Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
1 commentaire
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite, commenter l'article...

L’élection présidentielle anticipée bouleversera-t-elle la situation en Grèce et en Europe ?


de : Philippe Alcoy
mercredi 17 décembre 2014 - 21h04 - Signaler aux modérateurs

Source : http://www.ccr4.org/L-election-pres...

La semaine dernière après l’annonce par le premier ministre grec, Antonis Samaras, de la tenue d’élections présidentielles anticipées, il y a eu un vent de panique sur les marchés. Craignant une déstabilisation politique et l’arrivée de Syriza au pouvoir les investisseurs ont commencé à vendre leurs actifs grecs, ce qui a provoqué une chute de 13% de la bourse d’Athènes en une journée. Cela n’arrivait pas depuis 1987. Mais quels sont les enjeux politiques de cette décision du gouvernement ? Quelles perspectives pour les classes populaires face à une éventuelle arrivée de Syriza au pouvoir ?

Avancer les élections présidentielles pour le 17 décembre alors qu’elles devaient avoir lieu en février est sans doute un pari risqué du premier ministre conservateur grec Antonis Samaras. En effet, pour pouvoir faire élire son candidat, Stavros Dimas (un ancien commissaire européen), il lui faut 180 voix au parlement. Or, la coalition au pouvoir (constituée de Nouvelle Démocratie et le PASOK) ne compte qu’avec une majorité de 155 députés sur 300 que compte le parlement grec. Si au bout de trois tentatives, le parlement se révèle incapable d’élire un président le gouvernement devra appeler à des élections parlementaires dans un laps de moins d’un mois. La date limite est le 29 décembre prochain.

Ce qui affole les marchés et l’UE c’est qu’en cas d’élections parlementaires anticipées, les sondages indiquent que c’est la formation d’Alexis Tsipras qui arriverait en tête.

Pourquoi ce « pari risqué » de Samaras ?

Beaucoup s’interrogent sur les motivations de Samaras pour avancer de deux mois l’élection du nouveau président au parlement. On pourrait déjà signaler la détérioration de la situation politique du gouvernement depuis plusieurs semaines, alimentée par une situation sociale et économique catastrophique pour les classes populaires. Samaras comptait sur l’annonce de la fin de la tutelle de la Troïka pour essayer de gagner un peu de crédit politique face à son principal opposant, Syriza. Or, les leaders de l’UE et du FMI ont estimé que ce n’était pas encore le moment et ont prolongé d’au moins deux mois leur tutelle sur la Grèce.

Il s’agissait d’un revers important pour Nouvelle Démocratie (ND). L’écart entre elle et Syriza risquait de s’élargir davantage. En ce sens, puisque de toutes manières il faudra aller à des élections anticipées, il vaut mieux accélérer le processus avant que Syriza ne prenne trop d’avance.

Mais ce « pari risqué » de Samaras pourrait être aussi un moyen de mettre la pression sur la Troïka. En effet, pour débourser la dernière tranche du paquet d’aide financière à la Grèce, on exige au gouvernement grec d’appliquer une nouvelle vague de mesures d’austérité. Ce à quoi Samaras s’oppose, au moins jusqu’à trouver une certaine stabilité politique pour sa coalition. Brandir la menace de l’arrivée de Syriza au pouvoir peut constituer un atout pour que la Troïka cède et fasse certaines concessions à Samaras. Il pourrait ensuite se présenter comme un homme politique qui garde son « indépendance » vis-à-vis des créanciers du pays.

Des élections anticipées sont-elles inévitables ?

Une question se pose : le candidat à la présidentielle de ND a-t-il des chances d’être élu ? En effet, malgré un nombre de députés insuffisant pour faire élire son candidat, la coalition au pouvoir peut encore espérer récolter le nombre suffisant de voix d’ici le 29 décembre.

Actuellement la coalition au pouvoir compte 155 députés (ND et PASOK) et pour élire son candidat elle a besoin de 180 voix. C’est-à-dire qu’il lui manque 25 voix. Pour faire élire son candidat, Samaras compte sur la pression interne et externe sur un groupe de 24 parlementaires « indépendants » (qui ont rompu soit avec ND soit avec le PASOK). Il pense également pouvoir faire pression sur des députés des « Grecs Indépendants » (ANEL – un parti souverainiste de droite qui a rompu il y a quelques années avec ND en s’opposant à la Troïka).

Mais aussi il exercera une pression sur les députés de DIMAR (la Gauche Démocratique), ancien partenaire de coalition qui est parti au moment de la fermeture abrupte de la TV publique en juin 2013. En effet, exemple supplémentaire d’une caste de politiciens professionnels sans scrupules, beaucoup de députés de DIMAR pourraient être tentés de voter pour le candidat de Samaras car en cas d’élections parlementaires anticipées ils risqueraient de perdre leurs postes. Cependant, la presse affirme que DIMAR serait déjà en négociations avec Syriza.

La Troïka veut imposer son choix !

Politiquement, l’élection du candidat de Samaras signifierait une victoire très importante pour les représentants de « la Troïka intérieure ». Ce serait en effet un moyen d’éviter les élections générales anticipées et une possibilité de tenter de garder le pouvoir au moins jusqu’à 2016 et pouvoir continuer à appliquer les mesures d’austérité exigées par la Troïka.

Les créanciers de la Grèce sont conscients de cela et n’ont pas hésité à se prononcer clairement sur leur choix. Ainsi, Jean-Claude Junker, cet homme corrompu et ami des multinationales qui entendent ne pas payer d’impôts, exprimait sa préférence pour « des visages connus » pour la présidence de la Grèce (en faisant référence au candidat de la coalition au pouvoir qui était commissaire européen). Il a également mis en garde les électeurs contre un « mauvais choix ». Le « socialiste » Pierre Moscovici, dans sa nouvelle fonction de commissaire des affaires économiques de l’UE, a lui aussi apporté son soutien à Samaras.

Samaras semble d’ailleurs n’avoir comme axe de campagne que la menace du « chaos » que représenterait l’arrivée de Syriza au pouvoir. Et ce discours est véhiculé aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Une bonne partie de la presse capitaliste se fait écho de ce discours. Par exemple, The Economist donnait une définition fantaisiste de Syriza et de Tsipras affirmant qu’il s’agit d’une organisation « d’extrême gauche » dirigée par un « populiste radical ». Mais le plus caricatural a été le gérant de Capital Group, John Sporter, qui déclarait que l’arrivée de Tsipras au pouvoir « c’est pire que le communisme »…

Quoi qu’il en soit, ces irruptions de représentants du grand capital dans les affaires internes de la Grèce rappellent l’expulsion par la Troïka du poste de premier ministre de Yorgos Papandréou en 2012 après l’annonce d’un référendum sur les mesures d’austérité.

Syriza, un danger pour le capitalisme ?

Cette attitude alarmiste de la part de Samaras et de ses partenaires internationaux est considérée comme démesurée et est critiquée par d’autres secteurs du grand capital. Ainsi, dans un article du Wall Street Journal on pouvait lire une critique affirmant que « Samaras veut effrayer les électeurs plutôt que de les convaincre ».

Concernant la « dangerosité » de Syriza, le Financial Times lui-même cherchait à la nuancer dans un article du 10 décembre : « la panique récente des marchés est en contradiction avec le fait que Tsipras a modéré sa rhétorique depuis que Syriza est arrivée en tête des élections européennes de mai dernier (…) Il exprime une dévotion pour l’euro et parallèlement son équipe économique organise régulièrement des conférences internationales dans un effort de rassurer les capitaux qu’un gouvernement de gauche serait capable de gérer le problème de la dette et ne s’opposerait pas à l’investissement étranger (…) Des responsables de Syriza ont également des contacts réguliers avec certains oligarques grecs ».

Au-delà du fait que ces journaux expriment les intérêts de certains secteurs du capital qui verraient d’un bon œil un peu de déstabilisation de l’UE, ils avancent des éléments objectifs indéniables. Effectivement, depuis les résultats des élections de mai Syriza a accéléré la modération de son discours adoptant de plus en plus une posture de « parti responsable », capable de gérer de façon « réaliste » l’Etat.

Une remise en cause même très partielle et lointaine du capitalisme est inexistante dans le discours des dirigeants de Syriza. Certes, leurs promesses limitées d’annulation de certaines dettes privées des particuliers, d’embauche de fonctionnaires, d’augmentation du salaire minimum, de renégociation de la dette ont été suffisantes pour épouvanter les marchés. Cependant, il est très clair que ce programme de mesures partielles n’est nullement une menace pour le capitalisme grec ou européen.

Il faudrait ajouter à tout cela que dans le cas d’élections parlementaires anticipées, il n’est pas sûr que Syriza obtienne la majorité absolue, même avec le « bonus » anti-démocratique de 50 parlementaires supplémentaires pour la formation arrivée en tête. Cela obligerait Tsipras à trouver des partenaires. Beaucoup parlent d’une possible collaboration avec des secteurs du PASOK ou d’une nouvelle formation centriste-libérale issue du PASOK, To Potami. De telles alliances ne feraient que tirer davantage Syriza vers une voie de modération.

Notre alternative : la mobilisation indépendante de la classe ouvrière et des masses pour imposer leurs revendications

Il y a beaucoup de spéculations autour d’un éventuel gouvernement de Syriza. Certains parlent d’un désastre total, d’une expulsion de la Grèce de la zone euro ; d’autres pensent que Tsipras saura faire preuve de sagesse et pourra conduire le pays tout en négociant avec les créanciers de la Grèce.

On ne peut pas faire de pronostiques sur la voie concrète qu’un tel gouvernement emprunterait mais ce qui est sûr c’est que les responsables de Syriza ne semblent aucunement disposés à avancer sur la propriété capitaliste et sur les intérêts de l’ensemble de la bourgeoisie nationale et internationale dans le pays pour satisfaire les besoins des exploités et opprimés. Ils semblent encore moins pressés de mobiliser les masses dans les usines, les lieux de travail, dans les lieux d’étude pour imposer leurs revendications.

En ce sens, il est plus que probable qu’un gouvernement Syriza fasse beaucoup de déçus. Et cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’ensemble des opprimés et exploités. En effet, la faillite d’une organisation réformiste pourrait être profitée par des forces révolutionnaires mais à condition que celles-ci soient très claires dès le début dans leurs prises de position vis-à-vis des réformistes et surtout de leur politique concrète et préparation préalable. Cependant, même si on ne peut pas exclure un rebond de la lutte de classes motivé par les déceptions d’un gouvernement Syriza, aujourd’hui celui qui semble le plus à même de capitaliser les déçus du réformisme c’est le parti néo-nazi Aube Dorée.

C’est pour cela que notre alternative n’est pas le gouvernement de telle ou telle organisation réformiste pour « adoucir » les effets des attaques des capitalistes mais la mobilisation indépendante des travailleurs et travailleuses, alliés à la jeunesse précarisée et aux autres secteurs opprimés par le système dans la perspective de la formation d’un gouvernement de travailleurs. C’est la seule alternative réaliste pour faire payer la crise à la bourgeoisie et satisfaire les besoins sociaux et économiques des classes populaires.

16/12/2014.



Imprimer cet article





Olivier Besancenot : "Les capitalistes ont une bombe à retardement entre les mains".
samedi 6 - 18h11
de : joclaude
Rassemblement en cours en diffusion sur RT France
samedi 6 - 17h39
de : joclaude
MEXIQUE : encore un pays en mire de l’impérialisme !
samedi 6 - 11h32
de : joclaude
les lois sont elles racistes ?
samedi 6 - 00h27
de : sôs
L’ASN constate que c’est le bordel dans le nucléaire
samedi 6 - 00h09
de : coordi sud-est
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 - 23h41
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Le pays des Droits de l’Homme, c’est toujours la France ?
vendredi 5 - 18h41
de : joclaude
Covid de sens !
vendredi 5 - 18h28
de : Claude Janvier
Injures et discours de haine raciste, sexiste, homophobe enregistrés
vendredi 5 - 16h11
de : Christian DELARUE (mrap)
5 commentaires
L’art et la manière des tricheries en macronnerie(video)
vendredi 5 - 11h39
de : joclaude
CONFUSION NUMÉRIQUE
vendredi 5 - 11h33
de : Lukas Stella
1 commentaire
Histoire de la Sécurité Sociale (à visionner)
jeudi 4 - 20h24
Le jugement du 28 mai nous ouvre une possibilité nouvelle de gagner sur le prejudice moral au TGI
jeudi 4 - 19h44
de : Wamen Mickael
Strasbourg : Un homme de 21 ans frappé par un policier au commissariat
jeudi 4 - 19h41
de : Nadir Dendoune
Camélia Jordana : "La révolution est venue" (videos)
jeudi 4 - 19h33
La CGT Chimie appelle à la grève pour le 16 JUIN
jeudi 4 - 19h05
de : CGT Chimie
1 commentaire
L’appel d’Omar Sy : « Réveillons-nous. Ayons le courage de dénoncer les violences policières en France »
jeudi 4 - 18h49
de : Omar Sy
Adama, Georges Floyd, violences policières : vers un acte 2 en France ?
jeudi 4 - 13h41
Le retour de la culture à Paris le 22 juin
jeudi 4 - 12h00
la police est elle raciste ?
jeudi 4 - 01h36
de : sôs Soutien ô Sans papiers
1 commentaire
Pas de révolution sans régler la question du fantôme de l’esclavage et du colonialisme
mercredi 3 - 23h18
de : Ballast
Les références historiques sont un bien commun !
mercredi 3 - 23h10
de : Eve
Victoire des ex-Goodyear d’Amiens aux prud’hommes (video)
mercredi 3 - 22h34
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Respirer - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 3 - 21h34
de : Hdm
La France se prépare-t-elle à exfiltrer le terroriste Guaido ?
mercredi 3 - 17h29
de : joclaude
15 JUIN 2020 AU 22 JUIN 2020 : SEMAINE INTERNATIONALE D’ACTIONS POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE GEORGES ABDALLAH !
mercredi 3 - 10h25
de : Jean Clément
polémique du jours beurette est-ce raciste ?
mardi 2 - 10h57
de : sôs
2 commentaires
communiqué de sôs Soutien ô Sans papiers :États Unis France mème combat
mardi 2 - 09h52
de : sôs
Consommez plus, travaillez plus, gagnez moins
lundi 1er - 15h19
MANIFESTATIONS : LA RUE REPREND SES DROITS
lundi 1er - 10h57
de : joclaude
1 commentaire
VOYAGE EN MISARCHIE - Essai pour tout reconstruire
lundi 1er - 09h21
de : Ernest London
Un goût de revenez-y
dimanche 31 - 22h42
de : Le CERCLE 49
Les pénibilités selon "le monde d’après" !
dimanche 31 - 16h22
de : joclaude
1 commentaire
Les lois scélérates d’antan, les revoilà en macronie !
dimanche 31 - 16h01
de : joclaude
Face au capitalisme, se fédérer pour le « salut commun »
vendredi 29 - 22h52
de : Louise
2 commentaires
Ségur de la santé : L’INDECOSA-CGT réclame des vrais états généraux !
vendredi 29 - 20h32
de : nono47
Malgré la crise sanitaire la casse de l’hôpital public continue
vendredi 29 - 18h06
de : joclaude
Les médecins cubains quittent l’Italie
vendredi 29 - 10h56
de : joclaude
Allemagne : les asperges de la colère
vendredi 29 - 07h57
L’heure du réveil - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 27 - 20h58
de : Hdm

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
Christophe nous a quittés (video)
vendredi 17 avril
de Roberto Ferrario
Je me rappelle de cet soirée moi et Thom juste derrière a gauche entrain de manger du couscous vapeur... Le musicien et chanteur Christophe nous a quittés hier soir. Il collaborait encore récemment avec les musiciens de Ménilmontant Hakim Hamadouche, Mirabelle Gilis etc. et l’association Ménil Mon Temps souhaitait lui proposer d’être le parrain de la prochaine édition du Gala des Artistes de Ménilmontant. Nous le croisions au restaurant La Cantine de Ménilmontant. Il y (...)
Lire la suite
« Vous paierez tout et vous paierez cher, vous les capitalistes ! » Milan, 16 avril 1975, très sombre souvenir... (vidéo)
jeudi 16 avril
de Roberto Ferrario
Une soirée mémorable dans une trattoria a coté d’un canaux de Milan (Naviglio) Claudio, moi et d’autres camarades on mange ensemble pour fêter nôtres élections comme représentants des étudiants dans nôtres respectif instituts technique, lui dans ITIS du Tourisme, moi dans l’ITIS Molinari (XI ITIS). Une semaine après le 16 avril 1975 tard dans la soirée un coup de téléphone d’un camarade de mon organisation politique (A.O.)... J’arrête de manger avec mes parents (...)
Lire la suite
Scoop Bellaciao : scandale, un rapport de Santé Publique France de mai 2019 réclamait 1 milliard de masques !
jeudi 26 mars
de Roberto Ferrario
6 commentaires
La date est importante (mai 2019), le gouvernement de Macron ne peut donc pas continuer à dire que les responsables sont les anciens gouvernements... Deuxièmement, c’est cette phrase dans le rapport qui est très importante et qui détermine le milliard de masque demandé : "En cas de pandémie, le besoin en masques est d’une boîte de 50 masques par foyer, à raison de 20 millions de boîtes en cas d’atteinte de 30% de la population..." Il est extrêmement "bizarre" (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite