Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Saint-Ouen : les résidents de HLM interdits de « nourrir les SDF »
de : Damien Bernard et Flora Carpentier
mercredi 24 décembre 2014 - 10h07 - Signaler aux modérateurs

Source : http://www.ccr4.org/Saint-Ouen-les-...

Ce lundi 15 décembre, les locataires des HLM du 41 rue Dhalenne à Saint-Ouen ont trouvé dans leurs halls d’immeubles des affichettes les menaçant d’une procédure d’expulsion en cas de « non-respectdu règlement intérieur ». Les deux motifs d’expulsion évoqués sont l’ouverture des « portes d’entrée sécurisées par digicodedes halls d’immeuble pour permettre l’accès des locaux communs à des sans-abri » et la fourniture à des sans-abri de « tout élément ‘logistique’ ou si vous les nourrissez, les incitant par-là même à demeurer sur les lieux squattés. » Le bailleur social place de fait les SDF au même niveau que « les pigeons » qu’il ne faut pas nourrir car cela les inciterait à revenir !

Un habitat « social » pour les classes populaires ?

Alors que le rôle soi-disant attribué à ces offices HLMest de loger les travailleurs pauvres et précaires, la généralisation de la semi-privatisation de l’habitat social a précipité ces organismes dans la logique marchande, celle de la rentabilité à tout prix. C’est ainsi que les nouveaux programmes de logements sociaux sont en réalité destinés aux classes moyennes plutôt qu’aux travailleurs, avec des loyers qui se rapprochent de ceux du parc privé, et l’exigence de garanties financières qui n’ont rien à envier aux agences immobilières classiques, fermant la porte aux plus précaires.

Cette logique de course au profit s’est matérialisée dans le cas de l’office HLM Saint-Ouen Habitat Public par l’interdiction aux locataires d’exprimer leur solidarité de classe vis-à-vis des SDF, en les laissant dormir dans un endroit un peu moins hostile que la rue, ou en leur donnant de quoi manger.

Les sans-abri, une population exclue et stigmatisée

Ces cas ne sont pas isolés et sont à placer dans le contexte d’une politique généralisée de criminalisation et de stigmatisation des SDF, à travers l’application d’arrêtés anti-mendicité utilisant, par exemple à Argenteuil, des produits chimiques malodorant pour « écarter les sans-abris de certaines zones », ou encore à Paris, la mise en place de différents types d’équipements urbains cherchant à dissuader les personnes sans-abri de s’asseoir ou de s’allonger.

Ne se suffisant pas de la situation déjà extrêmement précaire des SDF, dont le nombre ne cesse d’ailleurs d’augmenter atteignant près de 44% de hausse en onze ans, il s’agit alors pour ces municipalités gérant les institutions capitalistes, de mettre encore plus au ban de la société, ces SDF qui souffrent déjà terriblement, avec une espérance de vie comprise entre 40 et 50 ans, cela au nom de la « réputation » de leurs villes et de la « sacrosainte » propriété privée qui ne sert que ceux qui possèdent.

Alors que cette solidarité de classe, organisée spontanément par les habitants des HLM du 41 Dhalenne, s’avère nécessaire. Celle-ci ne peut suffire à régler le principal problème, c’est-à-dire l’existence même de personnes sans domicile fixe alors même qu’il y a près de 2 millions de logement vacants en France et 4,43 millions de mètres carrés de bureaux vides en Ile-de-France.

La « chasse aux trafiquants » serait-elle plus légitime ?

Face à l’indignation des habitants, relayée dans de nombreux médias, la direction de Saint-Ouen Habitat Public s’est empressée de publier un nouveau communiqué s’excusant de sa « communication pour le moins extrêmement maladroite », et expliquant que l’avertissement avait pour but de « lutter en priorité contre les trafiquants de drogue ». Nous voudrions déjà leur rappeler que s’il y a du trafic de drogues à Saint-Ouen, c’est bien parce qu’il y a des acheteurs, venus le plus souvent des banlieues riches ou des beaux quartiers parisiens. Donc rien ne sert de stigmatiser les « violents dealers » qui rendent service à bien du beau monde. Contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, le problème des banlieues, ce n’est pas la drogue mais le chômage de masse, la misère économique qui frappent durement notre département et n’offrent aucune perspective aux jeunes.

Cette situation, ce sont les gouvernements successifs de gauche comme de droite qui l’organisent, la maintiennent et l’aggravent au plus grand profit du patronat, des propriétaires spéculateurs et des marchands de sommeils qui eux ont pignon sur rue. Alors que ceux-là vivent de l’exploitation des travailleurs, ils tentent de nous diviser, les SDF contre les logés et les mal-logés, les « bons » et les « mauvais » chômeurs, les sans-papiers et ceux qui ont des papiers, ceux qui travailleurs et ceux qui « trafiquent ».

Leur guerre contre la drogue n’est autre qu’un prétexte pour stigmatiser les jeunes des banlieues, et justifier une politique répressive, de contrôle au faciès et ultra-sécuritaire. Au NPA, nous défendons la légalisation des stupéfiants et leur commercialisation par l’Etat, accompagnées d’une politique de sensibilisation et de prévention à l’école, seule solution non-hypocrite pour casser les trafics, les mafias et leurs complices, qui ne sont nullement les jeunes que l’on cherche à réprimer.

Saint-Ouen, la spéculation immobilière et l’exclusion des classes populaires

A Saint-Ouen, on assiste à une spéculation sans limites qui a commencé il y a plusieurs années avec la destruction d’habitations précaires au profit de la construction de sièges d’entreprises, qui s’est illustrée en 2008 puis en 2013 par la violente expulsion des camps de rroms du quartier des Docks, qui s’est poursuivie cette année avec l’expulsion sans relogement des jeunes travailleurs du Foyer Cara, et qui se matérialise aujourd’hui avec la « chasse » au SDF.

On voit bien qu’avec une mairie Front de Gauche ou avec l’actuelle mairie dirigée par la droite depuis les élections municipales en mars dernier, la logique reste la même, celle d’une gentrification au service des grandes entreprises et au désavantage des classes populaires, des jeunes travailleurs, des mal-logés et des SDF. Leur objectif, c’est de contraindre les pauvres à se loger toujours plus loin de la capitale, pour reléguer définitivement la mémoire ouvrière et populaire de Saint-Ouen aux livres d’histoire, se refaire une image d’une ville « dynamique » et « saine » aux portes de Paris, et ainsi espérer attirer un peu plus les touristes et les populations aisées.

Contre la fermeture du foyer Cara et la stigmatisation des SDF, un toit, c’est un droit !

Contre ce mépris de classe, le NPA Saint-Ouen était présent au rassemblement organisé par le DAL ce samedi 20 décembre à 11h, qui a réuni environ 80 personnes devant la Mairie de Saint-Ouen, pour exiger « un toit pour tous » et dénoncer la stigmatisation des classes populaires.

Face à l’intervention d’élus Front de Gauche ayant dirigé la mairie avant son basculement à droite, nous avons été plusieurs à dénoncer leur illégitimité à intervenir alors qu’ils ont eux-mêmes organisé il y a quelques mois la fermeture du foyer Cara sans solution de relogement, situation qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Après l’intervention d’une des jeunes travailleuses du Cara, le rassemblement a décidé de partir en manifestation jusqu’au foyer pour réclamer sa réhabilitation et le relogement de tous ses résidents, ainsi que la régularisation de la situation des personnels du foyer, dont les salaires ne sont pas versés depuis le mois dernier.

Ne nous trompons pas de combat, ce sont les gouvernements UMPS et le patronat qui sont responsables de l’existence même du « concept » de SDF, du mal logement, du chômage, de l’expulsion des Rroms et des sans-papiers, tout cela au profit d’une minorité : ceux qui nous gouvernent et nous exploitent.

Au NPA, nous continuerons à lutter pour :

· La réquisition et la réhabilitation des logements et bureaux vides !

· Le relogement de tous les SDF ou mal logés dans des conditions dignes !

· La construction de logements neufs de qualité et accessibles à tous !

21/12/2014



Imprimer cet article





Communiqué de la CNT de Barcelone face aux derniers événements
mercredi 23 - 14h20
de : jean 1
Messages du président Bachar al-Assad en visite surprise sur le front d’Idleb (vidéo)
mercredi 23 - 12h38
de : nazairien
2 commentaires
Rassemblement soutien à Vincenzo Vecchi le 23 oct
mercredi 23 - 11h26
DÉSORDRE
mercredi 23 - 10h17
de : Ernest London
15 photos qui racontent les manifs à Barcelone
mercredi 23 - 10h11
À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle
mardi 22 - 20h35
de : Kim Hill
SNCF : l’accident qui montre que le « train sans contrôleur » est dangereux pour tout le monde
mardi 22 - 20h24
de : Rachel Knaebel, avec Sophie Chapelle pour bastamag
Seconde Guerre mondiale : la Russie déclassifie des documents sur la libération de l’Europe par l’Armée rouge
mardi 22 - 14h22
de : nazairien
Projection "Au nom de tous mes frères. Journal de Nadine Loubet au Chili." jeudi 24 octobre 2019 à 20h
mardi 22 - 13h21
de : Nicole ff
L’État français cherche à nous faire oublier les essais nucléaires en Polynésie
lundi 21 - 22h11
de : Delaunay Matthieu
Sécurité.
lundi 21 - 19h38
de : L’iena rabbioso
Erreur de Pôle emploi en votre défaveur : garder des nerfs d’acier
lundi 21 - 09h48
Appel du non lieu dans la mort de Rémi Fraisse
dimanche 20 - 23h30
de : desarmons-les
Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
12 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
6 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
9 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Opposer à la réaction en chaîne des neutrons la réaction en chaîne de la lucidité. Albert Einstein
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite