Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’élection présidentielle anticipée bouleversera-t-elle la situation en Grèce et en Europe ?


de : Philippe Alcoy
mercredi 17 décembre 2014 - 21h04 - Signaler aux modérateurs

Source : http://www.ccr4.org/L-election-pres...

La semaine dernière après l’annonce par le premier ministre grec, Antonis Samaras, de la tenue d’élections présidentielles anticipées, il y a eu un vent de panique sur les marchés. Craignant une déstabilisation politique et l’arrivée de Syriza au pouvoir les investisseurs ont commencé à vendre leurs actifs grecs, ce qui a provoqué une chute de 13% de la bourse d’Athènes en une journée. Cela n’arrivait pas depuis 1987. Mais quels sont les enjeux politiques de cette décision du gouvernement ? Quelles perspectives pour les classes populaires face à une éventuelle arrivée de Syriza au pouvoir ?

Avancer les élections présidentielles pour le 17 décembre alors qu’elles devaient avoir lieu en février est sans doute un pari risqué du premier ministre conservateur grec Antonis Samaras. En effet, pour pouvoir faire élire son candidat, Stavros Dimas (un ancien commissaire européen), il lui faut 180 voix au parlement. Or, la coalition au pouvoir (constituée de Nouvelle Démocratie et le PASOK) ne compte qu’avec une majorité de 155 députés sur 300 que compte le parlement grec. Si au bout de trois tentatives, le parlement se révèle incapable d’élire un président le gouvernement devra appeler à des élections parlementaires dans un laps de moins d’un mois. La date limite est le 29 décembre prochain.

Ce qui affole les marchés et l’UE c’est qu’en cas d’élections parlementaires anticipées, les sondages indiquent que c’est la formation d’Alexis Tsipras qui arriverait en tête.

Pourquoi ce « pari risqué » de Samaras ?

Beaucoup s’interrogent sur les motivations de Samaras pour avancer de deux mois l’élection du nouveau président au parlement. On pourrait déjà signaler la détérioration de la situation politique du gouvernement depuis plusieurs semaines, alimentée par une situation sociale et économique catastrophique pour les classes populaires. Samaras comptait sur l’annonce de la fin de la tutelle de la Troïka pour essayer de gagner un peu de crédit politique face à son principal opposant, Syriza. Or, les leaders de l’UE et du FMI ont estimé que ce n’était pas encore le moment et ont prolongé d’au moins deux mois leur tutelle sur la Grèce.

Il s’agissait d’un revers important pour Nouvelle Démocratie (ND). L’écart entre elle et Syriza risquait de s’élargir davantage. En ce sens, puisque de toutes manières il faudra aller à des élections anticipées, il vaut mieux accélérer le processus avant que Syriza ne prenne trop d’avance.

Mais ce « pari risqué » de Samaras pourrait être aussi un moyen de mettre la pression sur la Troïka. En effet, pour débourser la dernière tranche du paquet d’aide financière à la Grèce, on exige au gouvernement grec d’appliquer une nouvelle vague de mesures d’austérité. Ce à quoi Samaras s’oppose, au moins jusqu’à trouver une certaine stabilité politique pour sa coalition. Brandir la menace de l’arrivée de Syriza au pouvoir peut constituer un atout pour que la Troïka cède et fasse certaines concessions à Samaras. Il pourrait ensuite se présenter comme un homme politique qui garde son « indépendance » vis-à-vis des créanciers du pays.

Des élections anticipées sont-elles inévitables ?

Une question se pose : le candidat à la présidentielle de ND a-t-il des chances d’être élu ? En effet, malgré un nombre de députés insuffisant pour faire élire son candidat, la coalition au pouvoir peut encore espérer récolter le nombre suffisant de voix d’ici le 29 décembre.

Actuellement la coalition au pouvoir compte 155 députés (ND et PASOK) et pour élire son candidat elle a besoin de 180 voix. C’est-à-dire qu’il lui manque 25 voix. Pour faire élire son candidat, Samaras compte sur la pression interne et externe sur un groupe de 24 parlementaires « indépendants » (qui ont rompu soit avec ND soit avec le PASOK). Il pense également pouvoir faire pression sur des députés des « Grecs Indépendants » (ANEL – un parti souverainiste de droite qui a rompu il y a quelques années avec ND en s’opposant à la Troïka).

Mais aussi il exercera une pression sur les députés de DIMAR (la Gauche Démocratique), ancien partenaire de coalition qui est parti au moment de la fermeture abrupte de la TV publique en juin 2013. En effet, exemple supplémentaire d’une caste de politiciens professionnels sans scrupules, beaucoup de députés de DIMAR pourraient être tentés de voter pour le candidat de Samaras car en cas d’élections parlementaires anticipées ils risqueraient de perdre leurs postes. Cependant, la presse affirme que DIMAR serait déjà en négociations avec Syriza.

La Troïka veut imposer son choix !

Politiquement, l’élection du candidat de Samaras signifierait une victoire très importante pour les représentants de « la Troïka intérieure ». Ce serait en effet un moyen d’éviter les élections générales anticipées et une possibilité de tenter de garder le pouvoir au moins jusqu’à 2016 et pouvoir continuer à appliquer les mesures d’austérité exigées par la Troïka.

Les créanciers de la Grèce sont conscients de cela et n’ont pas hésité à se prononcer clairement sur leur choix. Ainsi, Jean-Claude Junker, cet homme corrompu et ami des multinationales qui entendent ne pas payer d’impôts, exprimait sa préférence pour « des visages connus » pour la présidence de la Grèce (en faisant référence au candidat de la coalition au pouvoir qui était commissaire européen). Il a également mis en garde les électeurs contre un « mauvais choix ». Le « socialiste » Pierre Moscovici, dans sa nouvelle fonction de commissaire des affaires économiques de l’UE, a lui aussi apporté son soutien à Samaras.

Samaras semble d’ailleurs n’avoir comme axe de campagne que la menace du « chaos » que représenterait l’arrivée de Syriza au pouvoir. Et ce discours est véhiculé aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Une bonne partie de la presse capitaliste se fait écho de ce discours. Par exemple, The Economist donnait une définition fantaisiste de Syriza et de Tsipras affirmant qu’il s’agit d’une organisation « d’extrême gauche » dirigée par un « populiste radical ». Mais le plus caricatural a été le gérant de Capital Group, John Sporter, qui déclarait que l’arrivée de Tsipras au pouvoir « c’est pire que le communisme »…

Quoi qu’il en soit, ces irruptions de représentants du grand capital dans les affaires internes de la Grèce rappellent l’expulsion par la Troïka du poste de premier ministre de Yorgos Papandréou en 2012 après l’annonce d’un référendum sur les mesures d’austérité.

Syriza, un danger pour le capitalisme ?

Cette attitude alarmiste de la part de Samaras et de ses partenaires internationaux est considérée comme démesurée et est critiquée par d’autres secteurs du grand capital. Ainsi, dans un article du Wall Street Journal on pouvait lire une critique affirmant que « Samaras veut effrayer les électeurs plutôt que de les convaincre ».

Concernant la « dangerosité » de Syriza, le Financial Times lui-même cherchait à la nuancer dans un article du 10 décembre : « la panique récente des marchés est en contradiction avec le fait que Tsipras a modéré sa rhétorique depuis que Syriza est arrivée en tête des élections européennes de mai dernier (…) Il exprime une dévotion pour l’euro et parallèlement son équipe économique organise régulièrement des conférences internationales dans un effort de rassurer les capitaux qu’un gouvernement de gauche serait capable de gérer le problème de la dette et ne s’opposerait pas à l’investissement étranger (…) Des responsables de Syriza ont également des contacts réguliers avec certains oligarques grecs ».

Au-delà du fait que ces journaux expriment les intérêts de certains secteurs du capital qui verraient d’un bon œil un peu de déstabilisation de l’UE, ils avancent des éléments objectifs indéniables. Effectivement, depuis les résultats des élections de mai Syriza a accéléré la modération de son discours adoptant de plus en plus une posture de « parti responsable », capable de gérer de façon « réaliste » l’Etat.

Une remise en cause même très partielle et lointaine du capitalisme est inexistante dans le discours des dirigeants de Syriza. Certes, leurs promesses limitées d’annulation de certaines dettes privées des particuliers, d’embauche de fonctionnaires, d’augmentation du salaire minimum, de renégociation de la dette ont été suffisantes pour épouvanter les marchés. Cependant, il est très clair que ce programme de mesures partielles n’est nullement une menace pour le capitalisme grec ou européen.

Il faudrait ajouter à tout cela que dans le cas d’élections parlementaires anticipées, il n’est pas sûr que Syriza obtienne la majorité absolue, même avec le « bonus » anti-démocratique de 50 parlementaires supplémentaires pour la formation arrivée en tête. Cela obligerait Tsipras à trouver des partenaires. Beaucoup parlent d’une possible collaboration avec des secteurs du PASOK ou d’une nouvelle formation centriste-libérale issue du PASOK, To Potami. De telles alliances ne feraient que tirer davantage Syriza vers une voie de modération.

Notre alternative : la mobilisation indépendante de la classe ouvrière et des masses pour imposer leurs revendications

Il y a beaucoup de spéculations autour d’un éventuel gouvernement de Syriza. Certains parlent d’un désastre total, d’une expulsion de la Grèce de la zone euro ; d’autres pensent que Tsipras saura faire preuve de sagesse et pourra conduire le pays tout en négociant avec les créanciers de la Grèce.

On ne peut pas faire de pronostiques sur la voie concrète qu’un tel gouvernement emprunterait mais ce qui est sûr c’est que les responsables de Syriza ne semblent aucunement disposés à avancer sur la propriété capitaliste et sur les intérêts de l’ensemble de la bourgeoisie nationale et internationale dans le pays pour satisfaire les besoins des exploités et opprimés. Ils semblent encore moins pressés de mobiliser les masses dans les usines, les lieux de travail, dans les lieux d’étude pour imposer leurs revendications.

En ce sens, il est plus que probable qu’un gouvernement Syriza fasse beaucoup de déçus. Et cela pourrait avoir des conséquences néfastes pour l’ensemble des opprimés et exploités. En effet, la faillite d’une organisation réformiste pourrait être profitée par des forces révolutionnaires mais à condition que celles-ci soient très claires dès le début dans leurs prises de position vis-à-vis des réformistes et surtout de leur politique concrète et préparation préalable. Cependant, même si on ne peut pas exclure un rebond de la lutte de classes motivé par les déceptions d’un gouvernement Syriza, aujourd’hui celui qui semble le plus à même de capitaliser les déçus du réformisme c’est le parti néo-nazi Aube Dorée.

C’est pour cela que notre alternative n’est pas le gouvernement de telle ou telle organisation réformiste pour « adoucir » les effets des attaques des capitalistes mais la mobilisation indépendante des travailleurs et travailleuses, alliés à la jeunesse précarisée et aux autres secteurs opprimés par le système dans la perspective de la formation d’un gouvernement de travailleurs. C’est la seule alternative réaliste pour faire payer la crise à la bourgeoisie et satisfaire les besoins sociaux et économiques des classes populaires.

16/12/2014.



Imprimer cet article





Gabriel, gilet jaune mutilé : « Je n’avais jamais foutu les pieds dans une manifestation »
lundi 18 - 16h24
de : jean1
Norvège : "nouvelles" du fumeux vaccin Pfizer-BioNtech.
lundi 18 - 15h30
de : joclaude
Femmes de chambre : que sont devenues les promesses de Marlène Schiappa ?
lundi 18 - 09h29
Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961
dimanche 17 - 17h44
de : CADTM Eric Toussaint
Souveraineté et démocratie ou mondialisation et régime autoritaire ?
dimanche 17 - 10h03
de : Par Michèle Dessenne, Présidente du Parti de la démondialisation
2 commentaires
la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
3 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
5 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément
Bravo Antoine
samedi 9 - 15h20
de : jean1
Gérants du capitalisme : plus zélé que moi tu meurs !
samedi 9 - 14h41
de : joclaude
Sale année.
vendredi 8 - 17h45
de : jy.D
2 commentaires
Le boomerang des « révolutions de couleur »
vendredi 8 - 17h42
de : joclaude
1 commentaire
A Shijiazhuang (mégapole de 11 millions d’habitants) on renoue avec le meme scénario qu’à Wuhan en janvier 2020 (vidéo)
vendredi 8 - 15h29
de : nazairien
4 commentaires
COVID 19 : A vous faire froid dans le dos !
jeudi 7 - 16h38
de : joclaude
4 commentaires
Mali : La France annonce avoir tué des jihadistes, des villageois évoquent des victimes civiles
jeudi 7 - 12h11
de : joclaude
2 commentaires
B117 et V2, ces inquiétants variants du coronavirus préoccupent les autorités sanitaires
jeudi 7 - 11h24
de : nazairien
1 commentaire
Les USA en naufrage
jeudi 7 - 10h02
de : Jean-Luc Mélenchon
6 commentaires
L’année de l’mettre, c’est l’heure de l’mettre
mercredi 6 - 19h49
de : Hdm
Que se passe t il en France ?
mardi 5 - 11h21
de : azard
2 commentaires
Mort de Cédric Chouviat : révélations du "journaliste" sotto au 20 h. de france 2 le 03 01 2021
lundi 4 - 12h39
de : jean1
Pour un 2021 de résistance
dimanche 3 - 23h47
3 commentaires
Marche blanche pour Cédric Chouviat
dimanche 3 - 11h28
de : jean1
Mouvements sociaux : 9 dates à retenir début 2021
dimanche 3 - 09h31
CELA RESSEMBLE AU COMPORTEMENT DE BEAUCOUP DE JOURNALISTES FRANCAIS
samedi 2 - 18h15
de : jean1
2 commentaires
Ephémérides et Chansons 2020, la compil - C’est l’heure de le mettre !
vendredi 1er - 13h35
de : Hdm
Chronique sur le vif d’un récit de fin d’année macroniste !
jeudi 31 - 21h28
de : joclaude
Le Droit de manifester n’existe plus !
jeudi 31 - 16h50
de : joclaude
Bon an mal an ! C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 31 - 05h57
de : Hdm
STEVEN, 27 ANS, COUVREUR, MORT AU TRAVAIL
mercredi 30 - 14h45
de : joclaude
Macron et l’UE poursuivent la destruction de l’hôpital public
mardi 29 - 16h58
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite