Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
de : Jean Scorza
samedi 27 décembre 2014 - 13h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires

Source : http://www.ccr4.org/Retour-sur-Exhi...

On censure allègrement, en France, ces derniers temps. En octobre, c’est Tree, de Paul McCarthy, qui était vandalisé par l’extrême droite. Deux semaines plus tard, la photo « Mère et fille », de Diane Ducruet, était retirée du Mois de la photo, le cliché, où l’on voit une mère « mordre » le visage de sa fille ayant été vu, par certains, comme une incitation à la pédophilie. Dans le cas de la pièce-installation du sud-africain Brett Bailey, « Exhibit B », qui brosse une fresque poignante du racisme anti-Noirs, depuis les temps de l’esclavage, ce sont des « anti-racistes » qui ont voulu la déprogrammer du programme du Théatre Gérard Philippe de St-Denis et du 104 à Paris. Sale temps pour les artistes.

Présentée en Avignon en 2013, puis à Glasgow, l’installation de Bailey avait suscité l’enthousiasme du public. C’est à la suite d’un article du Guardian que les malentendus se sont multipliés, en dépit des déclarations du metteur en scène. Sur sa « gauche », on a voulu voir dans la performance du « racisme déguisé » ou du « paternalisme antiraciste ». En Angleterre, donc, une pétition ayant réuni 23.000 signataires suivie de manifestations d’une centaine « d’antiracistes » devant le Barbican Centre ont abouti à l’annulation du spectacle en septembre. C’est ce qui a failli arriver, à nouveau, à Paris, en novembre.

Douze scènes pour dénoncer le racisme d’hier et d’aujourd’hui

Exhibit B ? De quoi s’agit-il exactement ? Une fois entré dans l’installation, le spectateur comprend vite qu’il ne s’agit pas d’un « zoo humain » mais de douze tableaux du racisme. Le premier serait un « zoo humain » détourné. On y retrouve deux performeurs en Pygmées entourés de têtes d’animaux empaillés et présentés comme des « trophées ramenés en Europe du Congo français ». Les autres sont des mises en scène des crimes racistes, de l’époque coloniale jusqu’à nos jours. L’installation n’en reste pas en effet à l’évocation d’un racisme historiquement daté, car les crimes contemporains du colonialisme sont également montrés, crûment. On songera à ces immigré-e-s d’origine africaine présenté-e-s dans des tableaux intitulés « Objet trouvé », accompagné-e-s d’informations que tout immigré est obligé de fournir en préfecture pour le renouvellement de ses papiers.

Aucune complaisance dans cette évocation du colonialisme. C’est ce que l’on voit clairement dans le contenu de la performance elle-même et dans son para-texte qui accompagne chacun des douze tableaux. Comme le disait déjà Eric Fassin lors du premier passage d’Exhibit B en France, la pièce « pose des continuités historiques : c’est dans les camps de concentration de l’Afrique australe que le docteur Eugen Fischer a élaboré les théories sur l’hygiène racialequ’il appliquera aux Juifs sous le IIIeReich. Elle traite d’un passé récent : il y a quarante ans, la Vénus hottentote était encore exposée au Musée de l’homme, pour n’être restituée à l’Afrique du Sud qu’en 2002. Il ne s’agit pourtant pas de « repentance » passéiste, car des« objets trouvés »nous ramènent au présent : un réfugié congolais, un migrant érythréen, à côté d’un Somalien mort pendant son expulsion brutale. »

Le dispositif dans lequel est introduit le spectateur est conçu par Bailey comme une contrainte qui empêche toute forme de voyeurisme dépolitisant. Comme le dit Guillaume Mivekannin, performeur à Exhibit B, « le voyeur n’est pas celui que l’on pense ». En effet, le spectateur « joue » dans chaque tableau, que ce soit dans le jeu de regards avec le performant, qui le fixe et le dévisage, ou dans le fait d’être inscrit dans la liste des matériaux de chaque tableau. Chaque personne est appelée par une femme Noire, d’une voix forte, à entrer dans l’installation à partir d’un numéro attribué au hasard. Elle interdit de parler pendant la performance, de revenir en arrière et d’être en groupe.Ces contraintes, qui cherchent à priver le public de sa liberté de mouvement, celle-là même qui était confisquée aux esclaves, sont une autre différence majeure entre la position d’un spectateur d’un « zoo humain » à l’Exposition coloniale de 1931 et celui d’Exhibit B.D’ailleurs,la plupart des spectateurs, à l’issue du parcours, sonttrès fortement ébranlés.

Corps noirs, artiste blanc ?

Les opposants à l’oeuvre l’ont caractérisée comme "scandaleuse" et "révoltante". Mais ce qui est scandaleux et révoltantc’estla réalité exposée de manière cruedans le contenu des tableaux eux-mêmes : la véritable « provocation » d’Exhibit B, scandaleuse et révoltante, c’est, précisément, cette évocation des crimes du colonialisme d’hier et d’aujourd’hui, depuis ces mains coupées des esclaves noirs, quand ils n’atteignaient pas les quotas dans les plantations de caoutchouc au Congo, jusqu’à la figure des sans-papiers, morts asphyxiés par la police des frontières à l’aéroport Charles-de-Gaulle.

A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. Au moins, Brett Bailey l’a fait. La dernière salle est consacrée à des morceaux d’interviews avec les performeurs où chacun explicite son rapport au spectacle, offrant une vision, très personnelle, de l’anti-racisme. On est loin de l’image qu’on a voulu donnerd’eux comme des simples « Noirs en cage » montrés pour le plaisir des Blancs. « Exhibit B » est tout l’inverse de « l’exhibition ». C’est une pièce à conviction. C’est une charge contre ce racisme multiforme et congénital de l’impérialisme européen, et c’est en ce sens là que les manifestations contre la performance relèvent soit de la méprise de gens qui n’ont même pas participé à l’installation, soit d’une instrumentalisation politique réactionnaire : sur quelle légitimité s’appuie tel ou tel mouvement antiraciste ou antinégrophobie pour caractériser un spectacle, et ce contre le discours de son metteur en scène, de raciste, pour demander à ce qu’il soit censuré, si ce n’est pour se poser en seul(s) détenteur(s) de la représentation et du discours sur/des Noirs en France ?

Tant Exhibit B que les manifestations qui se sont opposées à la tenue du spectacle posent la double question de la stratégie qui devrait être la nôtre dans la lutte contre les oppressions et de qui sont nos alliés. Si le contenu et le dispositif de la performance écartent tout soupçon de racisme, le principal argument qui reste aux opposants est que Brett Bailey serait Blanc et qu’en tant que tel il n’aurait pas de légitimité pour dénoncer le colonialisme. C’est une manière essentialiste de poser la question, qui interdit de penser que l’art de Brett Bailey, de ses acteurs et actrices, par la force des mises en scènes de la barbarie coloniale et de la sauvagerie des politiques d’immigration, souligne l’hypocrisie du « liberté-fraternité-égalité » formel dans cette République au racisme institutionnalisé. En espérant, donc, que Bailey poursuive, et pour longtemps encore, à explorer cette même veine.

14/12/14



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 01h36 - Posté par fidel
Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 08h46 - Posté par

Un autre point de vue qui a le mérite de dépasser les précédents et poser une bonne question :

« En France, la question de la blanchité est quasiment absente du débat. C’est pourtant un concept nécessaire pour penser un pendant de l’exclusion des noirs qu’est le racisme : la norme qui lui fait face. »

http://www.slate.fr/story/95643/ant...


Retour sur Exhibit B de Brett Bailey
28 décembre 2014 - 10h37 - Posté par

n’ayant pas vu l’œuvre,je ne peux donner aucun avis.
Cependant cet argument ::
A la fin de l’installation toute ambiguïté sur le « racisme » de Exhibit B est levée. On se demande d’ailleurs si ses opposants ont pris le soin de demander aux performeurs eux-mêmes quel est leur rapport à l’œuvre. "
"
est plus que douteux.

Depuis quand le subjectif d’un artiste sur son oeuvre est la preuve de la vérite ?Suffit il de demander aux performeurs (notion assez lamentable en art) si leur rapport à l’oeuvre est raciste pour affirmer que celle ci ne l’est pas s’ils l’affirment ?

avec cet argument toute critique est nulle et non avenue.





Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
5 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite