sur son arrestation

Les proches de la militante basque produisent des documents prouvant selon eux que son arrestation n’était pas fortuite.

La famille et les amis de la militante basque dénoncent une nouvelle fois les "mensonges" de Manuel Valls sur l’arrestation d’Aurore Martin le 1er novembre. Dans ce communiqué transmis mercredi à un correspondant de l’AFP, ils produisent plusieurs documents montrant selon eux que la militante, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, vivait au grand jour et que donc son arrestation n’était pas le fruit du hasard.

"Aurore avait une vie sociale et familiale"

Une attestation du maire de Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), Michel Etchebest fournie par les proches, indique qu’Aurore Martin a voté à la présidentielle, puis aux législatives.

Une carte grise de septembre 2012, ou un courrier de la préfecture sur l’allocation de RSA sont également transmis.

"Aurore, poursuit le communiqué, avait une vie sociale et familiale entre Mauléon-Licharre, lieu de résidence de ses parents, Saint Michel, son lieu de résidence et Hasparren, le lieu de résidence de son compagnon". Ces lieux de vie sont reliés par 93 km de départementales traversant cinq cantons du Pays basque, où vivent 40.000 personnes, avec, six gendarmeries, soit "une gendarmerie pour 6.600 habitants", selon la famille.

"Nous ne croyons pas qu’Aurore ait pu vivre normalement durant 18 mois (depuis le 18 juin 2011, lors de son retour à la vie publique, ndlr) sans que la gendarmerie le sache", indique la famille. Pour les proches de la militante, son arrestation est donc le fruit d’une "décision politique" et que par conséquent "Aurore Martin n’a pas été arrêtée lors d’un contrôle fortuit".

"Une fois Aurore arrêtée, le dispositif levé"

Sur les chemins qu’Aurore Martin aurait pu emprunter, les proches de la militante ont "dénombré quatre contrôles de gendarmerie sur le même créneau horaire" ce jour-là. "Une fois Aurore arrêtée, après 16h00, dans un premier temps les voitures qui passent par là ne sont plus contrôlées et dans un second temps l’ensemble du dispositif est levé", affirme la famille, qui dit se fonder sur dix témoignages.

Dans un entretien à Sud Ouest Dimanche, Manuel Valls avait affirmé qu’"Aurore Martin a été arrêtée lors d’un contrôle routier habituel".

Interrogé en conférence de presse mardi, François Hollande a assuré ne pas avoir donné de consigne. Après l’avoir contrôlée, la gendarmerie a présentée Aurore Martin au parquet général "et la procédure (de remise à l’Espagne) est automatique", a-t-il dit

Elle avait voté aux Présidentielles.....
putain...ya de quoi botter des culs ROSEs à grands coups de pompes !

certainement comme des millions de gens honnêtes, (EUX).., elle a du penser Aurore, que comme les Roms , les gamins des"cités" controlés au faciès.., elle pouvait espérer enfin VIVRE tout à fait tranquille...
Au point ou j’en suis, je serais de ceux qui avertiraient que si AURORE n’est pas revenue TRES VITE chez elle, ASKATU, chez "NOUS", alors en 2014....aux municipales aucune voix de ceux qui hurlent leur colère et leur solidarité ne pourra se porter sur des candidats du même parti que Hollande Ayrault, Valls etc etc..

A.C

.



Aurore Martin : Une justice bien dépendante et politique
14 novembre 2012 - 17h53 - Posté par A.C

Rectification
j’ai pris cet article ici,

http://www.sudouest.fr/2012/11/14/l...

sur SUD OUEST. et non Libé





Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
4 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite