Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

vidéo : la colère froide d’un citron pressé
vendredi 22 août 2014 - 23h25 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

Il suffit de regarder des photos assez récentes de Givors, au temps du plein emploi, à l’heure de la sortie des usines, (des rivières d’ouvriers emplissent les rues, on croit entendre le chahut, l’humour, les paroles et les rires venant de tous ces corps, de tous ces visages), pour comprendre l’étendue des transformations qui ont bouleversé la ville après la débâcle industrielle des années 80 et le stress qui en a découlé.

A l’Union Locale CGT où j’étais venu expliquer notre projet de film, deux femmes de permanence m’écoutent attentivement et ce que je raconte semble crever un abcès, un trop plein de paroles contenues. La rage est grande mais la colère est mâtinée d’un sentiment d’impuissance. Elles n’en peuvent plus : « La misère nous épuise, on est fatigué. » La veille elles ont reçu un homme qui s’est pendu à son travail, il s’en est fallu d’un rien avant que ses camarades ne le trouvent et lui sauvent la vie. Il faisait partie d’un plan de licenciement et ne le supportait pas. Elles sont sorties vidées de cette rencontre et de l’énergie qu’elle ont du trouver une fois de plus pour réconforter, tenter de donner de l’espoir, voire essayer de trouver une solution, et ensuite retourner chez elles et faire à manger, continuer sa vie malgré tout. « On se sent comme des guerrières, ou des pompiers. »

Elles parlent de leur sens du combat pour tous, lorsqu’il y avait du travail. Aujourd’hui, elles ne sont plus que le dernier filet auquel les gens se raccrochent. Là où il n’y a pas si longtemps on défendait les droits durement acquis des travailleurs, aujourd’hui on épluche les dossiers de surendettement, on fait appel à la maigre caisse du syndicat pour répondre à des situations de détresse, car parfois les personnes qui viennent n’ont plus rien, et même plus droit à la sécurité sociale. Pour un syndicat qui a fondé son titre de gloire sur les conquêtes de 36, et « le droit à la Sécu pour tous », c’est dur à supporter.

Leur sentiment d’impuissance est grand, même si souvent on leur dit merci pour avoir simplement pris le temps d’écouter les récits des uns et des autres, trop plein de vies qui n’entrevoient plus de solution. « La misère nous tire vers le bas, même les vieux, anciens syndiqués, viennent nous voir, car ils ont de moins en moins d’argent. »

Nous avons rencontré Mr Trad la première fois où il venait à l’épicerie du Secours Populaire. Une démarche impensable pour lui qui avait travaillé toute sa vie, cette honte qui se traduit dans tout son corps, son visage, ses mains. Heureusement, les bénévoles savent accueillir et respecter ces blessures là, être prévenant, tenter de dédramatiser, rire avec lui, mettre à l’aise.

Il dit qu’il ne dort pas beaucoup, que toute la nuit il pense, et qu’il pense tellement qu’il en a des douleurs au ventre. Un silence qui se continue par ces mots : « C’est beaucoup, ça pèse. Je suis là, comme si j’étais dans un nuage, ça ne part pas. On vous laisse partir petit à petit, jusqu’à ce que vous n’existiez plus. Parfois, quand je suis à table, je regarde mon assiette, et je me dis que ce n’est pas normal que ça se passe comme ça. »

Avant de s’éloigner par la porte qui donne sur la rue, chargé de ses deux sacs ED emplis de nourriture, il dit encore : « Il y a un proverbe français qui dit que l’oiseau en cage ne chante pas de joie mais de rage, parce qu’il est enfermé, et qu’il veut s’évader. Je ne sais pas chanter mais je suis cet oiseau, je chante à l’intérieur de rage et de colère. »

Nous sommes allés rencontrer Mr Trad chez lui, il voulait témoigner pour tous les autres dans sa situation. Il habite au sommet d’une tour de quatorze étages dans un quartier périphérique, les Vernes. Une cité comme il y en a tant, des immeubles, des squares avec des jeux pour enfants, une supérette, une boulangerie et un café tabac journaux.

En nous ouvrant la porte, avec toujours cette gêne de se montrer ainsi, d’ouvrir son intérieur, il dit : « Ce n’est pas un château, c’est un abri, c’est un toit. »

Au montage, nous n’avons pas réussi à l’intégrer aux personnages du film. Il n’avait pas voulu nous revoir après cette rencontre, et je crois qu’il nous manquait de quoi le raconter autrement que par ses mots. C’est pourquoi je suis très heureux que vous puissiez comprendre un peu mieux la situation de Mr Trad, par le court montage vidéo qui suit. Depuis, il a pu rejoindre ses enfants à Marseille, et je n’ai plus eu de nouvelles. Quand je pense à lui, je me souviens qu’il commençait souvent ses phrases en disant : « Quand vous avez été un honnête homme sur terre… »

Ecoutez Mr Trad chanter sa vie, sa complainte de rage, elle nous permet de comprendre un peu mieux cet indicible du chômeur dont il parle si bien.

Jean-Pierre Duret

http://documentaire-pauvrete.blogs....



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
vidéo : la colère froide d’un citron pressé
23 août 2014 - 09h11 - Posté par nOCTURNE

L article communique une RAGE SALVATRICE ;
Si seulement cette rage pouvait nous soulever nous,les perdants de la vie, et nous
entrainer dans une lutte victorieuse qui fasse enfin le bonheur de
l’humanite



vidéo : la colère froide d’un citron pressé
23 août 2014 - 16h18 - Posté par quelqu’un quelque part

pour cela il faut qu’un espoir renaisse car, à contrario de ce que pensent (mais le croient ils réellement ?) beaucoup de militants, on ne se bougent pas contre sans un POUR

qu’ont fait les socialistes de gouvernement de l’idéal de l’émancipation sociale ?

qu’ont fait les socialistes autoritaires de cet idéal en russie et ailleurs ?

qu’ont fait les anarchistes ?

qu’ont fait tous ces petits bourgeois qui en 68 et après trouvaient les prolos pas assez rouge ? ils sont devenus les drh "modernes", les larbins du capital

tout est à reconstruire et cela ne se fera qu’avec les deux jambes qu’ a toujours eu le mouvement de l’émancipation sociale : les luttes et les alternatives concrètes répondant aux besoins premiers des prolétaires.





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
1 commentaire
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation de toute aventure technologique. Le problème aujourd'hui n'est pas l'énergie atomique, mais le coeur des hommes. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite