Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’élection présidentielle anticipée bouleversera-t-elle la situation en Grèce et en Europe ?
de : Philippe Alcoy
mercredi 17 décembre 2014 - 21h04 - Signaler aux modérateurs

Source : http://www.ccr4.org/L-election-pres...

La semaine dernière après l’annonce par le premier ministre grec, Antonis Samaras, de la tenue d’élections présidentielles anticipées, il y a eu un vent de panique sur les marchés. Craignant une déstabilisation politique et l’arrivée de Syriza au pouvoir les investisseurs ont commencé à vendre leurs actifs grecs, ce qui a provoqué une chute de 13% de la bourse d’Athènes en une journée. Cela n’arrivait pas depuis 1987. Mais quels sont les enjeux politiques de cette décision du gouvernement ? Quelles perspectives pour les classes populaires face à une éventuelle arrivée de Syriza au pouvoir ?

Avancer les élections présidentielles pour le 17 décembre alors qu’elles devaient avoir lieu en février est sans doute un pari risqué du premier ministre conservateur grec Antonis Samaras. En effet, pour pouvoir faire élire son candidat, Stavros Dimas (un ancien commissaire européen), il lui faut 180 voix au parlement. Or, la coalition au pouvoir (constituée de Nouvelle Démocratie et le PASOK) ne compte qu’avec une majorité de 155 députés sur 300 que compte le parlement grec. Si au bout de trois tentatives, le parlement se révèle incapable d’élire un président le gouvernement devra appeler à des élections parlementaires dans un laps de moins d’un mois. La date limite est le 29 décembre prochain.

Ce qui affole les marchés et l’UE c’est qu’en cas d’élections parlementaires anticipées, les sondages indiquent que c’est la formation d’Alexis Tsipras qui arriverait en tête.

Pourquoi ce « pari risqué » de Samaras ?

Beaucoup s’interrogent sur les motivations de Samaras pour avancer de deux mois l’élection du nouveau président au parlement. On pourrait déjà signaler la détérioration de la situation politique du gouvernement depuis plusieurs semaines, alimentée par une situation sociale et économique catastrophique pour les classes populaires. Samaras comptait sur l’annonce de la fin de la tutelle de la Troïka pour essayer de gagner un peu de crédit politique face à son principal opposant, Syriza. Or, les leaders de l’UE et du FMI ont estimé que ce n’était pas encore le moment et ont prolongé d’au moins deux mois leur tutelle sur la Grèce.

Il s’agissait d’un revers important pour Nouvelle Démocratie (ND). L’écart entre elle et Syriza risquait de s’élargir davantage. En ce sens, puisque de toutes manières il faudra aller à des élections anticipées, il vaut mieux accélérer le processus avant que Syriza ne prenne trop d’avance.

Mais ce « pari risqué » de Samaras pourrait être aussi un moyen de mettre la pression sur la Troïka. En effet, pour débourser la dernière tranche du paquet d’aide financière à la Grèce, on exige au gouvernement grec d’appliquer une nouvelle vague de mesures d’austérité. Ce à quoi Samaras s’oppose, au moins jusqu’à trouver une certaine stabilité politique pour sa coalition. Brandir la menace de l’arrivée de Syriza au pouvoir peut constituer un atout pour que la Troïka cède et fasse certaines concessions à Samaras. Il pourrait ensuite se présenter comme un homme politique qui garde son « indépendance » vis-à-vis des créanciers du pays.

Des élections anticipées sont-elles inévitables ?

Une question se pose : le candidat à la présidentielle de ND a-t-il des chances d’être élu ? En effet, malgré un nombre de députés insuffisant pour faire élire son candidat, la coalition au pouvoir peut encore espérer récolter le nombre suffisant de voix d’ici le 29 décembre.

Actuellement la coalition au pouvoir compte 155 députés (ND et PASOK) et pour élire son candidat elle a besoin de 180 voix. C’est-à-dire qu’il lui manque 25 voix. Pour faire élire son candidat, Samaras compte sur la pression interne et externe sur un groupe de 24 parlementaires « indépendants » (qui ont rompu soit avec ND soit avec le PASOK). Il pense également pouvoir faire pression sur des députés des « Grecs Indépendants » (ANEL – un parti souverainiste de droite qui a rompu il y a quelques années avec ND en s’opposant à la Troïka).

Mais aussi il exercera une pression sur les députés de DIMAR (la Gauche Démocratique), ancien partenaire de coalition qui est parti au moment de la fermeture abrupte de la TV publique en juin 2013. En effet, exemple supplémentaire d’une caste de politiciens professionnels sans scrupules, beaucoup de députés de DIMAR pourraient être tentés de voter pour le candidat de Samaras car en cas d’élections parlementaires anticipées ils risqueraient de perdre leurs postes. Cependant, la presse affirme que DIMAR serait déjà en négociations avec Syriza.

La Troïka veut imposer son choix !

Politiquement, l’élection du candidat de Samaras signifierait une victoire très importante pour les représentants de « la Troïka intérieure ». Ce serait en effet un moyen d’éviter les élections générales anticipées et une possibilité de tenter de garder le pouvoir au moins jusqu’à 2016 et pouvoir continuer à appliquer les mesures d’austérité exigées par la Troïka.

Les créanciers de la Grèce sont conscients de cela et n’ont pas hésité à se prononcer clairement sur leur choix. Ainsi, Jean-Claude Junker, cet homme corrompu et ami des multinationales qui entendent ne pas payer d’impôts, exprimait sa préférence pour « des visages connus » pour la présidence de la Grèce (en faisant référence au candidat de la coalition au pouvoir qui était commissaire européen). Il a également mis en garde les électeurs contre un « mauvais choix ». Le « socialiste » Pierre Moscovici, dans sa nouvelle fonction de commissaire des affaires économiques de l’UE, a lui aussi apporté son soutien à Samaras.

Samaras semble d’ailleurs n’avoir comme axe de campagne que la menace du « chaos » que représenterait l’arrivée de Syriza au pouvoir. Et ce discours est véhiculé aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Une bonne partie de la presse capitaliste se fait écho de ce discours. Par exemple, The Economist donnait une définition fantaisiste de Syriza et de Tsipras affirmant qu’il s’agit d’une organisation « d’extrême gauche » dirigée par un « populiste radical ». Mais le plus caricatural a été le gérant de Capital Group, John Sporter, qui déclarait que l’arrivée de Tsipras au pouvoir « c’est pire que le communisme »…

Quoi qu’il en soit, ces irruptions de représentants du grand capital dans les affaires internes de la Grèce rappellent l’expulsion par la Troïka du poste de premier ministre de Yorgos Papandréou en 2012 après l’annonce d’un référendum sur les mesures d’austérité.

Syriza, un danger pour le capitalisme ?

Cette attitude alarmiste de la part de Samaras et de ses partenaires internationaux est considérée comme démesurée et est critiquée par d’autres secteurs du grand capital. Ainsi, dans un article du Wall Street Journal on pouvait lire une critique affirmant que « Samaras veut effrayer les électeurs plutôt que de les convaincre ».

Concernant la « dangerosité » de Syriza, le Financial Times lui-même cherchait à la nuancer dans un article du 10 décembre : « la panique récente des marchés est en contradiction avec le fait que Tsipras a modéré sa rhétorique depuis que Syriza est arrivée en tête des élections européennes de mai dernier (…) Il exprime une dévotion pour l’euro et parallèlement son équipe économique organise régulièrement des conférences internationales dans un effort de rassurer les capitaux qu’un gouvernement de gauche serait capable de gérer le problème de la dette et ne s’opposerait pas à l’investissement étranger (…) Des responsables de Syriza ont également des contacts réguliers avec certains oligarques grecs ».

Au-delà du fait que ces journaux expriment les intérêts de certains secteurs du capital qui verraient d’un bon œil un peu de déstabilisation de l’UE, ils avancent des éléments objectifs indéniables. Effectivement, depuis les résultats des élections de mai Syriza a accéléré la modération de son discours adoptant de plus en plus une posture de « parti responsable », capable de gérer de façon « réaliste » l’Etat.

Une remise en cause même très partielle et lointaine du capitalisme est inexistante dans le discours des dirigeants de Syriza. Certes, leurs promesses limitées d’annulation de certaines dettes privées des particuliers, d’embauche de fonctionnaires, d’augmentation du salaire minimum, de renégociation de la dette ont été suffisantes pour épouvanter les marchés. Cependant, il est très clair que ce programme de mesures partielles n’est nullement une menace pour le capitalisme grec ou européen.

Il faudrait ajouter à tout cela que dans le cas d’élections parlementaires anticipées, il n’est pas sûr que Syriza obtienne la majorité absolue, même avec le « bonus » anti-démocratique de 50 parlementaires supplémentaires pour la formation arrivée en tête. Cela obligerait Tsipras à trouver des partenaires. Beaucoup parlent d’une possible collaboration avec des secteurs du PASOK ou d’une nouvelle formation centriste-libérale issue du PASOK, To Potami. De telles alliances ne feraient que tirer davantage Syriza vers une voie de modération.

Notre alternative : la mobilisation indépendante de la classe ouvrière et des masses pour imposer leurs revendications

Il y a beaucoup de spéculations autour d’un éventuel gouvernement de Syriza. Certains parlent d’un désastre total, d’une expulsion de la Grèce de la zone euro ; d’autres pensent que Tsipras saura faire preuve de sagesse et pourra conduire le pays tout en négociant avec les créanciers de la Grèce.

On ne peut pas faire de pronostiques sur la voie concrète qu’un tel gouvernement emprunterait mais ce qui est sûr c’est que les responsables de Syriza ne semblent aucunement disposés à avancer sur la propriété capitaliste et sur les intérêts de l’ensemble de la bourgeoisie nationale et internationale dans le pays pour satisfaire les besoins des exploités et opprimés. Ils semblent encore moins pressés de mobiliser les masses dans les usines, les lieux de travail, dans les lieux d’étude pour imposer leurs revendications.

En ce sens, il est plus que probable qu’un gouvernement Syriza fasse beaucoup de déçus. Et cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’ensemble des opprimés et exploités. En effet, la faillite d’une organisation réformiste pourrait être profitée par des forces révolutionnaires mais à condition que celles-ci soient très claires dès le début dans leurs prises de position vis-à-vis des réformistes et surtout de leur politique concrète et préparation préalable. Cependant, même si on ne peut pas exclure un rebond de la lutte de classes motivé par les déceptions d’un gouvernement Syriza, aujourd’hui celui qui semble le plus à même de capitaliser les déçus du réformisme c’est le parti néo-nazi Aube Dorée.

C’est pour cela que notre alternative n’est pas le gouvernement de telle ou telle organisation réformiste pour « adoucir » les effets des attaques des capitalistes mais la mobilisation indépendante des travailleurs et travailleuses, alliés à la jeunesse précarisée et aux autres secteurs opprimés par le système dans la perspective de la formation d’un gouvernement de travailleurs. C’est la seule alternative réaliste pour faire payer la crise à la bourgeoisie et satisfaire les besoins sociaux et économiques des classes populaires.

16/12/2014.



Imprimer cet article





La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce n'est pas la crainte de la folie qui nous forcera à laisser en berne le drapeau de l'imagination. André Breton
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite