Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Bousculé par ses cadres, Bernard Thibault doit reconquérir la CGT
de : Barroux et Monnot
lundi 28 mars 2005 - 23h37 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

de Rémi Barroux et Caroline Monnot Bernard Thibault peut-il encore rebondir ? Mercredi 30 mars, le secrétaire général de la CGT va se retrouver, pour la première fois, face à ceux qui l’ont désavoué, voilà deux mois. C’était début février et les membres du comité confédéral national (CCN) ­ le parlement de la centrale ­ avaient décidé d’engager leur syndicat dans le non au traité constitutionnel européen. Contre l’avis de leur numéro un, mis en minorité. Du jamais-vu dans l’histoire de cette organisation.

Depuis, les déclarations des uns et des autres se sont faites apaisantes. Et le regain de mobilisation sociale a remisé le débat interne à la CGT au second rang. Pour autant, rien n’est réglé sur le fond. L’ambiance est lourde dans la centrale syndicale. D’ailleurs, les mots employés pour la caractériser sont forts : "Il y a de la haine", entend-on ici ou là. La crise reste ouverte et Bernard Thibault, qui, mercredi, doit donner le coup d’envoi à la préparation du 48e congrès de la CGT ­ il se tiendra sans doute fin avril 2006 à Lille ­ n’aborde pas cette échéance dans les meilleures conditions.

Il y a d’abord le climat préréférendaire. Les sondages, donnant désormais le non majoritaire, renforcent ceux qui ont milité pour que le syndicat s’engage contre le traité. Dans la rue, chaque manifestation offre l’occasion aux rangs cégétistes d’afficher haut et fort leur non, comme ce fut le cas à Bruxelles lors de l’euromanifestation du 19 mars. Il y a ensuite cette amertume qui pointe jusque dans l’entourage de M. Thibault, où l’on parle de "gâchis" et où l’on reproche au numéro un de ne pas s’être donné les moyens de gagner cette bataille.

Il y a encore les traces laissées par son "adresse aux organisations de la CGT", prononcée le 3 février et dans laquelle le secrétaire général avait désapprouvé en termes vifs la décision de son CCN. Cette sortie a été interprétée par certains comme une réaction de dépit d’un dirigeant à qui tout avait jusqu’alors ­ - trop ? - ­ souri, un impair en tout cas dans la culture CGT.

"On ne crache pas à la gueule de ses orgas", commente un membre de la Fédération de l’énergie. "J’ai compris qu’on commettait une erreur avec cette décision de "rejet" du traité et j’ai voulu simplement le dire", explique M. Thibault au Monde, reconnaissant que ne pas indiquer de position préalable avait peut-être été une erreur de la direction.

Enfin et surtout, le débat sur le traité a cristallisé des désaccords portant sur la stratégie et l’avenir de la centrale. Désaccords que M. Thibault va devoir affronter, alors qu’il est fragilisé. Ce qu’il reconnaît : "Si cela veut dire que c’était mieux avant le CCN de février qu’après, alors oui", a-t-il confié au Monde. Signe de cette fragilisation, au siège de la CGT à Montreuil, le nom de Maryse Dumas, la secrétaire confédérale, est parfois cité, dans certaines conversations, comme un recours éventuel "en cas de crise majeure".

Si M. Thibault a songé à démissionner, il dit aujourd’hui vouloir mettre à profit la crise pour clarifier l’orientation de la CGT. "Nous allons avoir des débats de fond qui n’ont pas été réglés", indique-t-il. La préparation du prochain congrès en fournira l’occasion.

Celui-ci devrait porter sur "la réflexion et les orientations de l’organisation concernant son champ d’intervention". C’est-à-dire les rapports au politique d’un syndicat qui se revendique "indépendant". Cette indépendance par rapport aux partis induit-elle la neutralité dans le débat politique ? Et qu’en est-il du projet de transformation sociale ? Sur ce thème, deux conceptions s’affrontent dans les rangs cégétistes.

Le congrès devrait aussi aborder les questions de démocratie interne. Enfin se posera la question de "l’évolution des structures, des modes de fonctionnement et du financement des organisations". Ces trois chantiers nourrissent des inquiétudes. Des militants cégétistes citent en exemple... l’histoire de la CFDT. "C’est au nom de l’autonomie que s’y est fait le recentrage, s’inquiète un haut responsable fédéral. S’agit-il de construire un syndicalisme plus proche des salariés ? Ou de s’engager, à notre tour, sur la voie du recentrage, vingt-cinq ans après Edmond Maire ?" Recentrage, le mot est lâché même si l’on parle plus volontiers d’évolution "réformiste" dans certains milieux CGT.

Quant au débat sur la réforme des cotisations, il continue de hérisser nombre de fédérations. Derrière la volonté de mieux financer les structures interprofessionnelles, beaucoup craignent un "contrôle plus important" de la direction confédérale.

Pour préparer la discussion de mercredi, des réunions se sont tenues en fin de semaine dernière, dans les régions, avec les secrétai-res d’unions départementales et de fédérations qui composent le CCN. De l’avis de certains des animateurs de ces réunions, membres de la commission exécutive, le débat a été "très constructif", mais a révélé "l’ampleur des problèmes à discuter". Traduction : les choses ne sont pas simples. Le prochain congrès pourrait prendre l’allure d’un quitte ou double pour M. Thibault.

http://www.lemonde.fr/web/article/0...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Bernard Thibault n’a pas de "cadres", ni à "reconquérir" la CGT
29 mars 2005 - 23h44

Qui pense sérieusement que B.T. "dirige" la CGT ? Le rôle d’un secrétaire d’une structure CGT n’est pas de "diriger" au sens imposer sa volonté, mais de synthétiser la ligne directrice impulsée par les militants ( à quelque nieau que ce soit ), ce qui peut l’amener parfois à impulser l’action voulue par les militants

Que Thibault ait une appréciation personnelle, c’est infiniment respectable, mais sur le fond, cette appréciation "vaut" une voix dans la CGT ; simplement ce qui lui est demandé, c’est de remplir le mandat qui lui est confié. Pas plus et pas moins.

L’opininion personnelle des journalistes n’a pas plus d’importance -et même bien moins- pour l’organisation ( et en aucun cas ne devrait pas en avoir plus au sein de l’organisation) que celle d’un simple syndiqué

Aux militants de confier s’ils le souhaitent, mais encore de contrôler ce mandat

salutations militantes

Patrice Bardet, militant Ufict-CGT






Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire
Alexandre Langlois réagit à son exclusion de 12 mois : « C’est une sanction politique » (vidéà)
vendredi 5 - 01h44
de : nazairien
Baccalauréat 2019 : Blanquer droit dans ses notes
jeudi 4 - 18h07
Le Président du Mexique Andrés Manuel Lopez Obrador reçoit des menaces !
jeudi 4 - 15h12
de : JO
L’Eau, c’est la vie : la "guerre de l’eaué a telle commencé, NESTLÉ : l’escroquerie du commerce de l’eau (vidéo)
mercredi 3 - 23h10
de : nazairien
2 commentaires
"Américan Dream" Peste bubonique à Los Angeles : la Californie sur le point de devenir un État du tiers-monde
mercredi 3 - 12h32
de : nazairien
2 commentaires
Amazon : plusieurs sites bloqués par des Gilets Jaunes et des écolos
mardi 2 - 11h06
de : nazairien
1 commentaire
Vilain Villani la suite à Grenoble chez Mandrin
lundi 1er - 23h19
de : PMO viaJYP
Collège République de Bobigny : Sud-éducation dénonce un article à charge de Libération
lundi 1er - 16h17
Accidents du travail : silence des ouvriers meurent :
lundi 1er - 08h43
de : jean 1
« NOUS, LE PEUPLE DES ÉTATS-UNIS… »
lundi 1er - 06h54
de : Ernest London
Le "Tube de l’été" : "CON à voter Macron" Chanson Inédite (vidéo)
lundi 1er - 00h01
de : nazairien
2 commentaires
Acte 33, A Paris, le mouvement, qui s’essouffle, a émoussé, la "vista" de la flicaille (vidéo)
dimanche 30 - 19h09
de : nazairien

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite